En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 2 heures 10 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 2 heures 48 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 5 heures 31 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 10 heures 28 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 11 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 2 heures 30 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 4 heures 32 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 7 heures 26 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 10 heures 10 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 10 heures 40 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 11 heures 31 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 11 heures 35 min
© MARIA SALVADOR TAN / AFP
© MARIA SALVADOR TAN / AFP
Atlantico Green

Recyclage de nos plastiques en Asie : une hypocrisie européenne

Publié le 02 juin 2019
Les Philippines rapatrient au Canada des tonnes de déchets plastiques non recyclables. La Malaisie prend la même voie et refuse à son tour d'être la poubelle du monde.
François Galgani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Galgani est un océanographe résponsable de projet à l'IFREMER.Il est résponsable du groupe technique européen en support à la mise en oeuvre de la directive européenne stratégie marine pour les déchets marins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Philippines rapatrient au Canada des tonnes de déchets plastiques non recyclables. La Malaisie prend la même voie et refuse à son tour d'être la poubelle du monde.

Atlantico : Les Philippines ont décidé de rapatrier au Canada des tonnes de déchets plastiques non-recyclables. La Malaisie fait de même. Ces deux pays ainsi que l'Indonésie sont à l'origine d'une part non-négligeable des déchets plastiques finissant dans l'océan. En cause, le business du recyclage de déchets provenant de pays étrangers. Parmi ces déchets, peut-on estimer la part provenant des pays occidentaux ?

François Galgani : Un article scientifique de 2015 a fait le bilan des arrivées à la mer en fonction des pays.  Sur la part des déchets plastiques finissant dans la mer, 25 à 30% proviennent des pays occidentaux (Europe et Amérique du Nord).

Pourquoi les Européens envoient-ils leurs déchets dans ces pays ?

Le problème est qu'en Europe, les infrastructures existent mais il est bien moins cher d'envoyer tous ces déchets être recyclés en Chine ou en Asie du Sud-Est. Il y a eu plusieurs réunions sur le sujet avec la Commission Européenne et des représentants d'industrie. Ces derniers expliquaient qu'ils pouvaient et savaient traiter les déchets mais que les usines étaient vides car c'est paradoxalement moins cher de faire Fos-sur-Mer / Chine que 200 kilomètres via la terre pour emmener ces déchets dans un centre de traitement.

C'est pareil pour toutes les exportations et les importations. Les coûts de transport maritime sont tellement compétitifs qu'il est plus facile d'exporter et de sous-traiter à l'étranger que de prendre en charge sur place.

Que représente pour ces pays asiatiques le "business" du recyclage des déchets étrangers ?

Il est très difficile de savoir l'étendue de ce business, il y a beaucoup d'économies parallèles sur place. Mais l'intérêt économique est réel et ils ne vont pas se priver d'une telle manne financière. Le souci est qu'ils reçoivent surtout de mauvais plastiques, non-recyclables et qu'il est difficile de faire le tri.

La Convention de Bâle, signée il y a quelques semaines, veut s'attaquer à ce problème. Il a été décidé de faire rentrer les plastiques dans la catégorie des déchets dangereux, ce qui forcera à les tracer. Les pays pourront donc faire le tri entre ceux qu'ils veulent recueillir ou pas.

C'est un cas semblable à celui de l'amiante. L'Inde acceptait auparavant de recycler des bateaux pleins d'amiante mais ils ont tendance actuellement à les refuser de plus en plus.

Pourquoi ces pays se sont-ils maintenant décidés à refuser ces déchets ?

Il y a une contrainte sociale. Les gens ne veulent plus de déchets car ils prennent conscience du problème du plastique dans le milieu naturel. L'Asie du Sud-Est est la région qui génère le plus de déchets, et ce problème du plastique marin est une bonne occasion de renforcer leurs infrastructures et leur économie locale.

Les habitants et dirigeants asiatiques prenant conscience de ce problème, ils doivent prendre des mesures. Et ce qu'ils font en priorité, c'est stopper l'importation de déchets étrangers pour s'occuper de leurs propres problèmes.

Ne peut-on pas voir dans l'attitude des pays occidentaux une certaine hypocrisie dans le fait de défendre le recyclage d'un côté et d'envoyer leurs déchets à l'autre bout de la planète de l'autre ?

Sur le principe, le recyclage fait l'unanimité pour la population, les gestionnaires et l'industrie car c'est une source de revenus. C'est pourquoi la stratégie européenne sur le recyclage est très bien accueillie.

Mais au niveau des opérateurs, lorsque l'on a des centaines de tonnes à recycler ou incinérer, si le faire en Chine est plus compétitif, le responsable ne s'en privera pas. Comme pour la fabrication de pneus, on préfèrera souvent importer des pneus de mauvaise qualité de Chine que de renforcer la législation pour obliger à acheter des pneus de meilleure facture.

C'est une question de marché. La politique c'est une chose, les marchés une autre. Et au niveau du coût, il n'y a pas de compétition possible pour les opérateurs entre la Chine et l'Europe.

Au niveau politique il y a donc la décision de renforcer le recyclage et donc de développer les infrastructures, de favoriser l'écodesign donc des matériaux plus recyclables. Mais chez ceux qui gèrent au quotidien cette industrie, à partir du moment où la sous-traitance est moins onéreuse, ils se dirigeront toujours vers le moyen le plus économique.

En parallèle il ne faut pas oublier que les pays européens ont pris des objectifs de réduction du plastique bien moins drastiques que des pays comme le Kenya, l'Indonésie ou le Rwanda par exemple. Ces pays sont prêts à interdire totalement le plastique. De leur côté les Européens ont une industrie et des milliers d'emplois qui dépendent de ce plastique. Il y a donc une pression sociale pour prendre des mesures de limitation de ce plastique mais il est impossible de les pousser au maximum en Europe. Les pays qui ne produisent pas de plastique n'ont aucun problème à les interdire, ils n'en souffriront pas économiquement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires