En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 9 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 9 heures 22 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 11 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 14 heures 33 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 15 heures 17 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 17 heures 56 sec
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 19 heures 58 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 6 heures 27 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 14 heures 10 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 15 heures 30 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 16 heures 35 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 18 heures 40 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 19 heures 37 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner avec Délits d’Opinion

Impopularité record de François Hollande : le feuilleton de l'érosion de la confiance de l’électorat de gauche à son égard

Publié le 20 novembre 2013
Historiquement bas, le niveau de popularité du président de la République François Hollande semble pouvoir encore baisser. Derrière la traditionnelle contestation de l'action du président par les sympathisants de l'opposition se cache une profonde déception des sympathisants socialistes qui a deux noms : Cahuzac et Leonarda.
Cécile Lacroix-Lanoë est directrice d’études à Kantar Public (ex-TNS Sofres) et contributrice du site Délits d'Opinion, site de référence de l'opinion publique et des sondages. Diplômée de l’IEP de Grenoble et titulaire du master Progis (études...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Lacroix-Lanoë
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Lacroix-Lanoë est directrice d’études à Kantar Public (ex-TNS Sofres) et contributrice du site Délits d'Opinion, site de référence de l'opinion publique et des sondages. Diplômée de l’IEP de Grenoble et titulaire du master Progis (études...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Historiquement bas, le niveau de popularité du président de la République François Hollande semble pouvoir encore baisser. Derrière la traditionnelle contestation de l'action du président par les sympathisants de l'opposition se cache une profonde déception des sympathisants socialistes qui a deux noms : Cahuzac et Leonarda.

François Hollande atteint aujourd'hui des records d'impopularité et décroche le titre de président le plus mal aimé de la Vème République. Les premières mesures de popularité, effectuées au lendemain de son élection, ne laissaient cependant pas deviner que François Hollande s'effondrerait ainsi dans les sondages. En mai et juin 2012, les résultats obtenus étaient assez similaires à ceux enregistrés par son prédécesseur à la même époque en 2007. Mais François Hollande s'est démarqué par une chute de popularité très précoce et n'a donc pas connu « d'état de grâce ».

Juste après son élection, le président de la République n'a bénéficié que d'un soutien très limité des sympathisants de droite : un peu plus d'un quart d'entre eux disait lui faire confiance ou l'approuver en mai-juin 2012 selon les différents instituts[1], un niveau significativement inférieur à celui dont disposait Nicolas Sarkozy auprès des sympathisants de gauche en 2007 (à peu près un tiers déclaraient le soutenir). Aujourd'hui, seuls 10 % des sympathisants de droite déclarent avoir une opinion positive de François Hollande, soit une chute d'environ 15 points en un an et demi. Or, la baisse de la cote de popularité du président depuis son élection est de l'ordre de 30 points auprès de l'ensemble des Français. Ce n'est donc pas ce manque de soutien de la droite, assez logique, qui alimente l'effondrement dans les sondages de François Hollande, mais bien le désamour grandissant entre le président socialiste et les électeurs de gauche.

Depuis son élection, la chute de popularité de François Hollande auprès des sympathisants de gauche est de l'ordre de 40 points

La diminution de la popularité de François Hollande chez les sympathisants de gauche est autrement plus impressionnante : de plus de 85 % d'opinions positives au moment de son élection, il ne recueille désormais plus que de 41 % à 56 % de jugements favorables selon les différentes questions posées par les instituts, soit une baisse moyenne d'environ 40 points.

L'impopularité du président a donc largement gagné donc sa base électorale. Dans la dernière vague d'enquête de son baromètre politique, Ipsos note ainsi que c'est désormais une minorité des électeurs de premier tour de François Hollande qui approuve son action : seuls 47% déclarent porter un « jugement favorable sur l'action de François Hollande, en tant que président de la République » (une baisse de 11 points en un mois). 51 % des électeurs de premier tour du président émettent un jugement défavorable sur sa politique. L'insatisfaction du cœur de l'électorat socialiste apparaît particulièrement vive en matière économique et sociale. Seuls 38 % des électeurs de premier tour de François Hollande se disent satisfaits de la politique menée dans ce domaine et 32 % de ceux de second tour.

Les électeurs de gauche, qui ont soutenu François Hollande au second tour ou dès le premier, se sont donc largement détournés du président et ce, rapidement. La baisse de popularité auprès des sympathisants de gauche est assez linéaire et commence dès les premières semaines du mandat. Elle connaît néanmoins certaines discontinuités. La pente est ainsi plus forte entre février et avril 2013, période marquée par l'affaire Cahuzac. Celle-ci a largement dégradé la popularité de l'exécutif auprès des sympathisants de gauche (environ 10 points perdus en deux mois), alors même qu'entre décembre et janvier, elle semblait s'être stabilisée, voire même repartir légèrement à la hausse. François Hollande avait alors renforcé sa stature présidentielle en prenant la décision de faire intervenir les troupes militaires françaises au Mali. Il semblait également tirer un certain bénéfice de quelques mesures fortes lancées par le gouvernement : le mariage pour tous, qui agite alors largement la société avec les premières grandes manifestations, et le pacte de compétitivité, annoncé en novembre.

Popularité de François Hollande auprès des sympathisants de gauche

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Puis, après la chute enregistrée entre février et mars 2013, d'avril jusqu'à la fin de l'été, la popularité présidentielle est globalement stable si l'on met en regard les courbes des différents instituts. Elle semble de nouveau amorcer une tendance à la hausse fin août-début septembre, lorsque les chiffres de croissance pour le second semestre, inopinément favorables, sont annoncés. Mais l'élan suscité s'essouffle vite et l'exécutif affronte, dans les semaines qui suivirent, un faisceau d'éléments qui le mettent en difficulté : l'affaire Leonarda, la laborieuse mise en place de la réforme des rythmes scolaires et le chômage, dont la courbe refuse de s'inverser, la baisse étant de plus agrémentée du « bug SFR » fin septembre.

Conséquence de ces différents événements, ces dernières semaines, la chute de popularité de l'exécutif auprès des sympathisants de gauche s'est même de nouveau accélérée : -12 points en deux mois pour TNS Sofres, -11 points pour OpinionWay, -8 points pour LH2, -13 points pour Ipsos, etc. Cette diminution appuyée auprès de son propre camp est l'origine des records d'impopularité de François Hollande relevés dans les dernières enquêtes.

Cette défiance place désormais le président dans une situation délicate et inédite : seul un sympathisant de gauche sur deux déclare encore soutenir le président, et ce, après seulement un an et demi de mandat. Le plus faible soutien obtenu par Nicolas Sarkozy auprès des sympathisants de droite s'établissait à environ 60 % et n'est intervenu qu'en avril-mai 2011, soit après quatre ans de présidence.

L'impopularité record de François Hollande auprès de son propre camp semble devoir largement le handicaper pour le futur. Elle l'affaiblit dans sa prise de décision puisque la politique gouvernementale rencontre désormais une opposition auprès de ses soutiens naturels : le président ne peut plus agir au nom de « la » gauche. Elle renforce l'indiscipline de sa majorité parlementaire, dont les membres sont tentés de répondre au mécontentement de leur base.

Elle offre également, pour le pouvoir en place, de sombres perspectives pour les prochaines élections. Les Français de gauche vont-ils se mobiliser alors que la politique nationale mise en œuvre par leur camp les déçoit largement ? Cette question est d'autant plus préoccupante pour la gauche que l'autre camp semble, lui, capable de se rendre largement aux urnes, tant le mécontentement à l'égard du pouvoir y est grand. Ainsi, dans la dernière enquête du baromètre Ifop / Paris Match, 90 % des sympathisants de droite disent ne pas approuver la politique de François Hollande, dont 68 % déclarent même ne « pas l'approuver du tout » (et 22 % « plutôt pas »). Cette opinion extrême est même partagée par 77 % des sympathisants du Front national (60 % à l'UDI et 65 % à l'UMP). Au pic de l'impopularité de Nicolas Sarkozy, seul un peu plus d'un sympathisant de gauche sur deux n'approuvait « pas du tout » la politique conduite par le président UMP. Cette exaspération des électeurs de la droite, et surtout de son extrême, devrait s'exprimer aux prochaines élections municipales et européennes.

