En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
French pride
Français, soyons nous-mêmes sans complexes (c'est bon pour le tourisme)
Publié le 12 juin 2016
Les Suisses n'ont pas honte d'être propres et prospères. Les Espagnols sont fiers de leur sens de la fiesta et les Américains de leur "can do spirit". Pourquoi aurions nous des complexes à être des râleurs xénophobes allergiques au savon et au travail, toujours à deux doigts d'une révolution ?
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Suisses n'ont pas honte d'être propres et prospères. Les Espagnols sont fiers de leur sens de la fiesta et les Américains de leur "can do spirit". Pourquoi aurions nous des complexes à être des râleurs xénophobes allergiques au savon et au travail, toujours à deux doigts d'une révolution ?

A l'époque où j'avais encore des cheveux (et même beaucoup de cheveux, j'aurais quasiment pu être casté dans Hair si je n'avais pas chanté comme une casserole), il m'est arrivé de travailler comme serveur dans un restaurant français de New York.

 

Un vrai petit morceau d'Hexagone à Manhattan avec coq au vin, soupe à l'oignon, escargots à l'ail et rognons de veau au menu. L'endroit était assez mignon dans son genre, niché en plein cœur de Greenwich Village, et, si la qualité de la bouffe laissait un poil à désirer (je crois me souvenir que le chef avait fait ses classes dans une cantine Sodexho d'Arpajon), il avait un certain succès chez les bobos (qu'on n'appelait pas encore comme ça mais bon...) du quartier qui appréciaient les nappes à carreaux, les poulbots sérigraphiés sur les murs et Édith Piaf croassant qu'elle ne regrettait rien de rien en fond sonore.

 

Une autre particularité de ce greffon gaulois en terre yankee, c'est qu'il était particulièrement crado. Le soir, dans la semi-pénombre des bougies et des rares ampoules 40 watts qui n'étaient pas grillées, ça passait encore, mais à l'heure du déjeuner, les murs défraîchis, les mégots macérant dans la sciure près du comptoir et les vitres rendues presque opaques par la crasse et la graisse finissaient par me mettre mal à l'aise. Même le cuistot d'Arpajon, en collectant la recette de ses trappes à souris chaque matin, trouvait que c'était un peu trop.

 

"J'adore, c'est crado comme à Paris !"

 

Un midi où le rade était tellement sale que même le patron, s'il avait été là plutôt qu'en train de se remettre de sa cuite de la veille, en aurait eu honte, je m'étais confondu en excuses auprès d'une cliente dont je venais de changer le verre lavé au rouge à lèvres et les couverts incrustés de restes de bœuf bourguignon en expliquant que c'était exceptionnel et que le type du ménage s'était inopinément fait porter pâle (en fait, il y avait bien un Mexicain qui venait passer le balai de temps en temps mais, en six mois, je l'avais peut-être vu trois fois parce que le boss avait des oursins dans les poches).

 

Mais la dame s'était marrée et m'avait rassuré en me tapotant gentiment la main : "Oh mais ne vous inquiétez pas ! J'adore, c'est tout à fait comme à Paris !".

 

Il faut se méfier des clichés bien sûr, parce qu'ils sont réducteurs par nature et qu'il faudrait être sacrément de mauvaise foi pour en tirer une théorie générale, mais peut-être que la manière dont quelqu'un vous perçoit doit finir par vous interpeller.

 

Tenez, la Suisse, par exemple. C'est propre, c'est riche et les autochtones ont un accent traînant. Chacun sait ça. En Allemagne, les gens sont travailleurs et traversent aux passages cloutés. En Espagne, on parle fort, on dîne à pas d'heure et on se couche encore plus tard. OK, d'accord, les Suisses ne sont pas tous comme ça (je connais des Genevois à l'hygiène douteuse), les Allemands non plus (les Berlinois préfèrent glander) et idem pour les Espagnols (il y en a de timides qui se mettent au lit avec les poules), mais tout de même...

 

Dans la même veine, pour le reste du monde, la France est essentiellement un beau pays avec du bon fromage, qui a eu deux-trois écrivains notables qui fumaient des Gitanes au café de Flore dans le temps mais qui est largement peuplé de moustachus à bérets qui ressemblent au leader de la CGT ou au beauf de Cabu. Ils pensent aussi que ça n'est pas très bien entretenu, qu'il y a souvent la grève des trains ou des musées et que les serveurs des restos et les vendeurs des magasins font toujours la gueule. Ils sont même plus ou moins convaincus que la dernière contribution notable de la langue de Molière au vocabulaire de la modernité date d'il y a 120 ans avec le mot "chauffeur".

 

Oh, ils se trompent bien sûr : Nantes et Strasbourg sont propres, les serveurs de Tours ou d'Orléans sont souvent sympas, il y a des Français sans moustache qui partent au boulot sans prétendre qu'ils vont à la mine et on a tout de même inventé le TGV et la poêle Tefal il n'y a même pas quarante ans. Mais, globalement, la caricature reste assez proche de la réalité.

 

"C'est la vie !" (en français dans le texte, note du traducteur). On n'y peut rien. Nous sommes (collectivement) comme ça.

