En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Bourse dollar/euro
Atlantico Bourse
Et la surprise de 2017 est …
Publié le 06 juin 2017
L’ensemble des économistes et des investisseurs pensaient, jusqu’à ces dernières semaines, que l’économie américaine serait la plus vigoureuse en 2017. L’idée communément admise était que le stimulus « Trump » couplant mesures fiscales, investissements massifs et dérégulation allait stimuler l’économie Américaine plus que tout autre. Pour le moment la surprise de 2017 se trouve plutôt en Europe.
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’ensemble des économistes et des investisseurs pensaient, jusqu’à ces dernières semaines, que l’économie américaine serait la plus vigoureuse en 2017. L’idée communément admise était que le stimulus « Trump » couplant mesures fiscales, investissements massifs et dérégulation allait stimuler l’économie Américaine plus que tout autre. Pour le moment la surprise de 2017 se trouve plutôt en Europe.

Le rythme de croissance de l’économie de la Zone Euro est carrément 2 fois supérieur à celui des Etats-Unis au premier trimestre 2017 ! Derrière cette bonne nouvelle une question commence à tarauder certains intervenants en particulier en Allemagne : si la croissance est si vigoureuse, ne serait-il pas temps de revenir à une politique monétaire plus conventionnelle pour la Banque Centrale Européenne (BCE) ?

Un peu d’histoire pourrait conduire la BCE à réfléchir longuement avant de revenir à une politique monétaire plus restrictive. Beaucoup ont en effet en mémoire la remontée de taux de 2011 : un peu trop rapide, compte tenu du cycle économique, ce mouvement avait finalement largement pénalisé l’économie de la Zone Euro dans une période par ailleurs très chahutée par la crise de la dette souveraine.

Aujourd’hui le message de la BCE est très prudent sur le sujet : les discours se succèdent pour signaler la vigueur de la reprise et la résilience de l’économie de la Zone Euro aux chocs provenant de l’extérieur. Force est de constater que la Zone Euro fait mieux que les Etats-Unis depuis plus de 2 ans et demi : en cumulé, une croissance de 5.1% contre 4.6%.  Les chiffres de ces dernières semaines sont même encore plus encourageants : il n’y a plus de pays à la traîne. En effet, le Portugal et l’Italie se redressent très nettement eux aussi. La critique sur la « dispersion » des rythmes de croissance devrait logiquement s’estomper : la convergence que promeut la Zone Euro pourrait enfintrouver un début de réalité. 

La décote politique dont souffre la Zone Euro pourrait également s’atténuer suite aux élections aux Pays-Bas et en France. Les anticipations redeviennent ainsi plus positives pour l’ensemble de la Zone Euro et pour beaucoup d’économistes tant que les salaires et l’inflation ne repartent pas franchement, le mouvement de rebond de l’économie de la Zone Euro pourrait se poursuivre.

Les discussions ont semble-t-il commencé au sein de la BCE : le clan des durs estimant qu’il faut désormais revenir à la normale…les autres estimant qu’il ne faut pas se précipiter et casser la timide reprise en cours. Leur argument essentiel réside dans le fait que l’inflation, hors effet pétrole, reste désespéramment basse.  Par ailleurs, ils soulignent que l’Italie reste, malgré tous les efforts récents autour de la Banque Monte-Paschi, un maillon faible sur le plan bancaire.

La probabilité que l’économie européenne poursuive sur sa lancée nous paraît crédible mais l’intensité de cette reprise sera visiblement assez basse. La BCE devrait donc sur un horizon mars-avril 2018 laisser ses taux courts inchangés et poursuivre les achats d’obligations d’Etat. Croissance modérée sans à-coups, taux bas, baisse progressive du chômage… tout ceci nous conforte dans notre vision positive sur les actions de la Zone Euro.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires