En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 29 min 28 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 51 min 40 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 26 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 37 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 31 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 10 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 4 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 33 min 28 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 14 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 40 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 3 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 44 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 20 min
© Thomas COEX / AFP
© Thomas COEX / AFP
Sévices publics

Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire

Publié le 19 octobre 2020
Patrick Pelloux et Mélenchon se trompent. Ce ne sont pas les lits de réanimation qui nous font défaut mais les emplacements dans les cimetières.
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Pelloux et Mélenchon se trompent. Ce ne sont pas les lits de réanimation qui nous font défaut mais les emplacements dans les cimetières.

L’urgentiste Patrick Pelloux, mais il n’est pas le seul à faire ce terrible constat, le rappelait encore l’autre matin : si les capacités du pays en lits de réanimation étaient suffisantes, il ne serait pas nécessaire d’emmerder les Français avec ces mesures absurdes et liberticides de confinement et de couvre-feu... 

Tiens, même le masque, le gel et les gestes barrière deviendraient inutiles ! Les gens pourraient continuer à vivre comme si de rien n’était, aller au resto, en boîte, en rave party ou chez madame Claude sans se soucier de tomber malade, une place en soins intensifs leur étant assurée en cas de contamination.

Car enfin, chacun sait bien que c’est la pénurie de lits équipés en respirateurs qui force ce gouvernement d’incapables à toutes ces contorsions, une nation correctement gérée pouvant accueillir n’importe quelle pandémie, aussi grave soit-elle, dans le calme et la sérénité.

Pour autant, dans sa dénonciation de l’incurie des élites, le médecin de la télé ne va pas encore assez loin. Et il est grand temps de dire la vérité sur les « vraies raisons » pour lesquelles Macron et ses sbires refusent de laisser le coronavirus gambader sans encombres à travers le pays et tentent déspérément de limiter le nombre de décès : le manque cruel d’emplacements dans les cimetières et l’incroyable sous-effectif du corps des fossoyeurs !

Les projections statistiques divergent bien sûr, et il est délicat de prévoir avec précision le nombre de victimes que causerait une épidémie de cette ampleur sans dispositif sanitaire particulier. Mais la fourchette étant généralement comprise entre 200 000 et 500 000 morts, soit, dans l’hypothèse haute, moins de 0,5 % de la population française, on comprend mal que l’on mette en balance le confort et le bien-être de tous et la disparition (oh, fort triste, ça va sans dire) d’une minorité essentiellement constituée de vieux ayant fait leur temps et de personnes à la santé précaire condamnées de toute façon...

A une époque encore récente, et les nombreux conflits dans lesquels la France a été impliquée en sont la preuve, notre service public mortuaire pouvait pourtant accommoder un nombre bien plus important de décès surnuméraires sans difficulté (la seule bataille de Verdun a ainsi pu provoquer quelque 700 000 morts sans déclencher la moindre polémique).

Mais voilà, c’était un autre monde, le néo-libéralisme n’était pas encore passé par là avec son cortège d’économies de bouts de chandelles, et l’investissement dans l’extension de nos cimetières n’avait pas encore été freiné par la disparition de l’ISF. On dit d’ailleurs que l’Allemagne, la Chine et la Corée du Sud, disposent de trois fois plus d’emplacements de concessions perpétuelles par habitant que la France ! Excusez du peu…

L’heure, on le voit, n’est plus aux tergiversations. Exigeons la réallocation immédiate de vastes emprises foncières à la création de nouveaux cimetières, recrutons massivement de nouveaux croque-morts, revitalisons nos propres filières de production de pelles et de cercueils et permettons, enfin, aux jeunes, aux restaurateurs et aux exploitants de salles de gym de reprendre le cours de leur vie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 20/10/2020 - 05:24
Simple comme trois neurones en fête dans la tête d'un écologiste
Limiter la vitesse en ville à 30 Km/h, c'est agir sur la valeur de l'immobilier, et pour compenser l'augmentation engendrée par une première intervention, on cherchera alors à en imposer une autre : l'encadrement des loyers. Toute régulation administrative crée par nature un désordre, des pénuries - dont celles que vous semblez déplorer MR Serraf - ou des excédents. Quand un confinement, même alternatif, intervient dans le cadre d'une décision de l'autorité publique, il est générateur de désordres économiques auxquels on ne pourra remédier que de manière encore plus déstabilisante.
Pig
- 19/10/2020 - 19:44
Randomisons le couvre-feu !
Une chose m'échappe : a-t-on procédé, pour valider toutes ces mesures qui nous sauveraient de la Covid, à des essais randomisés en double aveugle et tout ça ? leurs effets secondaires à long terme et tout ça ? N'est-ce pas pourtant ce qu'on reprochait à Raoult pour interdire, oui interdire, son traitement bénin ?
Alain Briens
- 19/10/2020 - 17:34
Ironie cinglante mais...
...grosses bêtises dans cet article. " entre 200 000 et 500 000 morts"...ah bon ? D'où ça sort ? En Suède où le confinement n'a pas eu lieu, 6 000 morts à ce jour, ce qui correspond à 40 000 morts pour un pays peuplé comme la France. Ce n'est pas Verdun tout de même ! Et le profil des victimes n'est pas le même non plus. A ce propos, il faut rappeler à Monsieur Serraf, sûrement fâché avec les chiffres, que la bataille de Verdun a fait 160 000 morts côté français, chiffre assez considérable pour qu'il ne soit pas la peine d'en rajouter. 40 000 morts auraient rajouté 7 % seulement à la mortalité française d'une année normale, sûrement moins du fait que nombre de ces personnes seraient mortes d'autre chose dans l'année. Fallait-il pour cela détruire toute notre économie et plonger des centaines de milliers de Français dans le désarroi ? On peut en débattre mais à la fin, on voit toujours la même chose : la fracture irrémédiable entre les gens qui ont besoin d'aller travailler pour vivre et ceux qui, étant fonctionnaires, retraités, rentiers, ou pouvant télétravailler, réclament toujours plus de mesures prophylactiques.