En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 46 min 59 sec
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 4 heures 3 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 4 heures 39 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 15 heures 25 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 18 heures 39 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 19 heures 52 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 21 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 4 heures 52 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 16 heures 20 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 19 heures 20 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 20 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 22 heures 23 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 22 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Noël est-il bon pour l'économie ? Pourquoi la réponse à cette question détermine toute votre philosophie économique

Publié le 27 décembre 2013
Noël, c'est une poussée très forte de la consommation. Mais pour un non-keynésien, ce genre d'activité détruit de la richesse : comptablement, on a peut-être créé des emplois et de la croissance, mais pour produire des choses dont les gens ne veulent pas.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Noël, c'est une poussée très forte de la consommation. Mais pour un non-keynésien, ce genre d'activité détruit de la richesse : comptablement, on a peut-être créé des emplois et de la croissance, mais pour produire des choses dont les gens ne veulent pas.

Mon beau sapin, roi des forêts...

Noël, c'est une fête religieuse, c'est aussi une période de célébration pour tous, mais c'est aussi... un gros événement économique. C'est à Noël que beaucoup de commerçants font la plupart de leur chiffre, à Noël nous achetons des cadeaux, mais aussi de quoi faire des repas, des décorations, nous partons en vacances... Bref, il y a toute une économie de Noël.

Ca pose la question : est-ce que Noël, comme événement économique, est bon pour l'économie, ou pas ?

Ce n'est pas juste une question rigolote à se poser pendant les fêtes, pour oublier un peu les drames de l'austérité et de la crise. C'est une question intéressante parce que c'est peut-être la question qui révèle le mieux la philosophie économique de celui qui y répond. Explications...

Pour schématiser brutalement, il y a deux visions de Noël : la vision keynésienne et la vision non-keynésienne.

Pour un keynésien, Noël est évidemment une bonne chose. Noël, c'est une poussée très forte de la consommation. Les gens dépensent leur argent. Ces dépenses créent de l'activité économique : tous ces jouets, il faut les fabriquer, les acheminer, les marketer, les distribuer... Tout ça crée de l'activité économique, et donc de la croissance et des emplois. Après tout, à un instant T, l'économie n'est que la somme des décisions individuelles de dépenses. Que du bon !

Ce genre d'idée, en général, fait s'arracher les cheveux aux non-keynésiens. Ils font remarquer plusieurs choses. Premièrement, même si on est optimiste, force est quand même d'admettre que la plupart des cadeaux qu'on reçoit à Noël sont des choses qu'on n'aurait pas acheté, voire qu'on ne veut pas. Il suffit de regarder les pics d'activités des eBay, PriceMinister et Leboncoin après Noël pour s'en convaincre. Pour un non-keynésien, ce genre de chose détruit de la richesse : comptablement, on a peut-être créé des emplois et de la croissance, mais pour créer des choses dont les gens ne veulent pas. Dans un monde à ressources limitées, on a utilisé de ces ressources pour faire de l'inutile au lieu de l'utile.

Frédéric Bastiat expliquait ça avec sa parabole de la fenêtre cassée, répondant à l'idée qu'une catastrophe naturelle peut être bonne pour l'économie parce qu'elle crée les emplois pour tout réparer. Si vous avez une fenêtre cassée chez vous et que vous la remplacez, certes, ça fera de l'activité pour le verrier qui la remplacera, mais l'argent que vous dépenserez pour la faire remplacer sera de l'argent que vous ne pourrez pas dépenser ailleurs - de l'argent qui aurait créé tout autant d'activité, mais pour vous procurer un bien ou un service qui vous satisferait plus que de réparer une fenêtre. Au niveau du foyer, on voit bien qu'une fenêtre cassée nous appauvrit, elle ne nous enrichit pas ; au niveau de la société, c'est pareil. Au final, comptablement, la fenêtre cassée “crée” de l'activité, mais la société est néanmoins appauvrie car les ressources utilisées pour réparer la fenêtre auraient pu être employées à quelque chose de plus productif.

Noël ressemble beaucoup à cette image de la fenêtre cassée : chaque cadeau qu'on offre qui n'est pas désiré par son récipiendaire est une “fenêtre cassée” ; les ressources déployées pour l'acheter (le fabriquer, le vendre, etc.) auraient mieux été déployées ailleurs, et donc nous sommes appauvris. De plus, rajoutera le non-keynésien, rien n'indique que Noël “crée” de la dépense qui n'existerait pas sinon : tout au long de l'année, les gens épargnent pour faire leurs dépenses de Noël. Les dépenses de Noël ne sont donc pas des nouvelles dépenses, mais simplement des dépenses futures ou passées qui ont été “reportées” à la saison de Noël. Chaque emploi créé à cause de Noël n'est en réalité qu'un emploi qui n'est pas été créé pendant le reste de l'année. Encore une fois, on voit que “comptablement” il y a un enrichissement, mais dans la réalité non.

Ces deux visions, diamétralement opposées, sont au cœur de la philosophie économique, car elles posent la question : qu'est-ce que l'activité économique ? Qu'est-ce qui fait fonctionner l'économie, à quoi sert-elle ?

On voit ici deux visions : une vision que j'appellerais “stakhanoviste” (celle de la plupart des keynésiens) et une vision que j'appellerais “créatrice” (celle de la plupart des non-keynésiens).

Pour le “stakhanoviste” le but de l'activité économique c'est l'activité elle-même. Au fond, peu importe ce que les gens produisent, tant qu'ils produisent assez pour qu'il y ait des emplois. L'objectif de la consommation, c'est de faire “tourner la machine”. Si la machine ne tourne pas assez, il faut “remettre de l'essence”, faire dépenser les gens, et tant pis si on a des effets “fenêtres cassées” au passage, tant que tout le monde travaille. Noël est une bonne chose.

Pour le “créateur” le but de l'activité économique c'est de créer des choses utiles. Les gens collaborent entre eux pour créer des biens et des services qui améliorent la vie des gens. Le marché n'est en réalité qu'un gigantesque système de transmission d'information et de coopération qui permet à la société, collectivement, de satisfaire ses besoins, dans un dialogue entre producteurs et consommateurs. La pire chose à faire est de gripper ce mécanisme - de créer des “fenêtres cassées” - parce qu'à chaque fenêtre cassée on détruit des ressources réelles et limitées qui auraient pu être utilisées pour satisfaire des vrais besoins. Noël est mauvais.

Pendant la Grande dépression, Keynes avait recommandé (sous forme de boutade) que les Etats recrutent tous les chômeurs pour leur faire creuser des trous dans le sol et puis les boucher. On arriverait ainsi au plein emploi. Pour un non-keynésien, autant s'immoler par le feu : il lui semble évident que si on emploie tous ces gens à boucher des trous on les empêche d'avoir des emplois plus productifs et créateurs, et donc on appauvrit la société.

Alors, qui a raison ? Est-ce que Noël est bon ou mauvais ?

Si je pouvais vous le dire avec certitude, je serais en train de rédiger mon discours d'acceptation du Prix Nobel d'économie...

Mais voici mon intuition : sur le court terme, les keynésiens ont raison. Effectivement, d'une année sur l'autre, l'économie n'est que la somme de la dépense de tout le monde, et si on crée plus de dépenses, on crée plus d'activité et de prospérité. C'est mathématique. Mais sur le long terme, les keynésiens ont tort : ce qui fait qu'aujourd'hui nous nous déplaçons en voiture et pas à cheval ce n'est pas que les gens se sont mis à consommer plus au début du XXe siècle ; c'est qu'on a inventé la voiture. C'est ce mécanisme créatif qui fait la valeur de l'économie de marché. Ce qui fait la valeur de l'économie de marché ce n'est pas qu'elle peut (peut-être...) vous permettre d'avoir deux chevaux au lieu d'un ; c'est qu'elle va remplacer votre cheval par une voiture.

Keynes, plus que ses disciples, le comprenait d'ailleurs parfaitement. Il savait parfaitement que, sur le long terme, employer des gens à boucher des trous est une mauvaise idée. Mais, “sur le long terme nous sommes tous morts”. Ca ne veut pas dire qu'il ne faut pas se préoccuper du long terme. Ca veut simplement dire que le mécanisme créatif qu'il connaissait parfaitement ne fonctionne pas non plus si on a du chômage de masse, et que résorber le chômage de masse vaut bien une fenêtre cassée ou deux. Et en cela, il avait certainement bien raison.

Alors, Noël ? Bon ou pas bon ?

Peut être que la meilleure réponse n'est pas tant économique que culturelle. On l'a vu, l'économie fonctionne par ce mécanisme mystérieux de coordination entre des millions de gens. Or, ce système ne fonctionne pas seulement pour des raisons économiques. Pour qu'une économie de marché fonctionne, il faut un minimum de substrat culturel ; il faut pouvoir coopérer avec les gens sans avoir peur en permanence qu'ils vous arnaquent ; il faut avoir une assurance raisonnable que les contrats seront honorés (s'il fallait un procès pour faire appliquer chaque contrat, on retournerait illico à l'âge de pierre).

Peut-être qu'une grande célébration collective, où nous retournons auprès de nos familles, où nous apprenons à nous apprécier les uns les autres, à nous faire des cadeaux, et peut-être même à penser aux moins fortunés, renforce chez nous cette capacité de coopérer qui sous-tend l'économie de marché.

Si c'est le cas, Noël est encore meilleur pour l'économie que ne le soupçonnent les keynésiens...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
titine
- 30/12/2013 - 22:31
Noël
mon cher n'est bon que pour le palet.
jean-claude.L
- 28/12/2013 - 11:38
Merci pour ce clin d'oeil, Nettoyeur
Bien sûr que l'économie en a besoin à court terme. Notre Économie n'est pas en équilibre (statique) comme une table, elle est en équilibre (dynamiques) comme un vélo. Par construction elle a besoin de vitesse (de croissance) pour s'équilibrer. Alors oui, les fêtes de Noël sont bien-venues pour lui donner une petite poussée pour passer la ligne du 31 décembre. Bien sûr, à plus long terme... on aura ajouté un peu plus de poids sur le vélo, et la prochaine poussée devra être un peu plus forte. Jusqu'au jour où l'on ne pourra pas passer la bosse, et le vélo s'arrêtera, et...
coucou.cmoi35
- 28/12/2013 - 02:40
Salaud de Nettoyeur , tu m'a d'abord piqué mon vieux pseudo...
...et maintenant vous me piquez mes idées. 100% d'accord sur Bastiat, Keynes et Noël. Je suis tellement en ligne avec cette école de pensée que je n'ai rien acheté à personne cette année. Perdre son temps et sa santé pour offrir des conneries inutiles est à mon sens le pire des gachis.
La dernière partie sur l'utilité sociale de Noël, comme un gigantesque potlache, n'est pas inintéressante non plus.
Ça ne me fera pas changer d'avis sur cette fête qui me gonfle et que mes enfants aiment tant et pour cause, mais globalement vous tenez quelque chose.
Sinon pour Keynes et Bastiat, évidemment que Bastiat à raison.
C'est l'histoire éternelle de la cigale et de la fourmi, d'investir en consommant plutôt que consommer son épargne. Pas besoin de Nobel pour saisir ça. La main invisible n'est pas la main magique.