En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 26 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 32 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 27 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 59 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 40 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 56 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 28 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 43 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 24 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 39 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 21 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 50 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 3 min
© (DR)
© (DR)
La Minute Tech

Le Cloud européen Gaïa-X arrive à vitesse grand V. Que cela va-t-il changer dans le ciel internet de l'Europe ?

Publié le 08 juin 2020
Dévoilé le 4 juin dernier, le projet européen de Cloud souverain prend forme, en voulant incarner une alternative aux solutions dominantes chinoises et américaines. Mais n'est-il pas déjà trop tard pour Gaïa-X face aux mastodontes Amazon, Microsoft, IBM, Alibaba ou Tencent ?
Franck DeCloquement
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre du CEPS (Centre d'Etude et Prospective Stratégique), de la CyberTaskForce et membre fondateur du Cercle K2, il est en outre professeur à l'IRIS (Institut...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dévoilé le 4 juin dernier, le projet européen de Cloud souverain prend forme, en voulant incarner une alternative aux solutions dominantes chinoises et américaines. Mais n'est-il pas déjà trop tard pour Gaïa-X face aux mastodontes Amazon, Microsoft, IBM, Alibaba ou Tencent ?

Atlantico.fr : Le projet de Cloud européen « Gaïa X » se dévoile enfin, en portant des velléités souveraines pour l'UE en matière de Big Data. Mais de quoi retourne-t-il au juste ?

Franck DeCloquement : Suite à la crise sanitaire provoquée par la pandémie Covid-19, l'importance du marché du Cloud s'est très largement confirmée par la conversion expresse des entreprises aux bienfaits du télétravail. Le marché du Cloud est donc plus que jamais devenu un secteur stratégique incontournable, qui a de surcroît vocation à croître massivement dans les prochaines années. Par ailleurs, la crise du coronavirus a aussi révélé que le traitement massif de nos données personnelles peut nous permettre de surmonter des épidémies virales bien plus rapidement et plus efficacement qu'auparavant. Mais cela, à condition que les Européens (et nos concitoyens au premier chef), aient toutefois confiance dans la collecte et le stockage de leurs données personnelles dans des Cloud protégés de l’avidité de certains opérateurs indélicats... Ce qui n'est pas une mince affaire. En définitive, Gaïa-X ambitionne donc de répondre à cette demande de protection accrue, en offrant une solution « souveraine » qui se voudrait sûre, interopérable et autorisant une certaine portabilité. Mais ce Cloud européen représente-t-il réellement les prémisses substantielles d’une indépendance numérique pour l’Union ? A voir... Car cette activité est actuellement indéniablement dominée par les géants américains et chinois du numérique (Microsoft, Google, IBM, Alibaba ou Tencent en tête), et leur ombres portées planent très largement sur l'ensemble du projet de l'UE, ainsi que sur sa viabilité générale. Au-delà des belles paroles de circonstance, et si les contours de la solution franco-allemande restaient pour le moins assez flous jusqu'à maintenant aux yeux de nombreux observateurs, Gaïa-X s’est très largement dévoilé le 4 juin dernier. Et après avoir tergiversé pendant presque deux ans, la France et l’Allemagne viennent enfin d’officialiser leur accord. Dans les faits, Gaïa-X se présenterait sous la forme d’un moteur de recherche (actuellement en phase de développement), qui devrait permettre aux entreprises de l'Union de chercher une offre sécurisée de stockage sur le sol européen. Celui-ci n'afficherait que des résultats répondant aux normes de sécurité, d’intégrité et de protection des données préalablement définis. Il ne s’agira donc pas à proprement parler d’une infrastructure « physique », mais d'une « solution » qui sera portée pour l'essentiel par 22 entreprises fondatrices : 11 allemandes et 11 françaises. En Allemagne, on compte notamment Deutsche Telekom, les industriels Siemens, Bosch et BMW, ou encore le géant du logiciel SAP. Et parmi ces entreprises tricolores qui portent le projet, on dénombre en outre Orange, Dassault Système, EDF, Safran, OVH, Scaleway, l'Institut Mines Télécom ou encore Docaposte...

L’objectif poursuivit à travers Gaïa-X est d’imposer des règles communes et des standards à travers une solution de Cloud européen, tout en établissant différents critères de transparence vis-à-vis de l’utilisation des données stockées, afin d'en accroître l’adoption rapide et la prévalence auprès des entreprises européennes. Il s'agira en somme d'une marketplace intelligente avec différents services et offres qui seront interopérables. Mais le projet « Gaïa-X », vise aussi à se détacher (au moins sur le papier) de l’hégémonie américaine et chinoise en la matière, en permettant aux entreprises européennes d’éviter de domicilier leurs données sensibles et à très haute valeur ajoutée, chez les firmes géantes nord-américaines telles qu'Amazon – leader incontesté du secteur en matière de solution Cloud avec Amazon Web Services – Microsoft, Google, IBM, mais aussi les mastodontes chinois Alibaba ou Tencent.

La stratégie du couple franco-allemand apparaît claire : retrouver la souveraineté européenne des données, et créer « une nouvelle culture de la gestion des données d’entreprise s’appuyant sur les principes d’ouverture, d’interopérabilité, de transparence et de confiance », selon les propos optimistes de  notre ministre Français de l’économie. Cela apparaît d’autant plus crucial qu’en 2018, les États-Unis sous la houlette de Donald Trump activaient le « Cloud-Act », qui permet désormais aux autorités américaines (dans le cadre d’enquêtes judiciaires ou gouvernementales), d’exiger en toute discrétion l'extraction et le transfert de données d’entreprises étrangères vers les États-Unis dans le cadre de la législation américaine sur la Sécurité Nationale... Avec cette solution européenne souveraine, les entreprises de l'UE espèrent désormais pouvoir se protéger du risque d’envoyer leurs secrets industriels outre-Atlantique, ou de voir fuiter leurs stratégies commerciales dans le giron de leurs concurrents américains. Manigances extraterritoriales entre nations en guerre économique obligent...

Vœu pieu ou promesse intenable ? Qu'en sera-t-il vraiment à l'arrivée, à l'aune des faits concrets ? On peut d'ores et déjà s'interroger en relevant ici et là quelques contradictions notables. Et cela, en marge des discours officiels très calibrés – et de bon aloi – naturellement soutenus par nos décideurs politiques. Après l'échec retentissant de projet de Cloud souverain OVH un temps envisagé en France, il est désormais nécessaire de prendre le recul adéquat sur les effets d'annonce. Pourquoi Gaïa-X pourrait alors réussir, là où bon nombre d'entreprises et d’états ont échoué ? Parce que nombreux projets de Cloud souverains avaient un positionnement national et adressaient un marché trop limité. Et l'échelle Européenne apparaît cette fois comme un atout de poids pour réussir. En prime, l'objectif n'est pas aujourd'hui de créer l'Amazon Web Services, Inc européen, mais bien une fédération de services et de solutions existants...

Comment se positionne ce nouvel outil digital dans l'étau américano-chinois ?

Comme toujours, l'ensemble de la présentation pitchée semble très alléchant sur le papier, à l'image de celle d'un Bruno le maire. Mais le diable se nichant systématiquement dans les détails, on peut évidemment douter en coulisses de conjoindre nos intérêts stratégiques avec ceux d'une Allemagne qui ne partage naturellement pas les mêmes objectifs, les mêmes rapports de force ou accords de coopération que la France avec les États-Unis ou la Chine. A ce titre, la souveraineté comme la sécurité nationale envisagée sous le prisme anglo-saxon reste difficilement « partageable » avec des États concurrents – voire même « amis » – sur le plan politique et commercial.  Les États ayant – selon la célèbre formule usitée –, beaucoup d'intérêts et bien peu d'amis... Réalisme oblige, l'Allemagne ne fait pas exception à cette règle géopolitique implacable en matière de relations internationales.

La pandémie a également montré que les entreprises technologiques géantes sont indéniablement les grandes gagnantes de la crise sanitaire. L'espace numérique européen doit donc naturellement être protégé et s'adapter. Et L'objectif de Gaïa-X sera donc de mettre en place un mécanisme de partage et de traitement des données entre les différentes entreprises ou entités de la zone Euro. Berlin et Paris défendent donc Gaïa-X de concert, comme un contrepoids aux fournisseurs américains de Cloud computing. Mais le Cloud en Europe aura-t-il véritablement l'envergure nécessaire pour être compétitif face à ses concurrents de classe mondiale ? A ce stade, rien n'est moins sur.

Pas certain non plus que ce plan européen de Cloud computing mené de concert, intimide beaucoup les géants de la Tech Américaine ou le Chinois Alibaba. Pour Tencent par exemple, l'Europe a déjà perdu la bataille du Cloud. La vision qu'à de l'avenir pour le vieux continent le président Europe de la division Cloud de Tencent, devrait fortement alerter la vigilance des autorités européennes. S'il se dit naturellement prêt – dans un langage diplomatique policé – à aider l'UE à concrétiser le projet de cloud européen « Gaia-X », il souligne aussi que la compétition mondiale dans ce domaine est largement passée. À ce titre, il lui semble difficile pour un gouvernement de renverser la donne, et de changer cela. Li Shiwei annonçait en début d'année plus de 10 milliards de dollars d'investissements supplémentaires à l'horizon 2021 en Europe, dont le tiers en Allemagne : « Notre marché le plus important après la Chine » selon le très discret président Europe de la division Cloud. Et ses ambitions dévorantes promettent quelques tensions avec le vieux Continent. À ce titre, Tencent compte une petite équipe d'une vingtaine de personnes outre-Rhin que l'entreprise chinoise veut porter à 3.000 d'ici quatre ans. Business oblige.

Outre la poursuite d'investissements massifs dans des entreprises allemandes actives dans le domaine de la mobilité autonome ou du design, le groupe Tencent, né dans l'ère digitale, souhaite aussi convaincre l'industrie européenne qu'il est son meilleur allié : « Nous sommes le partenaire parfait pour aider nos clients industriels dans leur transformation numérique », assurait en substance Li Shiwei dans les colonnes des Échos en décembre 2019. Celui-ci souhaite en réalité répliquer son modèle économique de partenariat avec BMW en Chine, afin d'établir un centre de données pour la voiture autonome (N.B : La firme BMW également membre fondateur du projet de Cloud Gaïa-X). Face à la concurrence anglo-saxonne de Microsoft, Google, IBM ou Amazon, Tencent se pose en alternative incontournable grâce à la capacité de ses serveurs. Mais aussi avec un argument commercial massue de différenciation définitive pour ses partenaires : la possibilité inespérée d'accéder au milliard d'utilisateurs chinois de sa messagerie privée « WeChat » pour leur proposer des services en ligne sur-mesure... L'affaire n'est pas mince. L'objectif prioritaire du Cloud Gaïa-X n'est pas seulement celui de la souveraineté recouvré en matière data, mais aussi celui de la performance économique, ont expliqué conjointement Messieurs Le Maire et Altmaier. Et construire une infrastructure européenne ne représente « qu'un point de départ pour la construction d'un écosystème européen de la donnée », ou ces informations peuvent circuler sans difficulté entre les acteurs économiques pour augmenter leur performance, et créer de nouveaux services, a conclu Peter Altmaier. Dans un communiqué commun, le Medef et la fédération industrielle allemande BDI ont d'ailleurs salué l'avancement de ce projet, « qui devrait servir de modèle à d'autres initiatives numériques en Europe » et permettre de « renforcer la compétitivité des entreprises européennes ».

N'arrive-t-on pas encore une fois très en retard  dans le contexte intense de « guerre numérique » entre grandes puissances ?

Il est parfaitement légitime de se poser la question au regard de faux-semblants particulièrement étonnants dans cette affaire. D'autant plus quand on réalise que les fournisseurs non européens, et notamment les leaders et géants américains du Cloud, pourront être présents sur la plate-forme s'ils respectent naturellement les critères et conditions de celui-ci. Une belle façon de laisser entrer sans complexe le loup dans la bergerie, au regard de certains observateurs : « Le sujet n'est pas d'exclure des acteurs, mais d'apporter de la transparence », a récemment indiqué à l'AFP Alban Schmutz, vice-président d'OVH chargé des affaires publiques. L'une des grandes exigences qui s'appliquera aux fournisseurs de services de Cloud présents sur Gaïa-X sera la transparence sur leur juridiction de référence, a expliqué de son côté Bruno le Maire jeudi dernier lors d'une téléconférence avec son homologue allemand. « Si les données » confiées au fournisseur de services Cloud « sont concernées par une loi extra-territoriale, par exemple le Cloud-Act américain, alors cela devra être précisé », a-t-il indiqué...  D'ici à la fin de l'année, Gaïa-X devra avoir mis en œuvre les premiers cas d'usage concrets. Un calendrier très ambitieux de toute évidence. Et pour y parvenir, les membres fondateurs doivent dans un premier temps fixer les règles, les attributs retenus, les standards techniques associés, et trouver comment contrôler la bonne application de ces règles et définir le standard commun qui sera utilisé pour favoriser l'interopérabilité. Vaste programme...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires