En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 31 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 2 heures 14 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 4 heures 13 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 49 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 46 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 7 heures 17 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 8 heures 2 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 43 min 52 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 2 heures 29 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 5 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 50 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 6 heures 24 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 7 heures 5 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 8 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner

Carte des votes : de qui Emmanuel Macron est-il moins le président ?

Publié le 10 mai 2017
Tous les Français n'ont pas voté pour le candidat d'En Marche. Entre mélenchonistes, frontistes et abstentionnistes, voici une analyse de ceux qui ont refusé de donner leurs voix à Emmanuel Macron.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tous les Français n'ont pas voté pour le candidat d'En Marche. Entre mélenchonistes, frontistes et abstentionnistes, voici une analyse de ceux qui ont refusé de donner leurs voix à Emmanuel Macron.

Atlantico : géographiquement parlant, quels sont les territoires qui ont le moins voté pour Emmanuel Macron dans le cadre du second tour de l'élection présidentielle ?

Laurent Chalard : Sur le plan géographique, les résultats du second tour de l’élection présidentielle de 2017 confirment ceux du premier tour. Il existe une fracture de part et d’autre d’une ligne reliant Le Havre à Marseille, qui opposent les régions situées à l’est de cette ligne, ayant largement souffert de la désindustrialisation où le vote anti-système, que représente Marine Le Pen, apparaît consécutivement important, aux régions se trouvant à l’ouest de cette ligne, qui ont bénéficié de la tertiarisation de l’économie où Emmanuel Macron, le candidat « optimiste », a été plébiscité. 
 
Lorsque l’on analyse plus en détail la carte, la géographie des territoires qui ont le moins voté pour Emmanuel Macron fait émerger deux grandes lignes de force du Front National au nord et au sud, qui témoignent cependant d’une évolution notable au cours des dernières décennies. En effet, le point de force méridional traditionnel, depuis l’émergence du Front National sur la scène politique hexagonale dans les années 1980, n’est désormais plus le pôle principal du vote d’extrême-droite, étant largement dépassé par un pôle nord-est, qui prend de plus en plus d’ampleur au fur-et-à-mesure des élections. Le pôle méridional s’adosse essentiellement sur le Var et les Alpes-Maritimes, avec un prolongement discontinu le long du littoral méditerranéen. C’est la France des rapatriés d’Algérie, base originelle de l’électorat frontiste. 
 
Par contre, au nord-est de la France, le Front National est désormais largement implanté dans les départements situés au nord de l’Ile de France, en l’occurrence, les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme, de la Seine-Maritime, de l’Oise, de l’Aisne et des Ardennes, mais aussi de plus en plus à l’est de cette même région Ile de France, dans les départements de la Marne, l’Aube, la Meuse, la Haute-Marne, les Vosges, la Haute-Saône, la Meurthe-et-Moselle et la Moselle. Tout spécialiste de géographie économique y reconnaîtra les anciens bastions industriels de la France des Trente Glorieuses, qui ont le plus souffert de la désindustrialisation. Leurs habitants sont de plus en plus séduits par le nouveau discours social du Front National, incarné par la ligne Philippot.  
 
 

Du point de vue du type d'espaces, métropoles, villes moyennes, ruralité, quelles sont les zones qui ont été le moins représentées dans le vote Emmanuel Macron ? 

Laurent Chalard : Les zones les moins représentées dans le vote pour Emmanuel Macron sont essentiellement des zones rurales. En effet, une fois évacuées les différences régionales que nous avons vues précédemment, on a l’impression que le rejet pour le candidat du système est inversement proportionnel à la taille des agglomérations. Plus cette dernière est peuplée, plus les gens votent pour Emmanuel Macron, et inversement pour Marine Le Pen. Ce constat, mis en avant par le géographe Christophe Guilluy depuis près d’une dizaine d’années, est assez frappant dans les territoires du nord-est, où le Front National fait ses meilleurs scores. En effet, les métropoles de Lille, Metz et Nancy apparaissent comme les principaux pôles de faiblesse du vote d’extrême-droite, alors que cette dernière triomphe dans les campagnes. Les villes moyennes se situent entre les deux.
 

D'un point de vue sociologique, quelles sont les conclusions que l'on peut faire relativement à cette géographie du vote ?

Laurent Chalard : Etant donné la sociologie des espaces ruralo-industriels du nord-est, où s’affirme le plus fort rejet du candidat Emmanuel Macron, cette géographie du vote témoigne de l’importance des classes populaires connaissant une situation de l’emploi difficile dans le vote extrémiste, c’est-à-dire de populations demeurant dans des territoires où le nombre d’emploi se réduit d’année en année, d’où l’importance du chômage officiel (et officieux, certains individus préférant se déclarer inactifs) et des situations de précarité de l’emploi, dans un contexte de présence de populations extra-européennes, perçues comme « concurrentes », en nombre important dans les zones urbaines. En effet, on ne retrouve pas le même profil de vote dans certains territoires industriels de l’ouest à forte présence de catégories populaires, comme la Vendée ou le Choletais car la situation de l’emploi y est bien meilleure et l’immigration extra-européenne bien moindre. Il existe donc une corrélation certaine entre situation économique personnelle et vote contestataire. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
g16
- 12/05/2017 - 00:24
Les insoumis et les syndicats
Tous ceux qui prônent le 3ème tour dans la rue, N'ont pas choisi Macron, alors que Marine le Pen n'est pas mécontente de rester sa 1ère opposante, tous les autres sont bien décidés à sauver la politique en aidant Macron à faire des réformes nécessaires et obligatoires.
Leucate
- 11/05/2017 - 12:42
L'UMPS en marche
Pour moi l'analyse est simple.
Pour survivre, l'UMPS qui, jusque là, gouvernait par alternance pour nous amener droit dans le mur, a décidé de fusionner.
Pour ce faire, elle se débarrasse de ceux qui, dans ses cadres, sont trop à gauche ou à droite.
Ceux qui sont à gauche rejoindront à terme les communistes insoumis.
Ceux qui sont à droite rejoindront la Nouvelle Droite autour du FN.
En Marche est le nouveau nom de l'UMPS.
cloette
- 10/05/2017 - 21:14
Macron a été élu
Par l'élimination préméditée de FIllon . En effet ce qui a été dévoilé était connu et légal d'ailleurs depuis des décennies ( pratiqué par d'autres aussi ) . sorti à ce moment prècis , c'est bien un "casse " . Macron est donc élu sur cette sorte de coup d'état , sa fête au Louvre était glaçante ( j'en ai vu malgré moi quelques images ) . I'hymne à la joie ? On a bien compris la feuille de route élaborée, qu'il doit faire exécuter