En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

05.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

06.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la fraise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 19 min 28 sec
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 45 min 40 sec
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 17 heures 3 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 19 heures 2 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 19 heures 51 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 21 heures 46 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 1 jour 12 sec
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 1 jour 31 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 1 jour 58 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 17 heures
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 30 min 56 sec
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 16 heures 1 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 17 heures 33 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 19 heures 27 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 21 heures 10 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 23 heures 30 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 1 jour 19 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont plus les pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 1 jour 45 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 18 heures
Green

97% de scientifiques d’accord avec la théorie du dérèglement climatique ? Euh… c’est un peu plus compliqué qu’il y paraît

Publié le 18 juin 2017
Les hommes politiques, à l'image de Barack Obama avancent que 97% des scientifiques sont d'accord sur les causes humaines et les dangers du réchauffement climatique. Des chercheurs ont étudié l'ensemble des 11 944 publications sur le climat parues entre 1991 et 2011. Les résultats publiés en 2013 montrent que près de 66% des publications n'expriment pas d'avis, ni positif, ni négatif sur le réchauffement climatique.
Christian Gérondeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gérondeau est polytechnicien et expert indépendant. Il travaille depuis plus de dix ans sur les questions environnementales.Il est l'auteur du livre "Ecologie la fin" aux Editions du Toucan et "L'air est pur à Paris: mais personne ne...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les hommes politiques, à l'image de Barack Obama avancent que 97% des scientifiques sont d'accord sur les causes humaines et les dangers du réchauffement climatique. Des chercheurs ont étudié l'ensemble des 11 944 publications sur le climat parues entre 1991 et 2011. Les résultats publiés en 2013 montrent que près de 66% des publications n'expriment pas d'avis, ni positif, ni négatif sur le réchauffement climatique.

Atlantico : Les hommes politiques, à l'image de Barack Obama avancent que 97% des scientifiques sont d'accord sur les causes humaines et les dangers du réchauffement climatique. Des chercheurs ont étudié l'ensemble des 11 944 publications sur le climat parues entre 1991 et 2011. Les résultats publiés en 2013 montrent que près de 66% des publications n'expriment pas d'avis, ni positif, ni négatif sur le réchauffement climatique. Comment expliquer que tant de scientifiques n'ait pas exprimé d'avis sur les causes du réchauffement climatique ? Quelle différence entre la certitude politique et le doute scientifique ?

Christian Gérondeau : Tout d'abord, personne ne connait l'origine de ce chiffre de 97% qui circule partout. Apparemment il y en aurait un autre de 99,9%. Ça fait partie des intoxications générales qui circulent sur ces problèmes, car la deuxième source que vous citez elle, est sérieuse. On connaît les références et effectivement une grande majorité des papiers scientifiques ne disent pas qu'il y a une certitude de l'influence de l'homme sur le changement climatique.

Pourquoi tant de gens ne prennent pas position ? C'est simple : il y a très peu de climatologues. Seulement une centaine au niveau mondial. Donc, les scientifiques honnêtes dont ce n'est pas la spécialité ne vont pas prendre position sur un sujet qui n'est pas le leur. Quand on demande à l'Académie des sciences française son avis sur le changement climatique, il y a peut-être 5% des académiciens français dont c'est le métier. Les autres sont des spécialistes de mathématiques, de géographie, de chimie, mais pas de changement climatique. En réalité, et c'est un processus que j'ai analysée dans le livre que j'ai publié (Climat: la grande manipulation), tous les organismes qui s'occupent du sujet, qui consultent des scientifiques, dont le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), vont consulter plus d'un millier de scientifiques et après dire qu'il a l'accord de 1200 scientifiques. C'est complètement faux. Les scientifiques qui ont été consultés ne sont pas des spécialistes du climat. Des spécialistes du climat, il y en a très peu. En conclusion, il n'y a aucune preuve que 97% des spécialistes du climat soient convaincus de l'influence de l'homme sur le climat. Et quand on consulte très largement, c'est normal que la plupart des scientifiques qui sont honnêtes - la plupart des scientifiques sont honnêtes - ne prennent pas position sur un sujet qu'ils ne connaissent pas.

Quel est l'équilibre réel des postions de la recherche scientifique sur ces questions climatiques ?

Pour cela, il faudrait consulter uniquement les gens dont c'est la spécialisation. Encore une fois, si vous consultez un membre de l'académie des sciences françaises ou américaines dont la spécialité est la chimie, il n'aura pas d'opinion sur le sujet. Les vrais spécialistes du climat sont divisés. Il suffit d'aller sur Internet, ou ailleurs, et vous trouverez des dizaines de spécialistes du climat qui ne sont pas d'accord avec les positions officielles. Mais qu'est-ce que cela veut dire une position officielle? C'est les positions des Nations Unies, du GIEC... Mais ce sont des organismes politiques, pas scientifiques.

Ces organismes prennent leurs décisions par des votes, puis on vous dit que les scientifiques se sont prononcés. C'est absolument faux. Il y a en France un grand nombre de scientifiques de très haut niveau qui ne sont absolument pas d'accord avec la théorie officielle qui voudrait que ce soit l'homme qui change le climat.

Est-ce qu'il existe un consensus sur les objectifs de la COP 21 de réduire le réchauffement climatique à 2 degrés ? Les scientifiques savent-ils quels pourraient être les effets de cet objectif s'il était tenu ?

La COP 21 est une mascarade. Parce que la COP 21 était réunie pour voir comment on allait réduire les émissions de CO2, puisque toute la théorie officielle est que le CO2 change le climat. Quand la COP 21 s'est réunie, on a demandé à tous les pays quelles étaient leurs perspectives et on s'est aperçu que les trois-quarts des pays allaient émettre plus de CO2 qu'avant. Ce sont les pays en développement (la Chine, l'Inde, l'Afrique, l'Amérique du Sud..). Et donc la COP 21 a d'abord constaté que les émissions de CO2 allaient augmenter. A partir du moment où elles augmentent, qu'est-ce qu'on peut faire? Rien du tout, bien entendu, parce que la Chine, l'Inde, et tous ces pays qui partent d'un très bas niveau ont besoin d'électricité, ont besoin de pétrole, etc. On ne peut rien y faire. Et donc on n'a plus du tout parlé des émissions de CO2, mais d'un objectif de température. C'est-à-dire qu'on est revenu au Moyen-Âge. On dit qu'on va influer sur la température, mais on ne dit pas comment. Je n'ai pas grand-chose à ajouter, cet objectif ne vaut rien, puisque de toute manière les pays en développement vont augmenter leurs émissions, heureusement pour eux, parce qu'ils sortent de la pauvreté grâce à ça. Imaginer qu'on puisse fixer un objectif au climat, c'est revenir au Moyen-Âge, quand on intercédait auprès des Dieux pour qu'il pleuve. On a intercédé on ne sait pas auprès de qui, pour que le climat, plus exactement la température, n'augmente pas de plus de deux degrés, mais on n'a pris aucune décision qui pourrait aller dans ce sens-là.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ex abrupto
- 25/06/2017 - 16:03
Le véritable ennemi:
le pullulement humain! Les "deep ecologists" vont jusqu'à estimer la population mondiale max (celle qui ne nous encombre pas de déchets et qui n'épuise pas les ressources naturelles) à 200 à 500 millions d'individus.
Ce qui fait que notre Hulot national devrait être pour le mariage homosexuel avec droit à l'adoption mais interdiction de toute PMA ou GPA.
Quant aux immigrés il devrait être pour leur stérilisation préventive, ce qui diminuerait beaucoup le nombre de volontaires;
Bon, j'arrete là car on va croire que je fais du mauvais esprit. Ou de l'humour lourdingue. Quoique....
jipebe29
- 19/06/2017 - 16:25
Science "officielle" = pseudo-science
L’histoire nous a appris que, chaque fois qu’une science est devenue officielle, il s’est avéré par la suite qu’il s’agissait de pseudo-science. La science du GIEC (celle du résumé pour les décideurs, seul document diffusé urbi et orbi, alors que sa valeur scientifique est d’une nullité affligeante) est officielle, donc c’est de la pseudo-science. Et ceux qui pensent, comme la plupart des dirigeants, soutenus par nos médias incompétents et incapables de séparer le bon grain de l’ivraie, qu’il s’agit de bonne science se trompent lourdement...et ils ont engagé des politiques climat-énergie aussi onéreuses qu’inutiles, avec une noria de normes et de règlements contraignants et un développement inconsidéré des EnR intermittentes, non pilotables, onéreuses et aux faibles facteurs de charge. Bref, un terrible gâchis de fonds publics, pour le plus grand profit de promoteurs rapaces, mais au détriment des ménages et des entreprises, donc de toute notre économie.
Michèle Plahiers
- 19/06/2017 - 15:10
Discréditer le réchauffement climatique pour
occulter les vrais problèmes. Les gens ne meurent plus de faim mais d'autres maladies liées elles clairement à la pollution: cancers divers. Cela relève du sophisme.