Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ascenseur social en panne : pourquoi il faut faire attention aux fausses évidences qui pourraient produire des remèdes pires que le mal

Une nouvelle étude de France Stratégie fait le constat d'un ascenseur social français en panne. Dans un contexte de stagnation économique qui a perduré pendant près de 10 ans, on peut craindre d’obtenir un effet de diffusion de l’angoisse aux classes moyennes et supérieures.

Solutions diverses

Publié le
Ascenseur social en panne : pourquoi il faut faire attention aux fausses évidences qui pourraient produire des remèdes pires que le mal

 Crédit SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Atlantico : Dans une nouvelle étude publiée ce 5 juillet, « Nés sous la même étoile ? Origine sociale et niveau de vie », France Stratégie fait une nouvelle fois le constat d’un ascenseur social français en panne. Quelles ont été, au plan historique, les périodes économiques qui ont pu conduire à une élévation des niveaux de vie de l’ensemble de la population, aussi bien par le biais de l’ascenseur social, que de l’élévation de niveau de vie de l’ensemble d’une ou de toutes les classes sociales ?

Michel Ruimy : La société française a traversé, de 1945 à nos jours, des périodes contrastées en termes de niveau de vie.

Cette notion qualitative regroupe l’ensemble des biens et services (soins, éducation, Internet…) qu’un individu peut se procurer avec le revenu dont il dispose.

Après la Seconde guerre mondiale, le niveau de vie de la population a augmenté pendant près de 30 ans (« Trente Glorieuses »). Durant cette période, l’Etat-providence favorise la redistribution des richesses. Il y a une transformation du travail et du cadre de vie. De plus, les Français consomment beaucoup plus qu’auparavant. En effet, ils y sont incités avec l’apparition des grandes surfaces et par le développement du crédit. Les ménages consacrent une part plus importante de leurs revenus à l’achat de nouveaux produits représentatifs de l’évolution de l’industrie : voiture, télévision, appareils électroménagers. La voiture, achat phare de cette société de consommation, devient synonyme de réussite sociale et de liberté individuelle. D’un autre côté, l’agriculture connaît également un essor exceptionnel. La Politique agricole commune, initiée par la Communauté économique européenne, finance la modernisation de l’appareil productif, ce qui permet l’accroissement du volume de production, la baisse des coûts et des prix. Ainsi, entre 1945 et 1973, la population française, a connu une transformation sociale et profonde, caractérisée par une hausse généralisée du niveau de vie et un changement des modes de vie désormais majoritairement urbains.

Toutefois, le tableau s’assombrit après les « Trente Glorieuses ». A la suite des chocs pétroliers (1973, 1979), les indicateurs d’inégalité de niveau de vie sur longue période montrent des variationsnotables mais cependant limitées : après une baisse importante durant les années 1970 et 1980, puis une période destabilité dans les années 1990, les inégalités se sont accrues au cours des années 2000. Parce qu’elles affectent leur niveau de vie, lescaractéristiques sociodémographiques (âge, diplôme, statut d’activité...) des personnesont influé le niveau de l’inégalité.

Les inégalités de niveau de vie ont connu une quasi-stabilité en France sur la période 2008 - 2013 alors que les écarts se sont creusés en Europe. Mais, cette évolution recouvre deux phases distinctes : les 3 premières années ont été marquées par une accentuation des écarts, avec un repli plus marqué des revenus les plus modestes, qui ont été pénalisés par la hausse du chômage. Après cette date, les déséquilibres se sont réduits du fait d’une forte diminution du niveau de vie des ménages les plus aisés, les plus concernés par la hausse de la fiscalité entre 2011 et 2013.Même si cette tendance à l’accroissement des inégalités a été atténuée par les transferts fiscaux et sociaux (prestations sociales et assurance chômage), les écarts ont atteint, en 2011, le niveau le plus élevé observé sur la période 1996-2011.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 07/07/2018 - 10:51 - Signaler un abus Répétition

    Je suis quasiment certain que cet article a déjà été publié, il n'y a pas très longtemps ! Ceci dit, il est intéressant...

  • Par Ganesha - 07/07/2018 - 12:33 - Signaler un abus Résumé, pour les analphabètes !

    Cet article ne fait que se répéter, pendant trois pages et demie : nous sommes dans une impasse ! Une société bloquée, qui ne fonctionne plus ! Dans sa conclusion, il rappelle que depuis 1983, tous les gouvernements ont mené exactement la même politique : Libéralisme et Mondialisation. Et les effets néfastes de ce choix s'aggravent inexorablement : ils sont devenus insupportables ! D'où le cri désespéré du dernier paragraphe : comment empêcher la prise du pouvoir par le Populisme ? La réponse fournie : ''Un retour dune croissance égalitaire'', est une sinistre plaisanterie, qui ne fera sourire personne !

  • Par Allegro - 07/07/2018 - 21:28 - Signaler un abus oui

    Rompons avec le conservatisme de cette société : Des parents enseignent à leurs enfants le sens de l'effort intellectuel et le goût de la culture ! Séparons les de leurs parents ! What else ? D'autres leurs enseignent eux même l'alphabet et le calcul alors que d'autres découvrent la télé? Doublons les classes de ces enfants qui ont des parents pourris. Certains apprennent à discuter et à convaincre quand d'autres apprennent à crier et à taper. Discriminons pour favoriser les derniers injustement écartés du système scolaire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Ruimy

Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€