Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Décembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Abus d'idéologie : ce qu'on perdrait vraiment en supprimant le statut d'auto-entrepreneur

Le gouvernement présentera mercredi un projet de loi sur la réforme du statut d'auto-entrepreneur, instauré en 2009 par Hervé Novelli, sans trancher sur la question qui fâche : la limitation du chiffre d'affaires annuel, renvoyée à une commission parlementaire.

Un pas en arrière

Publié le
Abus d'idéologie : ce qu'on perdrait vraiment en supprimant le statut d'auto-entrepreneur

Le régime des auto-entrepreneurs a connu un vif succès auprès du grand public. Crédit Flickr

Atlantico : Le régime des auto-entrepreneurs a connu un vif succès auprès du grand public (plus de 850 000 inscrits) bien qu'il n'ait pas révolutionné l'économie française (90% des auto-entrepreneurs dégageant un revenu mensuel inférieur au Smic) et n'a pas enrayé la hausse de la courbe du chômage. Par conséquent, que perdrait la France à le supprimer ? Quelles seraient les pertes immédiates, et celles à plus long terme ? 

Hervé Novelli : La première constatation que je fais c'est l'impact de ce statut sur la création d'entreprises en France : une création d'entreprise sur deux se fait sous le régime de l'auto-entrepreneur. 80% des auto-entrepreneurs interrogés affirment que sans ce statut, ils ne se seraient pas lancés.

Restreindre ou tuer ce régime reviendrait quasiment à diviser par deux la création d'entreprises en France. Le signal envoyé serait clair : on est contre la création d'activité en France, et on vous met les bâtons dans les roues si vous voulez lancer une activité.

Il y a bien sûr d'autres conséquences. Les auto-entrepreneurs ont déclaré 6,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour 2012. C'est de l'activité, de la valeur ajoutée, donc de la croissance, même si ce n'est pas aussi important que ce qu'on pourrait escompter. En moyenne, les prélèvements sociaux et fiscaux sur les auto-entrepreneurs avoisinent les 20%. Cela fait donc un milliard et demi d'euros qui ne rentra pas dans les caisses de la Sécurité sociale et du budget. Pour un régime qui était censé mettre à mal la protection sociale, on s'aperçoit que c'est celui qui est le plus profitable pour les organismes de la Sécu, sans contrepartie extraordinaire. 

Ce statut a aussi fait émerger du travail qui était auparavant opéré de manière "grise", voire "noire". Par exemple, les sites de e-commerce, secteur en pleine explosion, sont pratiquement tous auto-entrepreneurs. Auparavant, ils n'étaient pas déclarés et les transactions échappaient aux prélèvements. Ma grande crainte, c'est que les nouvelles contraintes, couplées à la hausse de TVA que l'on nous annonce, fassent exploser le travail au noir. 

Gilles Saint-Paul : Les rigidités du marché du travail pénalisent nombre de travailleurs modestes en les empêchant de retrouver un travail parce qu’il n’est pas rentable pour une entreprise de les embaucher, ou en les empêchant d’augmenter leurs revenus en travaillant plus. L’enjeu est donc de juguler le chômage de longue durée et la pauvreté en mobilisant des ressources productives artificiellement inemployées.

Le statut d'auto-entrepreneur était une manière détournée de s’attaquer à la société du non-travail dans laquelle notre pays s’est installée depuis les années 1970. Quant à son effet sur la courbe du chômage, on ne sait tout bonnement pas comment celle-ci aurait évolué en l’absence de ces mesures. Plus généralement, il faut parfois cesser d’avoir les yeux rivés sur la "courbe du chômage" et savoir s’en remettre à la logique et au bon sens.

Les critiques faites à l'encontre des auto-entrepreneurs (dumping par rapport aux artisans, offre de service "au rabais" avec un cadre juridique flou, manière de contourner le droit du travail etc.) sont-elles justifiées quatre après le lancement du statut ? Supprimer le statut serait-il problématique ? Quels avantages pour l'artisanat et pour l'emploi durable cela apporterait-il ? 

Hervé Novelli : On dit partout que les auto-entrepreneurs génèrent peu d'activité et ne sont donc pas très importants. Dans le même temps, on prétend qu'ils sont dangereux en faisant une concurrence déloyale, notamment dans le bâtiment. Dire les deux en même temps, c'est un peu contradictoire... Un auto-entrepreneur sur deux a un projet de développement, mais l'autre moitié n'a qu'une volonté de revenu complémentaire et n'a pas l'ambition de dépasser les plafonds.

L'argument de la concurrence déloyale ne tient pas la route car les charges qui pèsent sur les auto-entrepreneurs ont rejoint celles des indépendants. Pour le secteur du bâtiment, le rapport de l'Inspection générale des finances et l'Inspection générale des affaires sociales a souligné que le chiffre d'affaires des auto-entrepreneurs dans le bâtiment représente 0,5% des entreprises de moins de vingt salariés, qui sont en principe les plus sensibles à cette concurrence. 

La suppression de ce statut ne représente pas un avantage pour les artisans, ce sera même l'inverse. En effet, certains auto-entrepreneurs sont des artisans ! Ils fréquentent la Chambre des métiers et ces dernières feraient bien de voir qu'un certain nombre d'auto-entrepreneurs sont les troupes nouvelles de l'artisanat. Si on supprime le statut, ces troupes fraîches, attirées par la simplicité, ne viendront plus s'inscrire. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lennart - 20/08/2013 - 07:08 - Signaler un abus Ha ces politiques, professeurs et économistes

    champions du double language. On multiplie mais on nous dit vouloir simplifier.

  • Par laurentso - 20/08/2013 - 08:55 - Signaler un abus Marrant ce titre sur "l'abus d'idéologie"

    il s'adresse aux auteurs de ce texte ? Un ramassis de présupposés politiciens (page 2) qui les discrédite. Il n'y a rien de choquant que le gouvernement -quel qu'il soit- réforme un statut récent, aux résultats très contrastés, et dénoncé par beaucoup de petits patrons et artisans. Le reste est de la politique politicienne sans intérêt.

  • Par Vinas Veritas - 20/08/2013 - 09:04 - Signaler un abus Lutter contre la pest ou la calvitie

    N'importe quel politique majoritaire actuel clame lutter contre la maldie du sujet Français. Aucun ne veut s'attaquer à la racine du mal mais discourir sur les effets à faire disparaitre. Il en est ainsi du chomage et des pertes d'emploi L'emploi : ce n'a jamais été le seul statut de salarié. Salaire, ce mot qui maintenant désigne les revenus du travail de tous ceux qui reçoivent honoraires, cachets ou autres en opposition à ceux qui, honte sur eux, récupèrent pour vivre le bénéfice d'une activité de finance. Ils,ceux-là, n'ont toujours pas compris que l'emploi est un sous-produit de l'activité des entreprises et que c'est par les entreprises saines que le chomage disparait. Engloutir les ressources dans la lutte contre le chomage est une bataille sans fin lorsquela cause destrutrice d'emplois reste plus d'actilaté que jamais.

  • Par ledevois - 20/08/2013 - 09:22 - Signaler un abus ça rapporte pas assé le statut !

    virer le plus grand nombre de grabataire zozotan chez les politiques , -- tous ces vieux qui ne servent à rien !! plutot que d'emmerder des gens qui essayent de vivre comme ils peuvent !

  • Par EOLE - 20/08/2013 - 09:24 - Signaler un abus Ce statut n'est pas idiot

    Le problème est qu'il n'implique aucune comptabilité autre que celle du chiffre d'affaires (CA) alors que, pour éviter les abus, il faudrait que le seuil à ne pas dépasser se rapproche de la valeur ajoutée (VA). Une activité de services purs c'est une VA voisine de 90% du CA; une activité avec fournitures ou revente c'est une VA de l'ordre de 50% du CA. Donc pour un revenu identique de l'auto-entrepreneur le seuil de CA pour une activité de services devrait être d'environ la moitié de celui d'une activité de revente. Des chiffres annuels respectifs de 20000 € et de 40000€ pour le CA ne poseraient probablement pas de problème aux professionnels tout en permettant un développement continu de l'auto-entreprise.

  • Par Anguerrand - 20/08/2013 - 09:56 - Signaler un abus Statut autoentrepreneur

    Pourquoi ne pas modifier ce statut afin de créer une 2 eme tranche un peu plus imposé . Actuellement le risque c'est que ceux ci travaillent au noir des le plafond atteint,ce serait donc une solution incitative afin d'éviter trop d'abus . Il est de notoriété publique que le travail au noir existe également,seul un système de contrôle efficace peut limiter ces abus,en particulier contrôles chez les fournisseurs de matériaux et autres castorama

  • Par Froggy - 20/08/2013 - 10:27 - Signaler un abus Il faut bien renvoyer l'ascenseur aux artisans...

    et aux chambres des métiers (encore une pléthore de fonctionnaires Ô combien utile !) qui depuis des lustres réclament à corps et à cris la suppression de l'auto-entreprenariat qui leur fait soi-disant de l'ombre. Tout le monde ne peut pas monter une entreprise viable et taxable à merci. Certains s'en servent comme d'un complément de salaire en cumulant les jobs. Parmi eux, des personnes qui essaient d'échapper au RSA et autres aides sociales, des mères de famille qui montent leur petit commerce pour ajouter du beurre dans les épinards, des artistes qui vivotent de leurs oeuvres et prestations, des jeunes qui cherchent à se lancer sans prendre trop de risques. Il faut voir comment ce statut va être tripatouillé pour se transformer en une usine à gaz inutilisable. Encore une grande décision indispensable de ce gouvernement.

  • Par jerem - 20/08/2013 - 10:33 - Signaler un abus quel exploit !!! en effet !

    "La première constatation que je fais c'est l'impact de ce statut sur la création d'entreprises en France : une création d'entreprise sur deux se fait sous le régime de l'auto-entrepreneur." voila un ministre qui avec son gouvernement nous a servi le discours sur le probleme de la france se trouve dans le nombre des PME de plus de 500 personnes ..... mais il est tout content de nous sortir ce constat parfaitement stupide car ces creations "d'entreprises" sont de nano-creations sans comparaisons avec la creation d'entreprise dument patenté qui ne font pas moins de 3800 euros de ca trimestriel ne serait ce que pour payer un loyer .

  • Par jerem - 20/08/2013 - 10:37 - Signaler un abus quel exploit !!! en effet ! avec quelle activité

    grosse reussite en effet .... 49% d'auto entrepreneurs sans chiffre d'affaires déclarés ...... on voit cela partout dans les entreprises dument patentées .... les coquilles vides c'est bien connu cela fait le gros de la creation d'entreprise..... surtout quand cela coute rien en declarations diverses et variés .... on a une autre idée conne dans le meme genre on va decrete que le nombre de logement ne se définit pas a la porte du dit logement mais a partir des porte de chambre . Comme cela avec les colocations en nombre on annoncera la creation incroyable de logements en france ... et on sera ravi .....

  • Par jerem - 20/08/2013 - 10:41 - Signaler un abus et alors ?

    "Restreindre ou tuer ce régime reviendrait quasiment à diviser par deux la création d'entreprises en France" alors qu'avoir la moitié des inscrits sans chiffre d'affaires c'est nettement plus franc pour l'affichage .... au fait entre diviser le nombre de creation d'entreprise a chiffre d'affaire nanoscopique et avoir nettement moins de creations d'entreprise a plus de 250 salaries manifestement certains preferent pour l'affichage (et surtout pour le demontage des CDI car rien n'est innoncent dans ce discours) se feliciter d'un taux sans aucun interet . ce qui importe c'est la croissance de richesses alors s'il s'agit d'emietter avec des unites sans vigueur ... merci, le retour au buisiness à la piece de grand mere .... on a les livres de mamie avec les photos noir et blanc et les recits de grand mere sur la grande epoque du salaire à la piece payé chaque jour ....

  • Par jerem - 20/08/2013 - 10:53 - Signaler un abus egalité des charges des indépendant . Le pipeau ministériel

    "L'argument de la concurrence déloyale ne tient pas la route car les charges qui pèsent sur les auto-entrepreneurs ont rejoint celles des indépendants." alors c'est bete mais l'ordre des experts comptables a sorti en 2010 et met a disposition un simulateur en 2013 qui demontre parfaitement le contraire . le ministre aurait mieux fait d'actualiser sa documentation issue de l'ordre des experts comptables qui , c'est etrange , faisait meme croire que l'auto entrepreneur payait plus que la micro entreprise ..... 2009 . l'auto entrepreneur paie 4% de plus que le micro entrepreneur (page3) www.bfc.experts-comptables.fr/content/download/1952/15541/version/2/files/Statuts14-05.pdf 2010 : bascule soudaine , le micro entrepreneur avec le meme exemple qu'en 2009 paie soudain 42% DE PLUS que l'auto entrepreneur. UNE PAILLE !!! page 3 http://www.experts-comptables.fr/csoec/content/download/311539/7119084/version/10/file/20100414_Comparatif_des_statuts_de_l_entrepreneur_individuel_def le simulateur 2013 - meme désequlibre http://www.experts-comptables.fr/csoec/Focus-bases-documentaires/Auto-Entrepreneur/Simulateur-Auto-Entrepreneur-version-entreprise

  • Par jerem - 20/08/2013 - 11:04 - Signaler un abus tres belle démonstration de l'importance des creations

    "le chiffre d'affaires des auto-entrepreneurs dans le bâtiment représente 0,5% des entreprises de moins de vingt salariés, qui sont en principe les plus sensibles à cette concurrence." comme c'est interessant , apres la scene dramatique sur la tuerie de la moitie des creation d'entreprises par la grace des auto entrepreneurs ..... en attendant les urssafs confirment que les secteurs de creations des auto entrepreneurs sont majoritairement : la construction , la restauration .... les fameux secteurs deja bien identifié pour leur lutte contre le marché noir et les déclarations pleines et entieres note acoss mars 2013: "Environ 51 000 auto-entrepreneurs (6,1%) ont déclaré un chiffre d’affaires trimestriel (CA) supérieur à 7 500€, dont environ 26 000 qui ont dégagé un CA supérieur à 10 000€ Parmi ces 26 000 cotisants, les principales activités exercées sont laconstruction, le commerce et l’hébergement et la restauration. " 51.000 sur 840.000 inscrits non radiés..... http://www.acoss.fr/dmdocuments/acoss/Communiqu___Acoss_28_03_2013.pdf

  • Par victimedelass - 20/08/2013 - 11:06 - Signaler un abus Quitter la SS.

    Pourquoi insister sur ce statut ? Quittez la sécurité sociale et ne payez plus l'URSSAF, le RSI et les caisses de retraites qui sont des compagnies d'assurance illégales en faillite. Si on supprimait toutes les charges sociales des entreprises en permettant aux salariés de s'assurer pour la santé et la retraite auprès d'organismes en libre concurrence, la crise du travail en France disparaitrait du jour au lendemain.

  • Par jerem - 20/08/2013 - 11:06 - Signaler un abus la société du non travail ? c'st pas les pays bas ?

    "Le statut d'auto-entrepreneur était une manière détournée de s’attaquer à la société du non-travail dans laquelle notre pays s’est installée depuis les années 1970." dites donc les pays bas, 50% de travail a temps partiel et un temps detravail moyen a 30.5h par semaine (par la grace de temps partiel) et toujours leur triple A en poche .... c'est la pas la société du travail réduit ?

  • Par jerem - 20/08/2013 - 11:14 - Signaler un abus creer les conditions de la fraude

    il a fallu 30 ans pour voir le regime du forfait supprimé et novelli a remis sur rails une régime qui est dans sa version au long cours , la nouvelle forme du regime a fuites de chiffres d'affaires . le ministre ne voyait pas trop le probleme des contrats de travail déguisés par le statut d'auto entrepreneur . Evidemment il ne voit pas ou est la fraude fiscale par non declaration ..... cela fait 4 ans de statut ... quel bilan sur la relaité et la sincerite des declaration ??? on va bientot découvrir que ce chiffre d'affaires ne fait l'objet d'aucun controle des services fiscaux contrairement aux PME celles qui font du CA equivalent a des centaines d'auto entrepreneurs d'un coup ...

  • Par Jeanne1412 - 20/08/2013 - 11:39 - Signaler un abus QU ILS FASSENT LA CHASSE AUX FRAUDEURS DES AIDES SOCIALES !

    MAIS LA , ILS TOUCHERAIENT A LEUR ELECTORAT ! EDAM 1ER et sa CLIC préfère s'en prendre à ceux qui essaient de s'en sortir par le travail. UNE HONTE ! Mais pas une surprise, eux qui n'ont jamais mis les pieds dans une entreprise pour y travailler... - HOLLANDE DEGAGE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Par jerem - 20/08/2013 - 11:52 - Signaler un abus les affirmations gratuites ....

    "Mais tous ces gens qui veulent créer leur activité pour gagner un peu d'argent ne sont pas les affreux capitalistes ou les grands financiers. Ce sont souvent des chômeurs ou des travailleurs pauvres qui sont plutôt enclins à être la clientèle, occasionnelle ou régulière, du Parti socialiste" 1- donc les chomeurs et les travailleurs pauvres sont plutot socialistes .... 1er nouvelle ...; on en parlera a Marine et a Nadine egalement 2- les auto entrepreneurs sont plutot des travailleurs pauvres et des chomeurs ..... ca sort d'ou encore cette affirmation gratuite... l'union des auto-entrepreneurs avec opinion way font des études regulieres . la derniere faisait un regroupé d'intitulé "46% sont auto-entrepreneur sans autre activité dont demandeurs d’emplois" Mais l'avant-derniere etude etait bcp plus précise : chomeurs: 8% dont 3% de non indemnisé ..... et 22% de salariés (dont aucune information dit qu'il s'agit de travailleurs pauvres) concernant la part des revenus : la 9e etude indique que pour 44% des chomeurs , leur activité d'auto entrepreneur représente moins de 10% de leurs revenus et pour seulement 21% plus de 50% de leurs revenus . loin de propos gratuits

  • Par jerem - 20/08/2013 - 11:54 - Signaler un abus les analyses 8 et 9 sont là

    les sondages d'opinion way qui donnent tout autre chose que les propos ministériels caricaturaux la 8e vague http://www.union-auto-entrepreneurs.com/sites/default/files/2/files/uae-fondation_le_roch_ram_8eme_observatoire_de_l_auto-entrepreneur_juin_2012_vf-1.pdf la 9e vague http://www.union-auto-entrepreneurs.com/sites/default/files/2/files/ObservatoireAutoEntrepreneur-9eVague-UAE-FondationLe%20Roch.pdf

  • Par JP34 - 20/08/2013 - 11:57 - Signaler un abus Ne soyez pas naîf: Pour une

    Ne soyez pas naîf: Pour une fois l’idée du statut de l''entreprise auto entrepreneur était une excellente idée politique, à faire évoluer, en favorisant son développement. Mais malheureusement, l'administration maquée par les syndicats reprend, comme toujours, le dessus sur toute les réformes, et va torpiller en règle cette excellente idée destinée à réduire le chômage. N 'oubliez pas que l’autoentrepreneur n'est pas un salarié et échappe à la mafia syndicale. Les syndicats n'ont aucun intérêt à soutenir un régime qui leur échappe.

  • Par jerem - 20/08/2013 - 12:00 - Signaler un abus @Jeanne1412 - 20/08/2013 - 11:39

    mettez vous au parfum . la fraudes aux cotisations sociales est nettement plus importantes ....; faudrait pas oublier la surefficacite del a chasse obtenue avec les reductions d'effectifs à l'inspection du travail et à bercy . la chasse il faut la voir en grand quand on n'est pas borgne et primaire pour vous ces article du figaro "le rapport parlementaire évalue la fraude existante aux prélèvements (cotisations patronales et salariales non versées en raison du travail au noir) entre 8 et 15,8 milliards et celles aux prestations (indemnités d'arrêts maladie, allocations familiales, RSA etc..) entre 2 et 3 milliards. " http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/06/21/04016-20110621ARTFIG00742-les-fraudes-sociales-estimees-a-20-milliards-d-euros-par-an.php http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/12/14/04016-20101214ARTFIG00752-fraude-les-entreprises-epingleesa-leur-tour.php

  • Par jerem - 20/08/2013 - 12:02 - Signaler un abus @JP34 - 20/08/2013 - 11:57

    d'ailleurs c'est meme pour cela que les artisans , bras armé de la "mafia syndicale" oeuvre pour restreindre le regime de l'auto entrepreneur au long cours ... evidemment.

  • Par jerem - 20/08/2013 - 12:04 - Signaler un abus @Jeanne1412 - 20/08/2013 - 11:39

    rappelez nous deja la carriere en entreprise de francois fillon ... on a un probleme dans sa bio .

  • Par vangog - 20/08/2013 - 12:04 - Signaler un abus Pour harmoniser le statut social et fiscal des

    auto-entrepreneurs et des artisans, ce gouvernement avait 2 solutions: Soit baisser les charges et la fiscalite des artisans et ne pas revenir sur les statut des auto-entrepreneurs. Soit augmenter les charges et impôts des artisans (avec la prochaine aggravation fiscale et la réforme socialiste des retraites), et détricoter le statut des auto-entrepreneurs. Comme à son habitude, il va choisir la plus réactionnaire des mesures, celle qui réchauffe, un peu plus, l'enfer fiscal et social français...

  • Par jerem - 20/08/2013 - 12:07 - Signaler un abus @JP34 - 20/08/2013 - 11:57

    l'auto entrepreneur doit reste un moyen de tester un business avec des formalites simplifiées mais pas un statut au long cours..... on nous a suffisamment gavé avec ces fameuses starts-up dont les createurs sont tellement chef d'entreprise qu'il ont fait un scandale pour ne pas pouvoir vendre au plus vite leur affaire .... Rien a voir avec le chef d'entreprise de PME qui crée et developpe son activité sur la durée .....

  • Par jerem - 20/08/2013 - 12:11 - Signaler un abus @ vangog - 20/08/2013 - 12:04

    il est vrai que le gouvernement de novelli a effectivement reduit les impots des entreprises .... jusqu'a la farce de la taxe pro qu'un specialiste fiscal de l'ump prétendait avoir eu un effet de plus de 20 milliards ..... on a vu ..... effectivement que la droite était nettement moins imposante. meme fillon nous a fait sa sortie :"nous sommes le gouverment qui a le plus augmenter les impots des plus riches" , c'est dire comme l'esprit TEPA s'etait effiloché . http://www.dailymotion.com/video/xn4gg5_le-chiffre-de-la-semaine-par-jerome-chartier-taxe-professionnelle_news

  • Par jerem - 20/08/2013 - 12:37 - Signaler un abus "la société du non-travail "

    " la société du non-travail dans laquelle notre pays s’est installée depuis les années 1970" l'insulte ministérielle pour les millions de salaries qui ont été licencies dans des industries pendant des dizaines d'années ..... un fonction d'etat pour avoir a lire cela .... comment faire l'histoire d'un pays .... Dites donc la société du non travail , il faut aller relire les etudes COE rexecode dans le détails , ces "faineants" d'allemands qui onr reduits de pres de 190 heures par an leur travail de salarié entre 1998 et 2010 , Pire les non salariés allemands qui ont dimuné de pres de 370 heures les leurs pour avoir moins d'heures effectives que les non salariés francais (2142/2290). une union européenne au format 15 qui a reduit ses temps de travail de pres de 10% sur cette période (98 -2010) avec le pompon le luxembourg a -13% et meme topo pour les non salariés : des moins 15% au pays bas , des moins 13% en grande bretagne .... OUI UN VRAI FLEAU FRANCAIS des années 70 ....

  • Par jerem - 20/08/2013 - 12:38 - Signaler un abus duree du travail la source

    ce serait regrettable de ne pas donner la source : http://www.coe-rexecode.fr/public/content/download/32374/323645/version/3/file/Coe-Rexecode-Doc-Travail-N.29-2012-Annexe-Statistiques-Eurostat-Duree-effective-travail-UE-27.xls

  • Par jerem - 20/08/2013 - 12:40 - Signaler un abus l'abus idéologique .... oui dans ce discours

    avec les poncifs en boucle depuis 2009 et les outrances "autoentrepreneurs chomeurs socialistes" "société du non travail", l'abus d'ideologie on en voit parfaitement un exemple .

  • Par rudi11 - 20/08/2013 - 12:45 - Signaler un abus les lois decrets reglements pleuvent

    et les entrepreneurs fuient à l etranger, libres d entreprendre.... l 'ENA dans toute sa splendeur asphixie le pays, assassine les libertés, etouffe toute initiative ....à pleurer. Un gouvernement de fonctionnaires est en train de prouver son incapacité à diriger, innover et faire cesser les abus en tout genre.

  • Par jean fume - 20/08/2013 - 12:52 - Signaler un abus Un pas en arrière ??

    Non c'est plus que ça ! Les sociolos veulent relancer le travail au noir. Enfin, quand je dis "veulent relancer", c'est une image. Pour cela, il faudrait qu'il aient une notion de la conséquence de leurs actes. Ce qui n'est pas le cas. C'est quasi systématique, par idéologie, ils prennent une mesure, et se rendent compte ensuite qu'elle produit les effets inverses de ceux qu'ils escomptaient. Mais le mal est déjà fait. C'en est pathétique.

  • Par Roy25 - 20/08/2013 - 12:53 - Signaler un abus Là est tout le problème....

    ".......il est politiquement bien plus rentable pour le PS de maintenir des catégories de population dans la dépendance par rapport aux aides publiques, que de leur permettre de s’enrichir en devenant plus productives et en travaillant plus......." Tout le problème est là.... Je suis heureux de pouvoir enfin entreprendre librement, simplement.... Ce statut est à lui tout seul une avancée sociale, une source de talent, un remède anti-déprime, de la liberté retrouvée...

  • Par jerem - 20/08/2013 - 13:13 - Signaler un abus @Roy25 - 20/08/2013 - 12:53

    et donc l'épanouissement bien comprehensible d'une activité dont on est à l'initiative ne passe pas par son developpement et le passage normal au regime micro entreprise? PS: les aides publiques ... vous parlez notamment des credit impot recherche et exonerations de charges sociales patronales ? (dans les 35 milliards pour le tout) (sans compter les subventions des collectivités )

  • Par Roy25 - 20/08/2013 - 13:51 - Signaler un abus LIBERTÉ @Jerem

    Pour une fois qu'on peut entreprendre simplement, librement, s'arrêter du jour au lendemain, démarrer du jour au lendemain... On a un boulot qui ne nous plaît pas trop, on veut se faire plaisir... où est le mal ? On peut s'essayer à toutes sortes d'activités, dans un CADRE LEGAL, simplement, sans se prendre la tête avec 10000 contraintes réglementaires inutiles, on peut choisir de développer son activité ou non... Ca s'appelle la LIBERTÉ , ce n'est pas plus compliqué... Que les plafonds soient réduits, pourquoi pas, mais limiter le dispositif dans le temps.... surtout pas.

  • Par l'anar civilisé - 20/08/2013 - 14:33 - Signaler un abus concurence deloyale!!!

    si ce statut vient a etre plus encadré voir supprimé , c'est autant de travail noir qui reapparaitra quand a la soit disant concurrence; que les artisant(sauf rares exeptions) cessent de prendre les clients pour des "vaches a lait" il n'est plus possible de faire executer aucun travaux par les artisants tant les prix explosent et pas seulement a cause des "charges" mais surtout a cause de leur train de vie et de leurs absences pour "vacances prolongées" tout au long de l'année

  • Par 2bout - 20/08/2013 - 14:49 - Signaler un abus Jerem, la liberté ne s'achète pas !

    Les aides publiques accessibles aux PME ne sont que des entraves à la libre-entreprise, dénaturant au passage la réalité des marchés. L'auto-entreprise est un idéal tremplin pour le créateur. Mais comment faire pour intégrer en leurs seins des syndicalistes : les obliger à cotiser à des caisses sociales gérées par des syndicalistes n'est-il pas déjà suffisant ? Ce que vous qualifiez de "mafieux" syndicats artisans, eux observent, mais préfèrent sans aucun doute ce type de concurrence que celle du travail au noir.

  • Par jerem - 20/08/2013 - 15:18 - Signaler un abus @Roy25 - 20/08/2013 - 13:51

    1- parce que d'autres on prie LE RISQUE d'en faire une activité principale , sans gardefou et qu'il serait un peu trop simple de voir sa liberté sans penser aussi à celle des autres . 2- parce que l'auto entrepreneur avant la loi qui arrive etait sans certitude assuré professionnellement et ce serait dommage de ne pas assurer la sécurité des clients MAIS, je peux comprendre que pour des situations comme des petites retraites , on puisse acter la difficulté d'adaptation ..Encore faut il ne pas trouver normal comme l'ont fait sarkozy fillon un déplafonnement total des cumuls emplois retraite ... ou on touche une retraite issue des cotisations des actifs qui ne sont donc pas retraités ou on revoit les regles du jeu par une décompensation sur la pension versée .... car c'est aussi cela le soutien aux jeunes générations , les fameux petits enfants a qui on laisse la dette ..... curieusement on ne voit pas grand monde contester des retraites (je vais pousser le trait) cadres sup (privé ou public) retraités qui poursuivent un job de consultant ou autres sans aucune limite par la grace sarko fillon .C'est un peu le cas Hidalgo ... je regrette je trouve cela parfaitement anormal.

  • Par jerem - 20/08/2013 - 15:25 - Signaler un abus @2bout - 20/08/2013 -

    vous m'avez mal compris , je me suis mal exprimé . je mettais en rapport la reference aux syndicats de salariés avec les artisans qui ont certes des syndicats professionnels mais n'ont rien a voir avec le sous entendu qui était fait avec les syndicats de salariés. Donc je trouvais risible de parler de la reforme a venir comme une manoeuvre des syndicats (les classiques cgt, sud et cie) alors que les plus actifs a défendre leurs causes ont été les artisans qui ne sont pas vraiment dans le tempo cgt and co. ni plus ni moins .. sinon pour les caisses ... vous devriez vous faire rappeler que ce sont des organismes PARITAIRES .... c'est comme cette douce contine sur les prudhommes ...a en ecouter certains , les trubunaux de prud'hommes ne sont composés que de syndicalistes salariés . eh bien non ! c'est aussi un organisme paritaire (et pas du paritaire à la sauce politique 80/20) .

  • Par jerem - 20/08/2013 - 15:27 - Signaler un abus QUI A PARLE DE SUPPRESSION ?

    a part le titreur d'atlantico , on voit pas trop.

  • Par MONTCLAR - 20/08/2013 - 15:38 - Signaler un abus @jerem

    Merci de vos interventions. Il est assez rare qu'on entende ou lise quelqu'un qui émette le moindre petit début de commencement d'esquisse d'un vague doute quant à la capacité de nos dynamiques chef d'entreprise. Pour en avoir vu un certain nombre de milliers dans le cours de ma carrière, mes propres doutes sont assez anciens. A commencer par le cas du gugusse qui, parvenant avec peine à réunir les 20000 francs (oui, c'est assez ancien) de capital de sa SARL, s'enquerrait des possibilités d'échapper à l'ISF... Remarquez, on pourrait aussi dire avec admiration qu'il avait une stratégie à (très) long terme.

  • Par 2bout - 20/08/2013 - 15:46 - Signaler un abus Organismes paritaires,

    où seule une minorité y trouve son compte. Pour la représentativité : d'après l'INSEE, 8 % des salariés, 3.5 % des artisans, 16 % des agriculteurs ... Quant aux Prud'hommes, "Fous-moi la paix chez moi. Celui-ci, on le sacrifie.", et bien sur le "Code du travail" qui sert de référence à tout jugement.

  • Par patrick25 - 20/08/2013 - 17:30 - Signaler un abus Nada !

    On ne perdrait rien en annulant le statut d'auto-entrepreneur ! Les particuliers auraient ainsi beaucoup moins de tracas. Les auto-entrepreneurs, cela peut être actuellement n'importe qui donc la moitié du temps, des gens qui ne savent pas travailler dans es règles de l'art. Par d'assurance décennale, aucunes garanties. Demander aux huissiers, depuis la création de ce statut, les dossiers de plaintes contre ces pseudo-artisans ont explosé ! Et question recours, vous pouvez vous accrocher. Personnellement j'ai eu affaire à deux d'entre eux, une vraie catastrophe, un couvreur-zingueur et un maçon, lamentable, il faut tout refaire. Cet été, lisez le livre interdit "Têtes à Flaques " en ligne sur : http://www.thebookedition.com/tetes-a-flaques-thiellee-patrick-p-96895.html Bien au contraire, ce dernier a besoin d'une totale refonte.

  • Par ledevois - 20/08/2013 - 17:42 - Signaler un abus emmerder les gens qui travaillent

    le sport préférer de la gauche

  • Par bergame - 20/08/2013 - 19:16 - Signaler un abus Taxes et impôts

    Message 1 Pour moi la vrai révolution en tant qu’entrepreneur individuel serait de savoir quel est pour moi la différence entre déclarer 15000 euros de CA et en déclarer 50000 CA . La différence des deux en termes de charges et énorme, ce qui est normal jusqu'ici . Ce qui l'est moins c'est ce que je recevrais à retraite, CAD presque rien quelques que soit ce que je déclare . Les remboursements sécu sont du même acabits et tout à l'avenant . Pour m'en sortir dans ce pays, je suis obligé de faire un max de black, ce qui m'empêche évidemment de me construire un capital . Le problème est que si je devais déclarer ce que je gagne réellement, je serai smicar pour 60 heures de taf par semaines .Vraiment décourageant, non ? De plus quelqu'un qui n'aurait jamais travaillé de sa vie, à sensiblement la même retraite qu'un petit commerçant . Si je ne suis pas contre une certaines forme de solidarité, je trouve la situation plus que cocasse. Mais le vrai nœud du problème pour moi, c'est qu'il n'y a aucune incitation à déclarer son CA réel . Par incitation je ne parle pas de répressions, hein, mais de publicité ( non mensongère c'est mieux ), qui nous dirait :

