En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

01.

Tu seras riche, mon fils!

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
light > Culture
Bonne nouvelle
Un tableau de Klimt, volé en 1997, a été retrouvé par hasard
il y a 10 heures 29 min
pépites > France
Bout du tunnel
Paris : le syndicat Unsa-RATP suspend la grève, le trafic du métro devrait fortement s'améliorer lundi
il y a 12 heures 46 sec
light > Insolite
Disparition
L'homme le plus petit du monde, qui mesurait 67 cm, est décédé
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 15 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 16 heures 19 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 17 heures 43 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 17 heures 56 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 18 heures 19 min
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 11 heures 21 min
pépites > International
Défi planétaire
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
il y a 13 heures 10 min
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 15 heures 5 min
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 18 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner

Entre refus absolu des contraintes et stricte orthodoxie (anorexie ?) économique et financière, comment se répartissent les Français ?

Publié le 12 décembre 2018
"Austérité", "rigueur", "efforts budgétaires", "impossible à faire". Les politiques se sont enfoncés ces dernières décennies dans un discours de la contrainte et du sacrifice. Certaines des mesures dont le gouvernement expliquaient hier qu'elles n'étaient pas envisageables, pas possibles, viennent d'être annoncées.
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Austérité", "rigueur", "efforts budgétaires", "impossible à faire". Les politiques se sont enfoncés ces dernières décennies dans un discours de la contrainte et du sacrifice. Certaines des mesures dont le gouvernement expliquaient hier qu'elles n'étaient pas envisageables, pas possibles, viennent d'être annoncées.

Atlantico : Dans le discours politique, il semble que la contrainte soit la règle et le volontarisme l'exception, réservée aux partis "anti-système", discours qu'on retrouve notamment chez Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Comment se répartit l'électorat vis-à-vis de ces discours ? Quelle est la part de ceux qui pense "oui on peut", de ceux qui acceptent la contrainte comme inévitable, et de ceux qui balancent entre les deux ?

Vous parlez de « volontarisme » et de « courage », en sous entendant que le volontarisme consisterait à aller à l’encontre des politiques budgétaires menées tant bien que mal depuis 10 ans, consistant à tenter de maîtriser la dette, à réduire les dépenses, et à passer en dessous des 3% de déficit public annuel. Mais en réalité, en matière de discours politique et d’opinion, le sentiment est que ce qui serait « courageux », ce serait de faire des « sacrifices », de demander aux contribuables et utilisateurs des services publics des « efforts ». Droite comme gauche, ces dernières années, ont adopté l’idée que maîtriser la dette était impopulaire mais nécessaire, et ont eu recours à une communication dramatisant les enjeux autant que possible afin de présenter la restriction budgétaire comme la seule voie du salut économique possible. Indépendamment de ce que dit ou non la théorie économique, l’opinion adhère désormais majoritairement à l’idée qu’il convient de maîtriser la dette. 

Dès lors, les politiques visant à se libérer de cette contrainte - les mesures proposées par LFI ou le RN - sont plutôt vues comme « laxistes », irresponsables, jugées selon des critères moraux car il faudrai gérer le budget de la Nation « en bon père de famille », et nullement courageuses. Il convient de rappeler que dans le sondage réalisé par IPSOS pour Le Monde il y a quelques semaines, 75% des Français approuvaient l’idée de réduire fortement les dépenses de l’Etat afin de réduire la dette publique et les déficits. Au vu de ce sondage, en dehors des sympathisants LFI et FN, nous voyons bien que la majorité des français acceptent ce que vous appelez « contraintes » budgétaires comme inévitables. Plus le revenu ou le patrimoine est élevé, plus les électeurs ont été nombreux à se tourner vers un Fillon ou un Macron, dont les promesses économiques semblaient, au regard de la politique budgétaire, plus raisonnables.

Le volontarisme se situe aux marges de l'échiquier politique. Pourtant, la demande de sortir des contraintes n'est-elle pas croissante ? 

Je dirais plutôt que ce qui distingue les marges de l’échiquier politique, ce ne sont pas tant les principes - par exemple, le principe selon lequel pour rétablir la justice sociale, il faut prendre aux riches pour donner aux pauvres, qui rassemble une immense majorité de Français - que l’idée que le « système" est cassé, qu’il fonctionne contre la majorité du « peuple » (67% des Français jugent, selon une étude IPSOS Global Advisor réalisée en août dernier, que «  le système favorise les riches et les puissants »), et que dès lors la voie du progrès passe inévitablement par des solutions radicales. Leur rapport au risque politique et économique perçu n’est pas le même que celui des catégories qui « bénéficient » plus directement du système (les fameux « gagnants de la mondialisation »). 

