En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 16 min 13 sec
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 1 heure 27 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 2 heures 11 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 3 heures 16 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 4 heures 5 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 4 heures 9 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 1 heure 13 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 4 heures 4 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 4 heures 4 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 4 heures 9 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 20 heures 32 min
© AFP
© AFP
Politico Scanner

Ceux qui partent et ceux qui y viennent… : focus sur le chassé croisé paradoxal qui se cache derrière la baisse de popularité d’Emmanuel Macron

Publié le 24 janvier 2018
La côte de popularité d'Emmanuel Macron est en légère baisse entre le mois de décembre 2017 et janvier 2018. Etrangement, le président gagne des points chez les catégories lui étant défavorables jusqu'alors et en perd dans celles qui lui étaient favorables.
Esteban Pratviel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Esteban Pratviel est chef de groupe pour la société de sondages Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La côte de popularité d'Emmanuel Macron est en légère baisse entre le mois de décembre 2017 et janvier 2018. Etrangement, le président gagne des points chez les catégories lui étant défavorables jusqu'alors et en perd dans celles qui lui étaient favorables.

Atlantico : Derrière la légère baisse de la côte de popularité d'Emmanuel Macron entre décembre 2017 et janvier 2018, un chassé croisé semble s'opérer entre des groupes considérés comme plutôt défarovables au Président (professions intermédiaires +8 points, 18-24 ans + 6 points, employés +5 points ) alors que les catégories lui étant le plus favorables - à priori- subissent une baisse (cadres -7 points, 50-64 ans -4 points). Dans le même temps, le Président voit sa côte de popularité  chuter de 10 points chez les LR. Comment expliquer ce qui pourrait apparaître comme paradoxal par rapport aux tendances précédentes ? Faut il y voir un retournement structurel ? 

Esteban Pratviel : Les évolutions des différents baromètres évaluant Emmanuel Macron, son image ou son action ne vont pas toutes dans la même direction en janvier. La cote d’approbation de l’action du Président de la République augmente de 3 points et s’établit à 53% dans le baromètre Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, tandis que son indice de popularité baisse de 2 points pour atteindre 50% dans le cadre du dispositif Ifop-Le Journal du Dimanche. Ceci s’explique par des éléments conjoncturels et en partie en raison de trois événements majeurs, à savoir les changements intervenus depuis la fin du mois de décembre et le début du mois de janvier (hausse de la CSG, augmentation du prix du gaz, réforme du forfait de post-stationnement, etc.), l’annonce du projet d’abaissement de la vitesse maximale autorisée sur les routes départementales (qui a davantage eu un impact négatif sur l’image et l’approbation de l’action du Premier Ministre) et la décision de ne pas construire d’aéroport sur le site de Notre-Dame-des-Landes. Dès lors, les évolutions observées auprès de certains segments de la population ne peuvent être considérés comme significatives dans l’attente d’une confirmation dans les prochains mois.

Dans quelle mesure la progression d'Emmanuel Macron chez les jeunes, les employés, ou les catégories intermédiaires peut également révéler une désaffection de ces catégories pour les partis d'opposition qu'ils composent en majorité, du FN à la FI ?

Les comportements politiques des jeunes et des employés sont assez complexes à cerner, notamment en raison d’une propension plus forte à s’abstenir lors des scrutins électoraux. Il est cependant vrai que Jean-Luc Mélenchon a séduit un grand nombre de jeunes et de primo-votants lors du premier tour de l’élection présidentielle, et qu’aujourd’hui cette catégorie de la population fait partie des principaux soutiens au Président de la République et à son action. Mais La France Insoumise et le Front National gardent un grand nombre « d’adeptes » parmi les jeunes, les employés et les professions intermédiaires qui les placent davantage que la moyenne dans une position de principale formation d’opposition à la majorité présidentielle selon le tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio. La désaffection à l’égard des partis d’opposition comme La France Insoumise et le Front National, quoique résiduelle pour ce dernier, en témoigne le sondage Ifop pour Le Journal du Dimanche « L’intention de vote au premier tour de l’élection présidentielle six mois après », est plutôt générale.

Inversement, la chute de la popularité du Président chez les LR peut elle également être un signe de "retour au bercail" de certains de ces électeurs ?

Comme je vous le précisais, la baisse de la popularité du Président de la République enregistrée auprès de certains segments dans les indices de popularité Ifop pour Le Journal du Dimanche paraît surtout conjoncturelle. Les sympathisants des Républicains, traditionnellement plus sensibles aux valeurs de liberté, d’ordre et d’autorité, pourraient avoir été gênés par les trois événements que j’évoquais précédemment. Le cas de la non-construction de l’aéroport sur le site de Notre-Dame-des-Landes n’est pas anodin. Plusieurs personnalités issues des Républicains, à commencer par l’ancien président du conseil régional des Pays de la Loire Bruno Retailleau, et sa successeure Christelle Morançais, ont exprimé leur opposition à la décision du pouvoir exécutif et leurs paroles ont effectivement trouvé écho parmi les proches de leur formation politique. Pourtant, ce « réveil » pourrait ne pas être durable et demeurer épisodique. Les sympathisants des Républicains sont toujours majoritairement satisfaits de certains aspects de la politique d’Emmanuel Macron, notamment dans le domaine économique (68%), qui demeure l’une des préoccupations majeures aujourd’hui.

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires