En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

07.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 28 min 49 sec
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 2 heures 43 sec
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 3 heures 54 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 5 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 9 heures 12 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 2 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 heure 31 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 3 heures 29 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 4 heures 18 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 6 heures 13 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 8 heures 27 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 8 heures 58 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 9 heures 25 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 3 heures
© Janek SKARZYNSKI / AFP
© Janek SKARZYNSKI / AFP
Atlantico Green

COP24 : un échec écologique malgré la participation et les fonds alloués

Publié le 16 décembre 2018
Les négociations de la COp24, qui devaient s'achever vendredi, ont été prolongées d'une journée pour tenter de parvenir à un accord. Preuve que les négociations ont patiné face à la volonté des Etats d'obtenir des exemptions.
Jean-Pierre Riou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Riou est membre du bureau énérgie du collectif Science Technologies Actions (STA) et l'auteur du blog lemontchampot.blogspot.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les négociations de la COp24, qui devaient s'achever vendredi, ont été prolongées d'une journée pour tenter de parvenir à un accord. Preuve que les négociations ont patiné face à la volonté des Etats d'obtenir des exemptions.

La  24ème Conférence des parties (COP24) vient de s’achever à Katowice, en plein cœur du pays minier de Haute-Silésie.

Deux enfants en resteront le symbole par leur lecture du vibrant Appel de Talanoa.

Dun côté Timosi Naulusala le petit fidjien dont l’État insulaire, symbolise les victimes du « réchauffement climatique » et de l’autre Hannah Wojdowska la petite polonaise dont le pays, dépend encore à 80% du charbon et se classe parmi les plus gros pollueurs.

C’est la République des Fidji qui avait initié le Dialogue de Talanoa, que conclut cet appel,  lors de la précédente Conférence  (COP 23) dont elle était l’hôte.

Et c’est sous la présidence polonaise de Michal Kurtika que repose la rédaction du Rulebook qui doit déterminer les modalités de mise en œuvre des ambitions de l’Accord de Paris.

D’un côté les accents lyriques de nature à débloquer les fonds, et de l’autre la pression du puissant syndicat de mineurs Solidarnosc dont la présence à Katowice manifeste l’opposition.

La déclaration de Silésie

Pourtant la Pologne vient d’effectuer un travail considérable pour réduire son charbon,  Katowice est le lieu d’une intéressante transition grâce à sa reconversion dans un tourisme original.

Et le message clé envoyé dès l’ouverture de la Conférence par son président Michal Kurtyka, est celui de la justice sociale en appelant les 196 pays participants à signer la « Déclaration de Silésie pour une transition juste et solidaire ».

Un échec malgré la participation et les fonds alloués

Cette Conférence aura été marquée par la participation massive des pays les moins avancés (PMA) au sein de laquelle la délégation de 406 participants guinéens est supérieure en nombre à celles des États-Unis, de l’Espagne, du Royaume Uni, de l’Italie et de la France réunis, comme l’indique la représentation des délégations.

La composition de ces délégations comporte plus de 1000 pages.

Un signal fort a été donné dès l’ouverture des débats, par la décision de la Banque mondiale de mobiliser 200 milliards de dollars pour le climat.

L’Accord de Paris avait entériné l’objectif collectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’un financements public et privé, réputé aider les pays les plus pauvres à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) et à renforcer leur résilience aux conséquences d’un réchauffement du  climat. 

Et la COP24 marque le début d’une nouvelle campagne d’appel de fonds.

Mais trois ans après l’adoption de principe de l’Accord de Paris, le constat est sévère, avec des émissions reparties à la hausse en Europe.

Et le 5ème rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (GIEC,) qui doit servir de base aux négociations, dénonce une situation alarmante.

Des négociations difficiles et un manque d’ambition

De nombreux blocages, notamment des États-Unis et des pays pétroliers, ont ralentit les débats  et des difficultés sont aussitôt apparues sur la façon de rédiger la prise en compte de l’alerte du GIEC. Un bras de fer entre États-Unis et Chine a prolongé les négociations, celle-ci souhaitant continuer à bénéficier de la flexibilité accordée aux pays en développement.

Rappelons que c’est à ce titre qu’avec 189 millions de tonnes de crédits carbone par an, la Chine bénéficiait encore en 2010 de 48% de leur volume mondial accordé, grâce au mécanisme de flexibilité de « développement propre » (MDP), qui permettait d’ailleurs aux parties prenantes de ces projets d’utiliser les certificats de réduction d’émission (CERS) ainsi générés, pour polluer à moindre coût dans les pays considérés développés.

La rédaction de l’article concernant ce marché du carbone a concentré les plus grandes difficultés.

Le député européen Yannick Jadot, déçu par l’attitude polonaise, a illustré la complexité de ce marché en lançant : « L’UE a déjà abandonné des milliards à la Pologne dans le cadre du marché du carbone, ca suffit ».

En effet, un différend avait opposé la Pologne à l’U.E. en 2016 en raison d’un excès d’émissions disponibles sur le marché (ETS) estimé à 2 milliards de quotas.

La réponse polonaise a été l’engagement à réduire sa dépendance énergétique au charbon à 50% d’ici 2040, au lieu de presque 80% aujourd’hui.

Et à supprimer toute énergie éolienne d’ici là

Car tandis que la France est déjà engagée à hauteur de 121 milliards d’euros, selon la Cour des Comptes, pour les seuls contrats déjà conclus pour des énergies renouvelables supposées réduire les émissions de CO2 d’un parc électrique qui n’en émet déjà pas, la Pologne, qui a déjà obtenu des résultats concrets dans la réduction de sa dépendance au charbon, prévoit de prolonger la décarbonation de son économie par l’ambitieux projet de la mise en service de 6 nouvelles centrales nucléaires, à raison d’une tous les 2 ans dès 2033.

Le mécanisme de transparence par lequel les États devront rendre compte de la réalité de leurs progrès a également suscité de nombreux débats.

Et parallèlement à cette difficulté d’accoucher de cette transparence, l’ambition n’a plus semblé au rendez vous.

Pas même celle de la France qu’aucun ministre ne représente plus dans la phase finale des négociations.

Une Coalition pour une haute ambition avait bien été lancée mercredi, mais sans grand succès, avec seulement 11 pays européens signataires et 70 en tout.

Le financement en question

La période 2012 - 2020 prévoit désormais de concentrer les avantages du financement obtenu sur les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires.

Ce qui met d’ailleurs en perspective l’importance de leurs délégations à Katowice.

Dans Contrepoints, Fritz Vahrenholt et Dr. Sebastian Lüning s’interrogent sur la présence parmi les invités à Katowice d’un « grand nombre d’employés d’ONG, des représentants de l’administration des eaux… »

Un intéressant rapport des Nations Unies de décembre 2015 illustre notamment la destination potentielle des investissements du Fonds vert pour le climat vers la République des Fidji.

Pour répondre au risque pris par les investisseurs ce rapport propose de « réduire le rôle de l’État dans l’économie »  (p 57) et suggère notamment le renforcement du réseau routier, la privatisation du secteur de distribution de l’eau, la suppression de la règlementation technique du secteur de l’électricité fidjien, ainsi que le développement d’un « projet de terminal à conteneurs et à conteneurs polyvalents Rokobili de Fidji Ports, dans le cadre d’un partenariat public-privé et d’encourager les opérateurs internationaux de qualité à investir dans le projet en renforçant les processus de passation des marchés publics. »

A l’évidence, ce rapport mérite mieux que ce survol distrait.

Et le propos n’est pas de prétendre que l’une ou l’autre de ses suggestions ne serait pas de nature à permettre à la République des Fidji de mieux affronter les conséquences d’un réchauffement climatique, car, à l’évidence, la robustesse des communications et la fiabilité de l’alimentation en eau potable seraient déterminants en cas de cataclysme. Mais d’attirer l’attention sur la nécessité de la plus grande vigilance des Nations Unies sur les effets et motivations qui peuvent objectivement être attendus de tout financement en ce sens.

Transparence et justice sociale

Après les prolongations, la COP 24 se sera soldée, samedi, par un succès en demi-teinte qui consacre l’accord de toutes les parties sur des règles d’application des Accords de Paris, mais qui devrait décevoir par le manque d’ambition de ses objectifs.

Deux mots clés auront marqué le sens de ses débats :

Le premier est « transparence », que le texte final a tant peiné à définir, le second est « Justice », qui doit interdire d’oublier qu’aucune cause ne saurait justifier la dichotomie entre les investisseurs qui s’orientent vers un nouveau créneau et des travailleurs qui en supportent le fardeau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
COP24, écologie
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 18/12/2018 - 19:41
Cop
Ca permet surtout d'occuper les nombreux parasites qui peuplent ces assemblées.
zen-gzr-28
- 16/12/2018 - 21:00
Combien de personnes vivent
sur le dos de l'écologie...pour des clopinettes, en fait ! Cette arnaque financière profite à qui ?
Onc Donald
- 16/12/2018 - 20:23
COP 24
Peut-on s'étonner du succès en demi teinte de cette COP24 alors que nombre de scientifiques mondiaux déplorent que seules les déclarations du GIEC soient prises en compte en l'absence de tout débat scientifique ouvert à propos des incertitudes qu'elles comportent ?
Rappelons qu' a Katowice le communiqué de la section de Silésie et du département Mines et Energie de Solidarnosc publié conjointement avec le Hearland Institute exprime leur scepticisme à la déclaration du GIEC selon laquelle " le monde serait au bord d'une catastrophe climatique "
Quand à la suppression de toute énergie éolienne d'ici 2040 et la création de centrales nucléaires cela ne fait que répondre à un constat de nécessité et au doute qui s'installe depuis peu sur la rentabilité de l'éolien par rapport au nucléaire.
On peut d'ailleurs remarquer qu'il est curieux qu'en France le décret d'application de la loi du 10 août 2018 vient de paraître discrètement laquelle prévoit la suppression d'enquêtes publiques pour les ICPE dont relèvent les éoliennes, lesquelles seront remplacées par la voie électronique pour 3 ans seulement en Bretagne et Hauts-de -France ! Très démocratique ...