En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© DENIS CHARLET / AFP
Atlantico Green

Les Nations-Unies s’inquiètent d’une menace pour l’alimentation de la planète en raison de la chute de la biodiversité : catastrophisme ou véritablement inquiétant ?

Publié le 24 février 2019
Dans un rapport publié vendredi, l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) alerte sur le risque de pénurie alimentaire en raison de la diminution drastique de la biodiversité dans l'agriculture.
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un rapport publié vendredi, l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) alerte sur le risque de pénurie alimentaire en raison de la diminution drastique de la biodiversité dans l'agriculture.

Atlantico : Selon une étude des Nations Unies, les plantes, les animaux et les micro-organismes qui constituent la base de la production alimentaire sont en déclin. Le rapport indique que si ces espèces critiques sont perdues, cela "menace gravement l'avenir de notre système alimentaire". Quelles seraient les causes principales de la perte de cette biodiversité ?

Bruno Parmentier : La biodiversité est quelque chose de gigantesque. On ne connait que 10 % des êtres vivants. On connait les "grosses" espèces mais les bactéries et les champignons, en particulier, sont encore largement inconnus et ils représentent pourtant l'essentiel de la biomasse terrestre. La biomasse des bactéries est plus de 1 200 fois supérieure à celle de toute l'humanité et celle des champignons 200 fois. Tout cela est d’une grande diversité, et on ne peut pas imaginer que ce soit inutile et que la perte d’une partie significative de cet élément soit sans conséquence. Dans un gramme de terre, on estime qu'il y a par exemple 4 000 espèces de bactéries et 2 000 espèces de champignon.

C'est une grave erreur de penser que tout cela est inutile pour l'agriculture. L'agriculture moderne à base de pesticides est un terrible aveu d'incompétence. C'est une façon primitive de voir notre rapport à la nature. En faisant ça on prend le risque d'éliminer des espèces indispensables à l'ensemble de l'écosystème. Si l'on prend l'exemple des pollinisateurs, en détruisant les insectes "nuisibles" à coup d'insecticides, on détruit également les insectes qui font vivre ces mêmes plantes. Nous n'allons pas polliniser les milliards de plantes existantes nous-même.

L'hiver dernier, les deux-tiers des ruches sont mortes. Et les abeilles sont les seules dont on parle, mais tous les autres pollinisateurs sont touchés. L'équilibre naturel est gravement menacé et pourtant c'est lui qui nous permet de vivre et de pratiquer l'agriculture. On joue vraiment les apprentis sorciers et ce phénomène est en train de s'accentuer.

Le réchauffement climatique est une autre menace majeure pour l'écosystème, en particulier parce qu’il arrive très rapidement et que les différentes espèces n’ont pas le temps de migrer ou de s’adapter. Ces éléments menacent réellement la survie de l'humanité.

Selon l'étude de l'ONU, par volonté d'augmentation de productivité, les espèces cultivées perdent aussi beaucoup en biodiversité. Quelle est l'ampleur du phénomène ?

Effectivement. On ne cultive qu'une trentaine d'espèces végétales alors que des millions sont possibles et au sein de ces espèces on n'en cultive que quelques variétés, les plus productives. Il faut dorénavant un meilleur équilibre entre productivité et résilience. Actuellement on ne conserve que des animaux et des plantes très "sophistiquées" et très productifs dans certaines conditions spécifiques. Mais ces conditions, avec le réchauffement climatique, sont fortement bouleversées.

Par exemple, le cas des céréales est significatif. Le bassin parisien est une référence mondiale en termes de culture céréalière. Il y a 3 ans, il y a eu des fortes inondations au printemps et la production de blé française a diminué de 35 %. L'année suivante, il y a eu une canicule très précoce et de nouveau la récolte a été mauvaise. Donc, nous sommes des champions en production de blé, mais pas quand il faut chaud, ni quand il pleut !

Avec le réchauffement climatique, le fait de mettre tous nos œufs dans le même panier nous fait prendre des risques insensés et affaiblissent la biodiversité variétale. Il faut reconstituer de la biodiversité dans nos champs. Le glyphosate est très critiqué, et à raison. Mais plus que cultiver sans glyphosate, il faudrait aussi apprendre à cultiver sans le labour qui détruit la vie et la biodiversité de la terre.

Autre exemple, la surpêche… En Californie, vous aviez la capitale mondiale de la sardine, Monterrey. Au moment de la deuxième Guerre Mondiale, ils ont pêché de façon démentielle les sardines pour nourrir les Gi's en Europe et la production s'est effondrée en 1945. En 2019, il n'y a toujours plus une seule sardine sur place…

Le cas de la reforestation interroge. Si dans certains pays elle augmente drastiquement, c'est au prix d'un considérable affaiblissement de la biodiversité. Se dirige-t-on vers une biodiversité façonnée par l'Homme, pour l'Homme ?

Oui absolument. Prenons l'exemple français, lorsque M Riquet créé le Canal du Midi pour rejoindre Bordeaux et Narbonne sans passer par Gibraltar, il veut affermir les berges du canal et plante 600 kilomètres de platane. Aujourd’hui, avec le chancre coloré du platane et on est en train d’abattre les 600 kilomètres de platane. La biodiversité vue par Riquet a donc duré 250 ans. Dans les Châteaux de la Loire, on a depuis Louis XIV mis du buispartout, résultat : avec la pyrale, le buis est en train de mourir partout. Idem pour le charançon rouge des palmiers de la Côte d’Azur, ou la bactérie Xylellafastidiosa de l’olivier méditerranéen.

Si l'on rajoute les voyages internationaux qui bouleversent l'équilibre en faisant voyager des éléments nouveaux dans des régions où ils n'ont pas de prédateurs, le phénomène s'aggrave.

Notre système industrialisé cherche des solutions court-termistes et nous font prendre des risques considérables. Les Français peuvent remarquer une "bonne" nouvelle : chaque été on peut désormais traverser toute la France sans tacher son pare-brise… Il n'y a presque plus d'insectes, et ils font pourtant partie d'une chaîne alimentaire complexe.

La déforestation est un autre exemple. Pour produire davantage, on rase des forêts et les haies pour y implanter de nouveaux champs. Mais cela détruit la biodiversité et facilite l’érosion, et à terme, cela va appauvrir les champs ou même les faire disparaître.

C'est une bonne chose que les Nations-Unies soulèvent ce problème. Faire la paix en Syrie, c'est bien mais l'ONU devrait aussi faire une alliance avec les vers de terre et les abeilles car la survie de l'humanité dépend d'eux.

Si vous prenez une prairie bio, il y a 5 tonnes de vers de terre à l'hectare. Dans un vignoble de Champagne, plein de glyphosate et d’insecticides, on en trouve seulement 50 kilos… Le ver de terre, c'est bien plus efficace que la charrue pour retourner la terre, il permet également l’infiltration de l’eau de pluie, puis facilite la pousse des racines pour aller la chercher. Le successeur de l'arrosage, c'est le ver de terre ! La perte de nos lombrics, de nos abeilles et de nos bactéries, on le paiera au long-terme. Et très cher.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

02.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 27/02/2019 - 12:08
Pierre marie je suis d'accord avec vous mais il y a toujours
un mais il faut aussi ne pas trop réduire la biodiversité. Nous avons plus de 17millions de Jardiniers en France pour plus d'1millions d'hectares. C'est là qu'il faudrait agir pour la biodiversité en réintroduisant les anciennes semences qui ne sont plus utilisées. Certains jardiniers le font par exemple pour les tomates etc.. En fait concernant la Grand Agriculture il y faut une pratique pour 2 marchés. Celui des grandes surfaces nécessaires & indispensables pour l'ensemble des populations (prix du marché ) mais aussi celui des marchés de niche s’intercalant dans d'autres parcelles avec des produits (de diversifications Biologiques moins de rendement mais vendus plus chers ) En fait il ne s'agit pas d'opposer tel que cela est proposé mais simplement de proposer une diversifications par 2 marchés qui sont indispensables à l'Agriculture donc aux Agriculteurs. De toute façon cela est rendu plus facile avec la nouvelle modernisation Agricole avec son informatisation,automatisation & ses robotiques, ses drones qui permettent des analyses & des interventions 24h/24h & 7j/7j. Donc sans augmenter la M.O.
pierre marie
- 24/02/2019 - 11:06
article truffé d'erreurs
1) il est faux de dire que les deux tiers des ruches sont mortes en 2018... Faut et ridicule. Du militantisme bas de gamme.
En moyenne, les apiculteurs professionnels sérieux ont un taux de perte d'abeilles (pas de ruches !) de l'ordre de 15%. Qui peut être plus élevé si la météo est défavorable, surtout en fin d'hiver est de printemps.
2) la principale cause de la mortalité des abeilles en France est un parasite, le varroa destructor. Ce parasite a été introduit par les apiculteurs qui ont introduit des reines abeilles d'asie (porteuses du parasite) afin d'améliorer la productivité des ruches. Les traitements contre ce parasite sont aujourd'hui indispensables en France mais... contraignants.
3) le glyphosate ne peut pas tuer un ver de terre. Ce qui est défavorable aux vers de terre c'est le labour et le fait de laisser la terre nue. En bio comme pas en bio.
4) le cuivre, abondamment utilisé en bio, est un tueur de ver de terre particulièrement efficace. D'autant qu'il s'accumule dans le sol sans se dégrader. Les principaux insecticides utilisés en bio sont tous des tueurs d'abeilles (spinosad, pyrèthre et azadirachtine