Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

CDS : pire que la dette, le produit financier qui pourrait provoquer la faillite des banques françaises...

François Fillon a taxé "d'irresponsables" mardi les propos de DSK qui avait assuré au 20h de TF1, qu'il fallait "prendre sa perte" de la dette grecque. Et si la restructuration de cette dette déclenchait un risque majeur "caché" pour les banques françaises ?

Crise grecque, etc.

Publié le

Une lourde interrogation pèse sur le système bancaire européen, et plus spécialement français. Comment en effet comprendre l’obstination des autorités françaises à refuser toute restructuration de la dette publique grecque ? Le ministre allemand de l’Économie, Philipp Rösler, l’évoque ouvertement, son collègue des finances, Wolfgang Schäuble, de façon plus elliptique, mais François Fillon et François Baroin ne veulent pas en entendre parler.

Dominique Strauss-Kahn la considère comme inéluctable (il faut « prendre ses pertes ») lors de son passage au 20h de TF1, le Premier ministre juge ces propos « irresponsables ». Pourquoi cette polarisation ?

L’engagement total des banques françaises s’élève à une quarantaine ou une cinquantaine de milliards d’euros, suivant les estimations. Donc si la Grèce restructurait sa dette à hauteur de 50%, la perte de 20 ou 30 milliards serait absorbable par les banques, à tout le moins avec une aide de l’État, qui au passage lui coûterait moins cher que les multiples plans d’aide à ce pays à la dérive.

La bombe des CDS, produits dérivés dangereux

Mais un élément de l’équation reste dans l’ombre : le montant des CDS, et surtout qui les a vendus. Un CDS (Credit Default Swap) est un produit dérivé qui permet de se protéger contre un risque de crédit, d’une grande entreprise ou d’un État. Si vous possédez des emprunts grecs, vous pouvez acheter des CDS auprès d’une banque qui propose ce produit. Vous lui versez à échéances régulières une prime (d’autant plus élevée que le risque de défaut est grand), et si la Grèce fait effectivement défaut sur tout ou partie de sa dette, la banque compense la perte.

Vu comme cela, ça à l’air rassurant, mais il y a deux éléments qui rendent ce produit extrêmement dangereux :

  • Vous pouvez acheter des CDS sur la Grèce… même si vous ne possédez pas d’emprunts grecs ! Simplement pour jouer, pour spéculer, et toucher le jackpot en cas de faillite du pays. C’est comme si vous pouviez acheter une assurance incendie sur la maison de votre voisin…
  • Ce produit n’est pas négocié sur un marché organisé et surveillé par les régulateurs, comme la bourse, mais « de gré à gré » c'est-à-dire dans une opacité totale. Et en plus il ne figure pas au bilan des banques, mais dans le « hors bilan », c'est-à-dire que les banques ne communiquent pas dessus et ne publient aucun chiffre.

 

Ce produit diabolique a été inventé dans les années 1990 par Blythe Masters de la banque JP Morgan (on lira sa très intéressante biographie écrite par Pierre Jovanovic), et connaît un succès foudroyant avec des volumes mondiaux qui dépassent les 50 000 milliards de dollars ! (pour vous donner un ordre d'idée, la dette publique des USA est de 14 500 milliards de dollars).

Si une société vend trop de CDS sans avoir les fonds propres suffisants, elle se met en danger de mort : c’est ainsi que l'importante société d'assurance AIG a fait faillite en septembre 2008, et a du être renflouée de 100 milliards de dollars par Washington, après avoir vendu quantité de CDS sur Lehman Brothers, convaincue que l’une des principales banques d’affaires américaines ne pouvait pas faire faillite…

Les banques françaises touchées par la crise grecque via les CDS ?

Revenons à la France : déjà lors de la négociation du plan d’aide à la Grèce signé le 21 juillet, il fallait éviter tout « événement de crédit » (restructuration de la dette) susceptible de déclencher les CDS. Depuis la situation de la zone euro a encore empiré. Alors soyons clairs : oui ou non les banques françaises ont-elles vendue des CDS sur la Grèce au point qu’un défaut total ou partiel de ce pays les mettrait en situation de faillite ? Voilà qui expliquerait l’obstination du gouvernement ! Le fait que la BNP, la Société Générale, le Crédit Agricole soient autant massacrés en bourse signifie-t-il que les investisseurs savent ou se doutent que c’est le cas ?

