En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

06.

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 55 min 16 sec
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 15 heures 19 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 17 heures 9 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 20 heures 53 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 21 heures 47 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 23 heures 7 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 4 heures 19 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 16 heures 8 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 20 heures 12 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 21 heures 28 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 22 heures 24 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 1 jour 15 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 1 jour 2 heures
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Politico Scanner Juppé Fillon
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Politico Scanner Juppé Fillon
Politico Scanner

Entre la droite version Juppé et celle version Fillon, combien de divisions ?

Publié le 23 novembre 2016
Le conflit qui se joue entre François Fillon et Alain Juppé oppose deux conceptions de la droite, avec d'un côté une vision conservatrice et de l'autre une davantage "ouverte" sur les questions de moeurs. Cette dernière a souvent été jugée soumise à l'hégémonie culturelle de la gauche, à qui elle ferait sans cesse des concessions.
Vincent Martigny
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Martigny est Maître de conférences en science politique à l’Ecole Polytechnique. Docteur en science politique de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (2012), il est aussi titulaire d’un Master en Pensée politique (MPhil.) de l’Université de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le conflit qui se joue entre François Fillon et Alain Juppé oppose deux conceptions de la droite, avec d'un côté une vision conservatrice et de l'autre une davantage "ouverte" sur les questions de moeurs. Cette dernière a souvent été jugée soumise à l'hégémonie culturelle de la gauche, à qui elle ferait sans cesse des concessions.

Atlantico : Depuis le début de la campagne du second tour de la primaire de la droite, et tout particulièrement ce mardi 22 novembre au micro d'Europe 1, Alain Juppé a cherché à décrédibiliser son adversaire en invoquant pour se faire son caractère "conservateur", "traditionaliste".  Quelle est l'ampleur de la fracture entre les deux droites qu'incarnent respectivement François Fillon et Alain Juppé ?

Vincent Martigny : Je pense qu'il faut prendre au sérieux cette fracture qu'on ne saurait limiter à une posture électoraliste. Ce qui se joue n'est pas seulement une bataille entre deux hommes, mais entre deux deux droites. L'une est partisane d'un aggiornamento centriste sur la question des valeurs et se situe dans la ligne du RPR des années 90 et de la présidence de Jacques Chirac. Elle postule que des positions dures sur l'identité nationale ou l'affirmation d'un catholicisme identitaire mettent en danger la droite sur le plan moral en la faisant sortir d'une certaine modération, mais aussi sur le plan électoral car elles prennent le risque de radicaliser l'opinion qui pourraient dans cette surenchère, juger que seul le Front national est à même de mettre en oeuvre un programme identitaire et conservateur. Elle souhaite tourner la page ouverte par Nicolas Sarkozy voici plus de dix ans. C'est la droite qui soutient Alain Juppé. 

L'autre droite est le produit de certains courants des années 1980 qui considère que le combat culturel pour la réaffirmation d'une "vraie" droite, conservatrice, traditionaliste, sur le plan moral, est la clé pour renverser durablement la domination morale de la gauche et assurer une large victoire politique. Elle a aussi beaucoup observé le succès de la buissonisation de la droite sous Sarkozy, du nom de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson, mais elle ne goûtait pas forcément ce qu'il lui paraissait comme une forme de vulgarité dans le style qui ne correspond pas à sa conception du monde. Elle applique in vivo la théorie de l'hégémonie du marxiste Antonio Gramsci, selon lesquelles vous ne pouvez remporter de victoires politiques durables que si vos idées sont profondément ancrées et acceptées dans l'opinion. Cette droite identitaire, catholique, traditionaliste, prolonge le mouvement en faveur de la "droite décomplexée" qui avait été lancé par Nicolas Sarkozy mais a lâché son ancien champion et se porte aujourd'hui sur François Fillon.

A quel point ce conflit divise-t-il au sein du parti, d'une part, mais surtout  chez les électeurs de droite ?

La ligne de fracture dans la parti est importante, mais il ne faut pas sous-estimer ceux qui chez les Républicains, considèrent que la question identitaire n'est pas la plus importante, ni la seule question à poser, ou ceux qui n'arrivent pas encore à se positionner. Cette position attentiste est forte chez les cadres du parti. Et puis un autre débat divise aussi la droite sur l'intensité du choc libéral à mettre en œuvre pour sortir l'économie française de l'ornière et sur la crédibilité. On ne saurait tout observer à l'aune de la question identitaire et des valeurs. L'électorat est lui-même divisé entre modérés et ceux qui souhaitent un changement radicale de société. 

Plusieurs observateurs politiques estiment qu'Alain Juppé, en exigeant de François Fillon qu'il "clarifie ses positions" sur l'avortement, aurait méprisé cette frange de la France – et particulièrement de la droite – traditionaliste et conservatrice. Que sait-on aujourd'hui des rapports de forces entre une droite ouverte, dans l'héritage de celle de Jacques Chirac, et celle plus conservatrice de François Fillon ? Comment se dessinent-ils, à défaut de chiffrage précis ?

Attention à ne pas sous-estimer les effets de mobilisation de la primaire. 44% d'électeurs de la primaire qui votent pour Fillon, cela ne veut pas forcément dire 44% d'électeurs de droite qui le feront à la prochaine élection car certains groupes, et vraisemblablement ceux issus de la "Manif pour tous", se sont fortement mobilisés. Ces groupes représentent une partie de l'opinion de droite mais pas la majorité. Une grande partie de l'électorat de droite veut juste sortir de la guerre des chefs qui déchire la droite depuis 2012, et de la crise idéologique qui fait qu'elle ne sait pas forcément comment proposer une alternative crédible à la gauche. Elle cherche un candidat dont le style, la moralité personnelle, et les convictions, vont être en phase avec leur conception de la droite et de l'Etat du pays, quelqu'un qui va pouvoir "dire la France" d'une manière qui pourra les convaincre, sans outrance mais avec fermeté. 

Que risque Alain Juppé, s'il en venait à mésestimer l'importance de tels courants au sein de sa famille politique ?

Alain Juppé n'a rien à perdre car il sait que ces courants les plus conservateurs ne voteront de toute manière pas pour lui. Il n'a pas besoin de s'adresser à eux mais plutôt d'aller chercher un autre électorat plus modéré, éventuellement dans les rangs du centre et de la gauche, qui sont effrayés et révulsés par le conservatisme traditionaliste des identitaires autour de François Fillon, et qu'incarne notamment le mouvement Sens commun. Il n'a donc rien à perdre mais tout à tenter car il est en très mauvaise posture pour ce second tour. En politique, on ne rattrape pas facilement un écart de près de 18 points lorsqu'on a peu d'électeurs en réserve, surtout quand son adversaire a en réserve potentielle les électeurs de Nicolas Sarkozy qui sont plus proches de lui que d'Alain Juppé. Pour Alain Juppé, il faut démontrer que l'électorat ne perçoit pas bien la radicalité de M. Fillon et ne comprend pas qui il est vraiment. Si M. Juppé ne réussit pas à décourager certains électeurs qui se sont portés sur François Fillon au 1er tour, et à attirer à sa rescousse des électeurs qui n'ont pas voté pour lui dimanche dernier, il n'a aucune chance de l'emporter dimanche prochain. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 27/11/2016 - 14:14
VA VOTER!
QUAND TU METS LA TÊTE DANS LE SABLE,
N’OUBLIE PAS QUE TON CUL RESTE DEHORS!

Votez à toutes les primaires ouvertes.
Les unes pour protéger du pire et les autres par conviction.
Aucun bulletin n’est accepté après 19h00.
Allez-y bien avant pour éviter les files.
bd
- 27/11/2016 - 14:14
NON, ce n'est pas Blanc-bonnet-Bonnet-blanc
Il existe des différences qui valent le déplacement dimanche.
Ceux qui prétendent le contraire manipulent.

François Fillon est plus proche du centre de gravité de la droite tandis qu'Alain Juppé est plus proche du centre de gravité politique de la France.
C'est la raison pour laquelle il vaut mieux soutenir Alain Juppé pour éviter que les débats ne polarisent trop fortement cette présidentielle vers la droite.
En outre, vu son âge, Juppé ne fera probablement qu’un seul mandat.
Si le centre de gravité des débats se recentre, c'est meilleur pour la gauche qui sera plus à l'aise sur son terrain.
Les électeurs préfèrent toujours l'original à la copie.
Le centre-gauche doit se déplacer en masse ce dimanche aux urnes du second tour de la primaire de centre-droite.
Les sondages sont favorables à Fillon mais on connait désormais leur volatilité.
Une nouvelle surprise est possible si le centre se mobilise vraiment.
… Et vive les primaires à deux tours: Elles permettent d’éviter le pire et de rapprocher le citoyen et l’élu.
Anouman
- 23/11/2016 - 18:10
Droite
Deux, trois, quatre ou plus? On s'en fiche car "droite" (comme gauche) ne signifie rien. Il serait bon qu'une fois pour toutes on fasse une appellation contrôlée comme pour les vins. L'appellation ne garantit pas que le vin n'est pas bouchonné mais on sait un peu à quoi s'attendre.