En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 11 heures 26 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 14 heures 44 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 16 heures 13 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 17 heures 27 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 18 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 20 heures 17 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 20 heures 18 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 20 heures 19 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 16 heures 2 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 16 heures 30 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 17 heures 41 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 18 heures 25 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 20 heures 19 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 20 heures 22 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Politico Scanner

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

Publié le 14 novembre 2019
Selon un sondage Elabe pour BFMTV, un an après le début du mouvement des Gilets jaunes, 55% des Français approuvent la mobilisation. 63% des sondés ne souhaitent pourtant pas que le mouvement reprenne. Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites va s'intensifier, que veulent réellement les Français ?
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage Elabe pour BFMTV, un an après le début du mouvement des Gilets jaunes, 55% des Français approuvent la mobilisation. 63% des sondés ne souhaitent pourtant pas que le mouvement reprenne. Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites va s'intensifier, que veulent réellement les Français ?

Atlantico.fr : Un sondage Elabe pour BFMTV montre que 55% de Français approuvent encore le mouvement des Gilets jaunes, mais 63% n'en souhaitent pas la reprise. Alors qu’un grand mouvement social est annoncé par les syndicats, est-ce le signe que l’opinion n’y est pas favorable ou est-ce plus compliqué que cela ? 

Maxime Tandonnet : Ce n’est pas si contradictoire que cela. Ce sondage reflète un climat de forte insatisfaction de la population mais aussi la peur que le pays ne sombre dans le chaos et le désordre. Il en est de même concernant le mouvement social. L’opinion publique est en effet une chose complexe. Il est certain que certaines options prises par le gouvernement sur les questions sociales, les retraites, le chômage sont largement impopulaires. Pourtant les Français n’ont aucune envie de subir les conséquences dévastatrices, pour la vie quotidienne, d’un blocage général des transports publics voire de l’approvisionnement en carburant. Le cauchemar de novembre/décembre 1995, un quart de siècle plus tard, est encore dans tous les esprits. Quand une telle catastrophe se produit, les Français ne pardonnent à personne : ni aux syndicats, qui sombrent dans le rejet ni aux responsables gouvernementaux qui restent maudits pour des décennies. 

Même si beaucoup aimeraient qu’émerge une convergence des luttes sociales en décembre, notamment après les manifestations des étudiants à Lyon, et la manifestation pour l’hôpital aujourd’hui, le sondage n’indique-t-il pas que l’opinion n’est pas fixée sur les sujets qui peuvent la mobiliser ? 

Maxime Tandonnet : Pour qu’un mouvement social de grande ampleur se déclenche, il faut en effet un chiffon rouge, un enjeu mobilisateur. Pour l’instant, il n’apparaît pas clairement. Le pouvoir entretient un certain flou sur ses projets et c’est une forme d’habileté. Ainsi, sur la réforme des retraites, les choses ne sont pas d’une grande clarté et la confusion règne par exemple sur la fameuse « clause grand-père » et l’idée que la réforme ne doit s’appliquer qu’aux futures générations entrant sur le marché du travail. Cela permet en effet d’embrouiller les esprits et d’empêcher ou de retarder une cristallisation de la protestation sur ce chiffon rouge. 

Maintenant, les mouvements sociaux sont toujours irrationnels. Il suffit d’une étincelle, même la plus inattendue, pour provoquer l’embrasement. Le climat actuel réunit les conditions de cet embrasement : crise de confiance envers l’autorité publique, insatisfaction généralisée, frustrations exacerbées, sentiment des mépris de la classe dirigeante envers la population, absence d’espoir en l’avenir. Ce qui caractérise la situation actuelle, par rapport au passé, c’est qu’il n’y a pas une seule source de révolte mais de nombreuses : les banlieues, la France profonde (des « ronds-points », pour caricaturer), les syndicats, les étudiants et scolaires. Le mouvement des gilets-jaunes a montré toute la faiblesse du pouvoir politique face à un déchaînement de violence ultra-médiatisé. L’hypothèse du chaos ou de l’embrasement général, en raison d’une étincelle, n’a rien d’invraisemblable aujourd’hui. 

Quelle part peut être attribué à l’éclatement de l’offre politique depuis 2017 ? À quelle situation est-ce que l’absence de relais politiques peut conduire sur le plan social ? 

Maxime Tandonnet : Cette part est évidemment essentielle. La question du politique est au cœur du problème. La tension sociale, le risque d’embrasement et le potentiel de violence qui caractérise la France d’aujourd’hui est le produit de la crise du politique. D’abord, la politique et la démocratie françaises sont totalement décrédibilisées. La crise de confiance envers les institutions et les responsables politiques bat son plein. 87% des Français pensent que les politiques ne tiennent aucun compte de ce qu’ils pensent (Cevipof). La confiance envers le chef de l’Etat, qui dans notre système, incarne à lui seul le pouvoir politique, est en chute libre (moins de 30% de confiance). Rien n’est plus débile, au sens de fragile, qu’un régime politique ou l’image du pouvoir se concentre tout entier dans le visage d’un seul homme : ce visage se prête à cristalliser sur lui-même la colère et les haines. En outre la situation présente se caractérise par un véritable blocage démocratique. L’absence de relais politiques est flagrante, mais surtout, à ce jour, de toute alternative démocratique. Les sondages martèlent, jour à après jour, que le destin politique des Français se limite à un second tour des présidentielles le Pen/Macron, avec une forte probabilité de réélection de l’actuel président, malgré son impopularité. La seule alternative présentée par les sondages comme possible, lepéniste, est synonyme d’inconnu, d’aventure et de chaos. A l’heure actuelle, aucune autre perspective sérieuse n’émerge. Le discours médiatique et sondagier quotidien se réduit à un matraquage obsessionnel : vous n’avez pas le choix ! Ce sentiment dramatique que le changement ne viendra pas des urnes ni de la démocratie, cette négation du suffrage universel, est propice à la révolte et à la violence. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 15/11/2019 - 23:19
Trop c'est trop
Moi je sais ce que je veux: que les gilets jaunes, la CGT etc... cessent de nous emmer....
Dr Guy-André Pelouze
- 15/11/2019 - 14:55
3/ revenons au chaos, le
3/ revenons au chaos, le chaos ne peut venir que d’une guerre civile puisque le défaut souverain lié à l’extravagance de notre dette est éloigné pour une dizaine d’années grâce aux taux négatifs. La guerre civile peut venir de l’extrême gauche dont on voit bien qu’elle est prête à l’affrontement ou des Salafistes qui pourraient choisir une fenêtre de tir. Dans ces conditions nous aurions alors un général pour rétablir l’ordre parce que bien évidemment ce n’est pas la police les CRS et La société civile desarmées qui pourraient faire face. Donc finalement tout n’est pas chaotique.
Dr Guy-André Pelouze
- 15/11/2019 - 14:49
1/ Si en raison des immenses
1/ Si en raison des immenses succès du en même temps Marine Le Pen était élue, il lui faudrait pour gouverner une majorité. Il faudrait donc qu’elle la trouve auquel cas elle pourrait appliquer son programme. Si elle n’a pas de majorité elle sera condamnée à la cohabitation. Comme ses efforts pour créer une union des droites sont quasi nuls ce sera donc une cohabitation si elle gagne la présidentielle. Dans ce cas je ne vois pas de chaos mais en revanche je pense que sur certains sujets il y aura une politique différente et en particulier sur la question de la sécurité en France et de l’immigration.
2/ Les sondages sont à peu près aussi inconstants que les Français (Si ils sont fiables et annoncés avec le degré d’incertitude...) c’est pourquoi je rappelle que ni Sarkozy ni Hollande n’ont été réélus. Il reste à Macron à briser le tabou du jamais deux sans trois. Cela paraît trivial mais ce n’est pas aussi anodin qu’on pourrait le penser.