En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 13 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 56 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 24 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 8 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 15 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 39 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 14 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 31 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 37 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 39 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 37 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 44 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 5 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 24 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 35 min
© PABLO PORCIUNCULA / AFP
© PABLO PORCIUNCULA / AFP
Atlantico Green

Les émissions de méthane dans le monde ont grimpé en flèche cette année malgré le ralentissement économique (et voilà qui sont les mauvais élèves)

Publié le 18 octobre 2020
Les émissions de méthane ont augmenté cette année de près d'un tiers, malgré la pandémie. La faute aux pays producteurs qui le rejettent dans la nature, pour des raisons de coûts.
Antoine Rostand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Rostand est le président et cofondateur de Kayrros, une entreprise spécialisée dans l'analyse de données. Il est aussi le fondateur de Schlumberger Business Consulting. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les émissions de méthane ont augmenté cette année de près d'un tiers, malgré la pandémie. La faute aux pays producteurs qui le rejettent dans la nature, pour des raisons de coûts.

Atlantico : Les émissions de méthane ont augmenté cette année malgré la pandémie et le ralentissement économique. Quelle est la mesure de cette augmentation et comment s'explique-t-elle ?

Antoine Rostand : La technologie que nous utilisons est une technologie par satellite qui permet de détecter les grandes fuites de méthane. C’est une technologie récente car ce satellite, Sentinelle 5-P, a été envoyé il y a deux ans et les images existent depuis maintenant environ un an. L’année dernière, nous avons identifié toutes les grandes concentrations de méthane visibles à partir de ce satellite. Nous avons analysé tout 2019. En 2020, on a fait de l’analyse de janvier à fin août pour comparer quel était l’impact du Covid. On pensait qu’il n’y aurait pas forcément de changements majeurs ou qu'on verrait une petite baisse. Nous avons été très surpris de voir une augmentation assez importante des grandes fuites de méthane, notamment en Algérie, au Turkménistan, en Russie. Une augmentation de presque 30% des grandes détections, ce qui est quand même très significatif.

La raison principale c’est vraiment une réduction des coûts : c’est moins cher de relâcher le méthane plutôt que de le contrôler ou de le brûler (avec du flaring, du torchage). Donc dans un environnement du prix du baril qui était faible, un certain nombre de sociétés ont décidé de réduire les coûts. Il n’y a pas de problème de sécurité, ce sont des fuites qu’on voit sur les installations pétrolières, pas en ville, mais normalement elles ne devraient pas exister. Si vous brûlez le méthane, il est 86 fois moins polluant que si vous le lâchez comme ça. Comme jusqu’à présent personne ne pouvait contrôler les fuites de méthane - ce n’est que grâce à notre technologie qu’on peut le faire -, c’était le principe du pas vu pas pris. Il y a beaucoup moins de méthane qui est émis que de Co2 mais le méthane est beaucoup plus réchauffant : presque 100 fois plus à volume égal. Ce qui fait que presque la moitié du réchauffement qu’on voit aujourd’hui est dû au méthane. Et personne n’en parlait car jusqu’à présent on ne pouvait pas le suivre. C’est vraiment une étape fondamentale dans la lutte contre le réchauffement climatique parce qu’il y avait la moitié du problème qui n’était pas traité.

Y-a-t-il des bons et des mauvais élèves et qui sont-ils ? 

Le meilleur élève est l’Arabie Saoudite, qui n’a quasiment aucune grosse fuite de méthane. Pourtant c’est un très gros producteur. Dans la mesure où ils récupèrent tous leurs gaz, il n’y a quasiment pas de grosses fuites en Arabie Saoudite. Et les endroits où il y a de plus de méthane sont d'abord le Turkménistan, qui est de loin le plus pollueur par unité d’énergie produite, ensuite les Etats-Unis, l’Iran, l’Irak, l’Algérie et la Russie, qui est un gros producteur de gaz et qui a toujours des fuites.

A partir de vos observations, quelles sont les solutions pour réduire ces émissions ? Dispose-t-on des moyens techniques pour le faire ? 

On a tout à fait les moyens technologiques pour le faire car les grosses fuites sont liées à des décisions opérationnelles ou de maintenance sous-optimale par rapport au méthane. Il est très rapide d’éliminer ces grosses fuites-là qui ne devraient pas exister. Il peut y avoir des accidents de temps en temps, mais il devrait y en avoir quelques un par an alors que là on en voit des dizaines par jour. Donc là, ce qui est important c’est que l’Union européenne oblige les producteurs qui vont exporter leur gaz en Europe à s’assurer qu’ils n’aient plus de grosses fuites de méthane. C’est la décision qui a été prise mercredi 14 octobre. C’est une première étape, il faut qu’elle soit mise en place. Je pense aussi que les consommateurs doivent demander à leur fournisseur d’énergie d’où vient le gaz et est-ce que c’est un gaz qui peut être certifié sans fuite importante de méthane. Ensuite, il faut des capteurs au sol pour les petites fuites. Mais, déjà, l’intérêt du satellite c’est que nous n’avons pas besoin de demander la permission aux opérateurs : on voit tout ce qui se passe dans le monde. On a accès à une information globale, quotidienne, précise et ça change la donne. Le rapport de force revient aux consommateurs, aux pays consommateurs, qui peuvent dire « je veux imposer que l’énergie que j’importe soit propre ». C’est ce que veut faire la Commission, c’est complètement aligné avec leur Green Deal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 18/10/2020 - 11:50
Merci
De soulever un aspect du problème dont on ne parle jamais ,et dont la solution existe .Il est ainsi plus evident de constater que la culpabilisation qu' exercent les verts sur les citoyens francais n a qu' un but ,prendre le pouvoir et non sauver la planète. Il serait nettement plus profitable dans le cadre d un débat réaliste d entendre des intervenants comme vous .