En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Grand large
Voyage en immersion au cœur des Philippines
Publié le 09 novembre 2013
Au nord de l'île de Luçon, des cercueils suspendus habillent les falaises, tandis que des rizières millénaires donnent vie aux paysages...
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au nord de l'île de Luçon, des cercueils suspendus habillent les falaises, tandis que des rizières millénaires donnent vie aux paysages...

Pour en savoir plus sur les Philippines, rendez-vous sur le site de Peplum.com.

Des montagnes, et de la jungle. C’est l’atmosphère générale qui règne dans le nord de l’île de Luçon, aux Philippines. Une région dominée par les imposants monts Tabayoc (2 842m), Kapiligan (2 670m) et Alchanan (2 576m). Malgré ces conditions en apparence difficiles, une excursion en privé dans l’intimité des Philippines devient un grand et beau voyage d’exception.

Aller au plus près des peuples et de leurs traditions. Telle est l’ambition du guide local. L’immersion commence à Sagada, la ville aux « cercueils suspendus ». On y accède par une large route sinueuse et vallonnée, où les rochers se succèdent comme autant d'obstacles à cette singulière épopée. Durant la saison des pluies, il arrive que des voyageurs restent coupés du monde pendant plusieurs jours, à cause d'un éboulement ou un affaissement de terrain. L’histoire ne rassure pas, mais renforce ce sentiment exaltant d’être à l’autre bout du monde.

En mode aventurier, on s'enfonce dans la végétation de ces intimidants reliefs. Alors que l’on commence à douter de trouver ce que l'on y cherche, le guide poursuit sa route, sûr de lui. Jusqu’à ce que sans s’y attendre, on tombe nez à nez avec une falaise recueillant les plus vieux cercueils suspendus de la région. Derrière cet atypique club des cinq, une quinzaine d'autres bières artisanales se distinguent à travers le vert feuillage. Qu'elles soient accrochées à des roches en saillie, posées sur des pieux plantés à même la falaise ou encore empilées à l'intérieur de quelques grottes en calcaire, ces grandes boîtes funèbres ne s'avèrent pas réellement en suspension. Les plus vieilles ont été façonnées à partir de troncs d’arbres sculptés et parfois même colorés. Inversement, de simples planches clouées constituent les modèles le plus récents.

Quand un Philippin de la Mountain Province s'éteint, son corps subit plusieurs traitements, raconte le guide. Pendant la période de deuil d’une semaine, le cadavre reste attaché à un fauteuil. Il se raidit, obligeant ensuite les membres de sa tribu à lui briser les os. Le corps est alors mis dans un cercueil puis emporté, loin dans les montagnes, par ces « grimpeurs de rochers » qu'incarne la jeune génération. Ce refus de l'inhumation vient d'un profond respect impliquant de rapprocher le défunt du paradis céleste, de maintenir ses sens en éveil au contact du vent et du soleil et, enfin, de le protéger des bêtes sauvages. Bien qu'illégale, cette pratique semble perdurer même au-delà des Philippines. 

Laissant ce cimetière suspendu, on s’enfonce un peu plus dans les montagnes pour se rapprocher de Banaue et de ses rizières. Classées au patrimoine mondial de l’Unesco, elles sont aussi membres de ce club subjectif des huitièmes merveilles du monde. Le panorama, en effet, est très impressionnant. Depuis les hauteurs que l'on a peine à quitter, on dirait des marches s'élevant depuis le creux d'une vallée jusqu'au ciel. C'est le principe même des cultures en terrasses. On engage une descente pour aller fouler l'herbe mêlée de riz. Peu de travailleurs dans les rizières, la plupart sont au village. Les femmes, souvent assistées de leurs époux, séparent les grains, qu'elles écrasent dans des mortiers géants, et les brins, qu'elles recyclent en terreau.

Direction Hapao, à moins de cinq minutes en voiture. Le trajet paraît néanmoins beaucoup plus long étant donné l'intensité des virages et le tangage du véhicule. D'un détour à l'autre, on arrive enfin au but. La boue est au rendez-vous. Chaussé de bottes, on s'engage cette fois sans réticence dans la vase de ce labyrinthe fertile. Si l'on cherche d'abord des yeux les plants de riz évidés il y a peu par les autochtones, l'attention se porte progressivement sur d'autres curiosités. Hormis les escargots, Hapao regorge également de moules et de bigorneaux. La technique de pêche est étonnante, un brin d'herbe pour seule canne à pêche suffit à attraper les mollusques.

Hapao est bercé par le Chico, plus connu aux Philippines sous le nom de « rivière de la vie ». On la traverse sur un pont atypique : un long tapis de bois, démantelé par endroits, fixé à des troncs d’arbres par un long cordage. Au sortir du pont, un très vieil escalier, marqué par deux millénaires de mousse. Avant de l'emprunter pour reprendre de la hauteur, on remarque une longue tige de bambou qui s'élance jusqu'au faîte du grand mur de pierre que l'on souhaite dépasser. Un conduit indispensable à l'irrigation des différents courants coexistant dans la vallée, explique le guide. Il nous emmène aux sources d’eau chaude d’Hapao. Des bassins, contenant une eau d’une quarantaine de degrés, qui servent de baignoire aux habitants des rizières en manque d’installations sanitaires. Pas de touristes, c’est le cœur des Philippines. Le point d’orgue d’une incroyable immersion en terre inconnue.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Unesco, bières, Hapao, Banaue, Sagada
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
04.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
géodith
- 13/11/2013 - 19:54
Balade en Jeepney
A Bagan, les rizières n'étaient pas vertes donc on nous propose de prendre un jeepney pour aller Hapao.
Les femmes sont assisses dans les jeepneys, prenez le RER aujourd'hui et regardez comment cela se passe ...Parité voulue, parité eue.
Bref on part quand il est plein à craquer, on est les seuls blancs, ils nous parlent de façon très sympa en bon anglais pour les personnes de 40-50 ans.
Le jeepney tombe en panne.
C'était prévisible vu la route et le chargement...
C'est une dame de 50-60 ans qui s'est démenée pour nous trouver un tuctuc pour nous emmmener à Hapao voir nos rizières vertes et revenir sur Bagan.
Cela m'avait impressionnée, sa volonté de faire bouger les choses.. pour nous. Les femmes sont LIBRES aux Philippines, pays catholique par excellence.
géodith
- 13/11/2013 - 19:45
Vous aussi
votre guide vous a berné aussi ?
Quand vous arrivez à Sagada, vous demandez un guide pour vous emmener vers les Hanging coffins, c'est payant c'est de bonne guerre faut qu'ils mangent ...
Notre guide nous a raconté que le fameux cercueil en bois foncé sur la photo datait de 3 mois...
Elle nous explique qu'elle elle se fera suspendre aussi..
Elle nous parle de l'autre falaise où il y a les corps des femmes mortes en couche, pas bonne image dont les cerceuils sont cachés...
Bon on traverse quand même un immense cimetière...
Et le lendemain nous allons voir de nous mêmes une autre zone de Sagada...
Nous tombons sur un guide qui attend le chaland
il est mort de rire quand je lui raconte ce que sa collègue nous a dit !
Frustration intense...
Le dernier cercueil suspendu date de au moins 50 ans .