En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 6 heures 34 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 8 heures 53 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 11 heures 14 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 11 heures 43 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 14 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 14 heures 45 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 15 heures 3 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 10 heures 52 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 11 heures 32 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 12 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 13 heures 21 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 14 heures 1 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 14 heures 30 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 15 heures 29 min
© Thomas SAMSON / AFP
Macron rhétorico-laser
© Thomas SAMSON / AFP
Macron rhétorico-laser
Rhétorico-laser

Macron candidat : comment "trop de com'" pourrait compromettre une réelle opportunité politique

Publié le 22 novembre 2016
Malgré son très bon timing et l’espace ouvert au centre par la primaire de la droite, la déclaration de candidature d’Emmanuel Macron a souffert de trop de (mauvaise) com' et de trop peu de (bonne) rhétorique.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré son très bon timing et l’espace ouvert au centre par la primaire de la droite, la déclaration de candidature d’Emmanuel Macron a souffert de trop de (mauvaise) com' et de trop peu de (bonne) rhétorique.

Les atouts d’Emmanuel Macron ne sont pas minces : jeunesse, charme certain (plutôt que charisme) et surtout courage d’une démission et d’une candidature sans attendre la permission et encore moins la propre annonce du "Père". Et sans que cela ne lui nuise, car Emmanuel Macron, quoi qu’on en dise, n’est pas Brutus pour la bonne raison que César-Hollande est déjà mort (politiquement). Quant à son espace politique, il s’est largement ouvert avec la perspective d’une défaite probable d’Alain Juppé à la primaire de la droite. Face à un François Fillon, clairement (et cette clarté aura été sa force dans la primaire) positionné à droite, tant sur le plan économique que sociétal, Emmanuel Macron pourrait rassembler une gauche modérée et un centre en déshérence.  

Son habileté n’est pas davantage en cause : le timing de son annonce est excellent, prenant de court Valls et Hollande et perturbant sans doute la primaire de la droite, en rendant moins pressant pour le centre gauche un vote pour Juppé.

Son discours de Bobigny, très proche de la longueur idéale des "TED talks" à l’américaine (18 minutes), ne manque pas non plus de qualités rhétoriques et la double patte d’une ancien khâgneux et d’une épouse professeur de lettres se voient à chaque ligne : structure claire, usage du rythme ternaire, vocabulaire relevé.

Peut-être un peu trop relevé d’ailleurs pour un homme "anti-système". Voire ambigu, comme ce choix d’un centre d’apprentissage pour faire son annonce, choix, qui, dit-il, "n’a rien d’innocent"

Rien d’innocent ?  Le mot confine au lapsus lorsque l’on sait que les apprentis en question ont été exclus de la cérémonie. Voilà une bien grosse "erreur de com'" quand on se présente comme le candidat de la jeunesse et de la société civile. Il est vrai que l’adresse à l’auditoire commençait par un passe-partout "Bonjour à toutes et tous, Mesdames et Messieurs". Pas de quoi susciter d’entrée l’enthousiasme.

Pour le reste, ce discours est rempli de généralités et de clichés que tout candidat pourrait reprendre à son compte : appel au "rassemblement", hommage à "l’histoire millénaire" à "la culture" et aux "paysages" français (emprunt à BLM) etc. L’héritage de F. Hollande (et/ou de l'ENA ) reste encore trop présent avec cet éternel balancement entre "liberté" et "protection", "passé" et "avenir" : jusqu'à cette manie du double sujet, typiquement hollandienne : "la solution, elle est en nous".

La thèse centrale est convenue : le divorce entre les Français et le système politique ? Certes, mais qui ne le dit pas ?

Tout comme le message : "rassembler les Français" dans une "révolution démocratique" qui reste bien obscure.

Il manque encore un diagnostic précis et illustré de ce qui "coince" en France. Et un projet clair, identifiant les grands axes de l'action et des soutiens possibles, allant bien au-delà du monde des start-ups et de BFM (la "Bande des Fans de Macron" ?)

Mais surtout l'ensemble a été desservi par une médiocre prestation orale chez un homme visiblement tendu par l'enjeu : pauses au mauvais endroit, accents mal placés, baisse systématique de la voix en fin de phrase et monotonie générale. Tout cela rendait le discours ennuyeux, le pire risque que son auteur puisse courir.

Bref, Emmanuel Macron, excellent "débateur" comme il l'a montré récemment dans une interview d'anthologie avec Mediapart, n'est pas encore un bon orateur.

Pour le devenir, il doit tirer la leçon de l'échec de Bruno Le Maire, avec qui il partage un profil commun, et qui n’est pas parvenu à asseoir sa crédibilité comme l’homme du "Renouveau". Et pour cela, se concentrer sur l’adéquation de son message non seulement à l’auditoire (comme s’en contente la com') mais aussi à sa personnalité authentique (comme le veut la vraie rhétorique depuis Aristote). Jamais Emmanuel Macron ne passera pour l’homme de "l’anti-système". La place est déjà prise par Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Et ce n’est pas grave, comme en témoigne le succès de François Fillon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 22/11/2016 - 11:20
Macron
Aura-t-il le temps de devenir un orateur? Nous aurions bien besoin d'une tête nouvelle dans notre politique nationale, gauche surtout, mais aussi droite.
cloette
- 22/11/2016 - 08:34
Sa com
Est preuve d'un manque total de psychologie !
emem
- 21/11/2016 - 21:34
Le charme ne suffit pas
Au premier tour : Marine Le Pen 30% - Fillon 25% - Le candidat socialiste 15%
Reste 30% pour les autres candidats. Je doute fort que Macron fasse plus de 25%.
Les petites mémés retraitées, qui sont sous son charme, n'iront même pas voter.