En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Le Nettoyeur

Plutôt que le SMIC, un vrai salaire minimum pour tous

Publié le 29 novembre 2013
La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé que l'Allemagne allait se doter d'un salaire minimum généralisé.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé que l'Allemagne allait se doter d'un salaire minimum généralisé.

L'Allemagne a démissionné. Pour faire coalition avec les sociaux-démocrates, Angela Merkel a été contrainte d'accepter l'idée d'un SMIC en Allemagne.

Pour la théorie économique, le SMIC est une mauvaise idée. On pourrait le qualifier d'interdiction de travailler pour les travailleurs précaires. Les salaires sont fixés sur le marché du travail. Si la productivité d'un employé est inférieure au SMIC, l'employeur ne va pas le surpayer, il ne va pas l'employer. On rétorquera que l'absence d'un SMIC crée une situation intenable où certains employés sont mal payés, mais la réponse est, premièrement, qu'il vaut mieux être mal payé que pas payé du tout et que, surtout, cette vision est statique : si on regarde le parcours d'un travailleur au cours de sa vie, on se rend compte que pour celui qui est peu/mal payé peut au moins apprendre et acquérir des compétences, et qu'au cours de sa vie il pourra mieux gagner sa vie ; le SMIC apparaît donc comme une manière particulièrement pernicieuse de scier les premiers barreaux de l'échelle économique et sociale, d'empêcher tout spécifiquement les plus précaires et les moins qualifiés de mettre le pied à l'étrier du marché du travail. De plus, dans le contexte d'une économie technologique où les hommes sont en concurrence avec la machine, l'imposition d'un SMIC élevé risque plus de forcer un patron à remplacer ses ouvriers par des robots que d'augmenter leurs salaires.

(En économie empirique, il y a un énorme débat autour du SMIC. Certains économistes sont en faveur sur la base de travaux empiriques qui suggéreraient que le SMIC ne détruit pas d'emploi. Pour résumer brutalement un débat très technique, ces travaux ont deux problèmes principaux : premièrement, leur valeur probante est très fortement sujette à caution dans la mesure où ils ne se fondent pas sur des expériences avec groupe témoin, mais sur de la modélisation économétrique ; deuxièmement, dans la plupart des endroits où on ne constate pas d'effet fort du SMIC sur l'emploi, le SMIC a également de nombreuses exceptions pour les emplois non qualifiés - en France, il y a plusieurs SMIC - ; si on décrète un salaire minimum sauf pour les emplois où la productivité est inférieure au salaire minimum, pourquoi décréter un salaire minimum ?)

Un autre aspect pernicieux du SMIC est son aspect corporatiste, qui lui fait bénéficier des intérêts catégoriels au détriment de l'intérêt général. L'Allemagne nous a donné un exemple frappant récemment avec l'institution d'un salaire minimum dans le domaine de la Poste. L'objectif affiché n'était pas de rémunérer plus les ouvriers mais de protéger Deutsche Post de la concurrence d'autres entreprises de logistique. Les victimes furent à la fois l'emploi et l'innovation et la croissance en général.

Tout cela dit, on ne peut pas s'y arrêter.

En effet, la raison pour laquelle l'obsession du SMIC reste si fortement ancrée malgré ces réalités économiques n'est pas à chercher dans l'économie. Au final, la vision qui promeut le SMIC est une vision moralisatrice de la société, où un emploi rémunéré avec un salaire inférieur à ce qui est considéré “juste” est vu comme intrinsèquement indigne, quelles que soient les conséquences économiques. (C'était clairement la logique des protestations contre le “SMIC jeune” de Balladur, à la logique économique pourtant impeccable. Vingt ans après le chômage des jeunes n'a jamais été aussi élevé, mais les jeunes n'ont pas changé leurs exigences.)

Essayer de répondre à un tel axiome moral avec de la théorie économique, c'est parler à un mur.

De plus, on constate l'étendue du chômage de masse, qui est un drame économique et moral qui à la longue sape les fondations sociales. On entend souvent - avec raison - qu'une manière efficace de lutter contre le chômage de masse serait d'agir sur le prix du travail, avec ajustements du SMIC et/ou baisse des charges sociales.

Seulement, cette logique se heurte à l'axiome moral pré-cité. Mais, surtout, il ne va pas assez loin.

En effet, il y a un moyen, à la fois de baisser le coût du travail et de garantir un vrai salaire minimum. Un vrai salaire minimum, ce n'est pas un SMIC, pas une loi qui fixe arbitrairement une règle et laisse les précaires sur le côté de la route. Un vrai salaire minimum s'adresse à tous et permet à tous d'avoir un travail digne et dignement rémunéré.

Le moyen de faire ça serait simple : au lieu de simplement baisser les charges sur le travail, on créerait des charges salariales négatives, c'est-à-dire que l'Etat paierait une partie du salaire. Autrement dit, pour les plus bas salaires, l'employeur paierait 1 euro de l'heure mais, grâce aux charges négatives, le salarié toucherait l'équivalent du SMIC horaire. Il y aurait un barême progressif des charges négatives : plus l'employeur paye, plus le salarié touche, mais le niveau des charges baisse. Au niveau du salaire moyen, les charges seraient nulles. Et les charges redeviendraient positives et progressives pour les salaires plus élevés.

Ce serait une révolution économique. D'un coup de stylo, l'Etat fixerait le coût marginal d'une heure de travail à 1 euro. A un tel prix, on a du mal à imaginer que le chômage serait autre chose qu'un épiphénomène : à 1 euro de l'heure, n'importe quel patron trouverait quelque chose à faire à un demandeur d'emploi. Imaginez un tsunami, et vous aurez une idée des relocalisations qui auraient lieu. Ce serait la fin du chômage de masse, purement et simplement. C'est quelque chose.

D'un point de vue social, ça serait également la fin de la précarité, puisque toute personne ayant un emploi toucherait au moins le SMIC. Il s'agirait non seulement d'emplois, mais d'emplois dignes avec une rémunération “juste.”

Quid du coût pour l'Etat ? Tout d'abord, il ne faut pas se leurrer : mettre fin au chômage de masse aurait un coût, mais ce coût ne vaudrait-il pas la chandelle ? Cela dit, il est fort probable que ce coût fiscal serait beaucoup plus réduit qu'on ne l'imagine. Premièrement, l'Etat n'aurait plus à verser tout un pan de diverses prestations sociales qui sont liées au chômage et réaliserait ainsi de prodigieuses économies. Deuxièmement, et surtout, la fin du chômage aurait un vrai effet dopant pour l'économie : tous les gens ainsi employés à la fois produiraient plus et consommeraient plus, relançant l'économie et renflouant ainsi les caisses de l'Etat.

Et le SMIC n'aurait plus aucune raison d'être. N'est-ce pas un débat qui mérite d'être fait ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 30/11/2013 - 19:52
Erreur
Désolé, mon commentaire s'adressait à un autre ''article fantaisiste'', mais il était inspiré par celui-ci !
Ganesha
- 30/11/2013 - 19:48
Revenu Universel
Mr Goetzmann, vous ''pouvez danser sur votre tête'', et d'ailleurs, c'est pour la réalisation de cette amusante acrobatie que vous êtes si bien rémunéré, mais, oui, il semble bien qu'il y ait un ''sens de l'histoire'' et que l'humanité soit sur le point réaliser un pas supplémentaire vers une société qui comporte moins d'inégalités et de pauvreté !
Vous nous faites la promotion touristique de la ville de Détroit, et comme la plupart de vos lecteurs ne connaissent rien à la vie réelle en Allemagne, vous nous racontez des contes de fée.
Il y a même l'idiot de service qui nous apporte l'habituelle cerise sur le gâteau : Cuba et la Corée du Nord.
Quelques statistiques tendancieuses, et votre petit article est ''torché''.
Pour ceux que l'avenir intéresse, le futur proche, c'est le ''revenu universel'', avec un niveau différent pour chaque pays, suivant le coût de la vie.
Le groupe de partis (nationalistes?) qui se présentera avec ce programme aux élections européennes de Mai 2014, obtiendra la majorité absolue, sans coup férir !
ignace
- 30/11/2013 - 02:18
Pascal-Emmanuel ..toujours autant d'humour!!!!!
Fumer la moquette permet de faire éclater le génie de la création il va finir par demander a l’état (nous) de payer les salaires du privé, afin que les patrons puissent faire des bénéfices que l'on pourrait directement virer dans un paradis fiscal......sacré pascal-Emmanuel..
il est vrai que La noosphère, selon la pensée de Vladimir Vernadsky1 et Pierre Teilhard de Chardin, désigne la « sphère de la pensée humaine ...c'est tout a fait Pascalemmanuel!!!!!

Le moyen de faire ça serait simple : au lieu de simplement baisser les charges sur le travail, on créerait des charges salariales négatives, c'est-à-dire que l'Etat paierait une partie du salaire. Autrement dit, pour les plus bas salaires, l'employeur paierait 1 euro de l'heure mais, grâce aux charges négatives, le salarié toucherait l'équivalent du SMIC horaire. Il y aurait un barême progressif des charges négatives : plus l'employeur paye, plus le salarié touche, mais le niveau des charges baisse. Au niveau du salaire moyen, les charges seraient nulles. Et les charges redeviendraient positives et progressives pour les salaires plus élevés.