En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
21/01/2013 - 18:17
Flashback

Mariage gay : quand le PS disait ne pas en vouloir...

Lors du débat sur le Pacs en 1998, le PS assurait que ce Pacte ne constituait pas une étape vers le mariage des homosexuels. Cet enjeu de société sera pourtant discuté à partir du 29 janvier à l'Assemblée nationale.

En 1998, aucun pays au monde n'avait encore légalisé le mariage pour les couples homosexuels - les Pays-Bas ayant ouvert le bal le 1er avril 2001. Pourtant, cet enjeu était déjà en partie au coeur du débat sur le Pacs, à cheval sur les années 1997 et 1998.

Le Premier ministre d'alors, Lionel Jospin, assurait d'ailleurs que "la position du gouvernement est claire, elle n’est en rien que l’on construise une sorte de mariage bis, voire de mariage homosexuel, nous nous en tiendrons là. Totalement". De même sur l'autre enjeu du projet de loi actuel : "Il n’a jamais été question pour le Parti socialiste de donner des droits en matière de filiation ou d’adoption".

Le député Patrick Bloche, l'un des principaux défenseurs du Pacs à la fin des années 90, affirmait de même que "le PACS n’est pas une étape vers le mariage homosexuel, c’est quelque chose de différent, qui respecte l’institution du mariage" :

L'Assemblée nationale vote finalement la loi sur le Pacs en dernière lecture le 13 octobre 1999. Dans quelques jours, très précisément le 29 janvier, elle se lancera dans l'examen du projet de loi sur l'ouverture du mariage et de l'adoption pour les couples homosexuels.

Publié le 21/01/2013 - 18:17
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires