Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Brexit, suite : les secrets de cette croissance britannique qui défie les prédictions cataclysmiques

Alors que de nombreux experts ont prédit un avenir catastrophique à l'économie britannique suite à la sortie du pays de l'Union européenne, toutes les variables macro-économiques affichent de bons résultats. Le Brexit pourrait ainsi s'avérer une opération très peu préjudiciable.

Lendemains qui oublient de pleurer

Publié le
Brexit, suite : les secrets de cette croissance britannique qui défie les prédictions cataclysmiques

Le Footsie monte, les taux anglais remontent aussi, et finalement reviennent au niveau post-Brexit.  Crédit Reuters

Atlantico : La croissance a atteint 0,5% sur le troisième trimestre, contre les 0,2% prévus par la Banque d'Angleterre il y a un mois. Nombreux étaient les observateurs qui tablaient sur une baisse de la croissance à la suite du Brexit, mais la croissance depuis l'année dernière a atteint 2,3%, un chiffre nettement élevé pour un pays en situation économique périlleuse. Qu'est-ce qui explique le décalage entre ces résultats et les prévisions pessimistes annoncées ?

Mathieu Mucherie : Le PIB britannique n'est pas la seule donnée à se comporter de manière satisfaisante : c'est bien l'ensemble des variables macroéconomiques (dont le chômage) qui donne de bons résultats. Pour le moment, effectivement, on ne voit pas de trace matérialisée du Brexit dans les données macroéconomiques. 

Si l'on a noté un ralentissement par rapport à la croissance de 3% que le pays connaissait, il faut souligner le fait que celui-ci a commencé avant le Brexit, et d'ailleurs cette tendance n'avait pas vocation à rester à ce niveau pour un pays comme l'Angleterre.

Mais même ce ralentissement est resté mesuré.

Les seules variables qui ont bougé de façon excessive sont le taux d'inflation (peut-être pour de bonnes raisons d'ailleurs...) et le sterling. Sauf que cette baisse a aussi permis de faire monter la bourse. Le Footsie monte, les taux anglais remontent, et finalement reviennent au niveau post-Brexit. 

La baisse de la livre à la suite du Brexit a fortement relancé le tourisme en Angleterre. Quel est l'effet de cette dévaluation, considérée comme le symbole des dangers économiques et financiers pesant sur le Royaume-Uni aujourd'hui sur la situation économique britannique ?

C'est possible, mais il y a aussi probablement eu une sortie de capitaux. Il est aussi possible que certains aient cru que le moment était venu de faire ses emplettes, qu'elles soient touristiques ou en termes d'actif. Si vous êtes un rationnel, que vous êtes en euro (et que donc les rendements sont faibles), une monnaie comme le sterling, qui baisse de 25 points de pourcentage en 9 mois contre votre monnaie pourrait vous intéresser au point d'acquérir des actifs au Royaume-Uni. Il est toujours dangereux de ramasser un couteau qui tombe mais actuellement, c'est peut-être le moment d'acheter une entreprise anglaise, et un certain nombre d'autres actifs anglais libellés en sterling.

Il suffirait que la Banque d’Angleterre refuse les taux négatifs et qu'elle n'aille pas plus loin dans son programme de Quantitative Easing pour ne pas avoir de dévaluation supplémentaire du sterling. Avec la forte probabilité qu'il reprenne 10 points... Compte-tenu de la résilience du marché des actions britannique, et compte-tenu de la très faible cherté du sterling, des investisseurs peuvent être attirés.

A lire également sur notre site : Big Surprise ! La croissance britannique résiste aux Cassandre du Brexit : que reste-t-il de crédibilité aux experts qui nous gouvernent (et qui ont tant d’avis très politiques) ?

 

En gros, nous avons là une monnaie qui joue son rôle d'amortisseur : celui de la flexibilité des changes (et que nous n'avons pas avec l'euro). C'est comme avec la crise financière de 1992 mais en mieux : en 1992, les Anglais avaient été punis mais aujourd'hui, il n'y a pas de remontée de taux aussi violente. De plus, il se pourrait que la baisse de la livre sterling soit encore plus favorable qu'à cette époque. A court terme, les esprits malins de la zone euro jubilent et pensent récupérer une partie de la City, mais à moyen terme on s'apercevra, à mon avis, que le Brexit n'était pas si irrationnelle que cela. D'autant que cette baisse risque d'amortir une énorme partie des chocs. Il faut bien noter que les vrais chocs sont monétaires, et que les autres chocs, en dehors des chocs comme celui de Fukushima au Japon, deviennent en réalité indolore avec une bonne politique monétaire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par trotro75 - 28/10/2016 - 09:21 - Signaler un abus Moi expert, je dis que les experts se trompent...

    Un expert dit que les autres experts se trompent. Les autres experts disent que Mathieu MUCHERIE, expert de son état, se trompe. Chacun prêchant pour sa paroisse, on trompe les non experts. Le pire étant que même si un expert se rend compte un jour qu'il se trompe, il ne le dira jamais. II en va de sa survie d'expert, de la crédibilité de tout ce qu'il aura dit auparavant... Je ne suis pas un expert, mais je constate que les conséquences politiques et géopolitiques, ne sont pas abordées, comme d'habitude lorsqu'un expert en économie n'analyse les choses que sous ce prisme... Mais n'étant pas un expert de la politique, ni de la géopolitique, je m'en vais lire des articles d'experts de ces matières, qui auront à coup sûr (et c'est tant mieux) des opinions divergentes... Et comme les experts en économie, même s'ils pensent le contraire, ils ne diront que ce qui est en ligne avec leur "école". La malhonnêteté intellectuelle. Mais il va bien falloir que je me forge ma propre opinion... A titre personnel j'aimerai que tous les experts soient aussi "intellectuellement intègres" que Pascal BONIFACE pour la géopolitique... Mais je me trompe peut-être...

  • Par J'accuse - 28/10/2016 - 10:23 - Signaler un abus Les économistes sont mécanistes au lieu d'être biologistes

    Penser que l'économie est une mécanique est une profonde erreur : c'est un être vivant, intelligent, qui s'adapte à tout. L'environnement change, et cela amène le système économique à changer : quelques pertes ici et là, des gains ailleurs, et globalement tout va bien, et même de mieux en mieux.

  • Par jurgio - 28/10/2016 - 14:44 - Signaler un abus C'est comme pour les clubs de foot

    : le coup du changement de l'entraîneur. Et après ?

  • Par langue de pivert - 28/10/2016 - 15:59 - Signaler un abus Ah bon ? ☺

    "Les marchés" avaient anticipé le brexit AVANT le brexit. Maintenant ils attendent le brexit ! Pour le moment les GB sont dans l'UE ! Pourquoi se prendre le chou

  • Par Anouman - 28/10/2016 - 20:59 - Signaler un abus Experts

    Mais les experts se trompent ou ne se trompent pas. C'est selon. Comme ils se basent (tous) sur des théories boiteuses et mal maîtrisées (mais il en faut bien une à un expert sans quoi il serait expert en quoi?) leurs prédictions sont exactes quand ils ont de la chance. Ajoutons que souvent ils ne voient que ce qu'ils veulent voir afin de faire rentrer la réalité dans leur théorie et on pourra se contenter de lire d'un oeil distrait leurs distrayantes (mais souvent ridicules) prévisions.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€