En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© AMOS GUMULIRA / AFP
Atlantico Green
Coup de chaud sur le Tchad : il n’y pas que des pays aux côtes menacées par la montée des mers qui vont trinquer...
Publié le 23 décembre 2018
Au-delà de la montée des eaux qui menace les pays ayant un accès à la mer, le réchauffement climatique pourraient avoir un impact différent sur de nombreuses populations.
François Gemenne est chercheur en sciences politiques, au sein du programme politique de la Terre. Il est enseignant à l'université de Versailles-Saint Quentin, et à Sciences Po Paris.Spécialiste du climat et des migrations.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Gemenne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Gemenne est chercheur en sciences politiques, au sein du programme politique de la Terre. Il est enseignant à l'université de Versailles-Saint Quentin, et à Sciences Po Paris.Spécialiste du climat et des migrations.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au-delà de la montée des eaux qui menace les pays ayant un accès à la mer, le réchauffement climatique pourraient avoir un impact différent sur de nombreuses populations.

Atlantico : L'un des premiers changements majeurs liés au changement climatique sera celui des migrations climatiques. Quelle ampleur pourrait prendre ce mouvement ? Quels pays seraient les plus affectés ?

François Gemenne : Les migrations climatiques existent déjà aujourd'hui, même si on les voit comme un impact futur. Le climat est devenu un des premiers facteurs d'immigration dans le monde y compris pour des régions qui ne sont pas côtières comme l'Afrique subsaharienne.

Quel sera l'impact à l'avenir ? Evidemment, les changements climatiques vont s'accentuer et il y aura amplification des migrations forcées d'une part ; et de l'autre une partie des migrations volontaires freineront du fait de l'impact du réchauffement sur la pauvreté. On va avoir deux mouvements en sens contraire qui vont aller dans le sens d'une mobilité contrainte.

Essentiellement, on peut imaginer qu'en Afrique subsaharienne l'exode rural va se poursuivre et les migrations vont s'amplifier entre pays voisins. En Asie du Sud et du Sud-Est c'est surtout les pays côtiers qui vont être touchés et on peut envisager un retrait vers l'intérieur des terres.

Au niveau politique, quel impact pourrait avoir ce réchauffement climatique pour les pays arides comme ceux d'Afrique subsaharienne? A quels troubles pourrait-on s'attendre ?

Un des grands changements sera la question de la capacité d'adaptation. Dans quelle mesure les pays particulièrement touchés par le réchauffement climatique vont arriver à s'y adapter. On peut s'interroger sur la stabilité future de ces pays. Si un gouvernement est incapable de répondre aux demandes de sa population et de satisfaire ses besoins primaires, on peut s'attendre à des rébellions, des mouvements sociaux et une certaine forme d'instabilité politique.

La raréfaction des ressources fera qu'il y aura un risque que les populations locales se retournent vers les gouvernements.

Un impact sur le développement des extrémismes ?

Oui, on le voit dans certaines régions du monde comme autour du lac Tchad où prolifèrent toute une série de groupuscules terroristes liés de près ou de loin à Boko Haram qui se développent alors qu'à la base ils avaient vocation à protéger les gens et le bétail de certains groupes de population. Comme la région s'est considérablement désertifiée et que des populations sont emmenées du fait des pics de sécheresse à se déplacer dans d'autres zones,  ils entrent en conflit avec les occupants de ces zones et des milices se développent et se créent pour protéger les gens, le bétail… Boko Haram a très bien compris comment tirer profit du désespoir des gens et, en promettant de les protéger, ils enrôlent les populations. Il y a un lien entre les conséquences du réchauffement climatique et le développement des organisations extrémistes violentes.  Ceux qui ont tout perdu à cause d'une catastrophe naturelle sont des proies faciles pour ces organisations et les recruteurs de ces réseaux.  Si les gens sont laissés à eux-mêmes et si les États ne leurs offrent plus de perspectives d'avenir, d'autres vont prendre le relais.

Dans certains pays du Proche-Orient, l'eau est déjà un enjeu géopolitique majeur. Avec les sécheresses amenées par le réchauffement climatique, comment pourrait évoluer cette lutte pour l'eau ?

C'est difficile à dire. La raréfaction de l'eau, qui est une réalité, a plutôt eu tendance à renforcer la coopération plutôt que la conflictualité entre les Etats. Chacun se rend compte que tout manque de coopération sur les questions de l'eau va provoquer une instabilité régionale. Maintenant, il est certain que nous sommes face à des changements climatiques inédits et il y a des limites à ce que l'on peut apprendre du passé. On peut imaginer qu'à un certain moment la question de l'eau pourrait devenir source de conflits.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
COUKOUCéMOI
- 24/12/2018 - 09:27
Le poids des mots, le choc des photos...
Réchauffement climatique > une évidence: 30 000 ans que ça dure ! Changement climatique > tendancieux: évolution climatique serait + objectif. Dérèglement climatique > manipulation. La "dramatologie climatique" est un outil politique dans le style du ciel qui tombe sur la tête de nos Gaulois d'origine ! Black-out total, sur, entre autres: -1 le niveau des océans qui est monté de 140 m sur la période ! -2 la fonte des glaces (1000m de hauteur de glace recouvrant Savoie et Isère, qui, une fois fondue, a permis aux hommes de s'installer et de prospérer !!!) et ainsi sur toute la planète. Les "règles du climat" sont celles de l'univers, pas celles inventées par les hommes. Accompagner ce réchauffement NATUREL, serait + pertinent. Ceci dit, l'activité "sauvage" des hommes" depuis 200 ans, contribue à l'évidence à détériorer la planète, et pourrait avoir une relative incidence sur l'évolution naturelle du climat. A contre sens, les ayatollahs du giec inscrivent leurs analyses et conclusions dans un dogmatisme fondé sur les effets, non sur les origines et causes, et ainsi diffusent l'idée absurde d'un climat statique normalisé. Problème de logiciel ! Serait-ce au profit de... De qui ?
COUKOUCéMOI
- 24/12/2018 - 09:27
Le poids des mots, le choc des photos...
Réchauffement climatique > une évidence: 30 000 ans que ça dure ! Changement climatique > tendancieux: évolution climatique serait + objectif. Dérèglement climatique > manipulation. La "dramatologie climatique" est un outil politique dans le style du ciel qui tombe sur la tête de nos Gaulois d'origine ! Black-out total, sur, entre autres: -1 le niveau des océans qui est monté de 140 m sur la période ! -2 la fonte des glaces (1000m de hauteur de glace recouvrant Savoie et Isère, qui, une fois fondue, a permis aux hommes de s'installer et de prospérer !!!) et ainsi sur toute la planète. Les "règles du climat" sont celles de l'univers, pas celles inventées par les hommes. Accompagner ce réchauffement NATUREL, serait + pertinent. Ceci dit, l'activité "sauvage" des hommes" depuis 200 ans, contribue à l'évidence à détériorer la planète, et pourrait avoir une relative incidence sur l'évolution naturelle du climat. A contre sens, les ayatollahs du giec inscrivent leurs analyses et conclusions dans un dogmatisme fondé sur les effets, non sur les origines et causes, et ainsi diffusent l'idée absurde d'un climat statique normalisé. Problème de logiciel ! Serait-ce au profit de... De qui ?