En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

01.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 8 min 2 sec
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 1 heure 17 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 1 heure 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 2 heures 12 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 19 heures 2 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 49 min 7 sec
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 1 heure 12 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 1 heure 47 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 2 heures 12 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 18 heures 30 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 22 heures 7 min
Atlantico Bourse

Deutsche Bank, la fin d’un monde

Publié le 03 octobre 2016
Le cours de Deutsche Bank a atteint des niveaux historiquement bas cette semaine. Depuis juillet 2015 le titre a reculé de 65% et la valeur boursière ne s’élève plus qu’à une quinzaine de milliards d’Euros.
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cours de Deutsche Bank a atteint des niveaux historiquement bas cette semaine. Depuis juillet 2015 le titre a reculé de 65% et la valeur boursière ne s’élève plus qu’à une quinzaine de milliards d’Euros.

La banque allemande est sous surveillance des marchés depuis de longs mois mais la descente aux enfers s’est accélérée depuis l’été. Le traitement infligée à cette banque a été vu à de nombreuses reprises avec des variantes mais la fin de l’histoire est toujours la même : la société va devoir être recapitalisée. Cette expression typique du jargon de spécialiste signifie que le cours de l’action va être fortement ajusté à la baisse. Les variantes autour d’une recapitalisation sont nombreuses et conduisent fréquemment à une redéfinition plus ou moins profonde du périmètre d’activité de la société concernée.

Quelques mots d’histoire pour rappeler comment s’est enclenchée la spirale de défiance pour Deutsche Bank.

1) Juin  : le FMI déclare que Deutsche Bank est le plus important contributeur en termes de risques systémiques dans le secteur bancaire.

2) Juillet : l’agence de notation S&P dégrade les perspectives de la banque

3) Juillet : la banque échoue dans le stress-test aux Etats-Unis, en clair, elle serait en grande difficulté si des événements négatifs se produisaient dans l’économie ou sur les marchés.

4) Août : les ratios de solvabilité de la banque sont proches mais inférieurs aux demandes des régulateurs.

5) Septembre : des rumeurs de mise en place d’un plan de sauvetage, démenties, de la part du gouvernement allemand se multiplient.

6) Fin septembre : clients importants et Hedge Funds clôturent leurs positions avec Deutsche Bank.

Jeudi dernier à New York le cours de Deutsche Bank atteint un plus bas historique et, comme souvent en pareil cas, c’est tout le secteur qui est touché. Le secteur déjà fragilisé par les banques italiennes est de nouveau fortement attaqué.

Pour faire bonne mesure, l’état Américain a déclaré vouloir infliger une amende de 14 Milliards de $ à Deutsche Bank pour l’ensemble de son œuvre au moment des affaires concernant les subprimes dans les années 2007-2008.  Cette amende a probablement été le facteur déterminant pour expliquer la déroute du titre ces derniers temps…l’espoir de voir le montant ramené à 5 Milliards vendredi soir à New-York a provoqué un violent rebond du titre…à confirmer désormais.

Que peut-il se passer maintenant ?

1) Deutsche Bank joue la montre, continue de communiquer en déclarant que la banque est solide, incite ses soutiens en Allemagne à la soutenir et annonce que des mesures stratégiques seront annoncées sous peu ou que les cessions d’actifs du type de celles qui ont eu lieu récemment pour récupérer du capital vont se poursuivre.

Réaction probable du marché : la spéculation peut à tout moment reprendre violemment et rendre la situation intenable pour le management de la banque en l’obligeant à agir dans l’urgence.

2) Deutsche Bank annonce très rapidement un plan complet de sauvegarde passant par des réductions massives de coûts ; réduction crédible des activités de marchés ;  cessions massives d’actifs avec des dates de réalisation, augmentation massive de capital (au moins 4-5 Milliards d’Euros) ; éventuellement entrée au capital d’un acteur bancaire Chinois ou Moyen-Oriental.

Ce scénario serait le plus efficace pour sortir de l’ornière, Deutsche Bank pourrait même récupérer une part de crédibilité perdue ces derniers temps. Sur le plan « culturel », le management actuel ne paraît cependant pas le plus à même de le mettre en œuvre.

3) Le plan ci-dessus est mis en œuvre avec le concours ou sous l’égide de l’Etat Allemand. En particulier, la recapitalisation est en partie assurée par l’Etat Allemand (avec l’argent des contribuables) Les choses deviennent plus crédibles mais les coupes diverses seraient probablement plus rudes encore. Il ne resterait plus grand-chose de la Deutsche Bank actuelle d’ici 2-3 ans.

Ce scénario se heurte néanmoins à 2 écueils majeurs.

Le pilotage de la réduction de voilure des activités de marché de la Deutsche Bank va être très complexe sur le plan opérationnel.

Sauver une banque gérée de manière aussi risquée avec l’argent des contribuables semble actuellement difficile à envisager.

4) Une faillite pure et simple façon « LehmannBrothers » en 2008. La banque n’a ni problème de solvabilité ni problème de liquidité à ce jour. Une faillite paraît donc peu probable et les conséquences de la faillite de Lehmann ont effrayé toutes les parties prenantes à l’époque il est peu probable que l’on aille jusque-là.

La solution la plus probable semble donc un compromis entre le scénario 2) et 3) : les actionnaires, les créanciers et les salariés de la banque seront probablement mis à contribution massivement et vont perdre beaucoup. L’activité et les périmètres d’activités de la banque vont être largement redéfinis. Ceci dit pour le moment, le management de la banque reste fixé sur le scénario 1) et dans ce contexte il faut rester à l’écart du titre en attendant de pouvoir évaluer comment le plan stratégique sera défini. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires