En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 18 min 17 sec
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 52 min 19 sec
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Politique
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

il y a 2 heures 53 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 16 heures 32 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 17 heures 40 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 18 heures 18 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 21 heures 52 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 22 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 35 min 10 sec
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 2 heures 37 min
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 16 heures 2 sec
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 17 heures 21 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 17 heures 59 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 19 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 22 heures 23 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 22 heures 26 min
Politico Scanner

Popularité des personnalités politiques : ce que 2014 réserve à qui

Publié le 01 janvier 2014
Président le plus impopulaire de la 5ème République, François Hollande, comme de nombreux autres politiques, va essayer de retrouver une base de soutien en 2014. Tour d'horizon de ce que la nouvelle année réserve à nos dirigeants et ceux qui voudraient l'être.
Jérôme Sainte-Marie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Sainte-Marie est président de la société d'enquête et de conseils PollingVox. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président le plus impopulaire de la 5ème République, François Hollande, comme de nombreux autres politiques, va essayer de retrouver une base de soutien en 2014. Tour d'horizon de ce que la nouvelle année réserve à nos dirigeants et ceux qui voudraient l'être.

François Hollande 

Ayant atteint le record d’impopularité de la 5ème République, selon les chiffres de l’IFOP, François Hollande n’apparaît plus majoritairement soutenu que par les sympathisants du Parti socialiste, catégorie elle-même en voie de contraction. Le plus remarquable est la friabilité de ses soutiens : 2% seulement s’en disent "très satisfaits" comme président de la République -, qui contrastent avec la vigueur de son opposition  : 40% de "très mécontents". L’objectif pour lui, en 2014, n’est pas de redevenir populaire, mais, comme François Mitterrand avait réussi à le faire au milieu des années 1980, de retrouver une base de soutien suffisamment motivée.

Source de tous les graphiques : Baromètre d'action politique Ipsos

Jean-Marc Ayrault 

La cote du Premier ministre continue à observer un quasi-parallélisme avec celle du président de la République. Le fait qu’elle soit à un niveau légèrement supérieur permet de plaider que l’impopularité de l’exécutif ne lui est pas prioritairement imputable. Sur lui pèse cependant le principal point négatif du quinquennat mémorisé par les Français, l’accroissement des impôts et des taxes ; il lui faudra lors des prochains mois donner enfin un sens politique à cette pression fiscale.

Michel Sapin 

Le ministre du Travail – et de l’Emploi – réussit à se faire apprécier positivement par quatre Français sur dix, et par près du tiers des sympathisants de droite. Son image d’homme concentré sur ses dossiers le protège en partie du mécontentement à l’égard de la politique gouvernementale. Lui qui porte sans sourciller la parole présidentielle quant à l’inversion imminente de la courbe du chômage voit son crédit personnel indexé à cette promesse.

Pierre Moscovici 

L’année 2013 n’aura pas été faste pour le ministre de l’Economie, en termes d’opinion publique. Cette dégradation n’est pas seulement imputable à la crise actuelle, mais aussi à un défaut d’explication de sa politique, en plein contraste avec l’éclat des prises de position d’Arnaud Montebourg. L’année 2014, si elle devait lui apporter une stabilité de ses fonctions à Bercy, devra être celle de l’affirmation d’une cohérence compréhensible par les Français.

Manuel Valls 

Sans avoir atteint les sommets de Nicolas Sarkozy lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, Manuel Valls conserve une popularité hors norme dans son camp. Les réalités de la délinquance, comme le clivage autour du mariage pour tous et des manifestants d’opposants, n’auront pas entamé cette faveur de l’opinion. L’année qui vient montrera si peut être maintenu l’équilibre entre une solidarité gouvernementale soigneusement conservée et un discours allant bien au delà de la gauche.

Cécile Duflot

L’exercice de responsabilité ministérielle n’aura pas produit de bénéfice durable pour Cécile Duflot. Son principal succès aura pourtant été le maintien des écologistes au sein du gouvernement, ébranlé par plusieurs décisions. Son défi pour 2014 s’appelle "européennes", avec une comparaison qui s’annonce périlleuse par rapport aux scores remarquables obtenus en 2009.

Jean-Luc Mélenchon 

Ni la paupérisation qui affecte ou simplement menace des couches entières de la population, ni la déception des anciens électeurs de François Hollande, n’auront profité en 2013 au leader du Front de gauche. Cependant, une fois les élections municipales dépassées, il pourrait, moins avec l’appui des catégories populaires qu’avec celui des classes moyennes modestes et des fonctionnaires, reprendre pied dans l’opinion. 

Nicolas Sarkozy 

Selon des sondages concordants, la comparaison faite entre son action à l’Elysée et celle de l’actuel président profite désormais à Nicolas Sarkozy. Pour autant, il n’est pas majoritairement populaire, et pâtit d’une image très clivée. La pression du Front national sur la droite pourrait cependant renforcer auprès de ses anciens électeurs l’attente de son retour.

Jean-François Copé 

Si 2012 avait vu l’affaissement de sa cote de popularité, pour cause de crise interne à l’UMP, la confirmation de Jean-François Copé à la tête du principal parti d’opposition ne lui aura guère profité. Il pâtit du contraste avec la figure d’Alain Juppé, toujours dans le trio de tête des personnalités les plus appréciées des Français. Les résultats des municipales, et plus encore leur interprétation, seront décisifs pour son avenir politique.

François Fillon 

Dans l’opinion, l’ancien Premier ministre conserve cette l’année l’avantage sur l’actuel dirigeant de l’UMP, mais aussi, dans une moindre mesure, sur Nicolas Sarkozy. Toute la question en 2014 sera pour François Fillon de montrer qu’il s’agit d’une popularité susceptible de se traduire en soutien politique.

Marine Le Pen 

La dirigeante du Front national a durablement réussi à étendre son audience, avec une cote de popularité supérieure au moins de moitié a celle dont bénéficiait son père. Elle séduit quatre sympathisants de l’UMP sur dix, ce qui la place dans une position stratégique très favorable à l’orée de la campagne des municipales.

François Bayrou 

L’année écoulée n’a pas sensiblement affecté l’image de l’ancien candidat à l’élection présidentielle, lequel demeure plus apprécié par les sympathisants de gauche que par ceux de droite, malgré le changement de son positionnement. Les affrontements électoraux de 2014 rendront celui-ci plus visible pour l’opinion, ce qui aura des effets encore incertains sur la popularité de François Bayrou.

Jean-Louis Borloo 

Bien placé dans les baromètres d’opinion, il a bénéficie à la fois de la dynamique de l’UDI et d’un parcours politique le positionnant clairement dans l’opposition à l’exécutif. L’enjeu pour la nouvelle année est d’assurer la cohésion d’une famille centriste rassemblée, qui pourra accroître son ancrage politique aux municipales mais aussi profiter de la mobilisation habituellement plus forte de ses électeurs lors des européennes.

Méthodologie : Lancé en 1996, le baromètre de l'action politique mesure chaque mois la popularité du chef de l'Etat, du Premier ministre et des principaux leaders politiques français. Pour chaque vague, Ipsos interroge au téléphone un échantillon d'environ 1 000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas. La question posée est la suivante : "Quel jugement portez-vous sur l'action des personnalités politiques suivantes ?". Le total "favorable" regroupe les réponse "très favorable" et "plutôt favorable", le sous total "défavorable" regroupe les réponses "plutôt défavorable" et "très défavorable", le taux de NSP correspond à la part de personnes qui ne se prononcent pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
prochain
- 05/01/2014 - 17:52
La base suffisamment motivée à garder ses zavantages
C'est pourquoi il n'y aura pas de réformes structurelles demandées par Bruxelles, les Allemands, le rapport Gallois etc...Le statut quo profite à la moitié de la population...l'autre moitié se débrouille...
prochain
- 05/01/2014 - 17:45
@Leyla24 01:00
Un fonctionnaire coûte 3.5 - 5 million euros de revenus garantis en 68 ans, je vous laisse deviner les euros des Ô fonctionnaires et des très Ô fonctionnaires.
mx
- 03/01/2014 - 02:18
@ Leyla24
"Les français doivent se préparer à une baisse de leur salaire"
encore une erreur de diagnostique de nos politique, voici le smic d'un pays non européen et qui a une industrie qui marche a plein tube.
3000€ brut par mois
http://blog.lefigaro.fr/suisse/2011/01/en-suisse-un-smic-a-3000-euros.html
CQFD