Il devient urgent de faire la lumière sur les engagements en CDS des banques françaises et européennes, et de rendre public cette information. Sinon les rumeurs continueront leur travail se sape, jusqu’à une faillite qui prendra tout le monde de court.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JMP33 - 21/09/2011 - 09:13 - Signaler un abus Et bien ...

    Merci beaucoup pour cet article qui me fait découvrir un nouvel aspect de cette crise. Je ne m'expliquai pas en quoi on pouvait spéculer sur une faillite de la Grèce (ou tout autre pays) et je comprends maintenant. Merci encore pour ces explications... La finance est devenue un véritable jeu de Poker. Il serait tout de même temps de réguler ....

  • Par laurentso - 21/09/2011 - 09:33 - Signaler un abus Un article indispensable

    Bravo !

  • Par brennec - 21/09/2011 - 10:03 - Signaler un abus quand la lumière est pire que le noir.

    L'opacité est le milieu naturel ou se développent les rumeurs. Il est peut être trop tard pour faire la lumière, sans doute serait-ce pire que d'encaisser les effets des rumeurs sans rien dire.

  • Par brennec - 21/09/2011 - 10:06 - Signaler un abus @jmp33

    la régulation ne manque pas. Je me suis laissé dire que juste avant la crise des subprimes on avait ajouté 7000 pages a la règlementation des banques. Le problème est que le régulateur couche avec le régulé (ne cherchez pas de rimes). La peur de la faillite serait un bon régulateur. Une règlementation simple et générale aussi, mais ce n'est pas l'intéret des politiques.

  • Par Ex abrupto - 21/09/2011 - 10:18 - Signaler un abus Et les assurances?

    Et les compagnies d'assurances (vie entre autres)

  • Par brennec - 21/09/2011 - 10:21 - Signaler un abus string

    Bien obligé de constater que ni nos politiciens ni nos banquiers ne se sont préoccupés des effets pervers de leurs lois pour les uns, de leurs produits pour les autres. Pourtant Alzheimer a fait inscrire le principe de précaution (!) dans notre constitution, mais il s'agit d'un cache sexe d'une taille insuffisante pour cacher les parties honteuses de nos élites.

  • Par brennec - 21/09/2011 - 10:25 - Signaler un abus Merci

    Merci de soulever la lourde pierre de la dissimulation, déja ébranlée par la panique, et de nous permettre d'apercevoir les insectes charognards qui grouillent en dessous. Je me suis également posé la question de savoir pourquoi notre gouvernement s'arcboute désespérément contre le défaut grec. J'estime avoir la réponse.

  • Par Lepongiste - 21/09/2011 - 11:06 - Signaler un abus "Comment comprendre l’obstination des autorités Françaises

    à refuser toute restructuration de la dette Grecque " Accepter une renégociation de la dette de la Grèce enverrait un signal calamiteux aux détenteurs d'obligations émises par l'Irlande et le Portugal et risquerait de faire revenir dans le collimateur des marchés l'Espagne, voire la Belgique et l'Italie. Cela reviendrait en outre à récompenser les spéculateurs ceux qui ont joué la restructuration

  • Par Lepongiste - 21/09/2011 - 11:06 - Signaler un abus "Comment comprendre l’obstination des autorités Françaises

    à refuser toute restructuration de la dette Grecque " Accepter une renégociation de la dette de la Grèce enverrait un signal calamiteux aux détenteurs d'obligations émises par l'Irlande et le Portugal et risquerait de faire revenir dans le collimateur des marchés l'Espagne, voire la Belgique et l'Italie. Cela reviendrait en outre à récompenser les spéculateurs ceux qui ont joué la restructuration

  • Par Lepongiste - 21/09/2011 - 11:10 - Signaler un abus Pourquoi donner raison à DSK alors qu'il défendait l'inverse

    il y a quelques mois !!

  • Par Lepongiste - 21/09/2011 - 11:10 - Signaler un abus Pourquoi donner raison à DSK alors qu'il défendait l'inverse

    il y a quelques mois !!

  • Par New - 21/09/2011 - 11:40 - Signaler un abus En effet

    la bombe des CDS est telle qu'on en parle rarement dans la presse. Comme vous le disiez à juste titre dans un précédent article sur ce site, les banques françaises ne communiquent pas assez sur leur exposition totale (CDS compris). Tant que les marchés ne le sauront pas, le massacre des cours continuera...

  • Par New - 21/09/2011 - 11:43 - Signaler un abus @ Atlantico

    merci de continuer à publier des articles de P. Herlin, articles qui sont excellents sur le fonds et qui abordent des sujets clés, et très clairs sur la forme.

  • Par rue102361 - 21/09/2011 - 12:29 - Signaler un abus Finalement celui qui fait

    Finalement celui qui fait faillite, c'est celui qui tombe en dernier, ou pas.

  • Par Manuman33 - 21/09/2011 - 14:18 - Signaler un abus D'ailleurs

    N'hésitez pas à aller avoir les cours des CDS sur les Etats (le seul site que je connaisse gratuit sur ces cours est bloomberg.com). Vous verrez la bonne tenu de l'Allemagne, USA...Et la très mauvaise tenue de l'Italie, la Grèce, l'Espagne...Un bon indicateur de confiance.

  • Par Diamantina de Mundau - 21/09/2011 - 14:24 - Signaler un abus 1 ) Les banques couvrent

    1 ) Les banques couvrent leurs risques obligataires avec des CDS 2 )Les banques prêtent aux hedge-funds qui ont des CDS indépendamment des obligations auxquelles ils se réfèrent. On ne connait pas les covenants de ces prêts. Double jeux des banques ? Sur la qualité d'une dette, il faut expliquer la différence entre solvabilité et liquidité. C'est urgent !

  • Par slavkov - 21/09/2011 - 17:05 - Signaler un abus ras-le-bol

    ... hélas sur les plateaux tv on n' voit jamais les gens compétents de la finance ou bien ceux qui s’opposent aux dogmes de notre l'oligarchie - merci pour ce poste - réaliste et sans tabou ...

  • Par bobocleaner - 21/09/2011 - 17:36 - Signaler un abus Si les banques francaises ont vendu des CDS

    sur le défaut des Grecs tout en se gavant d'obligations grecques je pense que quelques procés en Tribunal Correctionnel peuvent s'envisager . Et que fassent faillite ceux qui ont faili. Les clients bénéficieront de la garantie à 100 000 euros et iront chez La Banque Postale ( qu'on renatrionalisera en tirant un bras à Bruxelles ) , le crédit coopératif, le Crédit Mutuel etc ....

  • Par tataouine12 - 21/09/2011 - 17:38 - Signaler un abus Remember Lehman

    Comme en 2008, on est proche du dénouement où il va bien falloir que nos joueurs de pokers qui misent des Md$ retournent leurs cartes (les risques hors bilan donc) et on saura qui a bluffé. A l'époque, Lehman et à sa suite AIG avaient morflé. Qui en 2011 ? On commence à en avoir une petite idée : suffit de regarder quels navires les rats quittent.

  • Par Manuman33 - 21/09/2011 - 20:08 - Signaler un abus @bobocleaner

    Je veux pas vous vexer mais votre garantie de 100 000 Euros (plutôt 70 000 il me semble) ne vaut rien...Devinez qui gère le fond ? Les banques !

  • Par Le gorille - 21/09/2011 - 20:11 - Signaler un abus Y a-t-il un pilote ?

    Votre article fait froid dans le dos. Existe-t-il un responsable gouvernemental qui ose s'opposer à la dérive de la finance ? Que la haute administration connaisse les mécanismes, la technique, certes, mais en maîtrise-t-elle l'ensemble? Se serait-elle laissée abuser par des (apprentis?) sorciers de la (haute?) finance? L'éthique semble bafouée. Politiques, décidez ! Moralisez la finance !

  • Par Le gorille - 21/09/2011 - 20:26 - Signaler un abus Tant pis pour les gourmands

    Sauf erreur de compréhension de ma part, les CDS sont achetés dans un unique but de spéculation sur le malheur. Alors, le politique ne pourrait-il pas interdire, par décision régalienne, le versement de la garantie (telle que présentée par bobocleaner et Manuman 33) ? Les banques ne perdraient que les créances grecques, et les clients, trop gourmands, n'en seraient que pour leurs frais.

  • Par Le Financier libéral - 21/09/2011 - 23:33 - Signaler un abus N'importe quoi !!

    Je me doit de rectifier la vérité pour vos lecteurs... Parce que ce tissu de mensonge sur ce qu'est un CDS (un financier du CNAM qui ne sait pas ce que c'est...) est intolérable, bien que je ne remet pas en cause l'analyse que vous en faites. Un CDS est un produits d'assurance contre le défaut d'une contrepartie. le possésseur du CDS reçoit donc la contrepartie en cas de défaut du débiteur.

  • Par Le Financier libéral - 21/09/2011 - 23:33 - Signaler un abus N'importe quoi !!

    Je me doit de rectifier la vérité pour vos lecteurs... Parce que ce tissu de mensonge sur ce qu'est un CDS (un financier du CNAM qui ne sait pas ce que c'est...) est intolérable, bien que je ne remet pas en cause l'analyse que vous en faites. Un CDS est un produits d'assurance contre le défaut d'une contrepartie. le possésseur du CDS reçoit donc la contrepartie en cas de défaut du débiteur.

  • Par Le Financier libéral - 21/09/2011 - 23:36 - Signaler un abus N'importe quoi !! 2

    Donc, par exemple sur un CDS sur la dette grecque protégeant une obligation de 1Mrds d'euro, le possésseur du CDS reçoit la contrepartie (ici l’obligation grecque), fortement dévalué. en échange, le possesseur de la créance paye une prime annuelle. le possesseur de la créance ne prend donc presque aucun risque, et le possesseur du CDS n'a CERTAINEMENT PAS INTERET que le débiteur fasse défaut.

  • Par Le Financier libéral - 21/09/2011 - 23:38 - Signaler un abus N'importe quoi !! 3

    Car sinon, il récupère une montagne de caca. Comme vous dites, c'est ce qui à causé la faillite de Lehman (CDS sur des MBS (subprime)) qui à prétendu assurer les crédits subprimes. AIG à fai la même chose, et certainement pas des CDS sur Lehman Brother, une pure invention de votre part ! de plus, quand vous parlez de 50 000 Milliards d'euro, il s'agit du montant d'actifs assurés.

  • Par Le Financier libéral - 21/09/2011 - 23:41 - Signaler un abus N'importe quoi !! 4

    non pas de la valeur réelle des sommes mis en jeu : étant une prime d'assurance, et le risque de défaut étant généralement très faible, ce chiffre, même s'il est réel, n'a aucune signification. Les assurances aux particuliers français peuvent représenter trois fois le PIB français, puisque on assure un "risque" . ce qui donc n'a strictement rien d'exceptionnel.

  • Par Le Financier libéral - 21/09/2011 - 23:41 - Signaler un abus N'importe quoi !! 4

    non pas de la valeur réelle des sommes mis en jeu : étant une prime d'assurance, et le risque de défaut étant généralement très faible, ce chiffre, même s'il est réel, n'a aucune signification. Les assurances aux particuliers français peuvent représenter trois fois le PIB français, puisque on assure un "risque" . ce qui donc n'a strictement rien d'exceptionnel.

  • Par Le Financier libéral - 21/09/2011 - 23:46 - Signaler un abus N'importe quoi !! 5

    Je me devait de rétablir la vérité pour les lecteur d'Atlantico, pour la plupart profane en Finance. cependant, votre analyse sur la possession de CDS me parait respectable. il est de plus vrai que ces produits sont hors bilans. Je ferait remarquer aux lecteurs qu'un CDS est une ASSURANCE, rien de plus spéculatif que votre assurance auto ou sécurité sociale.

  • Par Le Financier libéral - 21/09/2011 - 23:50 - Signaler un abus N'importe quoi !! 6

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Credit_default_swap Voila un lien pour les lecteurs qui voudraient savoir ce qu'est un CDS et se faire une véritable opinion sur le sujet. Monsieur Herlin, pour être financier il y à certaine règles d'éthique à respecter. notamment l’honnêteté. vous avez du voler votre certification AMF (ou vous ne l'avez tout simplement pas...)

  • Par Le Financier libéral - 21/09/2011 - 23:54 - Signaler un abus N'importe quoi !! 7

    enfin, les banques françaises sont les détentrices de créances grecques (collatéraux AAA il y a quelques années) et ce sont donc elles qui ont émis les CDS et se sont donc assuré contre le risque de crédit. ainsi, si la grèce fait défaut, les banques amortiront leurs pertes grâce aux CDS... et NON PAS L'INVERSE !

  • Par bobocleaner - 22/09/2011 - 00:12 - Signaler un abus @Manuman33

    Le plafond de l'indemnisation par déposant est de 100 000 euros.. Le plafond de la garantie s'applique par établissement, quel que soit le nombre de comptes ouverts par un même déposant en France ou dans des succursales de cet établissement implantées dans l'Espace Economique Européen. etc. vus voulez aussi une explication uridique du fiat que 'est une garantie analogue a celle du papier monnaie

  • Par bobocleaner - 22/09/2011 - 00:12 - Signaler un abus @Manuman33

    Le plafond de l'indemnisation par déposant est de 100 000 euros.. Le plafond de la garantie s'applique par établissement, quel que soit le nombre de comptes ouverts par un même déposant en France ou dans des succursales de cet établissement implantées dans l'Espace Economique Européen. etc. vus voulez aussi une explication uridique du fiat que 'est une garantie analogue a celle du papier monnaie

  • Par Manuman33 - 22/09/2011 - 07:57 - Signaler un abus @bobocleaner

    En effet je vois qu'elle est à 100 000 euros. 70 000 pour les assurances-vie. En pratique ce fond ne peut rien, il faut compter encore une fois sur l'Etat qui est dans la situation que vous connaissez.

  • Par tataouine12 - 22/09/2011 - 09:46 - Signaler un abus @Le Financier Libéral

    Il me semble qu'il y a un "trou" dans votre argumentaire pourtant très développé : ce sont les CDS nus. Car, contrairement aux assurances habitation ou voiture - parallèles que vous faites -, on peut acheter ou vendre des CDS sans posséder le bien assuré. Et comme le tout est hors bilan, on ne connaît les gagnants et perdants (le CDS est un jeu à somme nulle) qu'à la fin de la partie. A vous lire.

  • Par caod4444 - 22/09/2011 - 12:31 - Signaler un abus @Financier libéral

    on peut acheter ou vendre la protection du CDS si BNP achète CDS et evenement de crédit (qui peut être moins important qu'un defaut par ex: passer de AAA à AA+) alors BNP bénéficie de l'assurance Si BNP vend la protection alors elle devra faire face à ses obligations (Hors Bilan mais avec impact sur le résultat) qui peuvent être de donner tout le cash qui aurait dû etre reçu On est d'accord ?

  • Par Ti-jean - 22/09/2011 - 13:24 - Signaler un abus CDS+dérégulation=Boom!!

    @Financier libéral Votre couplet de conclusion sur l'honnêteté sacro-sainte de la finance me fait doucement sourire.Vous deviez être parmi ceux qui avant 2007 rassurait son monde sur les bienfaits de la titrisation des créances hypothécaires. Regardez par là: même la créatrice des CDS émet des doutes... http://www.dailymotion.com/video/xdxglc_blythe-masters-et-ses-risques-syste_news

  • Par Lepongiste - 22/09/2011 - 17:22 - Signaler un abus Pire que la dette, pire que les CDS, pire que la peste noire...

    pire que la fin du monde !! L'article est en préparation !!!

  • Par bobocleaner - 23/09/2011 - 12:51 - Signaler un abus le probléme n'est pas possibilité de vendre des CDS à découvert

    Mais qu'une banque ( de dépot ) le fasse. Si c'est Monsieur Dupont qui le fait et qu'il se plante eh bien Monsieur Dupont fait faillite. La ou les banquiers sont à mon avis coupables c'est qu'ils se gavent et oublient que la première fonction des banques est la garantie des dépots. Les politiques sont coupables de les y avoir autorisés.

  • Par Dancer - 24/09/2011 - 08:37 - Signaler un abus Changez de métier

    Vous ne connaissez strictement rien aux expositions françaises à la dette souveraine grecque.10,5Mds d'euros dans le rapport BRI de juin 2011et non pas 40 à 50. Elle est aujourd'hui de 8Mds d'euros BNP 3,5 Générale 1,1 CASA 0,8 pour les 3 majors. Le scénario -50% implique 4Mds de perte dont 2 déjà provisionnés donc 2Mds restant à prévoir et non 20 à 30Mds. Changez vite de métier.

  • Par Manuman33 - 24/09/2011 - 12:52 - Signaler un abus Drôle...

    tous les spécialistes de la finance sur ce forum qui passe leur temps à défendre les banques et à cracher sur les journalistes. A les écouter il n'y a aucune inquiétude à avoir, pour sur si tout se passe bien ils vont fanfaronner mais si une banque fait faillite, on ne les verra plus sur Atlantico (ou avec un autre pseudo).

  • Par ancoG - 24/09/2011 - 13:17 - Signaler un abus Sauf que vous vous trompez lourdement!!!

    La Grece c'est quand meme de la dette souveraine! Le CDS ne traite pas beaucoup, en tout cas pas assez pour couvrir les bonds (rien a voir par exemple avec Lehman ou les CDS etaient 10 fois plus gros que les bonds). La "outstanding position" en CDS ne doit pas etre enorme et n'est certainement pas le probleme pour les banques francaises! Desole mais votre article est donc faux...

  • Par ancoG - 24/09/2011 - 13:36 - Signaler un abus @Manuman33

    Drole aussi tous ces gens qui ne connaissent pas bien la finance et qui du coup disent un peu n'importe quoi. N'en deplaise a l'auteur de l'article, les CDS grecs (de l'ordre de 5 milliards) ne posent pas de probleme.

  • Par ancoG - 24/09/2011 - 13:49 - Signaler un abus @New

    Personne ne parle des CDS grecs car en l'occurence, ce n'est pas le probleme! L'explosion en 10 ans du marche des CDS au point d'etre beaucoup plus gros dans certains cas que le marche des bonds qu'il est cense couvrir est tres dangereux (ca n'a effectivement aucun sens!) mais ce n'est pas du tout le cas ici.

  • Par ancoG - 24/09/2011 - 14:05 - Signaler un abus Precision sur la crise de 2008

    Un probleme souleve par la chute de Lehman, c'est qu'on negligeait a l'epoque le risque de contrepartie. Et comme on peut traiter le CDS d'un financiere, on arrivait a des aberrations du type: Goldman Sachs achete un CDS sur Bank of America a Morgan Stanley. L'assureur (MS) a autant de risque de peter que le sous-jacent (BoA). Le risque de contrepartie est maintenant pris en compte, c'est le CSA!

  • Par ancoG - 24/09/2011 - 14:21 - Signaler un abus Precision sur le CDS

    J'evoquais le risque de contrepartie pour les instruments OTC. Depuis la crise, les CDS sont devenus standardises (ISDA).Il y a maintenant une clearing house (ICE): https://www.theice.com/clear_europe_cds.jhtml ce qui veut dire que si j'achete un CDS a Calyon le mardi, il est "cleare" le vendredi par la chambre de compensation, ie ma contrepartie (assureur) n'est plus Calyon mais la clearing house

  • Par Manuman33 - 24/09/2011 - 16:48 - Signaler un abus @ancoG

    Drôle tout ces pseudos qui se créent...Puisqu'il n'y a aucun problème avec les CDS grecs d'après vous, alors que les banques n'hésitent pas à nous dire leur exposition !

  • Par ancoG - 24/09/2011 - 18:16 - Signaler un abus @Manuman33 (1)

    Il faut bien comprendre que les seuls a traiter des CDS sont les desk de trading de credit. Ils traitent aussi des bonds sur le meme actif et quelques autres produits (CDOs, FTDs etc). Sur ces positions sont calculees des risques (dont le risque de defaut) qui servent a fixer des limites strictes pour chaque actif.

  • Par ancoG - 24/09/2011 - 18:28 - Signaler un abus @Manuman33 (2)

    Les desks de trading "credit" des banques francaises ont donc une exposition a la Grece tres controlee (et heureusement). Sur la Grece, je ne sais pas s'ils sont plutot "acheteur" ou "vendeur" de protection mais dans tous les cas, ca n'est pas enorme. En tout cas, cette exposition du "trading" n'est qu'une petite partie de l'exposition a la Grece annoncee par les banques!

  • Par ancoG - 24/09/2011 - 18:41 - Signaler un abus @Manuman33 (3)

    Bref, les banques francaises ont beaucoup prete a la Grece directement ou indirectement, mais n'en deplaisent a certains qui fantasment sur la finance de marche, ca n'a rien a voir avec les vilains traders. Il ne faut pas tout melanger, encore une fois, les CDS ne sont pas ICI le probleme. C'est une crise politique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Herlin

Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.

Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ? chez Atlantico Editions.

Il tient le site www.philippeherlin.com

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€