  • Par bergame - 20/08/2013 - 19:35 - Signaler un abus Taxes et impôts suite

    Message 2: Monsieur vous payez suivant un barème détaillait ci joint dont vous pouvez constater l'équilibre et les avantages. De plus vous pouvez avoir un aperçu comparatif des tranches et des avantages ou non qu'elles peuvent procurer si vous changez de tranche. Au vu du montant de votre déclaration, vous vous trouvez dans la tranche X et pouvez dés lors constater les avantages que vous procureront en valeur constante corrigé de l'inflation votre déclaration en termes de remboursements et montant qui vous seront reversés à la retraite. Perso, je vis le système comme il est aujourd'hui, de manière répressive, et ne me sent aucunement c'est un euphémisme encourager, simplement voler . Je le regrette, et n'est pas pour le moment les moyens ( sauf à devenir leur putain d esclave ) de sortir du ravins ou me pousse cette politique .

  • Par laurentso - 20/08/2013 - 19:39 - Signaler un abus @Jerem

    Faites-vous payer bordel ! Tout travail mérite salaire...

  • Par Anemone - 20/08/2013 - 20:06 - Signaler un abus @jerem

    Vous êtes en vacances ou vous êtes payé par le PS (et le FN) pour polluer le site d'Atlantico? . Je suis auto-entrepreneuse pour faire un complément de salaire (je suis à temps partiel). . L'intérêt? La facilité. . L'inconvénient : payer des charges et cotisations diverses (ainsi que l'IR) sur le Chiffre d'affaire st non le bénéfice brut dans un cas, net imposable dans l'autre. . Pour l'auto entrepreneur type libéral, c'est moins grave (encore que tout dépend des frais généraux obligatoires). Pour le commerçant ou l'artisan (qui paie son matériau, matériel ou objet à vendre), c'est moins bien. Même si , à l'origine, le CA était plus important dans un cas (83000 €) et le taux moindre, et dans le cas des libéraux, plafond à 32000€ et cotisations plus importantes.

  • Par jerem - 21/08/2013 - 09:13 - Signaler un abus @2bout - 20/08/2013 - Paritaire

    http://www.justice.gouv.fr/organisation-de-la-justice-10031/lordre-judiciaire-10033/conseil-de-prudhommes-12033.html votre reference insee ?

  • Par jerem - 21/08/2013 - 09:20 - Signaler un abus @ anemone

    je vous cite: "L'intérêt? La facilité. . L'inconvénient : payer des charges et cotisations diverses (ainsi que l'IR) sur le Chiffre d'affaire st non le bénéfice brut dans un cas, net imposable dans l'autre." eh beh on n'est pas rendu dont c'est bien parce que c'est simple et compliqué ..... puisque c'est simple justement parce que les charges sont déterminées directement sur le chiffres d'affaires .... vous vous etes du genre a vouloir les 10% forfaitaire de déduction des revenus imposables pour frais professionnels , PLUS , la déduction des frais au reel . Vous avez quelque chose a dire sur la soi disante equité des charges de l'auto-entrepreneur avec les entrepreneurs patentés comme je suis allez le verifié aupres du site del'ordre des experts comptables dont Novelli nous fait le numero d'acrobate depuis 4 ans ? oui on sait que toutes ses activités sont tres interessantes pour lancer un business ... et c'etait ca le deal de départ car on voulait des entrepreneurs pour faire en france des entreprises de taille moyenne , pas du bricolage permanent . L'argument 'fort" sur la part des auto entrepreneurs dans les creations d'entreprises est tellement ridicule

  • Par jerem - 21/08/2013 - 09:26 - Signaler un abus @anemone

    pour etre tres clair. votre business merite bien naturellement d'avoir sa chance. vous l'avez teste: vous tranchez comme tout bon chef d'entreprise dont le metier est d'arreter des choix et pas de parader avec un statut dans les cocktails . donc votre cas comme le cas de la petite vieille qui aura evidemment un business de tricot de laine a l'ancienne sont tous tres interessant .... cela ne se traite pas comme un cas général ... on a connu le coup avec le pauvre gars à la retraite sur l'ile de ré qui avec sa petite retraite se toruvait a payer l'isf car il etait propriétaire des terrains dont on oubliait de dire que leur statut avaient été changé (de terres agricoles en terres constructibles) . mais l'image d'epinal permettant de mettre l'arbre devant la foret pour ne pas parler des autres cas nettement plus généraux. l'auto entrepreneur c'est pareil

  • Par Loupdessteppes - 21/08/2013 - 09:35 - Signaler un abus Les néo-marxistes au pouvoir sont psycho-riogides...

    C'est bien connu : la créativité et la liberté individuelle leur fait peur - eux qui ne sont que des technocrates collectivistes tristes et haineux...et fiers de l'être.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hervé Novelli - Gilles Saint-Paul

Hervé Novelli est un homme politique. Il a été Secrétaire d'État au Commerce, artisanat, entreprises, professions libérales, tourisme et services. Il était également député européen jusqu'en 2002, et député d'Indre-et-Loire jusqu'en 2007. Il est, depuis 2011, secrétaire adjoint de l'UMP.

Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I. Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€