En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Obama prévoit 4 000 milliards de $ d'économies

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 11 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 13 heures 38 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 18 heures 11 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 11 heures 35 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 17 heures 34 sec
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 17 heures 20 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 18 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 18 heures 12 min
© Janek SKARZYNSKI / AFP
© Janek SKARZYNSKI / AFP
Atlantico Green

COP24 : un échec écologique malgré la participation et les fonds alloués

Publié le 16 décembre 2018
Les négociations de la COp24, qui devaient s'achever vendredi, ont été prolongées d'une journée pour tenter de parvenir à un accord. Preuve que les négociations ont patiné face à la volonté des Etats d'obtenir des exemptions.
Jean-Pierre Riou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Riou est membre du bureau énérgie du collectif Science Technologies Actions (STA) et l'auteur du blog lemontchampot.blogspot.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les négociations de la COp24, qui devaient s'achever vendredi, ont été prolongées d'une journée pour tenter de parvenir à un accord. Preuve que les négociations ont patiné face à la volonté des Etats d'obtenir des exemptions.

La  24ème Conférence des parties (COP24) vient de s’achever à Katowice, en plein cœur du pays minier de Haute-Silésie.

Deux enfants en resteront le symbole par leur lecture du vibrant Appel de Talanoa.

Dun côté Timosi Naulusala le petit fidjien dont l’État insulaire, symbolise les victimes du « réchauffement climatique » et de l’autre Hannah Wojdowska la petite polonaise dont le pays, dépend encore à 80% du charbon et se classe parmi les plus gros pollueurs.

C’est la République des Fidji qui avait initié le Dialogue de Talanoa, que conclut cet appel,  lors de la précédente Conférence  (COP 23) dont elle était l’hôte.

Et c’est sous la présidence polonaise de Michal Kurtika que repose la rédaction du Rulebook qui doit déterminer les modalités de mise en œuvre des ambitions de l’Accord de Paris.

D’un côté les accents lyriques de nature à débloquer les fonds, et de l’autre la pression du puissant syndicat de mineurs Solidarnosc dont la présence à Katowice manifeste l’opposition.

La déclaration de Silésie

Pourtant la Pologne vient d’effectuer un travail considérable pour réduire son charbon,  Katowice est le lieu d’une intéressante transition grâce à sa reconversion dans un tourisme original.

Et le message clé envoyé dès l’ouverture de la Conférence par son président Michal Kurtyka, est celui de la justice sociale en appelant les 196 pays participants à signer la « Déclaration de Silésie pour une transition juste et solidaire ».

Un échec malgré la participation et les fonds alloués

Cette Conférence aura été marquée par la participation massive des pays les moins avancés (PMA) au sein de laquelle la délégation de 406 participants guinéens est supérieure en nombre à celles des États-Unis, de l’Espagne, du Royaume Uni, de l’Italie et de la France réunis, comme l’indique la représentation des délégations.

La composition de ces délégations comporte plus de 1000 pages.

Un signal fort a été donné dès l’ouverture des débats, par la décision de la Banque mondiale de mobiliser 200 milliards de dollars pour le climat.

L’Accord de Paris avait entériné l’objectif collectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’un financements public et privé, réputé aider les pays les plus pauvres à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) et à renforcer leur résilience aux conséquences d’un réchauffement du  climat. 

Et la COP24 marque le début d’une nouvelle campagne d’appel de fonds.

Mais trois ans après l’adoption de principe de l’Accord de Paris, le constat est sévère, avec des émissions reparties à la hausse en Europe.

Et le 5ème rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (GIEC,) qui doit servir de base aux négociations, dénonce une situation alarmante.

Des négociations difficiles et un manque d’ambition

De nombreux blocages, notamment des États-Unis et des pays pétroliers, ont ralentit les débats  et des difficultés sont aussitôt apparues sur la façon de rédiger la prise en compte de l’alerte du GIEC. Un bras de fer entre États-Unis et Chine a prolongé les négociations, celle-ci souhaitant continuer à bénéficier de la flexibilité accordée aux pays en développement.

Rappelons que c’est à ce titre qu’avec 189 millions de tonnes de crédits carbone par an, la Chine bénéficiait encore en 2010 de 48% de leur volume mondial accordé, grâce au mécanisme de flexibilité de « développement propre » (MDP), qui permettait d’ailleurs aux parties prenantes de ces projets d’utiliser les certificats de réduction d’émission (CERS) ainsi générés, pour polluer à moindre coût dans les pays considérés développés.

La rédaction de l’article concernant ce marché du carbone a concentré les plus grandes difficultés.

Le député européen Yannick Jadot, déçu par l’attitude polonaise, a illustré la complexité de ce marché en lançant : « L’UE a déjà abandonné des milliards à la Pologne dans le cadre du marché du carbone, ca suffit ».

En effet, un différend avait opposé la Pologne à l’U.E. en 2016 en raison d’un excès d’émissions disponibles sur le marché (ETS) estimé à 2 milliards de quotas.

La réponse polonaise a été l’engagement à réduire sa dépendance énergétique au charbon à 50% d’ici 2040, au lieu de presque 80% aujourd’hui.