 

Un clip touristique avec Philippe Martinez vantant le camembert

 

Je me disais d'ailleurs qu'il serait peut-être temps d'arrêter de nous la raconter avec nos French Web et autres fantasmes de Silicon Valley en Essonne pour retrouver la fierté de ce que nous sommes fondamentalement : des vindicatifs réactionnaires un chouïa xénophobes qui ne se douchent qu'un jour sur trois et sont constamment au bord d'une révolution parce qu'il y a eu du retard dans le versement de leurs indemnités de chômage.

 

Et la période actuelle est tellement emblématique, avec ces trains et ces métros en vrac, ces avions (bientôt) cloués au sol, ces ordures qui s'amoncellent sur les trottoirs, ces fleuves qui débordent à force de construire n'importe quoi n'importe où, ces terroristes élevés au grain en banlieue, ces cégétistes qui coupent le courant et ferment le robinet d'essence, que je me suis dit que c'était exactement l'image qu'il fallait vendre à l'étranger pour stimuler le tourisme.

 

Ainsi, "France.fr ", la structure qui nous promeut à l'étranger, produirait un clip avec Philippe Martinez vantant notre camembert sur fond de casseurs mettant le feu à des voitures de police (des Renault 4, des 2 CV et des Tubes Citroën), on verrait un TGV à l'arrêt en rase-campagne près d'une centrale nucléaire dont l'accès serait bloqué par des pyramides de pneus en flammes... Il y aurait même des agriculteurs en colère déversant du fumier sur une sous-préfecture en un double clin d’œil à nos traditions rurales et administratives !

 

Après tout, lorsqu'on voyage, c'est pour découvrir une culture et des gens. Pas une espèce de sous-produit d'un mode de vie homogénéisé et sans saveur. Et ce n'est pas ma cliente du déjeuner qui dirait le contraire (si elle n'a pas succombé à une intoxication alimentaire en rentrant chez elle, ça va sans dire).

 

Vous préférez vous acculturer ? La porte est grande ouverte !

 

Si la France doit rester la France, il est indispensable que Besancenot puisse regretter Trotski à la télé et Le Pen pleurer Pétain à la radio. "C'est consubstantiel", pour parler comme Pierre Bourdieu qui s'y connaissait en habitus. Tout comme il est nécessaire que nos loufiats monolingues continuent d'arnaquer ces benêts d'Américains en se fichant ouvertement de leur poire aux terrasses de Nice et de Cannes. Ou que le métro sente la pisse et l’œuf pourri et que les banques et les usines soient enfin nationalisées pour qu'on y passe aux 32 heures comme à la RATP.

 

J'en ai bien conscience, tout ça peut ne pas sonner très glamour aux oreilles de certains (qui ont toujours la possibilité de s'expatrier s'ils tiennent tant que ça à s'acculturer, la porte est grande ouverte), mais ça plairait tellement aux touristes qu'ils seraient deux fois plus nombreux à mitrailler ce pittoresque safari avec leurs téléphones portables. Et vous savez quoi ? On pourrait même se mettre en grève contre eux comme à Barcelone s'ils la ramènent trop. Ben quoi, on ne va tout de même pas se laisser emmerder par des étrangers... Vive la France !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paul Emiste
- 13/06/2016 - 08:02
Ha ha ha!... Mais Air France ou Air Rance?!
Merci, vu d´Autriche c´est tout à fait ça. Par contre hier j´ai eu ma fille pleurant au téléphone parce qu´elle était bloquée à Charles de Gaule, en revenait d´Afrique (pour aider les africains). En fait c´est surtout sa réception au stand Air France qui l´a choquée. L´avion d´Air France venant d´Afrique avait 2 heurs de retard, ceci ajouté au bus et gréves diverses a eu pour effet qu´elle est arrivée (enfin!) au guichet Air France avec 10 minutes de retard pour se faire refuser sa carte d´embarquement pour Vienne, et même se faire engueuler par la marâtre syndiquée et intouchable de cette superbe compagnie subventionnée par mes impôts (que je paye en France). Là on rit moins... mais merci quand même pour ce trait d´humour.
Gordion
- 13/06/2016 - 06:59
Humour...
...décalé, qui nous rappelle Pierre Daninos.
Bon pamphlet.
vangog
- 12/06/2016 - 11:58
Pauvre Serraf, vous avez deux trains de retard!
La Culture française est en soins intensifs, depuis que langue-de-pute a mis tous nos cultureux au tapin devant les ministères et collectivités locales ( dont les trottoirs sont propres, eux!). La clique consanguine qui accompagnait ce pervers-d'état, copain de Mitterrand-l'hypocrite, a consciencieusement massacré notre belle culture française. Des "tontons flingueurs" et de Picasso, nous sommes passés à Dheepan et au Vagin de la Reine...grosse déchéance! Piaf appartenait à une époque non subventionnée par le gauchisme, où les artistes apprenaient à chanter dans les cours et à jouer dans les troquets. Aujourd'hui, les pseudo-artistes français sont sélectionnés sur casting télévisuel et peu importe leur voix, car les techniciens-eux aussi subventionnés- se chargent du subterfuge médiocre pour subjuguer les gogos...en économie socialiste, le conseil "soyez vous-mêmes" n'a plus aucun sens! Mais lorsque les patriotes auront rendu son pouvoir au peuple, ça changera tout, soyez en certain...et n'ayez plus peur!