En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 6 heures 31 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 8 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 10 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 11 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 13 heures 4 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 14 heures 9 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 15 heures 1 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 16 heures 5 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 16 heures 29 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 7 heures 3 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 11 heures 36 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 12 heures 44 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 13 heures 19 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 14 heures 48 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 15 heures 15 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 16 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner

Pourquoi voter pour un parti eurosceptique lors d'une élection nationale en Italie ou ailleurs ne signifie pas forcément avoir moins confiance en l'Europe

Publié le 03 avril 2013
Si les discours politiques eurosceptiques semblent gagner en audience, les citoyens continuent d'avoir plus confiance en l'Europe qu'en leurs institutions nationales. Contradictoire ? Retour sur les intrigantes réponses à l'Eurobaromètre de TNS pour la Commission européenne de novembre dernier.
Jean-Luc Sauron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Sauron est professeur associé à l'Université Paris-Dauphine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les discours politiques eurosceptiques semblent gagner en audience, les citoyens continuent d'avoir plus confiance en l'Europe qu'en leurs institutions nationales. Contradictoire ? Retour sur les intrigantes réponses à l'Eurobaromètre de TNS pour la Commission européenne de novembre dernier.

Question : Pour chacune des institutions suivantes, pourriez-vous me dire si vous avez plutôt confiance ou plutôt pas confiance en elle :

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir


Atlantico : Comme nous le montre l'Eurobaromètre réalisé par TNS pour la Commission européenne en novembre dernier, le niveau de confiance des Européens en l'Union européenne a chuté de manière impressionnante. Malgré cela, elle reste plus élevée que la confiance accordée par ces mêmes Européens à leurs parlements et à leurs gouvernements nationaux. Faut-il y voir une forme de contradiction ?

Jean-Luc Sauron : Cette apparente contradiction, entre le sentiment d'impuissance de l'Union européenne, et, malgré tout, une plus grande confiance qu'envers les gouvernements nationaux, traduit l'idée que les solutions sont au niveau européen. Certes, il y a à la fois une très grande critique et un très grand pessimisme envers l'efficacité des politiques. Mais de manière consciente ou inconsciente, les citoyens ont identifié que le bon niveau de solutions se situe à l'échelle de l'UE. Et ceci même s'ils sont peut-être effectivement mécontents du fonctionnement de celle-ci. 

Si les Européens ont ce sentiment que les solutions se situent au niveau européen, comment expliquer le succès des politiques et des discours eurosceptiques dans les différents Etats membres ? 

Il y a deux choses. Un élément mécanique d'abord : il paraît contestable d’identifier les deux opinions publiques. Il y a d'un côté un sondage et de l'autre une expression électorale liée à un enjeu national. Pour prendre le cas de l'Italie, avec l'effondrement des pro-Européens, dans une Italie qui était encore récemment très majoritairement favorable à l'Europe, comment faire le tri entre ceux qui voulaient manifester un rejet des gouvernements précédents et ceux qui sont effectivement méfiants vis-à-vis de l'Europe ? Je pense que c'est comme cela qu'il faut analyser le vote en faveur de Beppe Grillo.

Peut-être qu'aujourd'hui, les mêmes votants dans une élection européenne (pour le Parlement européen par exemple), ne manifesteraient pas les mêmes choix politiques. On l'a déjà observé. Il n'y a pas aujourd'hui de corrélation entre les votes manifestés dans un scrutin national et les votes exprimés dans une perspective européenne.

Les électeurs de Beppe Grillo ont-ils voté pour lui parce qu'il est anti-européen ou parce qu'il est un choix anti-système en Italie ? Je pense que c'est plutôt pour la seconde raison.

Europe Ecologie - Les Verts est un autre exemple de cette dissociation entre les votes nationaux et européens : ce parti fait de très bons scores dans les élections européennes parce qu'il exprime des problématiques européennes. Ce n'est pas le cas lors de scrutins nationaux.

Tout cela n'enlève rien au fait que le décrochage de l'opinion vis-à-vis de l'Union européenne est inquiétant. Mais ce n'est pas forcément l'annonce d'un effondrement au sein de l’opinion publique de l’adhésion à l’Europe. Et encore une fois, dans le cas de l'Italie pour prendre le plus récent, le résultat prouve plus le rejet d'un modèle politique que de l'Europe. C'est aussi un moyen de dire à l'ensemble de la classe politique italienne et européenne : il y en a assez de votre défaillance. Il semble difficile d’affirmer que lors d'un scrutin national comme le scrutin italien des 24-25 février , le déterminant majeur des électeurs soit l'Europe.

