En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 3 min 44 sec
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 48 min 46 sec
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 1 heure 10 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 2 heures 47 sec
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 19 heures 25 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 23 heures 27 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 1 jour 6 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 24 min 32 sec
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 58 min 47 sec
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 19 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 20 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 22 heures 35 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 23 heures 43 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 1 jour 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 1 jour 1 heure
François Hollande de profil ombre Atlantico.f
François Hollande de profil ombre Atlantico.f
Politico scanner

Crise de la sociale-démocratie en Europe, gestion sournoise des conflits internes, ambiguïté des discours et crise des postures à gauche… Quel est véritablement le rôle de François Hollande dans la destruction du PS ?

Publié le 24 août 2016
Divisé, en situation de rupture notamment sur les questions économiques mais également vis à vis de la personnalité de son leader, le PS est aujourd'hui dans une position dangereuse... Qui ne manque évidemment pas de rappeler la crise que connait le socialisme en Europe.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Divisé, en situation de rupture notamment sur les questions économiques mais également vis à vis de la personnalité de son leader, le PS est aujourd'hui dans une position dangereuse... Qui ne manque évidemment pas de rappeler la crise que connait le socialisme en Europe.

Atlantico : Le PS n'a pas, aux yeux de 81% des Français, des dirigeants de qualités. Pour 78% d'entre eux, il s'agit d'un parti loin des préoccupations et seuls 23% de nos concitoyens estiment qu'il a un projet pour la France, d'après un sondage IFOP pour Dimanche Ouest-France (voir ici). Quel est le rôle de François Hollande dans cette impressionnante débandade ? Outre sa politique, à quel point sa personne est-elle responsable de ce désamour profond ?

(Sondage IFOP pour Dimanche Ouest-France. Cliquer pour agrandir)

Bruno Cautrès : Tout d’abord, il faut observer que tous les partis politiques sont aujourd’hui, en France, frappés par l’ampleur des jugements négatifs : dans la vague 7 (décembre 2015) du Baromètre de la confiance politique que nous réalisons au CEVIPOF, seuls…12% des personnes interrogées déclarent faire confiance aux partis politiques ! L’adhésion est en baisse dans presque tous les partis et certains ont un nombre d’adhérents qui se rapproche davantage d’une association de collectionneurs que d’un parti ayant vocation à entrer dans un gouvernement. Il faut également remarquer que c’est toute la social-démocratie européenne qui subit aujourd’hui les effets du contexte économique. Dans d’autres pays européens (par exemple la Royaume-Uni) les partis sociaux-démocrates font également face à des crises internes et à un dilemme face à la crise économique.

En ce qui concerne le PS en France aujourd’hui, sa fragmentation et ses divisions internes traduisent toutes les contradictions de l’exercice du pouvoir par des partis qui portent un message de transformation sociale dans des économies ouvertes et globalisées aujourd’hui. Sans vouloir dédouaner François Hollande, il s’agit donc de questions politiques qui dépassent nettement les problèmes de leadership personnel des dirigeants. La responsabilité que porte François Hollande dans la situation difficile du PS dans l’opinion et en interne peut néanmoins être recherchée du côté de l’écart entre plusieurs éléments clefs de sa campagne électorale et des mesures économiques prises ensuite sous son autorité. Si l’on réécoute aujourd’hui le fameux discours du Bourget, on voit que cet écart est moins net que l’ampleur qu’il a pris dans l’opinion. Des propositions affichées dans ce discours ont bien été mises en œuvre en tout ou en partie ; mais certaines des promesses n’ont pas été tenues. C’est également le fameux « mon ennemi c’est le monde de la finance », ou encore le thème de la « réorientation de l’Europe » prononcés ce jour-là qui ont donné par la suite le sentiment d’un contrat brisé avec une partie de son électorat de 2012. De nombreux électeurs n’ont pas compris le tournant pris en janvier 2014 (compétitivité, politique de l’offre), celui-ci n’a pas été assumé en tant que tel comme « tournant » et le travail pédagogique accompagnant une réorientation aussi importante n’a pas été fait. Son mandat laisse donc pour le moment la gauche «en miettes ». Il y a également eu d’importants problèmes de communication au début de quinquennat, des gaffes et des « couacs » à répétition lorsque Jean-Marc Ayrault était premier ministre. François Hollande, a également commis une erreur stratégique dont il n’a pu se remettre : de fortes augmentations d’impôts en début de son mandat, avec le pari finalement perdu que la seconde moitié de son mandat serait consacrée à redistribuer. Or, même si des ajustements et corrections importants ont été apportés, ce démarrage placé sous le signe des impôts a marqué son mandat. Quant au style François Hollande, son problème essentiel aura été le temps qu’il lui a fallu pour poser son statut présidentiel, pour incarner cette fonction. Il n’est véritablement rentré dans cette incarnation qu’à partir des attentats terroristes. 

Récemment, Emmanuel Macron a fait savoir qu'il ne s'estimait pas socialiste. Arnaud Montebourg, quant à lui, a tenu à ajouter qu'il était socialiste "mais pas que". François Hollande a-t-il achevé de détruire le PS au point que se déclarer socialiste devienne un handicap ? Comment expliquer une telle attitude ?

Il faut tout d’abord rappeler que les déclarations d’Emmanuel Macron ou Arnaud Montebourg ont été faites dans le cadre de leurs stratégies présidentielles. Or l’élection présidentielle en France repose aussi sur la capacité à rassembler et à aller chercher des électeurs au-delà de son camp ou de son électorat stricto sensu. Il faut montrer que l’on a vocation à parler à de nombreuses franges de l’électorat, autour et parfois même en dehors de son propre électorat. Sans entrer dans le détail des différences qui caractérisent les propos d’Emmanuel Macron (qui veut s’adresser aux aussi électeurs centristes, voire de droite ainsi qu’à tous ceux qui veulent que la France « bouge ») et ceux d’Arnaud Montebourg (qui veut aussi parler aux électeurs du Front de gauche et de l’extrême gauche ainsi qu’à tous ceux qui veulent « faire France »), on peut remarquer que dans un contexte de faible popularité de François Hollande et de mauvaise image du PS, s’en revendiquer n’est pas la meilleure stratégie pour « imprimer » quelque chose dans l’opinion…Les résultats de 2017 auront des conséquences sur le PS qui peuvent aller du statu quo à l’implosion… Les partis politiques sont des organisations très résilientes mais jusqu’à un certain point. Imaginons que le candidat de la droite gagne la présidentielle : il ne faudra pas longtemps pour que ses choix économiques et sociaux ne remettent en selle ses adversaires et notamment à gauche….Les élections intermédiaires qui se dérouleront entre 2017 et 2022 (européennes en 2019, municipales en 2020, départementales et régionales en 2021) donneront de nombreuses occasions à la gauche de se remettre en ordre de bataille. Je pense que la période 2017-2019 sera à cet égard très importante car ce sont les questions européennes qui vont diviser à gauche dans les années qui viennent. Assistera t’on à des recompositions profondes à gauche durant ces deux années ou à une remise en selle du PS sous l’effet des premières décisions chocs prises par un gouvernement de droite si son candidat a gagné la présidentielle ? 

Toujours d'après le sondage de l'IFOP, les priorités assignées au PS par les Français sont la lutte contre le chômage (55%) suivi de la lutte contre la délinquance (32%). Faut-il comprendre qu'aux yeux des Français, le Parti Socialiste est encore crédible sur ces thématiques ?

(Sondage IFOP pour Dimanche Ouest-France. Cliquer pour agrandir)

Les partis politiques et leurs candidats aux électeurs bénéficient souvent d’un phénomène que l’on appelle en sociologie électorale le « issue ownership » : ils se considèrent et sont considérés par les électeurs comme ‘propriétaires’ de certains thèmes et enjeux. C’est bien le cas  avec la gauche, notamment le PS, et les questions sociales comme le chômage ou la lutte contre les inégalités ou l’éducation. On voit que cela est relativement indépendant des réussites ou des échecs sur ces questions lorsque les partis gouvernent : les électeurs, notamment de gauche, attendent toujours aujourd'hui du PS des propositions sur ces questions et n’ont pas totalement le sentiment que le PS couvre bien ces questions…Par ailleurs, il n’est pas étonnant que le PS étant au pouvoir les électeurs lui demandent de s’occuper de deux des questions importantes de l’action publique. 

 

Partout en Europe, les partis se réclamant du socialisme sont mis à mal, comme c'est notamment le cas du PASOK en Grèce. Comment expliquer une telle situation ? Quelle est sa part de responsabilité dans la crise que traverse le PS en France ?

Comme l’ont fait observer les spécialistes de la social-démocratie en Europe (Fabien Escalona et Mathieu Vieira) les partis sociaux-démocrates en Europe de l’Ouest ont perdu leur caractère de « partis de masse » à quelques exceptions près comme le SPD, le PSOE ou le Parti démocrate italien avec des effectifs qui se comptent pour ces derniers par quelques centaines de milliers d’adhérents (de l’ordre de 400 000 membres). Pour les autres partis sociaux-démocrates, la période qui couvre des années 2000 à aujourd’hui a vu une véritable « hémorragie militante» selon ces auteurs. L’une des explications est à rechercher du côté du rapport à la question de l’intégration économique européenne et mondiale. On se rappelle la fameuse phrase de François Mitterrand selon laquelle « si la France est notre patrie, l’Europe est notre avenir ». La question de l’intégration européenne, et au-delà de la globalisation, n’a de fait cessé depuis le milieu des années 1990 de venir perturber, travailler en profondeur, le rapport de la gauche à l’économie réelle, au capitalisme ou aux marchés internationaux. L’intégration économique européenne et sa dynamique puissante a provoqué un effet de souffle sur les doctrines économiques qui fondaient encore dans les années 1980/1990 les programmes économiques d’une bonne partie de la gauche européenne. Il a fallu du temps aux partis sociaux-démocrates, notamment ceux comme le PS français qui étaient dans un jeu d’alliance et de compétition avec des partis plus à gauche comme le PCF, pour ajuster progressivement leurs programmes, leurs « logiciels idéologiques », leurs vocabulaires et rhétoriques à ces réalités. Un parti comme le PS n’a d’ailleurs pas renoncé à défendre une « Europe sociale », avant d’être débordé en 2005 sur sa gauche par le thème d’une « autre Europe ». Les effets en chaine de cette évolution majeure n’ont pas encore manifesté toutes leurs conséquences même si Manuel Valls, le socialiste « réaliste », ou Emmanuel Macron le jeune trublion libéral du gouvernement en sont des témoignages déjà très significatifs. Les tensions internes au PS, et en général à la gauche, trouvent d’ailleurs très clairement leur origine dans ce rapport complexe et pas clarifié ou assumé à l’intégration économique européenne et mondiale. L’annonce de sa candidature à la présidentielle par Arnaud Montebourg est d’ailleurs presque entièrement tournée vers cette question : il pose une alternative entre les politiques économiques liées à l’intégration économique européenne et ce qu’il a appelé le « refaire France ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 25/08/2016 - 10:53
la responsabilité de Hollande
est ENORME
POLITQ
- 25/08/2016 - 09:02
CRIMINELS
Mai moi je ne souhaite que du mal aux socialistes !!!! Gros politiques véreux comme sale employé de l'Educ Nat ou d'EDF ou de la SNCF ou de la sécu ou les administratifs des hôpitaux !!!! Le pire du pire je leur souhaite !!!! Depuis 40 ans il oeuvrent pour nous amener ce qui nous détruit actuellement. Et ils continuent. Le pire du pire ......
essentimo
- 24/08/2016 - 15:08
Quel que soit le prochain
aux manettes, les problèmes ne feront que s'accentuer ! PS, on connaît le programme et les résultats depuis 5 ans. La Droite : l'opposition n'aura de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues.