En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Flickr/ Trodel
Atlantico Sciences
Le CO2 déjà responsable de la fin du dernier âge des glaces, l'ikaïte, ce caillou qui mesure le changement climatique, la Grèce à la merci des tsunamis...
Publié le 03 avril 2013
Avec Futura Sciences. Les cinq sujets Sciences du moment : plus de poissons moins d'oiseaux en arctique, la Grèce sous la menace des tsunamis, la fin de l'âge de glace due à l'augmentation de CO2, la paléoclimatologie et un satellite pour étudier les gaz à effet de serre.
Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Futura Sciences
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec Futura Sciences. Les cinq sujets Sciences du moment : plus de poissons moins d'oiseaux en arctique, la Grèce sous la menace des tsunamis, la fin de l'âge de glace due à l'augmentation de CO2, la paléoclimatologie et un satellite pour étudier les gaz à effet de serre.

Réchauffement : la vie marine prospère en Arctique

On sait que l’Arctique est une région très sensible au réchauffement climatique et les nouvelles dans le domaine sont rarement bonnes. Pourtant, un rapport scientifique publié dans le cadre de l'Année polaire internationale 2012 est formel : la population des espèces marines, mais pas des oiseaux, a globalement augmenté ces dernières années.

La population de mammifères et de poissons a augmenté dans l'Arctique, mais celle des oiseaux diminue, indique un rapport scientifique présenté lundi dans le cadre de l'Année polaire internationale 2012 (API 2012), lors d’une conférence scientifique tenue à Montréal.

Lire la suite sur Futura Sciences


La Grèce n'est pas à l'abri d'un tsunami, comme le rappelle Hérodote

La ville antique grecque de Potidée a subi un important siège par des envahisseurs perses en 479 avant J.-C. Elle doit sa survie à un tsunami qui terrassa les assaillants. C’est du moins ce que raconte Hérodote dans ses écrits. Près de 2 500 ans plus tard, des chercheurs viennent de valider scientifiquement ces propos et rappellent surtout qu’un tel événement pourrait à nouveau survenir. La Grèce n’est pas à l’abri des tsunamis.

Considéré par Cicéron comme étant le « père de l’histoire », Hérodote, célèbre historien grec ayant vécu 5 siècles avant Jésus-Christ, a marqué son temps. Ses écrits, traitant de politique et comparant différentes formes de gouvernement, ont été transmis au cours des siècles et sont toujours publiés à ce jour.

Lire la suite sur Futura Sciences


Le CO2 aurait bien mis fin au dernier âge de glace

Les causes du réchauffement climatique que la Terre a connu voici 10 000 à 20 000 ans ont souvent fait l’objet de polémiques. Une nouvelle étude précise que cet événement, qui a mis fin au dernier âge de glace, serait entièrement dû à une importante augmentation du taux de CO2 atmosphérique. Ce phénomène aurait néanmoins été déclenché par une légère variation dans l'orbite de la Terre.

Jusqu'à présent, le rôle exact joué par le dioxyde de carbone (CO2) sur le réchauffement que notre planète a connu voici 10 000 à 20 000 ans et sur la fin du dernier âge de glace était toujours resté obscur, voire contradictoire. En effet, « la hausse des températures qu'on peut lire dans les carottes de glace prélevées en Antarctique survient chronologiquement avant la hausse de la concentration en CO2 », explique Jeremy Shakun, du Département des sciences de la Terre de l'université américaine de Harvard, qui a dirigé cette étude publiée mercredi dans la revue Nature.

Lire la suite sur Futura Sciences

L'ikaïte : nouvel outil pour étudier le changement climatique

L'ikaïte, un minéral composé de carbonate de calcium et d'eau, se révèle très intéressant pour étudier les variations du climat. Grâce à cet outil, des scientifiques viennent de montrer que les variations climatiques du dernier millénaire auraient eu un impact jusqu'en Antarctique, alors qu'on pensait qu'elles n'avaient touché que l'hémisphère nord.

Discipline difficile, la paléoclimatologie repose sur l'étude d'indicateurs, que les scientifiques appellent proxy. Parmi eux, un minéral, l’ikaïte, se révèle précieux. Il vient d’ailleurs d’apporter de nouvelles informations concernant l’optimum climatique médiéval (OCM) et le Petit Âge glaciaire (PAG) : ces deux périodes de forte variation climatique auraient eu un impact jusqu’en Antarctique.

Lire la suite sur Futura Sciences

 

CarbonSat : un satellite pour étudier les gaz à effet de serre

Si l’effet de serre est un phénomène naturel essentiel à la vie humaine, les climatologues le mettent en cause dans le réchauffement climatique en raison d’une modification de la concentration de ses gaz. Pour mieux faire la part des choses entre l’activité humaine et la variabilité naturelle du climat, l’Esa a confié à Astrium un contrat pour la conception du satellite CarbonSat.

Pour sa huitième mission d’exploration de la Terre, l’Agence spatiale européenne a mis en compétition les missions CarbonSat, d’étude des gaz à effet de serre (GES) et Florescence Explorer dédiée au suivi de l’état de l’activité de la photosynthèse à l’échelle de la Planète. En 2013, l’Esa prendra une décision sur l’avenir de ces deux missions.

Lire la suite sur Futura Sciences


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jipebe29
- 30/04/2012 - 16:18
Réfutation par les données d'observation
Si le CO2 avait le rôle clé que le GIEC lui attribue par hypothèse, un point chaud aurait dû être trouvé en zone tropicale: or, aucun point chaud n'a été détecté, malgré les très nombreuses mesures par ballon et par satellite. Rien que cette absence de hot spot aurait dû forcer le GIEC à revoir sa copie, car quand un modèle est réfuté par les données d'observation, dans toute autre discipline que la climatologie, on le met à la poubelle et on repart à zéro. Mais pas le GIEC, qui reste obstinément accroché à ses erreurs.
jipebe29
- 30/04/2012 - 16:15
raisonnement ab absurdo
Il y a de nombreuses inexactitudes générées par les mesures, une grande faiblesse de l’échantillonnage et des choix d’intervalles de confiance induisant en erreur. En conclusion, cette étude a échoué à montrer un véritable décalage entre le dioxyde de carbone et la température au cours du Pléistocène dans un sens ou dans l’autre avec degré de précision suffisant.

Mais livrons-nous à un petit exercice, en allant au bout des conséquences de la conclusion de cette étude. A la fin de la dernière glaciation, le CO2 est passé de 185ppm à 265ppm, soit +43%, et T est montée d'environ +8°C (Holocène). Si l'on suppose que c'est essentiellement le CO2 qui fait monter T, voyons ce que cela donne depuis 1900 : le taux de CO2 est monté de 280 a 390 ppm, soit +40% environ. Donc, si le CO2 est le moteur des augmentations de T, T aurait dû monter d'environ +7°C. Or, T est montée de +0,7°C depuis 1900, et donc le CO2 ne peut pas être le moteur. L'étude donne par conséquent des résultats qui ne s'appliquent pas sur la période 1900-2011... et cela renforce le manque de crédibilité de cette étude.