En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

06.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 6 min 28 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 1 heure 55 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 14 heures 51 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 21 heures 36 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 23 heures 35 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 1 jour 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 27 min 19 sec
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 1 heure 25 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 14 heures 24 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 15 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 22 heures 6 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 23 heures 13 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 23 heures 59 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 1 jour 1 heure
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 1 jour 1 heure
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 17 heures
© Peplum.com
© Peplum.com
Grand large

Berlin sous le prisme de l'art

Publié le 30 novembre 2013
Quelle destination pour votre prochain week-end en Europe ? Berlin, capitale européenne de l'art contemporain, pour un voyage riche de culture et de découvertes.
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelle destination pour votre prochain week-end en Europe ? Berlin, capitale européenne de l'art contemporain, pour un voyage riche de culture et de découvertes.

Pour en savoir plus sur l’art à Berlin, rendez-vous sur le site de peplum.com

S'il existait un prix consacrant la ville la plus artistique d'Europe, il reviendrait sûrement à Berlin. Cela fait quelques années déjà que la capitale allemande passe pour le nouveau bastion de l'art contemporain. Entre la célèbre « Museumsinsel », classée au patrimoine mondial de l'Unesco, la constellation de galeries qui animent le centre, le street art qui tempère le dénuement des périphéries urbaines, les installations qui se profilent à chaque coin de rue, on finit par parcourir la ville tel un musée. Les yeux grand ouverts, toujours à l'affût d'une nouvelle découverte, le pas lent, freinant devant la moindre curiosité, la bouche bée, quand les mots lui manquent. L'art est partout à Berlin. Fusionné à l'histoire, la politique, ou la géographie, il donne corps à un parcours unique au sein d'une des capitales culturelles les plus riches d'Europe. 

Il y a deux façons de visiter Berlin : soit en préparant son itinéraire en amont, de peur de manquer l'incontournable ; soit en circulant au gré du vent, sûr de tomber sur quelques merveilles architecturales. En effet, il y a tant à voir, que l'on sait rarement par où commencer. Un conseil : partir du connu pour glisser progressivement vers l'inconnu. Point de départ, donc, l'île aux musées (Museuminsel) partagée en cinq monuments, dont l'extérieur vaut déjà le détour. Plongé dans les eaux de la Spree, le musée Bode - du nom de son tout premier conservateur - se distingue par sa collection de sculptures et de joyaux byzantins, quoique l'on n'ait déjà le souffle coupé par la statue équestre de Frédérique II de Prusse trônant dans le hall d'entrée. L'illusion de mouvement est telle que l'on croirait le cheval prêt à sauter à l'étage par-delà la rampe de l'escalier principal.

On pénètre le musée de Pergame. Quel rapport entre l'archéologie du Proche Orient et Berlin, franchement ? On arrête pourtant de rechigner face au grand arche bleu orné d'animaux ocres. C'est la porte d'Ishtar. On pourrait rester des heures devant cet édifice qui subjugue tant par sa grandeur que son détail ; car là est le tour de force du musée de Pergame, dans l'exposition de pièces grandeur nature qui lui confèrent l'allure d'un véritable temple sacré.

On quitte l'Antiquité pour rafraîchir la mémoire proche. On ne peut dissocier l'art berlinois de l'histoire allemande. À cette prise de conscience participe la vision d'un édifice évoquant une étoile de David brisée. Il s'agit du Musée juif, dont l'exposition permanente retrace, à travers livres, lettres et photos, entre autres documents, les deux millénaires de la communauté juive à Berlin. Avec pour pièce maîtresse, soit unique, le chandelier de Hanouka, œuvre du maître berlinois Georg Wihlm Magraff. Non loin de là, le Mémorial de l'holocauste, inauguré en 2005, impressionne par la quantité de stèles qui le constitue. Au total, 2 711 monolithes de béton anthracite, répartis à intervalles réguliers sur 1 073 m². Des millions de questions découlent de cette funèbre exploration. Des questions auxquelles répond en partie le centre de documentation voisin/ad hoc. Troisième lieu de mémoire : la Synagogue, considérée comme le monument religieux le plus beau de Berlin avant de tomber en ruines durant la Nuit de cristal, le 9 novembre 1938. On n'y va pas pour prier, mais pour s'initier à la culture juive. Restaurée après la chute du mur, elle se pose aujourd'hui comme musée de la communauté sémite à Berlin.

Sonné par le poids de ce lourd passé, on part se perdre dans les méandres du centre-ville (Auguststraße) ; car Berlin, c'est avant tout un labyrinthe de galeries. Des galeries le plus souvent cachées là où on ne les attend pas. La façade très classique du KW Institute for Contemporary Art, par exemple, ressemble à celle d'un institut culturel ou bien d'une ambassade, alors qu'il s'agit en réalité d'un des principaux carrefours avant-gardistes de Berlin. Un véritable tremplin pour les jeunes talents. Pour les célébrités, rendez-vous à la Galerie Kicken, qui renferme, entre autres clichés, des œuvres de Diane Arbus et Andy Warhol. Son décor noir et blanc évoque l'art de la photographie. Petit plus : la cour intérieure, dont on regrette qu'elle n'abrite pas un café.

Dire que le moderne efface le classique, à Berlin ; c'est passer à côté de l'une de ses institutions. Fondée en 1696 sur le modèle des académies française et romaine, l'Akademie der Künste oscille pourtant aujourd'hui entre le classicisme de ses collections permanentes et le modernisme de son aile contemporaine. Pareille alliance ne surprend plus tant elle se pratique dans le monde. Que ce soit à Vienne, Londres ou Montréal, les beaux-arts flirtent désormais avec des disciplines a priori moins nobles. A priori seulement, c'est ce que montre actuellement l'exposition « Arte Postale », un large fonds de lettres et cartes postales confectionnées par des noms célèbres de Joseph Beuys, à George Grosz en passant par Else Lasker-Schüler, par exemple. L'occasion d'apprécier ces morceaux de papiers souvent dépréciés en tant qu'œuvres d'art, si ce n’est en tant que bouclier politique, puisque que les missives dénonçant picturalement le totalitarisme échappaient pour la plupart à la censure. Plus de 700 exposants, donc, à découvrir dans l’un des foyers les plus riches de l'art européen.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
un_lecteur
- 30/11/2013 - 20:24
Il faut il y aller
Un autre lieu de mémoire : musee du mur de Berlin et du souvenir de ceux qui ont été abattus quand ils essayaient de fuir l'Allemagne communiste.
Bien sur en France il ne faut pas dire du mal du communisme.
Dans un autre registre, le très intéressant musee des techniques. Des locomotives à vapeur au moteur de V2.
Passionnant.
Charlottenbourg, le chateau et le parc ou se trouvent les tombes de Guillaume premier et de la reine Louise de Prusse.
Sony center, nefertiti, Check point charly...
Berlin est une ville vivante et passionnante.
Dans les années 20 c'était Paris, les montparnos. Aujourd'hui, c'est Berlin.
Il faut il y aller.