En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 6 min 37 sec
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 2 heures 36 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 4 heures 28 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 5 heures 3 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 5 heures 49 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 6 heures 56 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 8 heures 58 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 9 heures 33 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 25 min 1 sec
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 3 heures 59 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 4 heures 40 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 5 heures 32 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 6 heures 27 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 8 heures 22 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 9 heures 4 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 9 heures 46 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 10 heures 46 min
© wikipédia
Politico Scanner guerre d'Algérie
© wikipédia
Politico Scanner guerre d'Algérie
Politico Scanner

Guerre d'Algérie, la fin des passions ? Pour la 1ère fois, une (petite) majorité de Français se prononce en faveur d'excuses officielles sur les exactions commises par l'armée française pendant le conflit

Publié le 02 novembre 2016
Selon un sondage IFOP réalisé pour TSA, une majorité de Français se prononce aujourd'hui en faveur d'excuses à l'égard du peuple algérien, pour les exactions commises durant la guerre d'Algérie. La question continue cependant de cliver dans l'opinion et sur la scène politique.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage IFOP réalisé pour TSA, une majorité de Français se prononce aujourd'hui en faveur d'excuses à l'égard du peuple algérien, pour les exactions commises durant la guerre d'Algérie. La question continue cependant de cliver dans l'opinion et sur la scène politique.


(Sondage IFOP pour TSA, cliquer pour agrandir)

On constate que plus de 50 ans après la fin de la guerre d'Algérie, le sujet demeure extrêmement sensible dans l'opinion publique. Le pays est encore littéralement coupé en deux sur la question de l'expression d'une forme de repentance ou d'excuse vis-à-vis des exactions commises par l'armée française sur le théâtre algérien. Récemment, François Hollande s'est rendu à Montreuil-Bellay dans un camp d'internement de gens du voyage. Il s'y est exprimé sur les crimes et les exactions commises par Vichy pendant l'occupation. N'oublions pas non plus le discours de Jacques Chirac au Vélodrome d'Hiver. Tout cela renvoie à la question de la mémoire historique, à celle de la trace laissée par les événements dans les mémoires collectives ainsi qu'à la capacité d'une société et de ses représentants à revenir sur un passé douloureux.

Dans le cas présent, on constate que le pays est très divisé sur l'opportunité que représente ce genre de décision. Il a fallu énormément de temps pour qu'un gouvernement français s'engage dans ce type de commémorations ou de reconnaissance, après la seconde guerre mondiale. Le discours de Jacques Chirac au Vélodrome d'Hiver a lieu en 1995. Celui de François Hollande à Montreuil-Bellay est encore tout récent. Certes, la guerre d'Algérie est terminée depuis désormais un demi-siècle. Elle n'en demeure pas moins plus fraîche que la seconde guerre mondiale dans les esprits. Elle affleure toujours régulièrement dans le débat : les relations franco-algériennes sont toujours un sujet éminemment sensible. Il y a quelques mois elles constituaient d'ailleurs l'objet d'une passe d'arme entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, dans le cadre de la primaire de la droite. Il s'agissait alors de reconsidérer le traitement privilégié des demandes de visa de ressortissants algériens, jusqu'à présent justifiée par l'histoire commune entre nos deux pays. 

Cette mémoire est donc encore très présente. Elle a de nombreuses implications politiques. Rappelons-nous les mesures fortes que voulait Patrick Buisson et qu'il a tenté d'imposer à Nicolas Sarkozy entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2012. Tout cela nous renseigne évidemment sur ce que certains appellent le passé "rétro-colonial". Il est encore très présent dans les esprits et les mémoires collectives.

Quand on regarde dans le détail des résultats, il est tout à fait fascinant de voir à quel point les résultats sont corrélés selon deux variables : d'une part la sensibilité politique et d'autre part l'âge. Cela renvoie à ce que nous évoquions précédemment, avec le rôle du temps qui passe dans la capacité d'un certain nombre de sociétés à faire ou non acte de repentance. On le voit très clairement dans les chiffres détaillés du sondage : les jeunes générations sont aux deux tiers favorables à une telle décision. En revanche, plus on monte en âge, plus on se rapproche des générations qui ont été contemporaines des événements de la guerre d'Algérie, plus l'hostilité est massive. Chez les 65 et plus, on compte deux tiers d'opposés. Le temps doit faire son travail. Petit à petit, alors que les générations se renouvellent, les regards et les jugements sur la question évoluent. Manifestement, plus de cinquante ans après, la société française est toujours très partagée sur la question, au moins en termes générationnels. D'un côté, tous ceux qui ont vécu la situation sont massivement opposés et pensent que les "torts" sont partagés – les exactions étaient courantes des deux côtés. Dans ce cadre-là de nombreux seniors ne sont absolument pas favorables à ce que la France reconnaisse de manière unilatérale une responsabilité particulière. A l'inverse, les générations qui ont suivi sont beaucoup plus ouvertes sur cette question.


(Sondage IFOP pour TSA, cliquer pour agrandir)

On retrouve le même type de clivage, et c'est là que c'est intéressant, en fonction des sensibilités politiques. Cela traduit évidemment que le fait d'avoir été exposé ou non aux événements n'est pas le seul facteur. De manière assez attendue et classique, on constate un clivage gauche-droite très marqué. D'une part on rencontre une gauche très favorable à une action de repentance sur le conflit algérien. La droite, et a fortiori le FN, sont vent debout contre une telle décision. Cela renvoie par exemple à la décision de Robert Ménard de débaptiser la rue 19 mars 1962 pour lui donner le nom de Elie Denoix de Saint-Marc, qui était un officier supérieur de la légion étrangère et qui a participé au putsch d'Alger. Cette mémoire, politiquement, est toujours très chargée d'affect. Et ce, pas uniquement pour le Front National ! Les sympathisants des Républicains sont tout à fait opposés dans des proportions très importantes à de telles initiatives.

Nous évoquions Jacques Chirac et François Hollande tout à l'heure… Clairement il apparaît que de telles décisions, prises par des présidents de la République, engagent le pays tout entier. Ces décisions constituent des événements marquants historiquement, dans la mesure où il s'agit de solder – ou d'essayer, tout du moins – des contentieux. Cependant, ils n'ont pas une importance pour les seuls historiens ou la seule mémoire collective : ils répondent d'une dimension éminemment politique, au sens le plus contemporain du terme. Manifestement, la question algérienne continue d'être un sujet de controverse et d'antagonisme très clair entre la gauche et la droite.


(Sondage IFOP pour TSA, cliquer pour agrandir)

Méthodologie & précisions relatives aux marges d'erreurs

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 02/11/2016 - 18:34
Repentance
Repentez-vous il en restera bien quelque chose... Il n'y a pas lieu de s'excuser pour ce qu'on fait nos ancêtres. Et encore faut-il tenir compte qu'on avait à faire à des terroristes violents.
Le seul point à leur actif c'est qu'on s'est débarrassé de l'Algérie. Si c'était resté français ils auraient pris le pouvoir en France.
Alain Proviste
- 02/11/2016 - 18:17
BEN VOYONS
M. Fourquet nous a habitués à des analyses un peu plus fines sur des sujets un peu moins scabreux il est vrai. Le premier paragraphe de la seconde page confine à l'absurdité : les jeunes générations sont plus favorables tout simplement parce qu'elles se sont plus faites embobiner. "Le temps a fait son travail" affecte ici une neutralité inappropriée, c'est la propagande qui a travaillé. Parmi les segmentations de population dans tous les sens, les différences d'opinions entre les Français de naissance et les naturalisés sont lourdes de sens. La solution est évidente pour se sortir de ce bourbier : proposer à nos amis algériens un échange d'excuses, comme c'est pas demain la veille qu'ils nous en présenteront...
abracadarixelle
- 02/11/2016 - 18:03
Qui doit-on féliciter pour ce nouveau brûlot ?
Un groupe de réflexion de bi en- pensants téléguidés par le PS pour ratisser encore quelques voix pour les élections. Quelle bassesse !