En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 11 heures 21 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 12 heures 19 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 13 heures 5 sec
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 17 heures 17 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 18 heures 36 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 11 heures 52 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 12 heures 41 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 16 heures 31 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 17 heures 31 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 18 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 18 heures 37 min
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner

L'inculture judiciaire des Français est nourrie par celle des politiques

Publié le 03 avril 2013
Les niveaux de confiance des Français envers la justice évoluent en fonction des grandes affaires. Le rapport des citoyens à cette institution est complexe : service confronté par nature à l'échec, qui induit systématiquement un perdant, il ne peut satisfaire tout le monde.
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les niveaux de confiance des Français envers la justice évoluent en fonction des grandes affaires. Le rapport des citoyens à cette institution est complexe : service confronté par nature à l'échec, qui induit systématiquement un perdant, il ne peut satisfaire tout le monde.

Atlantico : Des sondages sont souvent menés lors de grandes affaires judiciaires, largement médiatisées. C'est le cas ces derniers jours pour la mise en examen de Nicolas Sarkozy, mais ce fut aussi le cas lors de l'affaire Outreau. Comment ces événements influent sur la perception de la justice par les Français ?

Philippe Bilger : Pour ce qui est de Nicolas Sarkozy, on a évidemment la mise en cause d’un ex-président qui peut intéresser l’opinion publique. Je dirais qu’en général, je ne suis pas persuadé que les affaires qui reviennent régulièrement et qui ont un caractère mi-politique, mi-judiciaire, soient véritablement de nature à avoir une incidence sur l’opinion publique.

Méthodologie : Sondage LH2 pour "Le Nouvel Observateur" réalisé les 22 et 23 mars, par téléphone, auprès d'un échantillon de 968 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Outreau, bien sûr, a été une immense tragédie collective dont les effets se sont fait durablement sentir. D’une certaine manière, même le citoyen lambda pouvait se sentir impliqué, préoccupé, par ce qui apparaissait comme un drame de la justice au quotidien.

Méthodologie : Sondage TNS Sofres/Logica pour Elephant & Cie, France 2 et Le Parisien réalisé du 25 au 28 septembre 2009, auprès d'un échantillon de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile (méthode des quotas).

D’ailleurs, il faut bien voir que la publication de sondages réguliers sur la justice n’a guère de sens : cela peut fluctuer d’une semaine à l’autre. Il suffit que la justice ait eu affaire à un tueur en série et ait bien joué son rôle pour que d’emblée, la confiance envers la justice ne grimpe. Il suffit d’une affaire Sarkozy avec un affrontement droite / gauche, au-delà de la discussion judiciaire, pour que les résultats du sondage soient différents.

Je n’attache pas une importance décisive à ce type de sondages pour une autre raison, de fond : il est évident que le service public de la justice n’est pas un service public comme les autres. Le citoyen le ressent, plus ou moins confusément, mais la justice est un service qui gère en bout de course des situations qui sont par définition des situations d’échec. Il y a forcément un perdant et un gagnant, lors d’un procès : le gagnant n’a jamais assez gagné et le perdant a toujours trop perdu. Pour ceux qui sont confrontés à la justice, le rapport à ce service que l’on choisit contraint et forcé, est toujours bien particulier.

Si au cours des dernières années, les Français manifestent globalement une certaine confiance envers la justice, ils s’inquiètent à l’inverse de sa capacité à bien fonctionner et de ses moyens. Comment comprendre cette perception ?

C’est une opinion. Parmi les Français, certains ont dû être justiciables et ont certainement pâti de la lenteur de la justice. D’autre part, il est évident que le discours dominant, médiatique, reprenant celui des syndicats, insiste lourdement sur le manque de moyens.

On peut toujours souhaiter que la justice pénale, mais aussi les autres, soient dans un état alarmant. Il est normal de la souhaiter avec un meilleur fonctionnement. Pour ma part, j’estime qu’il ne faut pas nourrir la logique du pire : je reste persuadé qu’en dehors du fait qu’un citoyen faisant appel à la justice ne peut jamais être pleinement satisfait, mais je dirais que globalement, la justice fonctionne bien. Il y a des améliorations à apporter, on peut toujours tendre vers le mieux, mais on ne peut pas lui reprocher globalement de déshonorer la mission qui lui est confiée. Evidemment, on ne peut jamais refuser une augmentation des moyens et un accroissement du budget, mais je crois qu’il serait dangereux de laisser penser que ce soit la clef de tout.

Jamais, même dans cinquante ans, un syndicat ne viendra dire qu’il n’y a pas besoin de moyens supplémentaires. Je ne suis pas convaincu qu’une recherche systématique de plus de moyens solutionne toutes les limites de la justice. Pour reprendre l’exemple d’Outreau, je ne suis pas convaincu qu’à l’époque, plus de moyens auraient suffi à rendre les pratiques judiciaires détestables meilleures. Les moyens, si l’on en a d’avantage, tant mieux, mais qu’on ne laisse pas croire qu’il suffit de moyens pour améliorer la qualité de la justice.

Méthodologie : Sondage Ifop pour "Le Figaro" réalisé les 10 et 11 février 2011, par questionnaire auto-administré en ligne (CA WI - Computer Assisted Web Interviewing), auprès d'un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Si l’on remonte dans le temps, on remarque que dans les années 1960, les Français n’avaient vraiment pas confiance en la justice. Un rapport qui s’est largement amélioré lors des années récentes. Comment analyser cette évolution ?

Ecoutez, j’avoue que je ne sais pas. Je dois même admettre que j’aurais parié sur l’inverse, sur un délitement de l’appréciation positive !

Paradoxalement, le fait que les années 1960 aient été une phase de transition, qui a été remarquable sur le plan politique et économique, peut avoir créé une sensation d’instabilité et d’incertitude. Les réformes Debré, sur un plan judiciaire, montraient une vraie transition démocratique qui a pu entraîner une méfiance des citoyens envers la justice. Il ne faut pas non plus oublier que quelles que soient les immenses qualités d’un De Gaulle, il ne portait pas la justice en très haute estime. Et si l’exemplarité ne vient pas d’en haut, je crois à un effet assez délétère sur l’ensemble de la communauté nationale.

Il est à la fois étonnant et rassurant de voir que la confiance envers cette institution a progressé. Mais elle se confrontera toujours aux limites que j’ai évoquées à cause du service politique qu’elle représente. Elle est confrontée également à l’inculture judiciaire du citoyen, et cela, je ne peux pas lui reprocher, mais surtout l’inculture judiciaire de la classe politique elle-même. Cette dernière conduit non seulement vers une forme d’ignorance dévastatrice, mais conduit parfois, comme dans le cas des diatribes de Guaino, à scier la branche démocratique sur laquelle ceux qui vitupèrent contre la justice se sont assis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sam75
- 31/03/2013 - 12:48
A qui la faute
Le langage de la justice est hermétique tout comme son fonctionnement, les décisions ne sont pas expliquées.
Lorsque les juges s'expriment par le biais de leur syndicats, c'est pour dénoncer une loi,surtout si elle vient de la droite, critiquer une décision politique ou appeler a voter pour tel parti. Comment voulez vous que les Francais aient confiance.
sicenetoi
- 28/03/2013 - 17:59
La justice ?
Croire qu'élire les juges serait une solution est une ineptie crasse ! voir ce qui se passe aux Etats-Unis ou les juges se préoccupent souvent beaucoup plus de leur élection que de leur travail ...
Mais en général, selon que vous serez puissant ou misérable... les jugements de cour vous rendront blanc ou...noir ! les exemples abondent en notre beau pays de notables "blanchis" alors qu'un vol de portable vaut 6 mois de prison ferme...
jerem
- 28/03/2013 - 08:01
Heureusement il ya Alain Minc, l'abonné de Canal plus
Heureusement Alain Minc ai venu encoreune fois nous donner son avis personnel sur le sujet . il s'autorise meme a rappeler a la journaliste qu'elle doit l'interroger sur la mise en examen.
L'oracle va pas se lever pour 7h50 et ne pas faire le service apres vente pour expliquer ce qui doit etre fait et ce qui doit etre pensé. Evidemment Canal ne peut se dispenser d'invité un pareil abonne de ses plateaux ..... et pourtant il n'a pas meme un nouvel ouvrage passionnant a nous soumettre .