Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Anticor : quelle idéologie anime véritablement l’association anti corruption ?

Anticor prétend être garante de la morale républicaine. Visiblement, elle cherche plutôt à sauver le modèle social-démocrate, philosophiquement et légalement basé sur la corruption.

Sirop contre les ripoux

Publié le
Anticor : quelle idéologie anime véritablement l’association anti corruption ?

Anticor est une association anti corruption.

Anticor, qui fête son dixième anniversaire, se présente comme une "association d’élus et de citoyens contre la corruption". La formule figure en préambule de ses statuts. On la retrouve schématisée dans sa dénomination et dans son logo qui représente un médicament censé guérir de la corruption. Tout cela semble parfaitement clair au premier abord. Pourtant si l'on s'intéresse à ce qu'Anticor défend au lieu de se laisser bercer par ce qu'elle combat, les choses sont un peu moins limpides.

La corruption légale, ça existe !

Ce que l'on désigne habituellement par corruption en politique est un ensemble d'opérations illégales, par exemple, l'utilisation de ses fonctions d'élu pour s'enrichir personnellement ou le financement des partis politiques obtenu par surfacturation d'appels d'offres publics.

Normalement c'est à la police et à la justice de traiter les cas de corruption puisqu'ils sont punis par la loi. Pourtant, tout en ayant choisi un slogan et une dénomination sans ambiguïté, Anticor s'attaque à des pratiques parfaitement légales. Citons, sans être exhaustif :

  • le cumul des mandats,
  • la pratique des "réserves parlementaires",
  • l'emploi par des élus de membres de leurs famille (Anticor ne va pas jusqu'aux amis),
  • l'élection ou la réélection d'individus ayant été condamnés pour des délits ayant trait à la gestion de l'argent public,
  • le lobbyisme des entreprises (lorsqu'il "dérive"),
  • le jugement des Ministres par leurs pairs, au travers de la cour de justice de la république, etc.

Anticor admet donc que l'on peut appeler "corruption" des comportements complètement légaux, ce qui signifie qu'à côté de la corruption illégale existe une corruption légale.

L'anti-corruption n'explique pas tout

Ceci posé, quel est le but réel d'Anticor, sous-marin à peine immergé, de la gauche socialiste et écologiste ? Théoriquement ouverts à toutes les tendances, "de droite, de gauche, du centre et écologistes", les principes de l'association ne semblent pas susciter l'enthousiasme des candidats UMP, qui furent seulement trois à signer sa charte éthique en 2012. Fait plus étonnant, l'adhésion à l'association et la signature de sa charte sont interdites aux candidats du Front National.

Si le but d'Anticor était uniquement la lutte contre la corruption, pourquoi exclure un candidat FN qui serait prêt à s'engager contre le cumul des mandats ou la pratique des réserves parlementaires ? Et s'il faut éliminer les candidats des partis censés représenter un danger pour la démocratie, pourquoi ne pas écarter les communistes ? Les régimes communistes seraient-il soudainement devenus des modèles de démocratie et de lutte contre la corruption ?

On le voit bien, la lutte contre la corruption ne suffit pas à expliquer le positionnement d'Anticor, d'autant plus que le Front National a justement un message anti-corruption très marqué. C'est le fameux "tous pourris", que le FN diffuse à longueur de campagnes avec un succès grandissant.

Au contraire du FN, l'idée d'Anticor, c'est d'apporter une réponse positive au sentiment de défiance des Français face à la classe politique et à la haute administration. Car malgré la propagande débridée de l'audiovisuel public en faveur de l'étatisme, malgré la diffusion de masse de bulletins municipaux, départementaux, régionaux, chargés de conter les bienfaits de l'administration, malgré les "journées du patrimoine", malgré les palais, les fêtes et le sport de haut niveau, censés impressionner ou occuper le peuple, les français se méfient de plus en plus de leur administration et de leurs élus.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par N_kTa - 15/11/2012 - 08:06 - Signaler un abus Puisqu'il est beaucoup

    Puisqu'il est beaucoup question en ce moment d'assainir la vie politique en France, à quand un rapport Jospin ou Anticor sur l'argent des syndicats ? un rapport qui serait largement DIFFUSÉ cette fois, contrairement au précédent. Oui, un beau un rapport sans concession et sans parti pris, seulement les faits sur l'ARGENT DES SYNDICATS et ce qu'ils en font.

  • Par Mani - 15/11/2012 - 08:49 - Signaler un abus Anticor est une antenne du

    Anticor est une antenne du PS, on l'a démontré dans cet autre sujet : http://www.atlantico.fr/decryptage/anticor-proche-proche-pouvoir-apres-taubira-marraine-association-decision-fiscale-administration-en-faveur-xavier-bebin-510932.html. Son but réel n'est donc pas de lutter contre la corruption mais de donner une bonne image du PS de ce point de vue-là.

  • Par sellami - 15/11/2012 - 09:32 - Signaler un abus argent syndicats

    De Hédy Sellami, ancien journaliste pour des journaux de la cgt Il vous suffirait de chercher quelques secondes sur internet avec mon nom pour lire, sur divers sites, des témoignages détaillés concernant ce que j'ai vu à la cgt : détournements de fonds, enveloppes, emplois fictifs etc. Mais encore faut-il prendre la peine de chercher … Anticor a été l'une des seules personnes physiques ou morales à accorder quelque attention à mon affaire; Jean-Luc Touly m'a reçu et m'a proposé son aide; madame Lepage avait donné mes coordonnées à un journaliste qui enquêtait sur l'argent des syndicats, après que je l'eus contactée.

  • Par sellami - 15/11/2012 - 09:33 - Signaler un abus argent syndicats suite

    Par contre, ces messieurs d'Atlantico sont mal placés pour faire la leçon … J'ai contacté Atlantico après avoir été entendu par la commission Perruchot; j'ai proposé à Atlantico de publier un texte sur le site; Atlantico non seulement s'est bien gardé d'évoquer mon témoignage, mais ne m'a même pas répondu. Atlantico n'a d'ailleurs pas informé ses lecteurs de mon audition devant la commission d'enquête, et, dans sa revue du web, Atlantico a soigneusement évité de signaler la publication de mon audition sur owni. Pire encore : monsieur Verhaeghe, qui tient une chronique régulière sur Atlantico, où il fait régulièrement semblant de démolir les syndicats, a osé publier un texte dans lequel il affirme péremptoirement que Bernard Thibault ne perçoit pas d'enveloppe, ce qui va à l'encontre de mon témoignage et notamment de ce que j'ai dit devant la commission Perruchot (audition publiée par owni). On est ici dans le mensonge pur et simple, dans la désinformation caractérisée. En vérité, Atlantico fait comme le reste de la presse française, hormis owni : feindre de critiquer les syndicats et remuer du vent mais prendre bien soin d'organiser l'omerta afin que la vérité ne sorte pas.

  • Par sellami - 15/11/2012 - 09:33 - Signaler un abus argent syndicats fin

    Avant de s'en prendre à Anticor de ne pas parler des syndicats, il faut commencer par s'en prendre à l'ensemble de la presse … dont Atlantico ; presse qui, depuis presque douze ans, organise l'omerta afin que les citoyens ignorent ce qui se passe à la cgt. J'espère que mon commentaire ne sera pas censuré, comme l'est mon témoignage depuis des années … Hédy Sellami

  • Par sellami - 15/11/2012 - 09:58 - Signaler un abus argent syndicats fin

    Dans un article où monsieur Verhaeghe feint de se demander si Thibault serait vaguement une sorte de Dark Vador, monsieur Verhaeghe écrit que monsieur Thibault continue à vivre sur un train de vie de militant avec à peine 3 000 euros par mois. Monsieur Verhaeghe a pris la peine de vérifier ? Moi, la cgt , je la connais; moi, je parle de ce que je connais; et je peux certifier que les dirigeants de la cgt ne se contentent pas d'un train de vie de militant lambda ... Hédy Sellami

  • Par laurentso - 15/11/2012 - 10:08 - Signaler un abus Rarement lu un torrent de bêtises

    masquée par un discours prétentieux au vocabulaire choisi chez les médecins de Molière. Avec d'ailleurs des termes mal utilisés, mais passons... Le tout pour nous expliquer que la Démocratie c'est de la merde et que le FN est l'avenir de l'Humanité! Encore bravo.

