En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 9 heures 11 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 12 heures 13 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 13 heures 3 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 16 heures 21 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 19 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 19 heures 42 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 20 heures 15 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 9 heures 36 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 12 heures 38 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 16 heures 6 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 18 heures 5 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 18 heures 41 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 19 heures 38 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 20 heures 33 min
Politico-scanner

Ethniques ou religieux : les votes communautaires seront-ils l’une des clés d’un deuxième tour de la présidentielle avec Marine Le Pen ?

Publié le 29 mars 2017
Le comportement électoral d'un groupe social apparenté à une communauté peut avoir une influence sur la tenue d'un scrutin, comme a pu le montrer la dernière présidentielle française.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le comportement électoral d'un groupe social apparenté à une communauté peut avoir une influence sur la tenue d'un scrutin, comme a pu le montrer la dernière présidentielle française.

Atlantico : Lors des élections présidentielles de 2012, 86 % des musulmans ont voté pour François Hollande au second tour selon une enquête de l’Ifop. Quelles sont les différences de comportement électoral que l’on peut constater chez cette catégorie d’électeurs ?

Jérôme Fourquet : Nous avons travaillé avec deux méthodes différentes qui permettent d'appréhender deux catégories de la population qui ne se correspondent qu'imparfaitement. La première analyse a été réalisée à partir d'enquêtes représentant des échantillons importants où est posée la question de l'appartenance religieuse. Cela nous a permis d'avoir une idée précise du vote des individus de confession musulmane. Ce que nous avons trouvé, c'est effectivement un vote massif en faveur de la gauche et du PS en particulier aux élections présidentielles de 2012. La deuxième méthode a quant à elle consisté à travailler à parti des listes électorales de 7 villes françaises pour réaliser une analyse "écologique", où nous avons identifié la répartition de cet électorat à partir des noms de culture arabo-musulmane, c'est-à-dire issus de l'immigration maghrébine ou d'Afrique subsaharienne. Un travail fastidieux, mais qui nous a permis de corréler l'idée que l'électorat musulman est principalement de gauche.

Si ce lien entre électorat musulman et adhésion à la gauche est manifeste, la comparaison entre les résultats de 2012 et de 2007, lorsque Ségolène Royal représentait le Parti socialiste, permet de voir que ce tropisme a été amplifié par l'idée que Nicolas Sarkozy puisse accéder à nouveau au pouvoir. En effet, cette participation a été à la fois plus engagée à la faveur de François Hollande en 2012, et elle a vu une mobilisation plus forte de cet électorat. Pour autant, cette surmobilisation enregistrée en 2012 ne s'est pas retrouvée aux élections municipales de 2014. On se trouve donc à comparer une élection où un vote est motivé par un sentiment anti-sarko et celle des municipales où le chiffon rouge de Nicolas Sarkozy n'est plus là, avec des années Ayrault-Hollande qui n'ont pas convaincu, et qui fait que l'électorat musulman s'est plus abstenu encore que l'électorat de gauche dans son ensemble.

Le "chiffon rouge" du Front National n'avait donc pas aussi bien fonctionné que le "chiffon rouge" Nicolas Sarkozy ?

Pour que le chiffon rouge fasse son effet, il faut que la menace soit réelle, qu'il y ait une probabilité importante que la personnalité ressentie comme menaçante arrive au pouvoir. En 2012, il n'était pas impossible que Nicolas Sarkozy l'emporte.

Autre observation intéressante avec les élections municipales de 2014 à Perpignan : si dans les 6 autres villes que nous avons étudiées, on observe une corrélation très positive entre la propension du vote musulman et le vote à gauche, Perpignan a vu la corrélation inverse. En effet, dans cette ville, l'électorat d'origine arabo-musulmane a préféré voter pour Jean-Marc Pujol, soit le candidat UMP (et pourtant plutôt du courant de la droite forte) plutôt que de voir Louis Alliot, arrivé en tête du premier tour, remporter la ville. On peut donc dire que dans ce cas le vote d'origine arabo-musulmane a voulu faire barrage avec le candidat qui avait le plus de chances de l'emporter contre le candidat le plus "menaçant".

Quelles sont les spécificités de l'électorat musulman ? Quelles sont ses attentes, comment voit-il le monde ? Dans quelle mesure est-il homogène ?

Ce que nous avons pu montrer, c'est aussi qu'il faut prendre de la distance avec l'idée que François Hollande ait pu "perdre" l'électorat musulman à cause du mariage homosexuel et pour cause de tendance conservatrice. Oui, cet électorat musulman s'est encore plus massivement abstenu que le reste de l'électorat de gauche suite au Mariage pour tous. Oui il y a eu un décrochage très clair. Mais est-ce à cause de la connotation "progressiste" du mariage pour tous ? Cela a probablement pu jouer, mais seulement pour la frange très religieuse, minoritaire dans l'électorat arabo-musulman. Lorsque, nous sommes allés nous entretenir avec des personnes présentant les caractéristiques de provenances d'Afrique du Nord dans plusieurs villes de France, ces derniers nous ont d'abord parlé de l'absence de résultats sur le front économique et social, de leurs conditions de vie, des problèmes d'insécurité, de l'accès aux services publics, de leur pouvoir d'achat, de l'emploi... Et c'est surtout cela que l'électorat arabo-musulman n'a pas plébiscité, c'est que le gouvernement ait pu en faire sa priorité. Ces attentes peuvent sembler classiques, en tout cas elles sont cohérentes avec les attentes des Français en général. Mais elles le sont moins du point de vue de leur intensité car l'électorat musulman vit dans des conditions sensiblement moins bonnes que la moyenne de la population française, il attendait donc plus de rupture que les autres.

Pour le reste, les modes de raisonnement de cet électorat sont identiques à ceux du reste de la population : ils ont un travail, payent des impôts, ont un point de vue sur l'insécurité… Et le fait d'appartenir aux classes moyennes ou d'être chef d'entreprise fait varier de manière importante les solutions à apporter. Mais ils ont aussi une caractéristique : celle d'être issus de l'immigration arabo-musulmane. Ce qui fait que sur certains sujets ils peuvent se distinguer du reste de la population. Par exemple, sur le rapport au Front national. Pour de nombreuses personnes, le terme quartier populaire est une manière chic de parler des banlieues. Elle représente un quartier où réside un nombre important de personnes de confession ou d’origine musulmane. A ces endroits, le font national réalise des scores très faibles. A l’inverse, si vous prenez un quartier populaire dont les résidents sont majoritairement des ouvriers ou employés, selon qu’ils soient ou non issus de l’immigration, la proportion à voter FN n’a rien à voir. La variable ethnique ou la trajectoire familiale jouent un rôle extrêmement puissant dans les comportements électoraux au sein d’une même classe sociale.

Aujourd'hui, l'électorat semble davantage s'abstenir que de plébisciter un autre parti comme il l'avait fait en 2012. Quelles formations politiques semblent les plus favorisées pour convaincre cet électorat ?

La gauche a perdu beaucoup de terrain, mais elle reste malgré tout l'idéologie dominante. Cependant, il y a toujours eu une partie de cet électorat qui n’était pas de gauche. Rappelons-nous qu’au deuxième tour des élections présidentielles de 2012, 15% des individus d'origine arabo-musulmane ont voté pour Nicolas Sarkozy. Il y en a au moins la même proportion qui a voté pour François Hollande... Mais dans l’idée de voter contre Nicolas Sarkozy. Ce dernier électorat, modéré, pourrait être attiré par un message centriste. Cette catégorie peut être en partie composée par des Français issus d’une immigration de 2 ou 3ème générations, cadres moyens vivant dans des zones pavillonnaires, ou bien des indépendants qui travaillent à leur compte, des petits chefs d’entreprise. Leur situation sociale ne les pousse pas forcement à voter à gauche. Pour autant, ils se sont rabattus sur la gauche parce que les discours sur l’immigration et l’identité portés par Nicolas Sarkozy les a heurté.

Lors de l’élection présidentielle de 2007, rappelons là encore que François Bayrou avait fait des scores tout à fait intéressants dans cet électorat. Pourtant c’était le candidat à l’époque qui était le plus marqué religieusement et qui incarnait l’héritage de la démocratie chrétienne. Or, il a fait un score non négligeable parmi les musulmans parce qu’il avait un discours humaniste et modéré, qui n’était pas de gauche et en même temps n’était pas non plus celui de la droite parfois dure. Je pense qu’il y a un espace possible pour des messages de ce type dans l'électorat arabo-musulman.

En outre, le réflexe automatique du vote à gauche s’est fortement atténué depuis le début du quinquennat. Sur un discours raisonnable et responsable, certains peuvent voter autre chose que le candidat socialiste qui les a beaucoup déçus. Ils ont envie de trouver autre chose, de là à chercher une alternance radicale ? Par exemple, la déclaration de Nicolas Sarkozy à quelques jours du vote départemental sur les menus Hallal dans les cantines n’est pas de nature à engager des ralliements. Certes, les musulmans peuvent avoir une critique de la politique actuelle et défendre un certain nombre de valeurs, sans avoir des débordements sur l’aspect identité et religieux, c’est pourquoi un candidat qui fait une sortie d’alchimie entre tout cela pour rencontrer un écho.  Effectivement, Alain Juppé qui tient un discours sur l’identité heureuse, la chance qu’a pu représenter l’arrivée de populations différentes sur notre territoire en matière de métissage et d’apport culturel peut trouver des points d’appui. Nous constatons dans notre travail que dans un bon nombre de villes, les candidats de droite ont fait parfois plus de voix que Nicolas Sarkozy avait fait en 2012. Une partie de l’électorat peut voter pour un programme de droite. La gauche revendique 80% de votants issus d’origine musulmane, sauf que dans les faits, 15 voire 20% sont de centre droit. En outre, beaucoup ont un rapport distendu à la politique et ont voté l’opposé de ce qui était l’image de Nicolas Sarkozy. Les politiques de gauche ont donc cru que leur électorat musulman était gagné, mais c’est faux. Il n’y a pas de clientèle électorale bien fixée.

Et quel rapport est entretenu entre l'électorat musulman et le FN ? On se souvient du tollé suscité par la victoire du FN dans le 7ème secteur de Marseille, un quartier concentrant pourtant de fortes minorités issues de l'immigration maghrébine aux dernières élections municipales...

Le 13 et 14 ème arrondissement, constituant le 7ème secteur de Marseille est un vaste territoire. Le Front national a certes gagné, mais en triangulaire : il n’a pas fait 50% des voix. Lorsqu’on regarde dans le détail, on se rend compte que les bureaux de vote où le FN a fait de meilleurs scores sont ceux qui rassemblent le plus faible taux de personnes au prénom arabo-musulman. Les chiffres nous montrent qu’il est probable qu’une partie de cet électorat-là ait pu voter pour le front national, mais qu’il reste minoritaire et n’est pas la loi générale. Cette dernière invitait d’ailleurs à voter contre le FN.

Les entretiens que nous avons menés là-bas sont intéressants. Ils révèlent que dans les discours, une partie tient des propos extrêmement fermes et durs, comme pourrait en tenir un électeur FN lambda. Il y a malgré tout une force de rappel très importante, comme certains le disent "pour eux on restera toujours des Français de papier". Il y a toujours ce problème qui fait qu’un verrou reste solidement installé et évite le basculement plus large d’une part conséquente de cet électorat vers le FN. Un basculement qui serait possible, du fait de leur exposition à la délinquance, à l’insécurité, et aux problèmes liés à une trop forte concentration de personnes issues de l’immigration dans le même quartier. On se rappelle par exemple dans les quartiers nord de Marseille que des riverains d’un camp de Roms installés illégalement au pied de HLM avaient été mettre le feu au camp. Parmi les agresseurs, il y avait beaucoup de personnes d’issues d’immigration d’origine maghrébine. La question de l’immigration maghrébine et de l’islam constitue un des discours récurrents du FN, il est donc difficile de pouvoir capter massivement cet électorat aujourd’hui.

Qu'avez-vous pu observer lors des élections régionales ?

Pendant la campagne, certains médias se sont fait l’écho de la volonté du Front national de s’adresser et de se rapprocher de l’électorat issu de l’immigration. Wallerand de Saint-Just fit éditer 600 000 tracts sous la forme d’un magazine fait sur mesure qui fut distribué aux habitants des zones dites sensibles. Comme le relevait le Parisien, ce document comportait un encart spécifique à l’adresse de la communauté musulmane au titre évocateur : "Musulman peut-être, mais Français d’abord" et des opérations et actions militantes furent organisées en banlieue avec notamment le collage d’une affiche ciblée. Nous avions montré sur la base des scrutins présidentiel et municipal que la population issue de l’immigration était très réfractaire au vote Front national. A partir d’une analyse par bureaux de vote, il apparaissait ainsi que plus la proportion de prénoms d’origine musulmane était importante dans un bureau de vote et plus le vote Front national était faible. Pour ce scrutin régional, nous avons eu de nouveau recours à cette méthode d’analyse que nous avons appliquée à plusieurs communes tests que sont Aulnay-sous-Bois, Bobigny, Melun et Sarcelles. Dans ces quatre communes, il ressort une nouvelle fois, que les bureaux de vote à plus forte proportion de prénoms arabo-musulmans sur leurs listes électorales sont ceux précisément où le Front national a enregistré ses moins bons scores à l’échelle de la ville. Ainsi à Aulnay-sous-Bois, la liste de Wallerand de Saint-Just a obtenu au premier tour 21,7 % mais seulement 8,4 % en moyenne dans les sept bureaux comptant 50 % ou plus de prénoms d’origine musulmane. A Bobigny, pour une moyenne municipale de 17,9 %, le score n’est que de 14,3 % dans les quatre bureaux comprenant plus de 27 % de prénoms musulmans et à Melun, le Front national atteint seulement 9,3 % dans les deux bureaux à plus fort taux de prénoms arabo-musulmans (plus de 35 % de prénoms) pour un résultat moyen de 20,5 % sur l’ensemble de la ville. Enfin, à Sarcelles, le score moyen du FN atteint 20,5 % des exprimés contre seulement 9,3 % dans les deux bureaux de vote à plus de 35 % de prénoms musulmans.

Dans l'hypothèse d'un face-à-face entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, il y aurait donc de fortes chances pour que la population arabo-musulmane se mobilise fortement en faveur de l'ancien ministre de l'Economie… Que représente concrètement cet électorat ? Les choix que ces électeurs feront pourraient-ils être déterminants ?

L'électorat qui se déclare de confession musulmane représente 4 à 5 % du corps électoral et dans un scrutin très serré comme 2012, sa mobilisation massive contre Nicolas Sarkozy a contribué de manière significative à la victoire de François Hollande. Si l'on se base sur les résultats actuels pour le second tour, le rapport de forces serait beaucoup plus déséquilibré qu'à l'époque, avec un Emmanuel Macron autour de 60% et une Marine Le Pen autour de 40%. Comme on l'a vu aux régionales en Paca, la perspective d'une accession au pouvoir du FN peut agir comme un puissant stimulant pour mobiliser au second tour un électorat musulman plus abstentionniste que la moyenne au premier tour. Ainsi, la participation entre les deux tours grimpa sensiblement dans les quartiers nord de Marseille et le très droitier Christian Estrosi y obtint des scores impressionnants. L'électorat des arrondissements du nord de Marseille n'avait pas subitement basculé à droite, il s'était mobilisé pour barrer la route à Marion Maréchal Le Pen. Un habitant de ces quartiers, issu de l'immigration, l'avait résumé d'une formule "Ici, on va voter que quand ca chauffe vraiment".

 

la perspective d'une victoire de Marine Le Pen sera sans doute de nature à susciter un même réflexe en faveur d'Emmanuel Macron au second tour (sachant qu'une partie de l'électorat issu de l'immigration optera pour lui dès le premier tour notamment suite à ses propos sur la place de l'islam dans la société française ou la période coloniale en Algérie) mais compte-tenu du rapport de forces actuellement attendu pour un second tour de ce type, cette mobilisation particulière ne sera pas déterminante mais contribuera à conforter l'avance du candidat d'En Marche! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 31/03/2017 - 06:28
Communautarisme
en effet, plus dangereux qu'un retour à la souveraineté, il faudrait des précisions sur les idées de Fillon concernant l'Europe évidemment immigrationniste et communautarisme, veut il vraiment la réformer ? et le peut il ? Entre deux maux il faut toujours choisir le moindre . L'Europe actuelle est ce qui est le plus grand danger .Il faut se dire aussi que les Anglais ont toujours été plus malins que nous ....
Jardinier
- 30/03/2017 - 21:22
Le communautarisme en marche est quand meme
Autrement plus dangereux à mes yeux que le "terrible" retour à la souveraineté national (la norme, en fait). Je ne crois pas que Fillon agirait de manière convaincante. Il l'a dit, 10 000 c'est pas assez d'un point de vue économique. En plus il se défile sur les parlementaires sur son histoire de quotas, et vu une bonne partie d'entre eux, et en particulier l'UDI dont on vient de voir le courage en action, il y a peu de chance qu'il change quelque chose. En plus, on ne peut pas être européiste et opposé à l'immigration, puisque la doctrine c'est la mise des hommes en concurrence. Mais même si admettons on lui fait crédit, il ne pourra malheureusement probablement pas défendre ses chances. Alors il faudra choisir entre deux dangers. L'un financier (et exagéré), l'autre mortel.
Anguerrand
- 30/03/2017 - 16:18
MLP contre l'islam ?
J'en doute pour 2 raison, 10% des musulmans votent pour elle, comme pour la gauche Mélenchon ( même programme " mmmSocial" et MLP qui affirme que l'islam est compatible avec la république . Ses discours ? Elle se dit anti immigration en embauchant 6.000 douaniers....pour environ 4000 frontières principales ( 400 rien qu'avec la Belgique) . Alors raisonnons un peu, une douane c'est 3 /4 douaniers minimum par douane mais 25/24 heures et 365 jours par ans c'est à dire en tenant compte des 35 heures, des congés , des rattrapages, des maladies, soit au moins 12 douaniers par petites douanes. Soit moins de 500 frontières gardées. Sans compter les rues à cheval sur 2 pays non gardées les chemins de contrebandiers. Donc en raisonnant simplement on peut aisément se rendre compte que MLP ment impunement. Aucun pays n'a pu fermer totalement ses frontières, même la Corée du Nord ! Un mur mais il y a des souterrains ou dés grappins.