Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’autre crise qui pend au nez de l’UMP : la cessation de paiement

Dans une situation financière compliquée, l'UMP est tenue à bout de bras par les banques, dont la Société Générale en chef de file. Et ce n'est pas l'affaire Bygmalion et les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 qui changeront la donne.

On prend les mêmes et on recommence

Publié le
L’autre crise qui pend au nez de l’UMP : la cessation de paiement

Atlantico : Dans une interview au Parisien, la candidate malheureuse à la Mairie de Paris, Nathalie Koscisko-Morizet, a déclaré qu'elle souhaitait vendre le siège du parti, avançant les mauvais souvenirs politiques et surtout le besoin d'argent de l'UMP. En effet, le parti se trouve dans une situation financière compliquée et pourrait être menacé de cessation de paiement. Qu'engendrerait une cessation de paiement du point de vue technique ? 

Pascal Jan : Tout d'abord les cas de cessation de paiement des partis politiques sont extrêmement rares. L'UMP est une association. Ce parti politique, comme tous les autres est régit par le droit des associations. Une cessation de paiement, c’est l’impossibilité pour l’association d'assurer le financement de ses activités avec toutes les ramifications territoriales que cela entraîne. La cessation de paiement doit d’abord être actée par des Commissaires aux comptes, il n'y pas de mise en faillite car c’est une association.

Concrètement, une fois que la cessation est constatée, la fin du financement d'activités signifie que le personnel ne peut plus être payé et sera licencié. Le siège sera quant à lui vendu. Ils doivent vider le siège et se trouver des marges de manoeuvres financières pour rembourser les dettes s’ils en ont. En fait, c’est donc la mort de l’association. Il faut tout recommencer à zéro. Il faut aussi préciser que l'UMP reçoit des financements publics.

Si l’UMP ne pouvait plus poursuivre ses activités, il faudrait alors remettre sur pied une autre association politique avec un nouveau siège, et moins de dépenses. Les financements iront à la nouvelle association et tout l'organigramme de l'UMP sera changé, avec la mise en place d’un nouveau règlement. En fait, ils devraient refaire du neuf avec du vieux avec une situation financière qui sera automatiquement plus faible.

 

L'UMP pourrait-elle toutefois survivre en adoptant des mesures drastiques ?

Le cas similaire s’est posé au Front national qui a été obligé de vendre son siège en 2011 pour honorer sa dette qui était colossale. De ce point de vue, l'UMP pourrait suivre le même chemin que le Front national. Le FN a été obligé de vendre le "Paquebot" pour sauver le parti et cela à bien fonctionné. L’UMP pourrait à nouveau faire appel aux dons des militants. Sinon, il faut négocier avec les banquiers un étalement de la dette dans le temps ou un emprunt. Les voies de sortie sont limitées car l'appel aux militants n’est pas possible. L’UMP n’est pas une entreprise, il s'agit d'une association précaire qui dépend des élections.

Nous sommes en 2014, les législatives sont en 2017. La question va se poser sur cette échéance à trois ans. L'UMP peut espérer avoir des financements avec notamment les prochaines sénatoriales en septembre. Alors que pour le Front national c'était à l’époque impossible. Il y aura-t-il un étalement de la dette pendant trois ou sera-t-elle remise à zéro ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ELLENEUQ - 11/06/2014 - 09:22 - Signaler un abus Ah bien voila ....

    Enfin l'UMP se met au niveau de l'état de la France sous le régime Hollande qu'elle s'attache à faire perdurer avec toutes ses conneries ! BRAVO LES CLOWNS !

  • Par 2bout - 11/06/2014 - 12:16 - Signaler un abus Gérer sa propre structure comme on gère l'Etat ...

    et les collectivités territoriales. Impressionnant, non ?

  • Par cpamoi - 11/06/2014 - 19:43 - Signaler un abus Ils veulent diriger le pays ? Lol !

    Ils sont fascinants : ils n'ont besoin de personne, d'aucun concurrent, pour se mettre en faillite !

  • Par assougoudrel - 11/06/2014 - 20:15 - Signaler un abus Ils auront beau

    changer de nom, gesticuler, ça reste une bande de voleurs et voleuses.Ceux qui donnaient des sous et qui sont partis, ne reviendront plus. Eux qui se frottaient le ventre quand le FN a du vendre. Parti républicain, laissez moi rire. Ca coulerait une barraque à frites en moins de deux, mais ça veut gouverner la France.

  • Par sheldon - 11/06/2014 - 21:18 - Signaler un abus Bravo Atlantico : 2 mois sans être pris en otage par le FN !

    Pendant 2 mois on avait oublié qu' Atlantico était pris en otage par le FN !

  • Par 2bout - 11/06/2014 - 22:10 - Signaler un abus Franchement Sheldon, ça ne me change pas de l'ordinaire.

    Un habitant sur deux dans ma commune vote FN. Avant, ils votaient PS et pour celui qui disait que les harkis sont des sous-hommes. Aujourd'hui, c'est pour le FN.

  • Par assougoudrel - 11/06/2014 - 22:46 - Signaler un abus Le gros nain

    a peur. Il a donné pour mission à ses employés, journalistes de tout bord (Atlantico compris), de polluer l'atmosphère de la France avec toutes sortes de sujets débiles sur le FN, afin d'essayer de faire oublier les gros problèmes actuels. Comme ces abrutis de l'UMP (Union des Malpropres Péteux) se sont foutus dans la merde tout seul, alors qu'ils sont sensés être l'opposition, il faut sortir le maximum de conneries sur le FN. Seulement cette daube nauséabonde (comme ils savent si bien dire) n'intéresse personne. A continuer comme ça, les lecteurs se désabonneront d'Atlantico, en attendant mieux. car il mettront ce journal dans le même sac que les autres torches-cul comme libération par exemple.

  • Par vangog - 11/06/2014 - 23:18 - Signaler un abus Drôle de les voir fuir tous à tire-d'aile...

    très loin des plateaux de TV, tous ces UMPistes qui faisaient des pieds et des mains pour y être vu, à tout prix, il y a deux mois... Aujourd'hui, aucun d'entre eux ne veut émerger du panier de crabe, de peur d'être happé par les médias, puis tenu comme responsable suprême de la grande truanderie UMPiste... Même Sarko le tricheur qui devait faire un retour tonitruant a préfèré battre habilement en retraite. Difficile d'assumer 26 millions de fausses factures, hein! À combien de mois estime-t-il nécessaire l'oubli médiatique? Trois, six mois, un an? Le moment très proche où le quinquennat Sarkozien, puis le quinquennat Flambien auront souillé le sol de France de leurs fruits vénéneux?...

  • Par Leucate - 11/06/2014 - 23:23 - Signaler un abus Justice immanente

    Quand je pense que les mêmes, en 2012, se gaussaient des difficultés financières du FN dus aux mauvais résultats de 2007. Alors qu'eux, les bons gestionnaires et donneurs de leçons sur la manière de gérer la France, se sont fait refuser leurs comptes de campagne visiblement charognés et ont du faire la manche (le sarkothon) pour renflouer provisoirement les caisses et sont maintenant au bord du dépôt de bilan ! Ils n'ont qu'à faire comme le fit le FN, vendre le siège du parti pour retrouver de l'argent frais et surtout tailler drastiquement dans les dépenses, faire des campagnes électorales modestes, supprimer les meetings non utiles et faire des économies sur tous les postes de dépenses dont en premier les frais de représentation. Une qui doit bien rigoler parce qu'elle a ramé avant de sortir son parti de l'ornière, c'est bien Marine.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Jan

Professeur de droit public à Sciences Po Bordeaux, spécialiste en droit constitutionnel et finances publiques, vice-président du Cercle des constitutionnalistes.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€