Qu’est ce qu’une solution radicale? C’est, à mon sens, le coeur de votre sujet. La définition varie selon les pays, et a parfois peu de rapport avec les préceptes de la théorie économique. Par exemple, en France, il n’est pas vraiment considéré comme « radical » de nationaliser une industrie pour la sauver. Je note par ailleurs que certains prix Nobels ou économistes reconnus proposent des solutions parfaitement acceptées dans la sphère des spécialistes, mais qui restent totalement inaudibles ici, car nous jugeons l’économie en fonction de notre histoire, de nos valeurs et préceptes moraux. Le meilleur exemple en est l’Allemagne, dont l’aversion à la dette publique et à l’inflation provient de la période d’avant seconde guerre mondiale… 

En France, mener une politique de relance budgétaire, chose qui eût semblé naturelle en d’autres temps, est aujourd’hui considéré par beaucoup comme irresponsable. La plupart des gens pensent que nous n’en avons pas les moyens, et que la dépense publique d’aujourd’hui se transformera demain en impôts supplémentaires pour eux. Même parmi les électeurs FN, il existe certains tabous économiques : par exemple, il y a des craintes quant à la sortie potentielle de l’euro proposée par Marine Le Pen. 

Bien sûr, l’évolution de la manière dont on perçoit le risque économique n’est pas sans lien avec l’évolution des discours politiques : le ralliement d’une majorité à l’idée qu’il fallait absolument maitriser la dette est concomitant avec la crise de 2008 puis de la zone euro, mais correspond aussi à la période où la gauche de gouvernement s’est ralliée à cette idée de responsabilité budgétaire. On note d’ailleurs, au cours des vingt dernières années, un rétrécissement du champs du débat économique : entre la gauche et la droite de gouvernement, beaucoup ont pu avoir le sentiment que le débat économique n’opposait pas deux visions, mais différentes modalités au sein du même champ idéologique - acceptation de l’économie de marché, responsabilité budgétaire… la différence perçue était entre le niveau des impôts, leur répartition, le rapport à la richesse et à la réussite, ou encore le niveau des services publics, et non entre deux modèles économiques opposés. Le rétrécissement de ce champ du débat a d’ailleurs sans doute contribué à ouvrir la voie aux solutions radicales : dès lors que droite et gauche semblent plus ou moins s’inscrire dans le même paradigme, on est tenté d’aller chercher, déceptions électorales aidant, le « vrai changement » ailleurs.

La victoire en demi-teinte des gilets jaunes, qui ont rendu possible ce que le gouvernement promettait impossible peut-elle faire jurisprudence et ouvrir un boulevard au discours volontariste qui explique que la contrainte est absurde et qu'on peut s'en passer ? Qui pourrait alimenter cette brèche, du côté des électeurs ? 

Ce type d’évènement peut en effet contribuer à modifier les perceptions sur ce qui est « dangereux » ou pas, « raisonnable » ou pas. Certains tabous pourraient tomber, ou bien il pourrait être plus difficile de demander des efforts à d’autres catégories de la population à l’avenir, dès lors qu’une partie a obtenu gain de cause sur ses revendications. 

Il faut rester prudents quant aux conséquences des mesures annoncées par le gouvernement sur l’opinion à moyen et long terme : beaucoup avaient dit qu’un Brexit « dur » ramènerait les Britanniques à la « raison » et les réconcilierait avec l’UE, or nous voyons que depuis 2016 et malgré l’accumulation des difficultés politiques et économiques, bien peu de Brexiters regrettent leur vote aujourd’hui.

Le fait de détenir ou non un patrimoine, de bien gagner sa vie, et d’être ou non en sécurité dans son emploi sont les principaux déterminants des attitudes face au risque économique perçu. Le rapport à ce que vous appelez la « contrainte » économique est étroitement corrélé au sentiment individuel et collectif de déclin : si vous craignez ou vivez un déclassement, vous avez bien plus de chances de voter Mélenchon ou Le Pen, et d’adhérer à des solutions « radicales », que si vous avez un certain niveau de capital culturel et social, et espérez encore que vos enfants vivront mieux que vous. Dès lors, la réponse à votre question est à aller chercher sur les changements structurels qui touchent notre société : vieillissement, creusement des inégalités, disparition d’emplois « intermédiaires » du fait de l’Intelligence artificielle et de la robotisation, etc. C’est dans l’examen de ces transformations profondes de nos sociétés que l’on trouvera une réponse à vos questions. Par exemple, le vieillissement pourrait conduire à davantage de conservatisme en matière économique, mais si le vieillissement était accompagné d’une paupérisation des retraités, il est possible que ceux-ci, qui constituent un rempart à l’extrémisme aujourd’hui, modifient leurs attitudes en conséquence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

01.

Tu seras riche, mon fils!

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires