En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 8 min 3 sec
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 58 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 33 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 54 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 6 heures 5 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 38 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 45 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 2 heures 11 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 4 heures 14 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 44 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 22 heures 22 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Air France
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Air France
Paradis perdu

Air France est mortelle (mais on s’en bat les ailes)

Publié le 07 mai 2018
Si les salariés d’Air France finissent par crasher leur poule aux œufs d’or sur le tarmac, les avions continueront de décoller de Roissy. Il y en aura même davantage et voyager coûtera moins cher.
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les salariés d’Air France finissent par crasher leur poule aux œufs d’or sur le tarmac, les avions continueront de décoller de Roissy. Il y en aura même davantage et voyager coûtera moins cher.

Dans le transport aérien comme dans à peu près tout le reste, dit-on, c’était mieux avant.

 

L’avion, réservé à une élite d’hédonistes fortunés ou à des types en costard-cravate qui voyageaient pour le business, coûtait un bras. Des compagnies nationales à capitaux publics avaient le monopole de leur marché intérieur et se répartissaient les liaisons longs courriers comme les cartels de la drogue se partagent les territoires de consommation. Le métier d’hôtesse de l’air était glamour et faisait autant rêver les petites filles qu’une carrière à Hollywood. Les commandants de bord n’avaient qu’à agiter leur casquette pour emballer au bar du Hilton où ils se requinquaient trois jours d’un vol de huit heures. Les employés au sol étaient mieux rémunérés que leurs homologues des autres secteurs, faisaient moins d’heures et avaient davantage de congés, ce qui leur permettait de profiter à plein des billets hyper-discountés généreusement mis à leur disposition...

 

Et si, d’aventure, une gestion hasardeuse mettait la boîte en péril, l’État débarquait avec son gros chéquier et en renflouait les caisses, l’existence d’une compagnie portant (très haut pour le coup) les couleurs de la nation aux quatre coins de la planète étant le symbole de sa virilité conquérante.

 

C’était le paradis.

 

Puis sont arrivés les barbares du low-cost. Prolos en tongs et étudiants désargentés ont enfin pu découvrir Bali, Bangkok et Barcelone pour des clopinettes. Des Airbus aux logos rock’n’roll sont venus narguer les Boeing à pavillons patriotiques sur le tarmac. Les hôtesses sont devenues des serveuses en uniforme. Les commandants de bord ont dû accepter de passer plus de temps dans leur cockpit qu’à la pistoche avec l’augmentation des rotations. Les employés au sol ont vu leurs salaires et leurs horaires se rapprocher de ceux du commun des mortels...

 

Et surtout, en cas de coup dur, des argentiers publics ayant subitement appris à compter se sont mis à détourner pudiquement le regard, laissant se crasher les Sabena, les Swissair, les TWA et les PanAm ou revendant leurs parts des Iberia, des KLM et des Alitalia au premier consortium sino-émirati venu.

 

C’était devenu l’enfer.

 

Mais si demain, un Air France transformé en canard sans tête, accumulant les pertes, sa réputation en carafe, finissait par rejoindre le cercle Wikipedia des airlines disparues, serait-ce vraiment si grave ?

 

Ses avions sont déjà cloués au sol la plupart du temps de toute manière. Il naît une nouvelle compagnie par semaine. Il s’ouvre des dizaines de nouvelles liaisons chaque année au départ de la plupart des aéroports secondaires français. La concurrence continue de pousser les tarifs vers le bas. La demande n’a jamais été aussi élevée. La technologie aidant, et en dépit des prophètes de malheur, voler n’a jamais été aussi sûr.

 

Mieux, le tropisme protectionniste des autorités aériennes françaises n’aurait plus de raison d’être et les voyageurs, en tongs ou en costume-cravate, seraient probablement les grands gagnants de l’histoire (enfin, les pilotes d’Air France aussi, qui iront se recaser chez les voisins, qui recrutent à tout va. Ce sera plus dur pour leurs 45 000 collègues, mais il n’est pas certain qu’ils s’en soucient).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 07/05/2018 - 22:34
Demander plus à l'impôt, mais moins au contribuable...
Comme 55 % des Français ne paient pas d'impôts directs et 80% peu puisque 10% en paient 90%, et je ne parle pas du dernier centile, ceux qui n'ont pas réussi à tout faire passer à l'as (légalement bien sûr), les politiques pourront continuer à dire: "renflouer AF ou la SNCF, ça ne coûte rien, c'est l'Etat qui...paie"!
Borgowrio
- 07/05/2018 - 08:14
Excellent
Excellent article .... Le monde de cette nouvelle noblesse qui disparait inexorablement . L'égoïsme et l'entêtement de ces privilégiés va précipiter sa chute ... Tant mieux
Liberte5
- 06/05/2018 - 23:22
Les salariés des entreprises nationales savent qu'ils peuvent
compter sur la lâcheté des politiques qui cèdent facilement car il s'agit de l'argent des contribuables. Ah si c'était l'argent des politiques cela ne se passerait pas comme cela.