Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Des milliers d'énormes chiens abandonnés par leurs maîtres chinois sèment la terreur au Tibet

Ou comment une mode pour un chien de la taille d'un lion peut provoquer une catastrophe écologique...

Cave Canem

Publié le
Des milliers d'énormes chiens abandonnés par leurs maîtres chinois sèment la terreur au Tibet

Depuis quelques temps, le Tibet est rempli d'une population agressive inattendue : des milliers de dogues du Tibet, d'énormes chiens de la taille de lion, à la fourrure épaisse, employés généralement par les bergers du plateau sillonnent les villes de la région chinoise et provoquent de nombreux incidents. Un reportage sur cette population sorti en avril et intitulé Les dogues tibétains abandonnés retrace ce marasme local. 

Au départ, il y a l'achat massif de ces dogues par les populations chinoises dans les années 2000. Un commerce se développe et des élevages inondent le marché très demandeur de ces ours en peluche vivants. On vendait ces chiens à des prix délirants tant ils étaient rattachés à l'idée de puissance et de richesse. Mais l'augmentation de la population canine mit fin à cette mania. La mode finit par passer, et les maîtres commencèrent alors malheureusement à abandonner leurs molosses dans la rue. Les centres d'élevages durent fermer et leurs chiens se retrouvèrent eux aussi dans le caniveau.

On parle de 14.000 chiens errants dans la préfecture du Qinghai en 2015, preuve que le phénomène est important. La situation a alors dégénré. Certains maitres peu scrupuleux croisèrent leurs chiens avec d'autres races et produirent des hybrides instables, grossissant encore la population errante. On se mit aussi à massacrer les chiens pour leur viande ou leur fourrure. 

Mais ce ne fut pas tout. Les chiens errants devinrent agressifs et se mirent à attaquer le bétail, à commence par le fameux "mouton bleu" local, faisant même de l'ombre aux léopards des neiges locaux. Et ils s'attaqueraient aussi aux humains désormais.

Un exemple de catastrophe écologique, en quelque sorte.

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 22/09/2017 - 15:59 - Signaler un abus Est-ce une forme

    d'immigration du genre animal incontrôlable!? Les animaux tels les chiens sauvages prolifèrent à une vitesse impressionnante et deviennent des prédateurs redoutables et ceux-là ne sont pas des caniches. Voilà où mène la cupidité et la bêtise de l'homme; il se met lui-même en danger, car il ne fait pas le poids face à ces fauves qui vivent en meutes.

  • Par Didier Goux - 22/09/2017 - 19:35 - Signaler un abus Arrêtez la drogue !

    « des milliers de dogues du Tibet, d'énormes chiens de la taille de lion » Dogue du Tibet mâle : de 50 à 70 kg. Lion mâle : 190 kg. Et si on arrêtait de raconter n'importe quoi ?

  • Par assougoudrel - 22/09/2017 - 20:53 - Signaler un abus Effectivement, le chien sur la

    photo est à des années lumière à ressembler à un lion. Après le bain, avant de s'ébrouer, il doit être moins "gros" sur ses courtes pattes.

  • Par ISABLEUE - 25/09/2017 - 11:00 - Signaler un abus pauvres bêtes

    ces chinois non seulement envahisseurs du Tibet et mangeurs de tout ce qui bouge abandonnent maintenant leurs animaux... Connerie de ces petits hommes, qui s'imaginent que plus nombreux, peuvent tout se permettre.... Ils ne sont même pas capables de donner des papiers à leurs deuxième enfant, alors.... détestables..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€