Une chute de la popularité présidentielle particulièrement marquée parmi les sympathisants du Front de gauche et d'Europe Écologie Les Verts

La chute de popularité de François Hollande n'est évidemment pas uniforme selon les différentes composantes de la gauche, mais les touche toutes. Si les chiffres suivants doivent être pris avec précaution, car ils portent sur des sous-catégories d'échantillon dont les effectifs sont parfois faibles (notamment pour les sympathisants FDG et surtout EELV) – ce qui explique d'ailleurs certaines évolutions « erratiques » liées au risque statistique de fait plus élevé – la comparaison des courbes de différents instituts permet de dresser des constats éclairants.

Aujourd'hui, le président dispose d'une popularité différenciée selon les sensibilités partisanes de gauche. Alors qu'un peu plus d'un sympathisant socialiste sur deux soutient toujours François Hollande, parmi les personnes partisanes du Front de gauche et d'EELV, la popularité présidentielle n'est, depuis déjà plusieurs mois, plus que minoritaire.

Confiance accordée à François Hollande par les sympathisants des principaux partis de gauche

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Parmi les sympathisants de ces deux partis, qui suivent des trajectoires relativement semblables, bien que l'un participe au gouvernement et l'autre non, la baisse est maximale.

Ainsi, aujourd'hui, dans le baromètre TNS Sofres, seuls 31 % des sympathisants du Front de gauche déclarent faire confiance à François Hollande. Le président socialiste faisait pourtant « le plein » de ces sympathisants au lendemain du second tour de l'élection présidentielle (83%). La baisse en dix-huit mois s'établit donc à 52 points. Autrement dit, un sympathisant du Front de gauche sur deux s'est détourné du président de la République depuis son élection.

Popularité de François Hollande auprès des sympathisants du Front de gauche

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Tous les instituts corroborent ce constat. La chute de popularité du président auprès de la gauche de son électorat de second tour a été rapide et brutale. Dans les six premiers mois de sa présidence, François Hollande perd environ 30 points auprès des sympathisants du Front de gauche. La baisse se poursuit ensuite, de manière continue mais moins accentuée. Alors qu'il atteint désormais des niveaux de popularité très réduits auprès de cette cible (entre 27% et 38% selon les différentes formulations de questions), la diminution semble pouvoir encore se prolonger. Aucune stabilisation ne se dessine et une inflexion intervient même en octobre, révélatrice de la désapprobation des sympathisants du Front de gauche face aux réactions de l'exécutif après l'expulsion de Leonarda.

Le niveau de popularité de François Hollande auprès des sympathisants EELV est équivalent à celui obtenu auprès des sympathisants du Front de gauche et donc minoritaire. La baisse depuis l'élection est néanmoins moins importante car la confiance initiale accordée par les écologistes au président de la République a été moins massive. Avec de 74 % à 75 % d'opinions positives chez les sympathisants EELV en mai-juin 2012, soit 10 à 15 points de moins que chez les sympathisants du Front de gauche, François Hollande, dès le départ, subit une certaine défiance des écologistes. Malgré l'entrée au gouvernement de deux ministres EELV, près d'un quart des sympathisants du parti doutent alors de l'écolo-compatibilité de François Hollande. Par la suite, environ quatre sympathisants écologistes sur dix viennent rejoindre ces rangs, par une déperdition continue tout au long des premiers dix-huit mois de mandat.

Plus d'un tiers des sympathisants socialistes se sont détournés du président

Bien que les sympathisants du PS apparaissent plus cléments à l'égard du chef de l’État, même parmi ce cœur de ses soutiens, François Hollande apparaît très largement en difficulté. Ainsi, dans le dernier baromètre TNS Sofres, seuls 56 % des sympathisants socialistes déclarent encore faire confiance à François Hollande, une diminution de 35 points au total depuis son élection. La baisse est de 33 points dans le baromètre CSA / Les Echos, 34 points dans celui de l'Ifop / Paris Match, 38 points dans celui d'Ipsos pour Le Point et même de 44 points dans l'étude Ifop / JDD. Ainsi, un peu plus d'un tiers des sympathisants socialistes sont passés de la confiance à la défiance en l'espace de dix-huit mois.

