Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi de renseignement : 63% des Français favorables à une limitation des libertés individuelles pour lutter contre le terrorisme

Si une large majorité de Français interrogés se déclarent favorables à une limitation de leurs libertés sur internet, ces résultats s'inscrivent dans une dynamique de volonté de sécurité présente à la fois chez les sympathisants de droite et ceux de gauche. Le dernier sondage CSA exclusif pour Atlantico met en lumière les différentes réactions des individus face au projet de loi relatif au renseignement.

Sondage CSA exclusif pour Atlantico

Publié le - Mis à jour le 17 Avril 2015
Info Atlantico
Loi de renseignement : 63% des Français favorables à une limitation des libertés individuelles pour lutter contre le terrorisme

Une large majorité de Français interrogés se déclarent favorables à une limitation de leurs libertés sur internet Crédit Reuters

Atlantico : Plus l'âge est avancé, plus les individus approuvent la limitation des libertés individuelles sur internet au nom de la sécurité. Est-on plus sages au fil du temps, les jeunes sont-ils davantage méfiants ?

Yves-Marie Cann : On voit qu'au global une très large majorité de personnes interrogées se déclare favorable à la limitation des libertés individuelles sur internet notamment en surveillant les données de navigation des internautes (63% de favorables contre 32% d'opposés). Et en effet, dans le détail, en fonction des différentes catégories de population, on observe de très fortes variations. Les 18-24 ans sont eux une majorité relative à s'y opposer alors que les plus (47% contre 49%) alors que les plus âgés sont très massivement en faveur d'une telle mesure (76% contre 18%).


Plusieurs éléments peuvent expliquer ce résultat. D'abord, il y a le rapport à la lutte contre la délinquance et à la lutte contre l'insécurité qui est une thématique  à laquelle généralement les plus âgés sont beaucoup plus sensibles que les plus jeunes. En règle général, sur ces sujets-là, les personnes plus âgées sont davantage favorables aux mesures coercitives que ne le sont les plus jeunes, c'est assez classique.
Ensuite, ces résultats illustrent les rapports qu'entretiennent ces classes d'âge à l'outil internet ; pour les plus jeunes il s'agit d'un outil de liberté avant tout, de libre navigation et expression, et donc cette liberté doit être sans entrave particulière de leur point de vue, alors que les plus âgés sont plus prudents effectivement et sans doute plus suspicieux à l'égard de ce type d'outil. Les informations de ces derniers mois venant des médias et des politiques ont mis en avant les dérives qu'il pouvait y avoir sur internet, que ça soit du côté des groupes terroristes pour communiquer entre eux ou le recrutement de la filière djihadiste qui se fait sur internet et souvent à destination des plus jeunes.

Lire aussi : Pourquoi la loi renseignement passe largement à côté de la diversité des menaces qui pèsent sur la France

Les Français ont-ils évolué sur les libertés individuelles et leur limitation dans le cas d'enjeux sécuritaires ? Quels éléments de réponses nous apporte la comparaison avec des sondages plus anciens ?

Au cours des dernières années, nous avons observé une indifférenciation croissante des positions exprimées par les sympathisants de gauche et ceux de la droite sur les questions de sécurité. Si les exigences demeurent plus fortes chez les seconds que chez les premiers, les questions relatives aux enjeux de sécurité apparaissent moins clivantes qu'elles ne l'étaient par le passé. Ainsi, le discours selon lequel la sécurité serait la première des libertés, exclusivement défendu à droite au des années 2000, rencontre désormais un écho plus favorable à gauche. Découle de ceci une tolérance plus grande vis-à-vis de dispositifs longtemps décriés par les responsables politiques de gauche. Je pense notamment aux dispositifs de vidéosurveillance sur l'espace public, pour lesquels nous avons d'ailleurs assisté ces dernières années à un glissement sémantique puisque la plupart des responsables politiques parlent aujourd'hui de vidéo protection. Les résultats de notre sondage s'inscrivent dans cette logique : ce que le Parti socialiste aurait vivement combattu sous Nicolas Sarkozy, celui-ci s'apprête aujourd'hui à le voter, sous le regard semble-t-il bienveillant de l'opinion.
 

 

Qu'est-ce qui vous a étonné en découvrant les résultats de ce sondage ?

Ce qui m'a le plus étonné à la lecture des résultats des sondages c'est de voir à quel point on avait une majorité très nette en faveur de la mise en place de dispositif de surveillance de ce qu'il se passe sur internet et donc de la surveillance des données de navigation des internautes. C'est sans doute à replacer dans un contexte plus général ; la société française est très sensibilisée – et peut-être aussi un peu à cran – aux risques et aux menaces que peut constituer l'outil internet en ce sens qu'il peut favoriser la communication entre des personnes mal intentionnées qui peuvent avoir comme objectif des actions terroristes ou le recrutement de djihadistes.

Les différences entre des individus aux tendances politiques de gauche ou de droites ne sont pas énormes, les personnes interrogées sont plutôt en faveur de cette limitation. Les sympathisants FN sont très favorables, et du côté des Verts on reste suspicieux. Est-ce surprenant ?

Oui, on a vu que sur la thématique liée à la lutte contre l'insécurité ou contre le terrorisme, il y a peu de différence en général aujourd'hui dans les sondages entre les sympathisants de gauche et ceux de droite. On relèvera quand même que les sympathisants de droite sont quand même davantage favorables à ce type de mesure que les sympathisants de gauche, il y a 10 points d'écart.
Au sein de la gauche, le clivage fait jour entre la gauche socialiste, les sympathisants du Parti socialiste qui sûrement aussi par réflexe légitimiste vis-à-vis du gouvernement sont 68% à approuver cette mesure alors que les sympathisants de la gauche non socialiste c'est-à-dire du Front de gauche ou d'Europe Ecologie les Verts sont plus mesurés. Néanmoins la proportion de personnes en faveur de ces mesures reste supérieure à la proportion de personnes qui y est opposée : 50% contre 46% au Front de gauche 51% contre 44% pour Europe Ecologie les Verts.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par foxlynn - 13/04/2015 - 10:14 - Signaler un abus n'importe quoi ...

    c'est bien sur Atlantico , que j'ai lu il y a quelques semaines que ce projet de loi était proche de ce qui a été expérimenté aux US et qui n'a donné aucun résultat positif si ce n'est que ça a couté très cher !!! ... mais encore une fois , com , com et com ....

  • Par zouk - 13/04/2015 - 12:25 - Signaler un abus Sondage sur la loi sécurité

    Sondage parfaitement inutile, d'autant qu'il ne s'agit que de déterminer comment les services de sécurité pourront agir. Et ce sera un grand progrès que de ne plus avoir à pleurer sur les victimes d'un prochain acte de terrorisme, en admettant qu'avec ces nouveaux outils, la DCRI devienne plus efficace

  • Par Vincennes - 14/04/2015 - 09:47 - Signaler un abus Pourquoi avoir supprimé tous les commentaires ?

    Je remets le mien car je ne vois pas pourquoi on croirait ce sondage étant donné que TOUS les sondeurs se sont trompés pour les départements avec en tête de gondole ODEXA qui nous annonçait l'UMP à 26,5% pour 37,5%, en final.....FN, annoncé pour 33% alors que le score ministériel 25,19%....... tout faux ODEXA. Quant à ce projet de loi, je mettais les propos du Juge Marc TREVIDIC, figure emblématique du pôle antiterrorisme: "cette loi sur le renseignement est une arme à double tranchant si elle est mise entre de mauvaises mains" dénonçant une absence totale de contrôle entourant cette loi qui peut tout à fait être utilisée à mauvaise escient et porter atteinte à la vie privée et au secret... Ajoutant "quand une loi me parait dangereuse, je suis inquiet" !!

  • Par Vincennes - 14/04/2015 - 10:02 - Signaler un abus Je viens de lire sur le dernier VALEURS ACTUELLES

    alors que ce Juge, chargé de nombreux dossiers dits "sensibles" comme l'assassinat des Moines de Tibhérine, est contraint, sans même pouvoir aller jusqu'au bout, de quitter son poste prochainement, en lui rappelant que personne ne peut rester plus de dix ans d'affilée dans une fonction spécialisée !! elle est belle leur transparence !!

  • Par Nicolas V - 15/04/2015 - 15:15 - Signaler un abus Sondage inapproprié

    Comment peut-on demander l'avis d'un sondé qui ne connait pas le contenu de la loi ni ses objectifs ? Le sondage aurait du porter sur les articles pas sur la loi en général. De +, le but n'est pas du tt la lutte contre la délinquance, il n'en est pas question. La phrase de Cazeneuve, inquiétante : il n'y a pas d'atteinte a la liberté publique ... Il n'y a atteinte qu'à la liberté privée. Ajoutons que les Kouachy et Coullibaly étaient suivis, écoutés, surveillance arrêtée les 3 derniers mois faute de moyens financiers. Ms pr un flicage de masse, le régime a les moyens.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Yves-Marie Cann

Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'études et de conseil.Twitter : @yvesmariecann

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€