Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 19 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Attention bombe politique : pourquoi les pistes de Bercy pour réduire les aides sociales sont essentielles face au défi de la réduction des dépenses publiques aussi explosives soient-elles

Selon des informations publiées​ par Le Monde, une note interne émanant de la direction du budget envisagerait la refonte de plusieurs prestations sociales.

Prestations sociales

Publié le
Attention bombe politique : pourquoi les pistes de Bercy pour réduire les aides sociales sont essentielles face au défi de la réduction des dépenses publiques aussi explosives soient-elles

 Crédit LOIC VENANCE / AFP

Atlantico : ​Selon des informations publiées​ par Le Monde, une note interne émanant de la direction du budget envisagerait la refonte de plusieurs prestations sociales (Allocation adultes handicapés (AAH), Allocation personnalisée pour l’autonomie (APA), Aides personnelles au logement (APL), Bourses sur critères sociaux (BCS ), Revenu de solidarité active (RSA), Allocation de solidarité spécifique (pour les chômeurs en fin de droits), minimum-vieillesse, prime d’activité et prestations familiales.

Comment analyser la rationalité économique des propositions faites par Bercy ? 

Philippe Crevel : La France est le pays d’Europe où les prestations sociales sont les plus importantes. Elles ont permis certes de maintenir constantes les inégalités quand chez nos partenaires ces dernières augmentaient. Si socialement, elles jouent un rôle indéniable d’amortisseurs, elles font l’objet depuis de nombreuses années de critiques tant de l’administration fiscale que de la part de la Cour des Comptes. Elles sont jugées évidemment coûteuses et surtout peu efficaces. Les Aides personnelles au logement sont très largement distribuées au profit notamment d’étudiants issus de familles aisées. Elles sont jugées responsables de l’augmentation des loyers et ne contribuent donc pas à la résolution de la crise du logement. Les bourses aux étudiants seraient également dans le viseur de Bercy car insuffisamment ciblées. Elles ne sont pas en outre conditionnées à un minimum de présence universitaire et encore moins à un minimum de résultats. Cette question du suivi en  matière de versement des prestations se pose également pour le RSA. Les administrations publiques ne font pas dans le sur mesure. Elles sont des distributeurs qui ont tendance à être un peu trop automatiques. Il n’y a pas assez de contrôle et de retour sur investissement. Il faudrait plus de personnalisation dans l’octroi de ces aides qui ne devraient prendre la forme non pas de revenus de substitution mais de coups de pouce ponctuel.

Le minimum vieillesse qu’Emmanuel Macron a décidé de porter à 900 euros ou l’Allocation pour Perte d’Autonomie sont également dans le collimateur de Bercy qui aimerait pour le premier le geler. L’idée de ne plus revaloriser en fonction de l’inflation peut être évidemment extrêmement pénalisant pour les personnes qui dépendent exclusivement de l’aide sociale et qui n’ont pas beaucoup d’autres solutions (retraités, handicapés). L’APA est amenée à augmenter fortement dans les prochaines années avec le vieillissement de la population. Il y a aujourd’hui des problèmes d’accès aux EHPAD. S’il faut revoir l’APA, il faudrait également avoir une réforme d’ensemble de la dépendance. En effet, il est tentant de mettre en parallèle le patrimoine des retraités et le financement de la dépendance mais au moment où celle-ci survient, il n’est pas toujours évident pour les familles de vendre le logement de leurs parents. La solution passe par des moyens assurantiels, avec une couverture obligatoire qu’elle soit publique ou privée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MIMINE 95 - 19/05/2018 - 14:31 - Signaler un abus PHILIPPE CREVEL

    Générali, dirigeant de LORELLO ECO DATA société sise à GROSSETO PRUGNA , corse du sud, secrétaire général du Cercle des épargnants, bref, promoteur de l'épargne retraite par capitalisation et ami… des bancassureurs est il vraiment crédible sur le sujet ???? A lire sur slovar.fr : « Les français pour la retraite à 65 ans » : Une étude providentielle pour la bancassurance !" 05 février 2013 ...

  • Par ajm - 19/05/2018 - 16:39 - Signaler un abus Rendre imposable toutes les prestations sociales.

    Il faut rendre déclarable et imposable toutes les prestations et avantages sociaux , y compris les avantages en nature, tels que les loyers HLM en dessous du marché, les cantines quasi gratuites pour les enfants etc.... Cela permettrait de faire un état des lieux exhaustif et de voir qui perçoit quoi , on aurait pas mal de surprises Et de surcroît, on aurait des recettes fiscales en plus et une incitation supplémentaire à travailler

  • Par Atlante13 - 19/05/2018 - 20:00 - Signaler un abus Comment expliquer aux français,

    qu'on ve s'attaquer aux aides fiscales, niches fiscales, niches sociales, de la partie de la population la plus fragile, les handicapés et les personnes âgées ou dépendantes? Pendant que les étrangers continueront , eux, d'être accueillis, pris en charge, hospitalisés, logés, financés au RSA pour aller faire le djihad, ou continuions à percevoir des retraites de retour chez eux jusqu'à leur bi-centenaire? La politique si-ociale en France est complètement fourvoyée, mais c'est à cause des gouvernements successifs irresponsables qui passent leur temps a dépenser chaque jour plus qu'ils ne peuvent, et se croient pour cela obligés d'inventer des niches pour tout

  • Par aubineau jean luc - 19/05/2018 - 21:06 - Signaler un abus La priorité devrait être de

    La priorité devrait être de supprimer les aides servies aux immigrés clandestins et leurs familles. Outre des économies, ça rendrait la France moins attractive pour les immigrés économiques.

  • Par vangog - 19/05/2018 - 22:07 - Signaler un abus Solde de l’immagration sauvage= 261 000 étrangers non désirés...

    arrivant en France, expatriés par les associations caritativo-gauchistes pour profiter de la manne sociale française...et 85% d’entre eux ne travaillent pas au bout d’un an, vu que la gauche (au sens large) a créé 6 592100 chômeurs français !...et ces connards de technocrates de Bercy qui évoquent le « gel du minimum vieillesse » pour payer leur merde importée???????...décidément, Macrouille et sa noblesse de cour gauchiste cherche l'échafaud...

  • Par vieux croco - 20/05/2018 - 07:41 - Signaler un abus ils ne feront rien

    des notes , des fuites , des propositions , des commissions , etc ..... très forts les "HAUTS" fonctionnaires . Du "pipo" car pleutres en même temps et les politiques ne savent qu'ouvrir les vannes puisque les compatriotes hurlent à l'injustice dés que l'on en ferme une où simplement que l'on réduise le débit . Donc on ira au bout du bout c'est à dire à la faillite . Quand ? Mystère mais probablement sous ce quinquennat .

  • Par F. Revellat - 20/05/2018 - 10:17 - Signaler un abus APL etudiants

    Les APL étudiants données sans condition de ressources des parents sont effectivement anormales. Mes nièces en ont profité pendant toutes leurs études alors que leurs parents gagnent près de 10000€ par mois à deux et financent des écoles très coûteuses.

  • Par jurgio - 20/05/2018 - 18:14 - Signaler un abus Réduisons les aides sociales !

    Pourvu que nos immigrés puissent trouver toit et couvert.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€