Rappelons que Nicolas Sarkozy disposait, quant à lui, d'un soutien des trois quarts des sympathisants UMP au faîte de son impopularité (printemps 2011), contre six sympathisants PS sur dix pour François Hollande aujourd'hui.

 Popularité de François Hollande auprès des sympathisants du Parti socialiste

 

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Auprès des sympathisants socialistes, la popularité de François Hollande s'effrite plus particulièrement à deux moments : entre mars et avril (affaire Cahuzac) et ces dernières semaines (Leonarda). Si ces deux affaires emblématiques et médiatiques ont eu un effet indéniable sur la popularité du président, elles ne doivent pas masquer que les racines du mal sont plus profondes et durables. Les grandes lignes directrices de la politique du président sont largement mises en doute, comme le montre l'insatisfaction très majoritaire, même auprès de l'électorat de premier tour de François Hollande, à l'égard de la politique économique. L'effondrement progressif des courbes de popularité auprès des électeurs de gauche traduit un espoir déçu, un regard désenchanté sur une situation économique et sociale qui ne s'améliore toujours pas, un trouble face à une gauche qui ne réussit pas à réduire le chômage et la précarité.

Quelle solution pour redresser la barre ?

Aujourd'hui, 53 % des sympathisants de gauche souhaitent que François Hollande change de Premier ministre et seuls 40 % plaident pour un maintien de Jean-Marc Ayrault dans ses fonctions. Pour autant, le rôle de fusible n'est pas pleinement assuré par le Premier ministre à l'heure actuelle et le malaise est plus général : 57 % de ces mêmes sympathisants de gauche estiment qu'un remplacement du chef du gouvernement n'améliorerait pas la situation et seuls quatre sur dix pensent l'inverse. Si un remaniement pourrait apporter un peu d'air au président de la République en insufflant un vent de changement et un nouveau dynamisme, ce changement ne pourra pas être que « cosmétique » et remplacer des visages par d'autres. La politique gouvernementale devra être audacieuse et porter des fruits pour vaincre le mécontentement et l'apathie.


[1] Les instituts de sondage posent chacun des questions différentes, ce qui engendre, par conséquent, des résultats différents. Néanmoins, si les intitulés varient (confiance accordée au chef de l’État, jugement sur son action, satisfaction à l'égard de la politique conduite, etc.), ces différents indicateurs relèvent tous d'une dimension commune et suivent des évolutions très semblables.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
stephanoise
- 22/11/2013 - 13:25
Grande manif
prévue le dimanche 26 janvier a Paris a l initiative de " hollande démission " a qui l on doit la banderole de cet été qui sillonnait les plages et les comités d accueil bruyants lors des sorties de hollandouille. Il faut se mobiliser et aller crier encore et encore , notre pays est moque et raille dans le monde entier, certains n osent plus dire qu ils sont français tellement ils ont honte !
Ce petit personnage arrogant et incapable est dangereux pour notre pays et notre avenir, a force de le lui dire il finira peut être par nous entendre...on sait déjà qu il n a pas de cerveau, a t il des oreilles ?
Jeanne1412
- 21/11/2013 - 09:13
APRES LES MUNICIPALES
Et avec l'ampleur de la "déculottée" qui l'attends, je ne pense pas qu'il puisse encore être légitimement au pouvoir !
Remaniement du gouvernement ? Insuffisant !
Dissolution de l'Assemblée ? Relativement obligatoire !
Président fantoche encore au pouvoir après les municipales ? Si il a un peu d'amour propre : DÉMISSION !
HOLLANDE DÉGAGE !
vangog
- 21/11/2013 - 00:44
@smiti vous voulez sans doute parler des médias
français de gauche?
Faire échouer Sarko à la veille de son second mandat est la seule conséquence favorable de leurs minables manipulations...
Manipulations qui deviennent tellement visibles ( voir Cariline Fourrest...) qu'ils vont bien finir par faire élire Marine...qui n'a déjà plus besoin de leurs manipulations contre-productives...car elle est déjà très éloignée de cette boue!