En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 1 heure 45 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 2 heures 29 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 4 heures 57 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 5 heures 41 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 7 heures 48 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 8 heures 11 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 8 heures 46 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 9 heures 4 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 2 heures 10 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 3 heures 40 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 5 heures 12 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 6 heures 9 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 7 heures 7 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 8 heures 17 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 8 heures 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 9 heures 8 min
© FRED TANNEAU / AFP
© FRED TANNEAU / AFP
Atlantico Green

Et la plus grande menace météorologique pour la planète à l’heure du dérèglement climatique est… (indice : pas les ouragans !)

Publié le 21 janvier 2018
Les inondations pourraient devenir la catastrophe naturelle la plus coûteuse, tant en termes de vie humaines perdues que d'économie, d'ici à 2040 selon le "Potsdam institute for climate impact research".
Emmanuel Garnier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Garnier est directeur de recherche au CNRS (Chrono-Environnement/Université de Besançon).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les inondations pourraient devenir la catastrophe naturelle la plus coûteuse, tant en termes de vie humaines perdues que d'économie, d'ici à 2040 selon le "Potsdam institute for climate impact research".

Atlantico : Les inondations pourraient devenir la catastrophe naturelle la plus coûteuse, tant en termes de vie humaines perdues que d'économie, d'ici à 2040 selon le "Potsdam institute for climate impact research". Comment expliquer ce résultat et quels pays seraient les plus concernés ? 

Emmanuel Garnier : D’emblée, il faut insister sur le fait que les résultats présentés dans l’article reposent sur une démarche essentiellement fondée sur la modélisation et non sur une étude exhaustive, et inscrite dans la durée (au moins 200 ans), de « vrais » aléas inondations répertoriés et estimés en termes de sévérité et de dommages. Déclarer que ce type d’extrême est la 1ère catastrophe à l’aune des coûts qu’elle engendre n’est pas en soi, un scoop scientifique. L’historien sait pertinemment qu’il s’agit d’un facteur de permanence historique. Plus simplement, depuis au moins le XVIe siècle, les archives démontrent que l’inondation était déjà LE désastre naturel engendrant les dégâts les plus sévère et, par conséquent, le plus coûteux. Pour s’en convaincre, il suffit de se souvenir de l’inondation de l’hiver 1784 qui toucha l’ensemble de l’Europe en raison d’un redoux brutal à l’origine de la fonte soudaine du manteau neigeux.

Or l’étude récemment publiée par l’institut de Potsdam, et la modélisation qui en découle, repose sur des séries d’événements très courtes, comprises entre 1971 et 2004, autrement dit, le début de l’essor de la couverture assurantielle à l’origine d’un enregistrement plus systématique des inondations. Par conséquent, le jeu de données est très court chronologiquement, ce qui biaise forcément les résultats et les enseignements que l’on peut en tirer. Ainsi, au lendemain des inondations de la Seine de juin 2016, beaucoup affirmèrent, sans autre forme de procès, que ce type d’inondation en période estivale était totalement inédit et, en conséquence, ils y voyaient une preuve supplémentaire du changement climatique. Or, depuis, une étude historique en cours conduite pour l’Etablissement Public Territorial de Bassin Seine Grands Lacs prouve que ce type d’événement a été beaucoup plus fréquent que l’on ne le pense. Il devrait donc contribuer à modifier considérablement son caractère « inédit » à l’échelle du bassin de la Seine et raccourcir les périodes de retour calculées par les modèles. En revanche, l’approche historique révèle qu’il n’y avait plus eu d’inondations entre mai et septembre depuis les années 1950. Cette perte de mémoire explique donc très vraisemblablement l’effet de surprise de juin 2016.

En pratique, plus que le changement climatique, c’est bien davantage la vulnérabilité qui est en cause. Autrement dit, que l’on se situe dans les pays développés ou des pays pauvres, tous ont en commun d’avoir oublié le principe de précaution élémentaire de leurs devanciers consistant à ne pas bâtir dans les lits d’inondation des cours d’eau. De facto, pour des raisons diverses, et parfois légitimes, comme la démographie galopante ou plus triviaux, comme la spéculation immobilière, les sociétés ont développé une urbanisation au plus près de l’eau qui, forcément a augmenté l’exposition au risque des biens et des personnes. Dans ces conditions, il est évident que le coût des inondations ne peut qu’augmenter, même si, ce qui ne sera pas le cas d’après les climatologues, le climat et les extrêmes restaient constants. En la matière, il est évident que les Etats ne sont pas égaux face à l’aléa. Plus précisément, les plus riches pourront certainement plus facilement investir dans des mesures d’adaptation que les pays contraints par une paupérisation importante, une natalité soutenue et des structures étatiques défaillantes.

Quelles mesures peuvent être prises en anticipation sachant que, comme le dit l'institut, chaque dollar investi maintenant permet d'épargner 6 dollars en réparation dans le futur

L’article n’offre comme alternative que les protections en dur, autrement dit des défenses ayant largement recours à l’ingénierie. Outre le fait qu’elle implique des investissements massifs que des pays déshérités ne peuvent pas forcément réaliser, les systèmes de défense en dur finissent toujours par être défaillants un jour ou l’autre. La raison en est simple, et une fois de plus l’histoire de l’aménagement des cours d’eau en Europe ou ailleurs le démontre, la mise en place de nouveaux ouvrages engendre un sentiment de sécurité trompeur. Il justifie ainsi souvent la poursuite de l’urbanisation au motif que la sécurité des biens et des personnes est désormais garantie. Par ailleurs, l’expérience historique montre une fois de plus que ces défenses, si aucun aléa ne se produit durant quelques décennies, tombent souvent en déshérence, car jugées non prioritaires en matière d’investissement public. C’est toute l’histoire du réseau des digues non entretenues de Louisiane lors de l’ouragan Katrina de 2005 ou de celles du littoral atlantique français au moment de l’inondation provoquée par la tempête Xynthia. Jamais deux sans trois dit le proverbe … . Dans ces conditions, il n’est pas sûr que les sommes investies dans ces travaux souvent pharaoniques impliquent forcément des économies en matière de réparations futures.

En France les inondations font déjà souvent l'actualité. Quelles prévisions peuvent être faites concernant l'augmentation de leur intensité et de leur périodicité et est-ce que les mesures de prévention prises par l'Etat sont adaptées ? 

A titre préalable, il faut insister sur le fait qu’il n’y a pas de tendance à la recrudescence des inondations dans notre pays. Les séries historiques reconstituées depuis maintenant deux décennies dans le cadre de programmes de recherche sont là pour en témoigner. L’histoire des inondations accuse une forte variabilité et la fréquence de cet événement extrême était nettement plus importante lors du petit âge glaciaire (XIVe-XVIIIe siècles) qu’au cours des dernières décennies. En revanche, oui, les inondations récentes engendrent des dégâts plus importants, comme ce fut le cas en Languedoc en septembre 2015 ou à Paris en juin 2016, en raison d’une exposition au risque accrue, avec la construction de nouveaux quartiers dans des zones réputées inondables depuis des siècles et une urbanisation qui contribue à bloquer les écoulements vers l’aval et facilite l’élévation brutale du niveau de l’eau dans des espaces cloisonnés par les murs, les rue et les immeubles. Certes louable pour la qualité de vie des Parisiens, la fermeture des voies sur berges à la voiture au profit d’installations festives comme des restaurants ou des guinguettes pourrait ainsi se révéler très onéreuse pour les assureurs, et donc pour les assurés au bout du compte. Ne perdons pas de vue non plus que les mesure de protection imposées par la nouvelle loi GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) en France va vraisemblablement se traduire par une hausse considérable de la fiscalité pour les contribuables des communes exposées. Dans ces conditions, et qu’on le veuille ou non, les mesures d’adaptation les plus durables fiscalement et socialement seront de faire « reculer » l’urbanisation, là où le risque l’impose et de recréer les fusibles défensifs d’antan, à savoir les marais, les prairies ou les mares, y compris dans les tissus urbains. Cette leçon a été parfaitement assimilée par une ville comme Cambridge au Royaume Uni. Dans cette même logique, il faudrait ériger ou fixer des repères (plaques, colonnes, etc) visibles des inondations du passé, non pas en périphérie des agglomérations mais au cœur même des villes et des villages. De là sorte, tout habitant, ou prétendant à la construction d’un nouvel édifice, aurait sous les yeux ces rappels de mémoire des inondations. Dotés d’une culture du risque sur le long terme, élus, représentants de l’Etat et habitants, tous seraient probablement plus enclins à élaborer des stratégies d’adaptation durables sur les plans financier et écologique.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 22/01/2018 - 20:08
Inondations...
L'auteur a oublié un petit truc... les embâcles ! On ne peut être exhaustif. Il y a un an, dans mon environnement immédiat, deux embâcles sur deux petits torrents ont donné de sérieux soucis au maire et à une centaine d'habitants, qui ont vu une vague ravager leurs maisons, voire les détruire.... Un magasin a été rasé, il n'y avait plus que la dalle de sol, et un autre a fermé... un bon moment ! J'vous dis pas... en pleine nuit, sous une pluie diluvienne et pas question de rouler en voiture, le pont était noyé, les plaques de bitume de la route en aval soulevées ! Bon, il y a d'autres exemples.... Simple dépression...
Le gorille
- 22/01/2018 - 19:51
Aboyer...
Dites-moi, vangog, êtes-vous un chien (vous aboieriez, à ce qu'il s'écrit), un bureau (où les pianoteurs se relairaient), ou un clone d'humain vissé à son ordinateur H24 ?
Le gorille
- 22/01/2018 - 19:48
Rappel de bon sens
Cet article ne fait guère référence au "Postdam..." tous comptes faits. Alors oublions cette référence. Le reste n'est qu'un véritable rappel, dans la léthargie (pour les inondations, s'entend) ambiante... Donc un article parfaitement lisible, pour gens honnêtes, à qui les rappels ne donnent pas d'allergie. Accessoirement... il y a des infos dans l'article ! Non mais !