En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Yann COATSALIOU / AFP
Élevage porcin

Politique agricole peu commune : mettra-t-on un jour la pâtée aux porcs ?

Publié le 22 octobre 2017
On nous disait, depuis l’affaire du Sofitel, que les porcs avaient appris à mieux gérer leurs travers. Hélas, on nous avait pris pour des jambons.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On nous disait, depuis l’affaire du Sofitel, que les porcs avaient appris à mieux gérer leurs travers. Hélas, on nous avait pris pour des jambons.

Harvey Weinstein, Pierre Joxe, Tariq Ramadan, Jean Lassalle, Gilbert Rozon… Chaque matin depuis quelques semaines, un nouveau porc (OK, un nouveau présumé porc, ne cherchons pas les ennuis inutilement) nous est proposé en ragoût et l’indigestion est proche.

 

Et encore, on ne parle ici que des porcs célèbres, de ceux qui font la une parce que leur auge a pignon sur basse-cour. Serait-on informé des agissements des porcelets anonymes qui font oink oink dans les entreprises, dans les facs, dans les wagons de métro, sur les trottoirs trop étroits, et on en serait pratiquement à une côtelette bien grasse à la minute…

 

Le problème, c’est que qu’on ne sait pas trop quoi faire de toutes ces cochonneries. La dernière fois qu’on s’était retrouvé chez le charcutier, DSK était derrière le comptoir et l’affaire s’était conclue sur un « plus jamais ça ! » enthousiaste, la honte étant censée avoir « changé de camp » puisque la parole s’était enfin « libérée ». Mais que nenni : l’élevage produit toujours en mode extensif et ça s’engueule toujours aussi ferme sur les réseaux sociaux sur fond de #balancetonporc.

 

D’autant plus que ce tartinage de rillettes a tendance à braquer les mâles non-porcs qui aimeraient bien, fort légitimement, bénéficier d’une extension de la clause du padamalgam.

 

En tant que, justement, représentant de ces derniers, du moins jusqu’à ce que l’on vienne me faire remarquer que je ne me suis pas très bien comporté à telle ou telle occasion (mais ça m’étonnerait parce que je suis globalement un mec bien bien que blanc et plus si jeune), je serais ravi de voir que ces affaires servent effectivement de leçon. Que le porc ne voit plus son salut que dans la fuite.

 

Et en tant que père de filles auxquelles j’ai toujours rêvé de léguer un monde où elles pourraient s’épanouir sans avoir à être constamment sur leurs gardes, j’apprécierais que les porcs courbent un peu plus souvent l’échine et maîtrisent mieux leurs travers. Hélas, affaire après affaire, ils continuent de répandre leur lisier sans qu’on leur coupe jamais vraiment les jarrets. Les porcs au pénitencier, c’est pour quand ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

03.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

04.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/10/2017 - 00:24
La dernière fois que j'ai fait le cochon...
ma femme m'a dit "encore"...ce qui confirme que tout est bon dans le cochon, sauf celui qui s'en dédit...
walchp
- 22/10/2017 - 15:44
Loin de moi l'idée d'absoudre les prédateurs sexuels
Cependant le terme de PORC me met mal a l'aise.Il me rappelle Valérie Solanas et son S.C.U.M Manifesto:"Society for cut up men"
Société pour la couper aux hommes.
Le but étant de promouvoir la disparition du genre masculin(physiquement s'entend)
Cette brillante activiste des années 60 fut ensuite jetée en prison pour tentative d'assassinat sur la personne d'Andy Warhol qu'elle envoya à l'hôpital a coups de revolver......
eva
- 22/10/2017 - 13:33
amsallem
De grace arretez des traiter les prédateurs sexuelles de GROS PORCS !!!! laissez en paix ces pauvres animaux , surtout en mettant sans arret en boucle le visage de MONSIEUR WENSTEIN , je trouve cela dérengeant , laisser la justice faire son boulot et arretons d'hurler avec les loups .