Et à supprimer toute énergie éolienne d’ici là

Car tandis que la France est déjà engagée à hauteur de 121 milliards d’euros, selon la Cour des Comptes, pour les seuls contrats déjà conclus pour des énergies renouvelables supposées réduire les émissions de CO2 d’un parc électrique qui n’en émet déjà pas, la Pologne, qui a déjà obtenu des résultats concrets dans la réduction de sa dépendance au charbon, prévoit de prolonger la décarbonation de son économie par l’ambitieux projet de la mise en service de 6 nouvelles centrales nucléaires, à raison d’une tous les 2 ans dès 2033.

Le mécanisme de transparence par lequel les États devront rendre compte de la réalité de leurs progrès a également suscité de nombreux débats.

Et parallèlement à cette difficulté d’accoucher de cette transparence, l’ambition n’a plus semblé au rendez vous.

Pas même celle de la France qu’aucun ministre ne représente plus dans la phase finale des négociations.

Une Coalition pour une haute ambition avait bien été lancée mercredi, mais sans grand succès, avec seulement 11 pays européens signataires et 70 en tout.

Le financement en question

La période 2012 - 2020 prévoit désormais de concentrer les avantages du financement obtenu sur les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires.

Ce qui met d’ailleurs en perspective l’importance de leurs délégations à Katowice.

Dans Contrepoints, Fritz Vahrenholt et Dr. Sebastian Lüning s’interrogent sur la présence parmi les invités à Katowice d’un « grand nombre d’employés d’ONG, des représentants de l’administration des eaux… »

Un intéressant rapport des Nations Unies de décembre 2015 illustre notamment la destination potentielle des investissements du Fonds vert pour le climat vers la République des Fidji.

Pour répondre au risque pris par les investisseurs ce rapport propose de « réduire le rôle de l’État dans l’économie »  (p 57) et suggère notamment le renforcement du réseau routier, la privatisation du secteur de distribution de l’eau, la suppression de la règlementation technique du secteur de l’électricité fidjien, ainsi que le développement d’un « projet de terminal à conteneurs et à conteneurs polyvalents Rokobili de Fidji Ports, dans le cadre d’un partenariat public-privé et d’encourager les opérateurs internationaux de qualité à investir dans le projet en renforçant les processus de passation des marchés publics. »

A l’évidence, ce rapport mérite mieux que ce survol distrait.

Et le propos n’est pas de prétendre que l’une ou l’autre de ses suggestions ne serait pas de nature à permettre à la République des Fidji de mieux affronter les conséquences d’un réchauffement climatique, car, à l’évidence, la robustesse des communications et la fiabilité de l’alimentation en eau potable seraient déterminants en cas de cataclysme. Mais d’attirer l’attention sur la nécessité de la plus grande vigilance des Nations Unies sur les effets et motivations qui peuvent objectivement être attendus de tout financement en ce sens.

Transparence et justice sociale

Après les prolongations, la COP 24 se sera soldée, samedi, par un succès en demi-teinte qui consacre l’accord de toutes les parties sur des règles d’application des Accords de Paris, mais qui devrait décevoir par le manque d’ambition de ses objectifs.

Deux mots clés auront marqué le sens de ses débats :

Le premier est « transparence », que le texte final a tant peiné à définir, le second est « Justice », qui doit interdire d’oublier qu’aucune cause ne saurait justifier la dichotomie entre les investisseurs qui s’orientent vers un nouveau créneau et des travailleurs qui en supportent le fardeau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
COP24, écologie
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 18/12/2018 - 19:41
Cop
Ca permet surtout d'occuper les nombreux parasites qui peuplent ces assemblées.
zen-gzr-28
- 16/12/2018 - 21:00
Combien de personnes vivent
sur le dos de l'écologie...pour des clopinettes, en fait ! Cette arnaque financière profite à qui ?
Onc Donald
- 16/12/2018 - 20:23
COP 24
Peut-on s'étonner du succès en demi teinte de cette COP24 alors que nombre de scientifiques mondiaux déplorent que seules les déclarations du GIEC soient prises en compte en l'absence de tout débat scientifique ouvert à propos des incertitudes qu'elles comportent ?
Rappelons qu' a Katowice le communiqué de la section de Silésie et du département Mines et Energie de Solidarnosc publié conjointement avec le Hearland Institute exprime leur scepticisme à la déclaration du GIEC selon laquelle " le monde serait au bord d'une catastrophe climatique "
Quand à la suppression de toute énergie éolienne d'ici 2040 et la création de centrales nucléaires cela ne fait que répondre à un constat de nécessité et au doute qui s'installe depuis peu sur la rentabilité de l'éolien par rapport au nucléaire.
On peut d'ailleurs remarquer qu'il est curieux qu'en France le décret d'application de la loi du 10 août 2018 vient de paraître discrètement laquelle prévoit la suppression d'enquêtes publiques pour les ICPE dont relèvent les éoliennes, lesquelles seront remplacées par la voie électronique pour 3 ans seulement en Bretagne et Hauts-de -France ! Très démocratique ...