D'ailleurs personne n'a une campagne totalement anti-européenne. Beppe Grillo, par exemple, a essentiellement mis en avant un programme populiste habituel : virer les « pourris » du parlement et revoir le financement des partis politiques. Des sujets qui n'ont rien à voir avec l'Europe.

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

Lorsque des responsables ou des partis politiques choisissent lors d'élections nationales de s'afficher comme eurosceptiques, est-ce parce qu'ils veulent miser sur la méfiance croissante des électeurs vis-à-vis de l'Europe, ou la méfiance croissante de ces derniers est-elle le résultat d'un discours toujours plus hostile à l'Europe ?

En France, mais pas qu'en France, l'échec de la Constitution européenne en 2005 a entraîné un décrochage de l’opinion publique vis-à-vis de l’Europe. Il y a aujourd'hui un clivage entre ceux qui sont sceptiques et ceux qui sont favorables à l'Europe dans tous les Etats et dans tous les partis. En France, cette rupture traverse toute la population et tous les partis politiques.

Ce qui est frappant, c'est que cela ne suffit pas à former un parti. Il faut continuer à entremêler ce discours européen de préoccupations nationales pour retenir et constituer un électorat. Aucun parti politique en France ne s’est construit uniquement contre l’Europe, ni Le Pen, ni Mélenchon.

Il y a une crainte chez les politiques de perdre une partie de leur électorat sur une position trop en pointe sur l’Europe..

De plus, comme dans toutes compétitions électorales les politiques lissent leurs discours par rapport à leurs propres stratégies en fonction des attentes des électeurs. Ils tâchent de rassembler sur leurs candidatures un électorat le plus large possible. Il faut donc assurer la jonction de deux préoccupations : un doute vis-à-vis de l'Europe et un sentiment que les solutions se trouvent à l'échelle de l’Union communautaire. Dans tous les cas, l'électorat n'est jamais unanime. L'électeur n'a pas ni regard cohérent, ni un regard exhaustif. Il va simplement se demander à un moment ce qui lui importe le plus. De même dans les débats nationaux : certains électeurs disent avoir voulu voté pour François Hollande, mais y avoir renoncé du fait de certains de ses projets, comme le mariage pour tous. C'est tout simplement une question de priorité. En réalité, personne aujourd'hui ne prend comme priorité dans un choix électoral la position sur l'Europe de son parti.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 06/03/2013 - 06:49
Mafia
Article amusant, où l'auteur essaie de nous faire croire le contraire de ce que montrent les graphiques...
Ce n'est pourtant pas compliqué : oui, la majorité des européens aime ce continent, mais, ils se demandent simplement comment se débarasser de la Mafia purulente qui est actuellement aux commandes à Bruxelles...
JP34
- 27/02/2013 - 23:59
l'europe va éclater, et
l'europe va éclater, et l'euro disparaître.
Aucun politique ne peut soutenir cette thèse car ils sont tous corresponsables de cette situation en ayant voté MAASTRICHT;
Les investisseurs avertis ont déjà commencé à anticiper cette situation, qui provoquera une dévaluation de 30% du futur FRANC par rapport au MARK;
la FRANCE se retrouvera ruinée par l'inlation qui suivra, mais cette dévaluation va permettre de relocaliser notre industrie, de retrouver le plein emploi, et de rembourser notre dette en monnaie de singe: que du bon pour les FRANCAIS, mais la ruine pour les banquiers: vous comprenez pourquoi les banquiers s'accrochent à l'euro ?
Glop Glop
- 27/02/2013 - 18:43
L'Europe de Brussel...
... va crever et c'est une excellente chose. Ce ne sont pas les peuples européens qui posent problème; ce sont les européïstes manipulé par d'autres problèmes: les financiers. L'éveil des peuples nous évitera une guerre, cette guerre que l'on peut soupçonner d'être souhaitée pour remplacer les Européens morts par de la main d'oeuvre importée, soumise et plus que tout, majoritairement illéttrées et analphabète que sont les migrants venus de provinces sous l'emprise du prophète. Ceci explique largement pourquoi tout est mis en ouevre pour pousser à l'exaspération des uns à l'égard des autres, au final; ce sont les pros et les anti qui s'anéantiront sans même avoir eu le temps de comprendre pourquoi.