En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 47 min 19 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 35 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 42 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 46 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 39 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 43 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 9 heures 7 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 9 heures 15 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 5 heures 21 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 57 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 7 heures 26 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 53 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 9 heures 26 sec
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 9 heures 20 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Politico Scanner

Ces surprises politiques que pourraient nous réserver les évolutions récentes des abstentionnistes

Publié le 13 mars 2019
Selon une analyse réalisée par l'IFOP en 2014 concernant les abstentionnistes des élections européennes, il apparaissait que la hiérarchie du vote, entre votants et abstentionnistes restait identique, bien qu'un réservoir de voix supplémentaire existait pour le Front national.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une analyse réalisée par l'IFOP en 2014 concernant les abstentionnistes des élections européennes, il apparaissait que la hiérarchie du vote, entre votants et abstentionnistes restait identique, bien qu'un réservoir de voix supplémentaire existait pour le Front national.

Atlantico: Si depuis 2014, le clivage droite gauche s'est estompé au profit d'un clivage "ouvert fermé" symbolisé par l'opposition RN et LREM, comment pourrait-on évaluer, à quelques semaines des élections, vers quel "côté" penchent les abstentionnistes de 2019 ? 

Bruno Cautrès : La participation électorale sera sans doute plus forte, voire nettement plus forte, parmi les électeurs et sympathisants de la République en marche et du Rassemblement national que parmi tous les autres électorats. On peut le voir également à travers la certitude du choix de vote : c’est parmi ces deux électorats que l’on se déclare, aujourd’hui, le plus sûr de son choix de vote. On voit donc que, pour le moment en tout cas, le prisme du clivage « ouvert/fermé » (ce clivage qu’Emmanuel Macron appelle « progressistes/conservateurs ») va davantage jouer que le prisme du clivage gauche/droite dans la mobilisation électorale. Les abstentionnistes risquent néanmoins d’être davantage de gauche que de droite. Pour un électeur de droite, l’offre politique est davantage lisible pour ce scrutin que pour un électeur de gauche : il a le choix une offre centriste-libérale (liste LaREM-Modem-Agir ou liste UDI), une offre de droite et de droite nationale (LR et DLF) et une offre de droite populiste (RN). A gauche en revanche l’offre électorale est moins immédiatement lisible : on compte 7 listes à gauche (en incluant EELV) dont 3 (Générations.s, PS et EELV) occupent en fait un espace idéologique pas si éloigné.

 

Selon une étude Cevipof/Ipsos pour la Fondation Jean Jaurès datant de ce mois de février, un différentiel de participation existe selon l'âge -de 30% pour les moins de 35 ans à 57% pour les 65 ans et plus- mais apparaît plus modéré entre les cadres (39%) et les ouvriers (38%). Que peut nous apprendre l'analyse sociologique des abstentionnistes de 2019 sur leur potentiel de vote ? 

Il faut tout d’abord rappeler que nous sommes à deux mois et demi des élections européennes et que les choses ne sont pas encore totalement stabilisées. Si le 26 mai 2019 la sociologie de la participation aux élections européennes était marquée par une atténuation des clivages sociologiques habituellement observés pour ce type de scrutin, cela ne pourrait provenir que de deux mécanismes : soit un effondrement de la participation tel qu’il toucherait tous les milieux sociaux et même les catégories favorisées et diplômées, soit au contraire un regain de participation dans les catégories populaires. Si cette seconde hypothèse se vérifiait, cela pourrait avoir des conséquences majeures sur le résultat final : si les catégories sociales les moins favorisées participaient davantage qu’habituellement aux scrutin du 26 mai, ce regain de participation profiterait à coup sûr au Rassemblement national, en particulier s’il s’agissait des franges d’un électorat jeune et précaire, fragile socialement.

 

Quels seraient les événements politiques, notamment concernant l'issue du Grand Débat, qui pourraient avoir un impact sur l'abstentionnisme des prochaines élections européennes ? 

Si l’effet « déceptif » dont a parlé le Premier ministre se manifestait et si les Français qui se sentent proches des Gilets jaunes avaient le sentiment qu’Emmanuel Macron n’apporte que des réponses techniques ou superficielles à la question de la « galère sociale », cela pourrait conduire des catégories sociales habituellement peu participationnistes lors des européennes   à exprimer un « vote sanction ». L’explosion de colère populaire et sociale que le mouvement des Gilets jaunes a exprimé a des racines profondes dans le sentiment d’une partie des Français qu’ils ne peuvent pas vivre dignement de leur travail. Les demandes, les espoirs et les frustrations qui en résultent, et qui ont trouvé à s’exprimer dans les manifestations et mobilisations, sont en partie seulement canalisées par le « Grand débat ». On voit d’ailleurs que l’exécutif est conscient du risque « déceptif » : mais il ne pourra reculer dans le temps l’annonce des principales mesures décidées suite au « Grand débat ». Si aucune annonce forte n’était faite avant les élections européennes, l’effet « déceptif » serait déjà là et pèserait de tout son poids le 26 mai dans les urnes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires