En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

06.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 10 heures 16 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 14 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 16 heures 11 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 18 heures 43 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 20 heures 46 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 21 heures 14 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 21 heures 58 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 11 heures 16 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 17 heures 40 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 20 heures 39 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 21 heures 6 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 21 heures 51 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 22 heures 10 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 22 heures 24 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 22 heures 42 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Rhétorico-laser

De la "sécu" au "49-3" : François Fillon et Manuel Valls pris au piège mortifère de la contradiction

Publié le 19 décembre 2016
La semaine écoulée aura vu deux des grands noms de la course présidentielle mis en difficulté par leurs propres revirements. Gare aux effets délétères et durables sur leur crédibilité !
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La semaine écoulée aura vu deux des grands noms de la course présidentielle mis en difficulté par leurs propres revirements. Gare aux effets délétères et durables sur leur crédibilité !

Sans doute la situation des deux hommes et le sujet de la controverse sont-ils fort différents : Manuel Valls n’en est qu’au début d’une primaire fort incertaine pour lui, alors que F. Fillon est sorti grand vainqueur de la sienne. Le premier a anticipé la reprise d’une attaque sur son exercice du pouvoir, alors que le second a réagi à une polémique qui gonflait de jour en jour sur la distinction entre "grands" et "petits" risques en matière de santé. 

 

Il reste que les calculs politiques sont finalement assez proches dans les deux cas : pour le candidat à la primaire de la gauche, désamorcer la coalition montante du "Tout sauf Valls" qui aurait pu aisément prendre pour mot d’ordre "A bas Monsieur 49-3 !" ; pour François Fillon rassurer la droite juppéiste tout juste ralliée et surtout un électorat (même à droite) attaché au totem de la "Sécu".

Mais le succès d’un tel calcul est tout sauf assuré et pour la même raison dans les deux cas : la contradiction avec leurs positions précédentes met en péril leur CREDIBILITE, sans laquelle aucun discours de leur part ne peut être reçu.

 

Certes, Manuel Valls a eu l’habileté de ne pas cacher son revirement, instruit, a-t-il dit, par son expérience de Premier ministre qui y a eu tant recours. Mais ce renversement de l’argument pousse le paradoxe un peu trop loin. F. Fillon, lui, n’a pas voulu reconnaître son changement de cap et, de "malentendus" en "précisions" et autres "approfondissements", les éléments de langage ont déferlé dans les médias.   

Or, nier l’évidence de ce revirement -attestée par la suppression de la mesure controversée sur son site – non seulement ne sera pas efficace mais ajoutera à la confusion et à la polémique. Quitte à changer de position, il valait mieux le reconnaître d’emblée et mettre le sujet derrière soi. Il y avait bien des façons de le dire, surtout quand on est un aussi fin rhéteur que F. Fillon. Il vient encore de le prouver dans sa tribune du Figaro sur la question. Mais justement : cette tribune montre qu’il avait toutes les raisons et toutes les armes pour justifier la proposition attaquée, quitte à la conditionner à l’audit annoncé des comptes sociaux. Ceux-ci sont en effet bien loin de "l’équilibre" proclamé par la langue de bois socialiste et repris en chœur par trop de médias complaisants : 6,9 milliards d’euros de déficit prévus pour 2016 et plus de 10 milliards l’an prochain. Pourquoi la droite ne martèle donc pas ces chiffres au lieu de se perdre en circonvolutions rhétoriques ? En reculant trop vite, François Fillon ouvre la boîte de Pandore : la suppression de 500.000 postes d’agents publics est déjà sur la sellette en attendant les 100 milliards d’économie budgétaire, la dégressivité des allocations chômage etc. Nul doute que les adversaires (voire certains "amis") vont dérouler toute la pelote. 

 

La réaction de l’opinion (sondage JDD) est sans surprise : même si 72% des Français approuvent le recul sur la Sécu, la crainte devant la "radicalité" du programme Fillon reste presqu’aussi élevée qu’auparavant (-2 points), tandis que la croyance dans sa capacité à réformer le pays subit une érosion significative ( -9 points). C’est ce qui s’appelle perdre sur les deux tableaux.

Mais Manuel Valls commet une erreur au moins aussi grande en minant sa réputation d’homme d’autorité, symbolisé par l‘usage du 49-3 contre l’agitation irresponsable des Frondeurs. De plus, sur le fond, cette suppression est une mauvaise idée qui rendra le pays encore moins gouvernable. Enfin, sur le plan stratégique, en se posant dès avant le premier tour de la primaire comme "le rassembleur" des socialistes, il se trompe de scrutin, exactement comme l’avait fait à droite Alain Juppé. D’autant plus qu’à la différence de ce dernier, Manuel Valls n’a ni l’image ni le caractère d’un "rassembleur-de la famille" et c’est justement cela qui a fait sa fortune politique. En adoptant cette posture à contre-emploi, c’est cette fois l’erreur de Nicolas Sarkozy qu’il reproduit.

Au fond, les deux candidats ont oublié deux règles fondamentales de la rhétorique politique :

1/ le discours tenu doit être en adéquation absolue avec la personnalité et les valeurs de l’orateur, son ethos comme disait Aristote.  

2/ le vrai "rassemblement" s’opère par le ralliement de l’électorat sur une thèse claire et une solution crédible, non pas sur le plus petit commun dénominateur de l’opinion.

Règles qui doivent inviter les deux hommes à méditer sérieusement cet épisode et non à le réduire, comme le voudraient les communicants, aux péripéties d’une "séquence" qui, fêtes aidant, serait vite oubliée. L’histoire politique française est pleine de ces "séquences" qui ne veulent pas cesser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 20/12/2016 - 14:17
Fr. FILLON
Il est clair que tous les prétextes seront bons pour déformer toute explication ou précision sur tel ou tel point de son programme en contradiction ou omission. La mauvaise foi n'a jamais de limite en politique.

Je vois n'être pas le seul à être excédé de la grossièreté sans limites de Ganesha, et prie le/les modérateurs de nous épargner ses insanités. Je sais, il va hurler à la censure, alors que ce n'est qu'épargner ses insanités aux lecteurs, c'est peut être d'ailleurs son but pour aller pleurer auprès de Libé ou de l'Obs qui en rajouteront
Eolian
- 20/12/2016 - 12:44
Toujours aussi élégant
Toujours aussi élégant Ganesha!!!!!!
Ganesha
- 20/12/2016 - 05:14
Francois Fillon !
Francois Fillon ! Cet homme n'a aucune opinion, aucune volonté, sur aucun sujet ! Il n'est qu'une carpette, un majordome obséquieux, entièrement dévoué au service de m. Gattaz et du club Bilderberg ! Élisez-le et vous passerez ensuite cinq ans à vous lamenter !