Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alain Madelin : "L'austérité est une politique sans espoir, ce n'est pas une politique libérale"

Pour le libéral et ancien ministre de l'Economie et des Finances Alain Madelin, la politique d'austérité budgétaire imposée à la France rapproche le pays d'un scénario similaire à celui que connaît la Grèce.

Tragédie grecque

Publié le - Mis à jour le 19 Décembre 2014
Alain Madelin : "L'austérité est une politique sans espoir, ce n'est pas une politique libérale"

L'austérité n'est pas libéral, pour Alain Madelin Crédit Reuters

Atlantico : Cette semaine a été marquée par la loi croissance et activité présentée par le ministre de l’économie Emmanuel Macron, loi globalement perçue comme étant de nature libérale. Portez-vous un jugement bienveillant sur son contenu ? Et plus généralement sur l’orientation économique prise par le gouvernement ?

Alain Madelin : Non. Fondamentalement, la loi Macron est une loi d’affichage politique qui répond aux exigences de Bruxelles. Cette loi fait le service minimum. Car il est évident que le travail de quelques dimanches de plus ou les quelques modifications périphériques du statut de telle ou telle profession n’auront rigoureusement aucun impact sur la croissance.

Et sur le pacte de compétitivité ? N’est-ce pas une politique répondant aux demandes des "libéraux" ?

La réalité est qu’il ne s’agit pas d’une politique libérale. Elle est perçue comme telle, mais il s’agit d’une politique que j’appelle de "droiche patronale". C’est-à-dire un mélange de la droite et de la gauche auquel je rajoute le mot de patronal. C’est  l’idée que notre problème de compétitivité serait essentiellement lié à un problème du coût du travail. Idée articulée très fortement par les patrons. Il est vrai que notre coût du travail  a augmenté plus vite que la productivité, on a donc distribué plus de salaires. Ce qui pose, à la faveur de la crise, une question de compétitivité, que l’on ne peut plus résoudre comme on le faisait autrefois par la dévaluation.

Donc, on essaye de trouver un substitut et il s’agit de cette dévaluation fiscale qui consiste, au fond, à avoir un effet équivalent à une dévaluation en diminuant le coût du travail et en le faisant payer par les salariés eux-mêmes. Dans le même temps, on met en place une politique d’austérité budgétaire. Il est absolument dramatique de faire passer cette politique-là comme étant libérale. Pourtant, beaucoup de gens en sont convaincus, ce qui est absurde.

Vous ne croyez pas en la nécessité de procéder à cette politique d’austérité budgétaire ?

Nous allons couper dans les remboursements sociaux, nous allons supprimer des services publics, nous allons pousser les salaires à la baisse... Ce serait identifier le libéralisme à une purge. Et le libéralisme n’est pas une purge, c’est un fortifiant. Cette politique-là nous mènera dans le mur. Les efforts engagés sont sans effet sur la dette, comme cela est le cas en Grèce, en Espagne ou au Portugal.

On a donc le sentiment, en plus, que les efforts sont inutiles. C’est une politique sans espoir. On essaye de faire croire que l’idéal de compétitivité pour la France serait d’avoir des salariés avec des revenus tchèques. Il n’y a rien de plus désespérant. Ce n’est pas une politique libérale, c’est une politique de déflation salariale et d‘austérité publique. Alors qu’une politique libérale serait une politique de reflation capitalistique et d’efficacité publique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MarcusVinicius - 14/12/2014 - 10:33 - Signaler un abus Mouais... J'ai connu Alain

    Mouais... J'ai connu Alain plus inspiré. Serait-il en train de virer sa cutie keynésienne ? Moi je reste hayekien, je conserve mon bon sens paysan : on ne dépense pas plus au niveau collectif que ce qu'on a comme revenu. Point barre. S'il le faut on réajuste le périmètre de l'Etat, et on dérèglemente au profit du privé une grande partie des anciennes prérogatives de l'Etat.

  • Par Benvoyons - 14/12/2014 - 11:05 - Signaler un abus Le papier de Madelin est très interressant car il parle bien

    d'une réforme de l'Etat ( maintenant croire à la créativité que des Fonctionnaires est parfaitement naïf). La refonte de l'Etat et des besoins de l'Etat doivent passer par les Fonctionnaires et par ( à 60%) par le privé. Le privé étant le payeur et l'utilisateur. Sans le payeur et l'utilisateur vous ne faites que des réformes pour le plaisir d'un entre nous et donc sans diminution des coûts et sans efficacité des services de l’État.). Faire les réformes réelles de l’État et relancer sans subvention est juste. Car cela veut dire fin de l’assistanat comme dogme car c'est la fin de l'achat des voix des élections par la gauche et le FN MLP. Cela me semble juste et adapté.

  • Par zouk - 14/12/2014 - 12:39 - Signaler un abus Madelin , libéralisme verbal et réel

    Que de bon sens dans cette opinion. Toute la politique socialiste semble aujourd'hui se résumer à subventions, aux chômeurs, RSA aux entreprises.... avec quelles ressources? Des impôts bien sûr et de plus en plus paralysants. Benvoyons l'exprime autrement, mais cela signifie la même chose.

  • Par vangog - 14/12/2014 - 13:04 - Signaler un abus Les solutions de Madelin sont intéressantes et son diagnostic

    est fondé. Il est regrettable que la politique de l'UMPS se soit foncièrement écartée des solutions qu'il proposait à l'époque où il se présentait à la Présidentielle et où il obtenait 3,91 % ( j'ai voté pour lui en 2002). 3,91%, c'est grosse-modo le score du Libéralisme en France, alors que la France est en train de se découvrir libérale (sic)...mais Madelin, ancien de l'Occident et du Front des Étudiants Nationalistes à été impitoyablement laminé par le rouleau-compresseur de la pensée unique. Lorsqu'il informe que Mitterrand avait dirigé, pendant quelques mois, un journal détenu par Eugène Schueller (extrême-droite), il est condamné parcequ'il disait la vérité! Les solutions économiques de l'UMPS sont le contraire de ce que préconise Madelin, depuis quarante ans. La pensée unique délivrée par les gauchistes qui ont colonisé Médias, Syndicats et association a vaincu toute velléité libertaire...

  • Par elvin - 14/12/2014 - 15:44 - Signaler un abus Oui, mais

    La proposition de l'ami Alain, supprimer à la fois les subventions aux entreprises et un montant égal d'impôts, en commençant par ceux que paient les entreprises, est évidemment la plus conforme à l'idéal libéral et probablement ce que le gouvernement pourrait faire de mieux. Au passage, on pourrait remercier les fonctionnaires qui gèrent ces subventions et collectent ces impôts,donc en gros supprimer les ministères de l'écologie bla bla et de l'Industrie plus quelques départements des autres, réduire d'au moins moitié les effectifs du Ministère des Finances, vendre ou louer les locaux qu'ils occupent, etc, ... Mais qui peut espérer qu'un gouvernement, quelle que soit sa couleur, consente à reconnaître qu'il n'a aucun rôle à jouer dans l'économie et à se passer de ses troupes réputées les plus, brillantes ? Sans parler du pouvoir de nuisance de ces mêmes troupes qu'il serait peut-être plus efficace de payer à ne rien faire ! De plus, ces mesures entraîneraient des bouleversements du tissu productif (faute de quoi ça ne serait pas la peine...), qui appelleraient une mise en oeuvre progressive et des mesures d'accompagnement des personnes touchées.

  • Par elvin - 14/12/2014 - 15:45 - Signaler un abus Oui mais (suite)

    C'est tellement plus simple d'augmenter les impôts et d'acheter l'accord des victimes en leur en rendant une partie sous forme de subventions ou de soi-disant "cadeaux fiscaux" ! Et en plus ça donne l'illusion d'être utile.

  • Par Ganesha - 14/12/2014 - 15:50 - Signaler un abus Épouvantails de Staline et de Pol-Pot

    Beaucoup de vérité et de sincérité dans cette interview d'Alain Madelin. Mais lorsqu'il nous dit, dans l'avant-dernier paragraphe : ''Je ne vois pas comment on en sort. Vraisemblablement, il risque d’y avoir des bouleversements politiques  qui sont encore imprévus aujourd’hui''… Là, les papys capitalistes-libéraux, lecteurs d'Atlantico, décrochent. Ils lisent, mais cela ne passe pas leur barrière encéphalique. Ce qu'Alain Madelin vous annonce, c'est la probabilité d'une prochaine révolution néo-marxiste, basée sur le ''Revenu Universel''. Et ne dites donc pas ''J'espère être mort avant'' ! Vous verrez, ce sera tout simplement un progrès pour l'humanité, tout comme la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, les découvertes de l'électricité ou de la Pénicilline. Chers vieux papys, nous vous aimons et nous vous respectons : ne vous ridiculisez pas : les épouvantails de Staline et de Pol-Pot qui sont dans le fond de vos placards sont tout rabougris : ils ne font plus peur aux petits-enfants : ils les font éclater de rire ! Oui, il y a eu d'horribles drames dans le passé, mais le propre de l'espèce humaine est de savoir tirer parti de l'expérience de ses échecs !

  • Par elvin - 14/12/2014 - 15:57 - Signaler un abus @Ganesha

    " Ce qu'Alain Madelin vous annonce, c'est la probabilité d'une prochaine révolution néo-marxiste, basée sur le ''Revenu Universel''" J'ai beau chercher, je ne vois pas le rapport.

  • Par vangog - 14/12/2014 - 16:08 - Signaler un abus @elvin détrompez-vous, car le FN estime qu'il a un rôle

    très important à jouer dans l'économie et la re-industrialisation de notre pays....mais pas à base de subventions contre-productives et d'assistanat des hommes et des entreprises! Ces fonctionnaires dont les tâches administratives ne seront plus vouées à la comptabilité fastidieuses de ces inutiles opérations de vases communicants programmées par les UMPS, ne seront pas mis au rebut, bien au contraire! leur tâche sera nouvelle, patriotique et totalement productive, dédiée à la défense des entreprises françaises, grandes et petites et à leur relocalisation. Ces fonctionnaires auront à cœur de lutter contre le dumping fiscal et social de l'UE, comme des pays tiers qui manifestent leur prédation industrielle et leur agressivité économique en manipulant leur monnaie et les salaires de leurs esclaves-travailleurs. Enfin, la France pourra imposer à la Chine et aux USA des règles bilatérales équilibrées. Enfin, les pays qui imposent des lois ou des normes interdisant à nos industriels de commercer chez eux, se verront appliquer ces mêmes restrictions à l'intérieur de la France. Notre état ne pourra plus brader ses aéroports aux Chinois et autres prédateurs, comme faisait l'état UMPS!

  • Par Benvoyons - 14/12/2014 - 16:22 - Signaler un abus vangog - 14/12/2014 - 16:08 Vent de Gogue pour Noël demande

    à FN MLP de te fournir des couches culotte avec sa photo et son autographe ainsi que celui de son compagnon " Allio Marine!

  • Par elvin - 14/12/2014 - 16:50 - Signaler un abus @vangog

    Franchement je m'en f;;;s de ce qu' "estime" le FN. Dans le genre étatiste antilibéral, le FN est encore pire que Mélenchon ou Dupont-Aignan.

  • Par vangog - 14/12/2014 - 17:11 - Signaler un abus @elvin vous faites partie de ceux que rêvent du libéralisme

    sans être capable de le comprendre, ni même de l'appliquer! Le libéralisme sans structures régaliennes fortes, est aussi incapable de se développer que la Liberté sans contraintes rigoureuses. Et des structures régaliennes fortes ne sont pas l'étatisme, vous confondez tout!

  • Par elvin - 14/12/2014 - 17:23 - Signaler un abus Merci vangog

    Merci de me donner des leçons de libéralisme. Si vous voulez, j'en ai autant à votre service, mais j'ai peur que ce soit peine perdue.

  • Par Liberte5 - 14/12/2014 - 17:33 - Signaler un abus A. Madelin ne va pas au bout de la réflexion.

    Pour commencer la France ne connait pas encore l'austérité. Il ne dit pas les quelques réformes essentielles pour nous sortir de cette spirale du déclin. Suppression du statut de la fonction publique, ce qui permettra d’ajuster les effectifs aux réels besoins. En finir avec les 35h et supprimer les subventions qui y sont liées aux entreprises. Revoir le code du travail pour s'approcher de ce qui se fait en Suisse. Faire un nettoyage profond des règlements et lois inutiles. En finir avec les subventions aux syndicats patronaux et salariés. Revoir le fonctionnement de la formation professionnelle pour la diriger vers ceux qui ont vraiment besoin d'une formation. Repenser de fond en comble l'éducation nationale en donnant l'autonomie à chaque école d'embaucher et de débaucher le personnel. Permettre aux parents de choisir l'établissement le plus performant. Proposer aux chômeurs des emplois ou une formation. Réduire voire suspendre toute indemnisation en cas de trois refus.Supprimer la sécu et rendre les prélèvements obligatoires aux entreprises et aux salariés. Les uns et les autres vont y gagner. Pour la retraite idem.

  • Par toupoilu - 14/12/2014 - 20:37 - Signaler un abus Excellente son idée d'echanger baisse d'impot

    contre suppression des aides aux entreprises. Reforme libérale s'il en est. Espérons qu'elle sera reprise. Par contre attendre la croissance pour réduire les déficits, ça me parait beaucoup moins pertinent.

  • Par Anguerrand - 15/12/2014 - 07:42 - Signaler un abus Mr Madelin seul ministre libéral vite viré

    à cause précisément de son libéralisme, tout le monde parle de libéralisme en France, voire d'ultra libéralisme, or aucune véritable politique libérale n'a jamais été tenté en France. Nous vivons dans un pays interventionniste ou l'état tente de sauver des entreprises vouées à la mort à coups de milliards et oublie de donner TOUS les moyens aux start up pour réussir en FRANCE ( charges minima comme dans les pays libéraux) et non à l'étranger. Nos gouvernants même de droite n'ont jamais fait de véritable politique libérale. C'est la seule option jamais réellement tentée en France pourtant qui réussit si bien dans les pays anglo- saxons. Il n'en reste pas moins que la gauche adore taxer la droite de gouvernement d'ultra libérale, et le FN avec MLP, a définitivement opté pour le national- socialisme qui a déjà fait tant de dégâts. Le FN recrute les vieux socialos comme vangog, et ne fera pas de politique liberale vraie avec des adhérents pareils, ce n'est du reste pas son programme melanchoniste qui fera du libéral. Le système libéral n'a jamais empêché de protéger son économie quand c'est nécessaire pou son économie.

  • Par Ganesha - 15/12/2014 - 08:33 - Signaler un abus Capiche, papy ?

    Ce qu'Alain Madelin dit, dans son dernier paragraphe, à ceux qui ont le courage de le lire et de le comprendre, c'est que la situation actuelle est totalement inacceptable, explosive... et qu'il n'ose plus présenter le Capitalisme Libéral comme une solution d'avenir : ce système, basé sur l'augmentation exponentielle des inégalités est mort ! Aussi mort que le Communisme soviétique ! Capiche, papy ?

  • Par elvin - 15/12/2014 - 09:01 - Signaler un abus @Ganesha

    vous devriez apprendre à lire

  • Par Ganesha - 15/12/2014 - 09:28 - Signaler un abus Lunettes

    Et vous, cher monsieur, à intellectualiser ce que vos lunettes vous permettent encore de déchiffrer !

  • Par Benvoyons - 15/12/2014 - 09:44 - Signaler un abus Ganesha - 15/12/2014 - 08:33 Ton problème n'est pas optique

    c'est clair,mais neuronale! C'est un problème Universel chez les Marxistes FN MLP..

  • Par elvin - 15/12/2014 - 09:46 - Signaler un abus "intellectualiser"

    si "intellectualiser" signifie lire dans le dernier paragraphe d'Alain Madelin qu'il "n'ose plus présenter le Capitalisme Libéral comme une solution d'avenir", alors je préfère ne pas apprendre !

  • Par Anguerrand - 15/12/2014 - 18:42 - Signaler un abus Ganesha le d'jeune

    Cet énergumène se prend pour un intello, et ne voit que des papys à partir du moment ou vous n'êtes pas de son avis, souvent grossier, la grossièreté la défense des faibles et il se prend pour MLP, " nous au FN", est son credo ainsi que UMPS, tous les " arguments bateaux " y passent. Mon petit ganesha vous êtes plus royalistes que le roi. Pour le FN je vous souhaite d'être toujours de l'avis de ce parti, sinon pan- pan cul- cul, viré. Au fait quel age avez vous pour pour vous permettre vos remarques grossières, le travail ne vous étouffe pas trop! Marx votre idole?

  • Par Anouman - 15/12/2014 - 23:27 - Signaler un abus Logique

    C'est clair qu'il faut que l'état arrête de contrôler le revenu national en subventionnant tant les entreprises que les particuliers, voire des lobbies influents. C'est le seul moyen de rendre à chacun son revenu et que chacun puisse voir où il en est. Mais le choc risque d'être tellement traumatisant qu'il est presque certain qu'entreprises ou particuliers (pour ceux subventionnés) ne veulent certainement pas en entendre parler. Sans compter que nos politiques n'auraient plus l'impression d'être des dieux concourant à notre bonheur malgré nous. Avec des idées aussi logiques il a bien fait d'arrêter la politique, M. Madelin, il n'avait aucun avenir.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Madelin

Alain Madelin a été député, Ministre de l'Economie et des Finances et président du Parti Républicain, devenu Démocratie Libérale, avant d'intégrer l'UMP.

Il est l'auteur de Faut-il supprimer la carte scolaire ? (avec Gérard Aschieri, Magnard, 2009).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€