En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Atlantico Green
Des scientifiques annoncent que l’augmentation massive des chutes de neige sur une partie de l’Antarctique pourrait contrebalancer l’effet du dérèglement climatique sur la montée des océans
Publié le 07 janvier 2018
Une étude de la NASA montre une augmentation des chutes de neige sur une partie de l'Antarctique. Elle est révélatrice des difficultés à définir des modèles météorologiques.
Jean-Paul Maréchal est Maître de conférences en Science économique à lUniversité Paris Sud. Il est l'auteur de l'ouvrage Chine/USA. Le climat en jeu, Paris, Choiseul, 2011, 116 p.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Maréchal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Maréchal est Maître de conférences en Science économique à lUniversité Paris Sud. Il est l'auteur de l'ouvrage Chine/USA. Le climat en jeu, Paris, Choiseul, 2011, 116 p.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude de la NASA montre une augmentation des chutes de neige sur une partie de l'Antarctique. Elle est révélatrice des difficultés à définir des modèles météorologiques.

Atlantico : Une étude publiée le 26 décembre dans le Geophysical Research Letters montre une augmentation des chutes de neige sur une partie de l'Antarctique. Avec quelle prudence devons-nous aborder cette étude de la NASA qui estime que ces chutes de neige pourraient "limiter les dégâts" concernant la hausse du niveau des océans?

Jean-Paul Maréchal : Ce genre d'études doit toujours être pris avec prudence dans la mesure où elle ne porte que sur une région. Ce n'est pas une étude globale sur l'Antarctique. Je pense qu'il faut la prendre pour un élément intéressant dans le débat car de toute façon la science du climat est loin d'être arrivée à son apogée. Ce sont de nouveaux éléments à verser au dossier de la connaissance climatologique. A partir de là, il ne faut pas forcément en tirer des conséquences, en extrapoler des constats plus globaux, pour orienter les politiques publiques à mettre en œuvre. D'autant plus que les auteurs eux même ne tirent pas de conclusions et restent très prudents.

Il ne sert en outre à mon sens à rien de remettre les conclusions de ce rapport en question sous prétexte que la NASA y a participé et que les Etats-Unis sont dirigés aujourd'hui par un climatosceptique. La NASA a conduit de nombreuses études sur le climat et leur légitimité n'est pas à mettre en cause.

N'est-ce pas en contradiction d'une certaine manière avec les rapports successifs du GIEC qui s'alarme régulièrement de la gravité du réchauffement climatique et de la hausse du niveau des océans qui ne cesse d'être réévalué ?

Je ne pense pas. Les rapports du GIEC font le point sur ce que dit la communauté scientifique. Il n'y a pas de contradiction avec la théorie d'une accélération du réchauffement climatique et d'une hausse du niveau de la mer. Les auteurs le disent eux-mêmes. Cela ne serait contradictoire uniquement si l'on généralisait les conclusions de manière malveillante par rapport aux travaux du GIEC. Au contraire, les auteurs disent juste que la hausse des chutes de neige sur des zones définies en Antarctique pourrait non pas arrêter la hausse du niveau des océans mais la ralentir. Tout en se préservant de l'affirmer car, ils le disent eux-mêmes, ce phénomène devrait se vérifier partout ailleurs et que dépendra aussi de l'évolution d'une multitude de facteurs.

Intellectuellement, cette piste est intéressante et mérite d'être étudiée mais cela ne vient pas contredire la thèse du réchauffement climatique ni celle de la hausse du niveau de la mer.

Au final, cette étude n'est-elle pas révélatrice d'une extrême difficulté d'évaluation des conséquences du réchauffement climatique ?

C'est révélateur du fait que la modélisation du climat, de la météorologie, est une science extrêmement complexe. Sauf si vous avez affaire à des idéologues, personne ne peut affirmer que modéliser le climat est une chose simple. Il existe des millions de variables et d'interactions. Le climat en se modifiant modifie ses conditions même de fonctionnement. Cette étude menée en partie par la NASA est un beau cas pour réfléchir à la complexité de la modélisation du climat et sur le fait qu'il ne faut pas tirer de conséquences simplistes ou de conclusions ni dans un sens ou dans l'autre.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Le "chat renard", une nouvelle espèce de félin découverte en Corse
06.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
07.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 08/01/2018 - 20:22
jipbe
Surtout que selon Gore l'escroc les Maldives devraient déjà être sous les eaux depuis 10 ans! D'ailleurs il avait fait le pari qu'il se laverait les pieds quand la mer arriverait! C'est pour cela qu'il doit cocoter des pompes!
Au passage: vague de froid en 2017 en Europe Orientale et Russie, cette année en Amérique du Nord, l'an prochain c'est pour nous et quand les cons qui accrochent "Non à l'EPR " derrière leur BX pourrie, leur congélo va avoir triste mine quand l'électricité sera coupée 15 jours !
emem
- 08/01/2018 - 19:51
Incontestable
C'est sûr le froid c'est pas chaud
MIMINE 95
- 08/01/2018 - 11:29
UN ECONOMISTE qui nous fait une leçon de climatologie ????
?????? La prochaine que j'aurai mal aux dents, j'irais voir mon coiffeur .