  • Par N_kTa - 15/11/2012 - 12:58 - Signaler un abus @sellami, vous prenez ça très

    @sellami, vous prenez ça très personnellement visiblement... il ne s'agissait pas d'une attaque dirigée tout spécialement vers Anticorps mais seulement de savoir régulièrement d'où vient et ce que font les syndicats français de leur argent, de le faire savoir et de diffuser largement. Je suis militante anticorruption et sais parfaitement chercher mes sources d'info, merci.

  • Par Alain92 - 15/11/2012 - 14:21 - Signaler un abus Rumeurs, Ragots sont la base de la désinformation

    Je n'ai jamais vu autant de contre-vérités à propos d'ANTICOR... ANTICOR est bien une organisation trans-partisane, même si les socialistes en tirent aujourd'hui un meilleur parti que la droite. Le débat sur la participation de Taubira à son comité de parrainage frisait la manipulation ( la soupçonner, sans aucunes preuves, de manipuler cette association est carrément diffamatoire ). Le débat d'aujourd'hui sur la sensibilité socialiste d'ANTICOR est totalement contredit par la remise d'une "casserole 2012" aux 215 parlementaires socialistes cumulards. Pourquoi autant d'agressivité contre ANTICOR ? Peut-être parce qu'ANTICOR dérange car cette association est financièrement 100% libre (100% de ses ressources proviennent des dons et adhésions) et de ce fait elle n'est manipulable par personne... Mais Atlantico ne pratique pas le journalisme, juste une médiocre propagande. Plutôt que lire n'importe quoi, le mieux est de s'informer à la source : www.anticor.org En remerciant Atlantico d'assurer, à son corps défendant, une aussi bonne promotion de cette association. ;-)

  • Par Florent Deliesle - 15/11/2012 - 15:24 - Signaler un abus Point de vue étriqué

    Si on cherche la petite bête on trouve toujours quelques choses à redire. Oui anticor est une émanation de partisans du parti socialiste. A cet égard iles reprennent certaines idées de gauche parfois excessive (notamment la paranoïa du front national). Mais anticor veut se détacher de la toute puissance des élus. Les membres d'anticor s'attaquent avant tout à la corruption présente dans le parti d'origine de ses membres. Beaucoup se sont mis en porte-à-faut de grand pontes du parti socialistes qui trempent dans des affaires très très éloignées de la légalité. Il y aurait de quoi faire de vrais scandales. Je connais personnellement des membres d'anticor et je peux dire qu'ils ont des dossier à la hauteur de celui de DSK/ Tron, voir pire. Ils ont connaissance des faits délictuels voire criminels mais ils ne peuvent agir aussi facilement qu'on peut le penser. les pressions sont fortes, les lobbys partisans également et cela rejaillit sur la qualité de la justice.

  • Par J'accuse - 15/11/2012 - 16:42 - Signaler un abus Bons principes manipulés

    Quand j'ai vu que cette association poursuivait en justice Sarkozy pour abus de sondages tout en ignorant totalement les délits majeurs perpétrés par certains élus socialistes depuis longtemps (Bouches-du-Rhône et Pas-de Calais entre nombreux autres), j'ai compris quels étaient ses véritables motivations. Considérer aussi que le cumul des mandats est une corruption est une ineptie totale, issue d'une idéologie prise pour vérité universelle. Le principe d'une association citoyenne scrutant les élus et proposant des lois plus rigoureuses de bonne conduite est excellent, mais il est perverti par cette association qui voit surtout des violations, ou supposées telles, d'un seul côté du spectre politique.

  • Par Djamar - 16/11/2012 - 12:49 - Signaler un abus Un éclaircissement SVP !

    Scusez-moi. J'ai pas bien compris en quoi a "la sociale-démocratie est, fondamentalement, philosophiquement et légalement un système basé sur la corruption". Pas trouvé d'explication dans le texte... Si quelqu'un peut me l'expliquer, surtout pour la partie légale. Merci

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Cohen-Dumouchel

Alain Cohen-Dumouchel anime le mouvement des libéraux de progrès au sein d'Alternative libérale.

Chef d'entreprise dans le domaine informatique et passionné de philosophie politique, il se définit comme marchand-philosophe.
Socialiste repenti, il pense que le nid du libéralisme est à gauche et que le coucou socialiste doit en être chassé.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€