En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

07.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 11 min 13 sec
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 49 min 57 sec
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 2 heures 42 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 3 heures 34 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Politique
Résultats

Sénatoriales : rien ne bouge vraiment (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron)

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Terrorisme
LE BLOC-POL DE LAURENCE SAILLIET

Terrorisme : la coupable inertie d’Emmanuel Macron

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un budget 2021 déformé par le Covid et qui n’ose pas prévoir un emprunt national, mais ça va venir

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 26 min 10 sec
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 2 heures 22 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 2 heures 51 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 4 heures 20 min
pépites > Politique
Election
La droite conserve la majorité au Sénat
il y a 4 heures 25 min
Presse
Une trentaine de kiosques à journaux cambriolés à Paris
il y a 4 heures 56 min
décryptage > High-tech
Espionnage

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

il y a 5 heures 14 min
© Flickr/Xavier Micora
© Flickr/Xavier Micora
Revue de blogs

"Barrez-vous", qu’ils disaient : le parcours du combattant de ces Français de retour au pays après être allés vivre à l’étranger

Publié le 10 mai 2016
Les donneurs de leçon de mondialisation heureuse ne sont pas les payeurs : quitter la France est à la mode, mais revenir est compliqué. Le témoignage d'une jeune expat' revenue en France provoque beaucoup de réactions, et pose des questions.
Claire Ulrich
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les donneurs de leçon de mondialisation heureuse ne sont pas les payeurs : quitter la France est à la mode, mais revenir est compliqué. Le témoignage d'une jeune expat' revenue en France provoque beaucoup de réactions, et pose des questions.

"Barrez-vous !" est l'injonction à la mode, mais les problèmes de visas, les parcours professionnels, et le ressentiment anti-France n'étant pas tous également partagés, on en oublie qu'environ 270 000 personnes (estimation) reviennent en France chaque année.

Après quelques années passées au Canada, Anne-Laure Fréant est revenue en France. De deux ans de marécage administratif et dépressif dûs à une réacclimatation difficile, elle a tiré un livre de conseils aux "impatriés" et même un guide au retour, demandé par le gouvernement enfin sensibilisé à cette population mal connue. Le succès de son post récent sur Médium, "Revenir en France : la galère silencieuse des expatriés" fait toucher du doigt que les "impatriations" sont des activités à hauts risques. Déjà, un autre de ses articles, "le choc culturel inversé, le tablou des expatriés" avait fait mouche sur les réseaux. Une communauté s'est formée autour d'elle, celle des "incompris du retour", des jeunes étudiants ou employés qui accumulent par goût, obligatio ou idéalisme, différentes expériences à l'étranger.

Globalement, on vous ment. Partir est génial, très bien accepté désormais. Mais la France n'aime pas tant que ça ceux qui reviennent. Surtout, elle ne les comprend pas. Hormis les cas de retour en famille "Ricorée", le retour est très dur, d'abord face aux proches. Côté famille, Ninon raconte : ''De mon expérience, les montagnes russes émotionnelles sont souvent provoquées par l'accueil qui nous est réservé : "alors cette fois tu vas peut-être enfin te poser ?" "Qu'est-ce que tu vas encore nous trouver comme prochaine destination ?" "La prochaine fois choisis au moins un pays qui fait envie / moins cher / plus proche / etc." On n'est pas encore rentré et on nous reproche souvent d'être parti par le passé, de potentiellement repartir dans le futur, et on n'est pas ancré dans le présent." David :  Je ne peux que plussoyer...après 3 ans au Japon, le retour (temporaire, je repars bientot) en France a été une horreur...pour dire, pendant les trois premiers mois de mon retour, je n'ai eu droit à aboslument rien, moins d'aide qu'un sans papier, je n'aurai pas eu mes parents, je me serais retrouvé à la rue. Pas le droit de prendre un logement car moins de trois mois sur le territoire, idem pour la secu, idem pour un boulot, bref, une belle galère...sans parler de la mentalité française, ou l'encouragemetn est surtout pour te tirer vers le bas plutôt que vers le haut'. 

Une expérience à l'étranger est valorisante professionnellement ? Pas toujours. Les employeurs optent pour le simple et stable.  Pour les indépendants, bien entendu, l'accueil de l'URSAFF, des propriétaires d'appartements et des impôts vous rappellent que Balzac est français. Elizabeth confirme que les 'revenants' sont incompris même dans les entreprises.  'Bien souvent (la vie d'expatrié) est perçue par la société comme une vie dorée sous les cocotiers... Or les risques auxquels sont exposés ces salariés existent bel et bien. Les entreprises prennent le plus souvent en compte les risques physiques, moins les risques psychosociaux dûs à l'éloignement, les nouvelles organisations du travail...et le choc culturel inversé au moment du retour en fait grandement partie!." Clément acquiesce: "… 2 ans que je suis rentré du Canada, la première pensée qui me viens au réveil est d’y retourner.. gros décalage, limite t’arrives plus à te réintégrer dans ton propre pays".

Anne-Laure en veut aux spécialistes de l'expatriation des entreprises, souvent aveugles. ''Il est malheureux de voir les professionnels du monde de l’expatriation parler "d’ addiction à l’international ": si les personnes qui repartent sont si nombreuses, ce n’est pas parce qu’elles sont « droguées » et qu’elles ont besoin d’une bonne cure de désintox pour rentrer dans le moule. (...) C’est au contraire parce que les personnes avec une intelligence culturelle (et émotionnelle) développées n’ont pas la possibilité de s’exprimer une fois rentrées en France. On leur demande de désapprendre au plus vite tout ce qu’elles sont devenues depuis plusi"eurs années pour les forcer à rentrer dans des cases qui de toutes façons ne les intéressent pas. La société française, très fermée sur elle-même, très conventionnelle, très hiérarchique, ne laisse pas beaucoup de place aux compétences relationnelles, à l’intuition, aux personnes dont l’identité s’est enrichie des nouvelles perspectives dont nous manquons pourtant cruellement.'

Elle insiste, et les commentateurs approuvent, que les risques psychologiques sont importants, et non pris en compte, d' 'une situation très inconfortable et difficile à gérer sur le plan psychologique: c’est comme retourner vivre chez ses parents à l’âge adulte alors qu’on mène une vie indépendante depuis plusieurs années " L'acculturation, la sensation de double vie très inconfortable, très souvent des dépressions, sont partagés par tous, et semblent faire partie de nouveaux effets collatéraux, encore mal compris de l'éparpillement des vies et des familles. Pierre trouve néanmoins que 'écrire un article sur la difficile réinsertion des expatriés français dans leur propre pays est limite 'obscène' par les temps qui courrent''. Et pour ces nouvelles générations très fournies d'expatriés,  Gaelle in Los Angeles, qui n'est pas encore rentrée, aimerait qu'on pense  à la précarité de son visa et de ses revenus, avant de la voir en princesse expatriée.  "Tous ceux qui disent “tu vis là bas ne te plains pas c’est génial qu’est ce qui pourrait être pire”, demandez-vous deux secondes si vous seriez prêt à partir seul à l’autre bout du monde sans aucun avenir certain. Pour beaucoup la réponse serait non !"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (34)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Solaros
- 17/05/2016 - 18:27
Rentrer demande le même effort d'acclimatation que partir
C'est difficile de rentrer. La fonction publique le sait, qui depuis plusieurs années, a mis en place une cellule spéciale pour le retour des expatriés.
Quand on rentre, il faut se dire qu'on est dans la même situation que quand on part : on est nouveau en France, il faut donc faire profil bas, ne pas trop parler de ce qu'on a vécu à l'étranger (ce ne sera pas compris de toute façon, et on passera pour un frimeur), observer, essayer de comprendre les gens que l'on a autour de soi, car on a oublié leur fonctionnement. C'est vrai qu'on se sent plus ouvert et riche d'autres cultures, mais il ne faut pas le montrer. On doit aussi considérer qu'on doit s'enrichir des Français qu'on fréquente à nouveau. C'est vrai qu'on les trouve fermés et nombrilistes. Mais quoi, c'est un peu partout pareil. On le supporte moins bien parce que ce sont nos compatriotes.
Il faut comprendre qu'après une expatriation, on est certes citoyen du monde, mais toujours un peu apatride. C'est une expérience définitive. On devient un individu peu assimilable aux autres. Et ça fait un peu peur, à soi et aux autres.
superliberal
- 13/05/2016 - 14:22
Retour en Souffrance...
Pour un libéral vivant dans un pays libéral revenir en France c'est comme passer à l'Est avant la chute du mur...même les Français de droite sont socialistes...on devrait supprimer "Liberté" du fronton des mairies et la remplacé par "CGT, Egalité, Fraternité"...
ISABLEUE
- 13/05/2016 - 12:15
Kaprate oui
expériences variées : aller chercher de l'eau dans un puits à 20 km, coupures d'eau ou d'électricité..... orages où oueds débordent etc.. bref l'Afrique et sa nature.
DEUDEUCHE : oui maintenant, tous les djeunes vont faire quelques mois de stage en général dans des capitales européennes, pour faire joli sur leurs CV, et pour vivre de la même façon qu'ici , en coloc, etc..