En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 10 min 26 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 42 min 29 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 49 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 42 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 26 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 18 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 38 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 11 min 54 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 45 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 33 sec
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 20 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 1 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 21 heures 18 min
Rhétorico-laser

L’appel vibrant du pouvoir à la "responsabilité"… des autres !

Publié le 03 mai 2016
C’est un véritable leitmotiv de nos gouvernants : que ce soit l’économie, le chômage, la réforme constitutionnelle, les manifestations, que ce soit François Hollande, Manuel Valls ou Bernard Cazeneuve, le mot magique sature le discours du pouvoir : « res-pon-sa-bi-li-té ! Comprendre toujours : la responsabilité des autres.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est un véritable leitmotiv de nos gouvernants : que ce soit l’économie, le chômage, la réforme constitutionnelle, les manifestations, que ce soit François Hollande, Manuel Valls ou Bernard Cazeneuve, le mot magique sature le discours du pouvoir : « res-pon-sa-bi-li-té ! Comprendre toujours : la responsabilité des autres.

Le gouvernement pratique cette tactique depuis le fameux pacte du même nom, qui s’est transformé en véritable piège rhétorique pour le patronat, sommé d’« assumer ses responsabilités », c’est-à-dire de créer des emplois en échange de l’allègement des cotisations. Et le MEDEF, à commencer par son président arborant fièrement son pin’s « un million d’emplois » qu’on lui rappelle à charge à chaque occasion, est tombé dedans. On s’étonne encore de l’absence, dans le discours patronal, d’un contre-argumentaire très simple : l’Etat ne fait aucun « cadeau » - même aux entreprises – mais modère seulement son appétit fiscal ; le Pacte de responsabilité n’aboutira à son terme, en 2017, qu’au niveau des charges de 2012 ; et en 2017, les entreprises françaises seront toujours les plus taxées d’Europe ; enfin leur « responsabilité » n’est pas la création d’emplois mais la création de richesses.

A tout seigneur tout honneur ! François Hollande sait admirablement manier l’ambiguïté, le double sens et l’engagement qui n’engage à rien (cf. l’inversion de la courbe du chômage). Et « la responsabilité » qui n’engage que celle des autres… On se souvient notamment de l’appel au « Parlement à prendre ses responsabilités » lors des derniers vœux présidentiels à propos de la déchéance de la nationalité, comme si l’affaire initiée par François Hollande lui-même ne le concernait plus. Ce qui d’ailleurs fut vérifié par la fin en queue de poisson du projet ; mais le président aura engrangé au passage le demi-succès d’avoir impliqué dans sa propre déroute la « responsabilité » de la droite sénatoriale. 

Le procédé, aussi brillamment illustré par le chef de l’Etat lui-même, est si tentant qu’il est devenu un véritable tic dans le discours du Premier ministre, qui n’hésite pas à employer le mot plusieurs fois dans une même phrase. Certes, à la décharge de Manuel Valls, il faut reconnaitre qu’il revendique cette exigence pour sa propre action contre l’aveuglement idéologique des Frondeurs. L’ennui c’est que cet « esprit de responsabilité » est aussi invoqué par le même Manuel Valls pour capituler à la moindre opposition, comme on l’a vu dans la dénaturation de la loi Travail : « Notre responsabilité, c’est de mener à bien ce texte avec les amendements nécessaires » (sic). Et soyons-en sûrs : si la loi capote au Parlement, ce sera la droite qui sera mise en accusation pour n’avoir pas « assumé ses responsabilités ».

Lesquelles sont aujourd’hui invoquées par le Ministre de l’intérieur à l’égard des organisateurs de manifestations pour empêcher les violences désormais quotidiennes. En attendant, la question des instructions données aux forces de l’ordre curieusement attentistes jusqu’ici, demeure sans réponse, alors que là se trouvait la responsabilité propre du Ministre de l’intérieur. Comme il relevait également de lui de porter plainte contre la CGT pour son affiche pour le moins diffamatoire à l’égard de la police. Mais Bernard Cazeneuve - l’un des plus habiles rhéteurs de la gauche – a su manier avec dextérité l’une des grandes techniques de la parade rhétorique : la substitution. A la plainte en justice contre la CGT et à l’intervention précoce contre les casseurs, il a substitué la ferme condamnation en parole qui ne coûte rien et des considérations sur l’attachement des uns et des autres (syndicats, manifestants, et mêmes casseurs !) aux « valeurs républicaines ». Etait-ce le vrai sujet ?  

Nous voici donc tous renvoyés à nos « responsabilités », qui sont bien souvent celles-là même que l’Etat, par calcul politique et électoral, a décidé de ne plus assumer. De quoi être à notre tour fort tentés, à chaque fois que le mot resurgit dans le discours officiel, d’appliquer la même maxime que nos gouvernants : « courage, fuyons ! »  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Benoist
- 03/05/2016 - 22:43
etre a la tete de l'état
Et faire montre de tant d'incompétence et d'irresponsabilité releve de lexploit
pauvre pays
Fredja
- 03/05/2016 - 15:50
Vous avez remarqué ?
Dans les rares cas où ils sont responsables, ils ne sont jamais coupables ! Au hasard, Fabius et le sang contaminé... Il est pourtant toujours aux affaires, le gaillard !
jurgio
- 03/05/2016 - 14:44
Ce n'est pas notre faute mais c'est celle des autres !
On ne rebat toujours les oreilles avec un tel credo ringardo-socialiste. Quand abandonneront-ils la nuisance de leur sottise ?