En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Rhétorico-laser
"Liberté !" Comment un mot abandonné par la droite comme par la gauche a été repris par Trump et Marine Le Pen en passant par les "Brexiters" et Mélenchon
Publié le 14 novembre 2016
Dans la floraison de commentaires, d’ailleurs contradictoires, suscités en France par la victoire de Trump aux Etats Unis, un fait majeur est passé inaperçu : l’importance du mot "liberté" dans la campagne de Trump.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la floraison de commentaires, d’ailleurs contradictoires, suscités en France par la victoire de Trump aux Etats Unis, un fait majeur est passé inaperçu : l’importance du mot "liberté" dans la campagne de Trump.

Thème central des affiches électorales, la manifestation la plus spectaculaire (et la plus délirante pour des yeux français) de cet appel à la liberté a été l’hymne composé par Jeff Popick et chanté par les "USA freedom kids", sorte de mini-majorettes, à la gloire de Trump : "Lorsque la liberté sonne à ta porte, répond à l'appel !" 

En écho, le message de félicitations de Marine Le Pen a salué le choix du "peuple américain, libre". Comme elle avait salué "une victoire de la liberté" après le Brexit. Qui lui-même s’était fait au nom de la défense de la "liberté britannique". Et c’est encore dans la célébration de cette "liberté" que Trump vient de recevoir son premier (!) visiteur étranger, le chef des Brexiters, Nigel Farage. Enfin, lorsque l’on songe que le nouveau groupe populiste au Parlement européen s’appelle le "Mouvement pour l’Europe des nations et des libertés", on se dit que la boucle est bouclée... 

Mais allons un peu plus loin : s’il fallait encore se convaincre des convergences idéologiques entre Le Front national et le Front de gauche, l’on remarquera que le mot "liberté" est également au cœur du discours de Jean-Luc Mélenchon, comme le dit bien son appel à la "France insoumise". 

Ceci dit, il y a insoumission et insoumission, liberté et liberté : si tous les populistes sont souverainistes, la "freedom" américaine est fondamentalement hostile au pouvoir central, alors que la "liberté" selon Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon adore l’Etat, dont le renforcement dans tous les domaines est pour eux LA solution. Différence radicale des cultures politiques, entre le fond libertaire de la révolution américaine et la tradition étatiste qui l’a emporté dans la révolution française.  

Il reste que cette nouvelle thématique des populismes devrait faire réfléchir les commentateurs mais aussi les autres partis. Elle signale que ces derniers ont ouvert la voie à cette captation en abandonnant quasiment toute référence à la liberté. 

La gauche non communiste, était pourtant naguère très engagée dans le combat pour la liberté (valeur cruciale de Jaurès à Mitterrand). Elle s’est désormais repliée sur son obsession de l’égalité allant du matraquage fiscal à la dernière réforme du collège. Dans le même temps, le quinquennat qui s’achève aura été l’un des plus liberticides la Ve République : empilement des restrictions à la liberté d’entreprendre, déjà bien mal en point dans notre pays, entre multiplications des normes et des taxes ; attaque frontale contre la liberté individuelle par la loi sur le Renseignement qui va bien au-delà de la lutte indispensable contre le terrorisme, comme vient de le rappeler le Conseil Constitutionnel en matière de surveillance hertzienne ; menaces redoutables pour la liberté d’expression dans la loi "égalité et citoyenneté", avec la répression de toutes les "discriminations", ouvrant la voie à tous les abus.

Mais force est de constater que la droite dite "républicaine" n’est nullement en reste en la matière. En témoigne l’adoption récente par le Sénat des dispositions les plus dangereuses de cette dernière loi, tout comme le vote massif par la "droite républicaine" de la loi Renseignement. 

De même, la rhétorique dominante des candidats à la primaire de la droite ne fait guère place à la liberté, seulement présente dans le programme économique de François Fillon et dans le programme éducatif de Bruno Le Maire. Pour le reste, "Autorité", "sécurité" et "identité" semblent être devenus son nouveau triptyque de référence. Que Marine Le Pen mette désormais en avant son "souci de la France libre" en dit long sur sa tentative de captation de l’héritage gaullien…

Rappelons donc aux partis qui se réclament de la République, que la devise de celle-ci est "liberté, égalité, fraternité". Rappelons surtout, fait totalement passé sous silence dans le débat politique, que parmi ces trois valeurs, la première emporte la préférence des Français : 43% contre 37% à l’égalité et 20% à la fraternité (sondage IFOP/Opinion/Génération Libre, avril 2016).

De sorte que l’on voudrait avancer ici une hypothèse iconoclaste : le succès croissant des populismes pourrait AUSSI s’expliquer par la défense d’une valeur, bien sûr instrumentalisée et réinterprétée comme toujours dans l’histoire des idées, mais trop négligée par les familles politiques dont elle avait pourtant constitué l’inspiration première. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
07.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 16/11/2016 - 11:11
La liberté C la possibilité d'avoir tord sans que le "tord tue"
Pourquoi égalité et liberté ne s'épousent-ils pas ??? Il parait que nous naissons tous libres et égaux en droit, enfin pas partout !...
Dieu a dit: il y aura des hommes blancs, il y aura des hommes noirs, il y aura des hommes grands, il y aura des hommes petits, il y aura des hommes beaux et il y aura des hommes moches, et tous seront égaux; mais ça sera pas facile...
Mais le plus grand danger de la liberté, c'est qu'elle peut aussi servir à justifier le refus de participer à la solidarité collective.
zouk
- 16/11/2016 - 10:59
Liberté
Le premier mot de notre devise nationale? Il est bien oublié, étouffés que nous sommes par une fiscalité délirante et un arroi de normes régissant dans e moindre détail notre vie, et pas seulement économique. Renseignez vous auprès des agriculteurs, des commerces de détail et des industries alimentaires par exemple.
jurgio
- 15/11/2016 - 18:36
La liberté n'est pas ce qu'on dit
c'est ce qu'on fait ou ne fait pas. La Gauche ne fait plus rien, sinon restreindre les capacités des citoyens. Le fascisme n'est plus très loin.