En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 35 sec
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 15 min 8 sec
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 40 min 17 sec
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 7 heures 10 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 23 heures 20 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 18 heures 34 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 20 heures 30 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 7 min 5 sec
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 23 min 48 sec
décryptage > Politique
Coronavirus

« En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 56 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 1 heure 17 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 6 heures 47 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 12 heures 27 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 15 heures 27 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 17 heures 54 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 19 heures 53 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 21 heures 59 min
© Pixabay
© Pixabay
HAL 9000

Pourquoi le mieux est en train de devenir l’ennemi du bien chez les chatbots, ces assistants digitaux qui ressemblent de plus en plus à des humains

Publié le 24 avril 2017
Que faire face à une intelligence artificielle grandissante ? Derrière les scénarios de SF palpitants que suscitent cette question, une réalité s'impose à nous. Les intelligences artificielles présentes dans nos portables, celle de Siri par exemple, demandent à être examinées de plus près dès aujourd'hui.
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que faire face à une intelligence artificielle grandissante ? Derrière les scénarios de SF palpitants que suscitent cette question, une réalité s'impose à nous. Les intelligences artificielles présentes dans nos portables, celle de Siri par exemple, demandent à être examinées de plus près dès aujourd'hui.

Selon une étude publiée en 2012 par la revue Social Cognitive and Affective Neuroscience, les utilisateurs de robots modifient leurs comportements en fonction de l'apparence de ces robots, selon un phénomène appelé "uncanny valley". Quels sont les ressorts et les conséquences de ce phénomène ?

Christophe Benavent : C'est une hypothèse formulée en 1970 par Mori Masahiro et qui rencontre un succès populaire car elle s'appuie sur une intuition simple :  le degré de familiarité d'un robot est d'autant plus élevé qu'il ressemble à un humain, sauf quand cette ressemblance devient très forte. Un robot qui semblerait presqu'humain susciterait un trouble chez les humains au cours des interactions sociales.  Quand à l'étude que vous citez, elle appartient à un courant de la psychologie qui est celui de la cognition sociale, ce champs qui s'intéresse à la manière dont les sujets humains font des inférences sur les groupes sociaux à partir de leur apparence, en leur attribuant des qualités variables.  C'est aussi plus largement la question en science sociale des "existants", quel mode d'existence attribue-t-on aux êtres artificiels qui manifestent un certains degré d'autonomie.  Est-ce une chose? Un être vivant? Les choses et les êtres sont-ils conçus pas le cerveau de manière identique? Comment " étiquette"-t-on, catégorise-t-on ces objets doués d'autonomie, peut-être d'intention, sans doute de forme d'intelligence? C'est effectivement une question aujourd'hui essentielle, dans une société où nous serons amené à vivre des des populations d'objets dotés d'un minimum d'intelligence et d'autonomie d'action.  

Ce qui est certain c'est que nous ajustons nos comportements, en fonction de ce que nous croyons qu'est autrui. Cette croyance s'appuie notamment sur des signaux visuels. Depuis longtemps déjà dans le champs des interactions avec les " êtres" artificiel, on sait que ces signaux sont interprétés au travers de stéréotypes, et que leur apparence est importante dans les jugements et les interaction. L'anthropomorphisme est ainsi un éléments clé et facilitateur , mais pas trop. C'est cette hypothèse de la vallée du trouble.

Quelles sont les implications de cette "erreur de prédiction" sur les nouveaux et futurs outils à disposition, comme les chatbots ?

Il n'y a pas d'erreur de prédiction, mais des questions de design qui dépendent largement de la manière dont les humains interagisse avec les objets artificiels. Schématiquement lorsqu'un humain interagit avec un objet il tente de s'adapter à la nature de cet objet. Dans le cas d'un moteur de recherche, si nous le prenons pour une chose, on sera tenté d'utiliser un langage simple et réduit à quelques mots clés, comme si on anticipe le fonctionnement de la machine. Si on le prend pour une forme d'être vivant, on lui suppose une une autonomie, une certain intelligence et l'on aura tendance à favoriser une interaction en langage naturel. C'est le même type de réaction qu'on observe dans des phénomènes comme le racisme. Le raciste persuadé de l'infériorité d'autrui, et pire d'une différence de nature aura ainsi tendance à parler "petit-nègre" ( les spécialistes, parlent d'ailleurs de sous-hominisation). 

Dans le cas des chatbots l'enjeu est celui du design. En les anthropomorphisant on cherche effectivement à inciter les humains à interagir avec eux comme avec d'autres humains.   En ne le faisant pas on les oriente vers un autre mode d'interaction, mais en réduisant leur attractivité. Au-delà des questions d'efficacité de l'interaction se pose une question politique : quel statut accorde-t-on aux êtres qui participent à la société. Faut-il bien distinguer le monde des robots de celui des humains? C'est un défi anthropologique évident celui de l'étiquetage ou de la labellisation, des êtres artificiels. L'enjeu c'est celui de la cognition sociale.

Faut-il voir dans ce phénomène une limite dans le développement de ces outils ? Quelles sont les autres limites connues qui pourraient freiner leur développement ? 

Leur limite c'est leur intelligence qui n'a pas de forme, qui est abstraite, qui ne se représente pas. Ce dont on discute c'est de la boite dans laquelle ces intelligences sont incarnées. Doivent-elles avoir formes humaines et jusqu'à quel point ? C'est une question qui est à la fois technique - favoriser et optimiser les relation homme-machines,  que politique - faut-il marquer les différences de nature entre les choses et les humains ? 

Il faut garder en tête que cette question ne se pose pas qu'avec les différentes formes de robots, mais concerne l'ensemble de notre relation avec les objets et les institutions. On connait depuis longtemps le rôle transitionnel des objets : le doudou du bébé. Grandir c'est d'une certaine manière apprendre à détacher l'affect des objets, le fétichisme d'un certain côté est une forme d'immaturité. Mais on sait aussi que pour un pilote, sa machine est un être vivant, et que sans doute cette croyance, le conduit à mieux percevoir le comportement de la machine, ses moindre vibration, et en pensant la machine comme un être autonome avec une personnalité affirmée, établir avec elle un lien infime, infra-cognitif, qui lui permet de la piloter encore mieux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
alex.cecconi
- 26/04/2017 - 19:51
Malheureux en écriture/orthographe
Si vous vous nommez professeur je plains vos élèves !

Que de fautes dans ce texte !
J'accuse
- 24/04/2017 - 10:24
C'est qui, le chef ?
Si certains souhaitent être aidé par une IA, c'est sans doute parce qu'ils n'ont pas confiance dans leur IN (intelligence naturelle)... Ce faisant, ils deviennent les robots obéissants des vendeurs de machines. Avez-vous remarqué que la justification de nos besoins supposés de l'IA sert plus à nous vendre des produits (en premier lieu le robot sensé être intelligent) qu'à réellement nous simplifier la vie? Il n'y a qu'une seule circonstance où je traite un robot comme un humain: je l'insulte copieusement quand il ne fonctionne pas correctement! Je reconnais que ça n'arrange rien, mais ça soulage.